AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le lounge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Professeur J. M.
Humain


Messages : 235
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeSam 4 Aoû 2012 - 17:32

Ainsi Juliet ne fut pas surprise quand il lui posa la question, et surtout elle ne fit pas semblant de l’être. C’était déjà pour le professeur la preuve qu’il pouvait apporter un certains crédit à leurs discussion et cela l’enchantait.
Il accorda donc une attention particulière à la réponse de la jeune femme. Premier point qui confirmait son ressenti, la jeune femme lui donna une réponse que le professeur jugea comme franche.
Avouer que l’on accordait du crédit au surnaturel n’était jamais évident, il n’y avait donc aucune raison qu’elle mente sur ce genre de propos. Cependant Juliet resta relativement évasive, peut être un peu sur la défensive. La chose était logique, elle ne connaissait James que depuis quelques instants. Cependant cela voulait aussi dire qu’elle en connaissait peut être beaucoup plus sur le sujet, du moins suffisamment pour demeurer prudente.

Le professeur devait donc mettre en confiance la jeune femme. Et ce n’est pas ce qu'elle venait de commander qui allait l'aider. Malheureusement autant il connaissait très bien et avait pus vérifier l’adage in vino veritas, autant in aqua veritas ne lui disait rien du tout pour ce qui était des confidences.
Mais heureusement le professeur connaissait un autre moyen pour obtenir la confiance de son invité, lui accorder la sienne. Si la jeune femme s’apercevait qu’il parlait avec franchise, peut être serait-elle un peu moins sur la défense.

« Pour être franc je suis un scientifique, un professeur de Zoologie et donc je suis assez cartésien. Je ne crois que ce que je vois. C’est effectivement une des raisons de la présence dans cette ville. »

Il marqua une pause le temps de servir un verre d’eau à Juliet.

« Voyez vous je désirais prendre un peu de temps pour moi, ayant consacré toute ma vie a mon travail, j’ai estimé qu’il était temps de faire une pause. Je voulais quitter Londres, m’aérer. Je me suis donc dit qu’il était temps de faire un petit tour à Galway pour voir de mes propres yeux ce qui se chuchotaient à son égard. »

Il lui adressa un petit sourire.

« Et même si je suis un homme sceptique j’avoue avoir été témoins de bien des étrangetés depuis mon arrivé. Mais malheureusement rien de suffisamment explicite pour répondre à ma curiosité intarissable ! »

Il rigola et leva son verre.

« Chère Juliet je lève mon verre à cette rencontre, à vous qui n’avez pas eu peur d’un étrange individus vous posant tout un tas de question »

James bu une gorgée de sa boisson avant de reprendre.

« Mais je suis désolé voilà que je monopolise la conversation, et vous chère Juliet, pourquoi cette ville ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain


Messages : 921
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeSam 4 Aoû 2012 - 21:25

Les rumeurs allaient donc bon train à des milles d'ici. Cela, Juliet ne le savait pas ; était-ce un bien, était-ce un mal ? Elle n'était pas là pour le juger. Les créatures venaient ici en sachant qu'elles seraient acceptées dans cette population hétéroclite et elle-même en avait en un sens largement bénéficié. Elle ne portait juste pas sa spécificité sur son front.

C'était quel saint qui croyait que ce dont on lui apportait la preuve ? Ses cours de catéchisme remontaient à loin et elle n'accordait plus trop de foi à la religion depuis quelques années, allez savoir pourquoi. Toujours était-il que James était de ceux-là. Non pas le côté religieux, le côté "je crois ce que je vois". Ça paraissait d'autant plus logique au vu des rumeurs dont il était question sur Galway. Et pour un scientifique, ça relevait même de la logique ce scepticisme jusqu'à démonstration du contraire.

Elle allait lui demander ce qu'il avait déjà vu quand il leva son verre pour porter une sorte de toast. Elle le remercia d'un hochement de tête, levant son verre d'eau.

" Vous me remercierez si vous avez obtenu quelques réponses à vos questions en repartant tout à l'heure. Mais rassurez-vous, il m'arrive d'être très curieuse également à propos de choses que je découvre donc je vous comprend. "

Bon, sa curiosité ressemblait plus à celle d'une enfant découvrant, redécouvrant le monde : tout avait un autre air, une autre saveur, une autre couleur. Chaque petite chose avait sa beauté même si on ne la soupçonne pas à l'instant où on pose son regard sur elle.

" On m'y a proposé un travail. Je n'habitais pas très loin mais depuis de nombreuses années, je n'ai plus eu l'occasion de venir à Galway. Puis, on est venu me chercher, j'avoue que je ne sais toujours pas comment ils ont entendu parler de moi mais... aujourd'hui, je suis là avec une nouvelle chance de faire ce qu'il me plait. "
Évasive ? Diriez-vous à tout vent que vous sortez d'un hôpital pour les fous ?

" J'ai mis du temps à me faire à cet endroit mais aujourd'hui je m'y sens plus à l'aise. En venant de Londres, vous ne pouvez pas vous imaginer ce qu'est la vie dans une petite ville où tout le monde se connait, où tout se sait... C'est pour ça que je me perds encore souvent en me promenant." termina-t-elle en riant doucement.
Non, elle ne pouvait pas tout dire... Mais elle ne mentait pas vraiment : l'hôpital était une ville en miniature où vos moindres faits et gestes sont surveillés, épiés par le personnel et par les autres patients. Et Galway avait été sa bouffée d'oxygène.

Posant les coudes sur la table, Juliet joignit ses doigts au dessus de l'emplacement vide de son assiette et y posa son menton. Elle avait l'impression que ses mains sentaient encore le savon avec lequel elle se les était abondamment frottées à la fin de sa session d'entrainement. Elle passa sur ce détail en une petite grimace.

" De quelles étrangetés parlez-vous ? "
Après tout, ils étaient là pour ça non ? Et ça intéressait beaucoup plus la pyromane que de parler d'elle-même. Elle n'aimait déjà pas ça face aux médecins... mais le leur faisait comprendre plus... brutalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
Professeur J. M.

Messages : 235
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeLun 6 Aoû 2012 - 19:30

Le professeur écoutait attentivement les explications de la jeune femme sans interrompre.
Ainsi elle avait été débauchée. Voilà qui était des plus intéressants, cela signifiait que la jeune femme était vraiment très douée dans son domaine. D’ailleurs James ne savait pas ou elle travaillé, ce qu’elle faisait. Peut être que le masque était lié à son travail finalement…

En fait plus la jeune femme discutait et plus le professeur avait des questions à son sujet. Il aurait bien d’ailleurs continué de parler d’elle, mais sa dernière phrase changea clairement de sujet pour en revenir au surnaturel de Galway. Étrange un tel revirement, la jeune femme demeurait vague quand à son passé ou sa vie, et ne semblait pas enclin a en dire plus.
James ne voulait pas l’effrayer ou écourter la conversation et insistant un peu trop, aussi il décida de ne pas insister, pensant qu’il finirait par y revenir tôt ou tard dans la soirée, de manière plus subtile…

« Oui c’est vrai, les rumeurs. Vu que vous ne me prendrez pas pour un fou, je vais vous raconter ce qui est arrivé à mes oreilles. »

Il marqua une petite pause, réfléchissant à la façon dont il allait raconter son histoire.

« Voyez vous, je suis un zoologiste et je suis donc très intéressé par tous ce qui s’approche de près ou de loin quand à l’évolution des espèces. Que se soit des légendes, des rumeurs j’en cherche l’origine, la cause de ses histoires… »

Il marqua une pause alors qu’on leurs apportait leurs plats. Le professeur observa avec attention le welsh, et on pouvait deviner à sa tête qu’il n’avait pas réalisé à quel point le plat était copieux.

« Par exemple, le mythe des vampires, on a expliqué leurs apparition par les premiers cas de rages il y a plusieurs siècles. On était encore loin de l’époque de Pasteur, et on ne connaissait rien de cette maladie. Cependant les symptômes de la rage sont un développement important des sens, d’où la crainte de la lumière ou des odeurs trop fortes comme l’ail… C’est ainsi que le vampire est né, craignant le soleil et l’ail… Pour les loups garou il semblerait qu’une maladie génétique, se traduisant par une pilosité extrêmement développée soit à l’origine du mythe… »

James mis une bouché de son plat dans sa bouche et sourit agréablement surpris par la saveur de ce qu’il mangeait, c’était lourd certes mais qu’est ce que c’était bon !

« Je suis avant tout un scientifique, et j’aime tout rationaliser. Mais je vous avoue que depuis que je suis dans cette ville, certaines de mes convictions ont été… ébranlées. Voyez vous de quoi je parle ? »


Dernière édition par Professeur J. M. le Mar 7 Aoû 2012 - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
Juliet Ahston

Messages : 921
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeLun 6 Aoû 2012 - 20:48

Ils allaient aborder un domaine dont je ne dirais pas qu'elle le maitrisait mais au moins avec lequel elle se sentait plus à l'aise que sa propre existence. Enfin, comprenez-la : peut-on être fier d'une dizaine d'années passées entre quatre murs capitonnés ? Ce n'était pas qu'elle n'était pas à l'aise, c'était ce qu'elle était après tout, ce qui faisait d'elle la curieuse casse-cou d'aujourd'hui : elle ne voulait juste pas faire fuir les gens dès le départ. Il faut tâter le terrain pour être sure de ne pas être jugée.

Très attentive, Juliet écouta les explications du zoologiste. L'évolution des espèces, la naissance des premières créatures mystiques qui n'étaient alors que des symptômes pris pour ce qu'ils n'étaient pas. Comme les sorcières pensa-t-elle en hochant la tête. Elle ignorait tout cela et redevint pendant ces quelques minutes l'élève sérieuse et curieuse qu'elle était à l'école. Elle buvait ses paroles : peste, maladie, génétique, symptômes. Ça devait être intéressant de travailler à rechercher l'origine des choses.
Mais la réalité était plus complexe encore et les origines beaucoup plus floues. Autant dire que la demoiselle ignorait tout de la naissance des premiers vampires et des premiers loup-garous. Les vrais, pas ceux nés de fables, de mythes et de rumeurs.

" Je ne connaissais pas toutes ces histoires. C'est très intéressant. Vraiment !"
N'ayant pas voulu l'interrompre, elle n'avait pas encore touché à ses pâtes et s'y attela d'un bon coup de fourchette avant de reprendre.

" Je vois très bien... "
En vérité, ce n'était pas facile. Elle avait en face d'elle un homme qui voulait, sans le vouloir vraiment, que ses croyances passées, basées sur des recherches scientifiques, soient démenties. En somme, il voulait savoir s'il s'était trompé... Comment dire que c'était le cas sans le blesser ?
Elle joua avec sa fourchette, tortillant les fécules autour des dents de celle-ci.

" Je ne sais pas pourquoi Galway. Je ne sais pas d'où ils viennent." Elle marqua une pause, relevant les yeux de son assiette : " Mais ils existent vraiment : les vampires, les loup-garous... Les légendes dont vous parlez ne sont pas pour autant fausses ; on a pu prendre pour vampire des individus qui ne l'étaient pas du tout, comme on a brulé des femmes parce qu'on les disait sorcières. La plupart n'étaient que folles... "
Elle rebaissa la tête à cette dernière phrase, faisant mine d'attraper son verre. Avant de boire, elle se mordit la lèvre. Oui, l'histoire des sorcières elle la connaissait mieux... L'eau fraiche lui fit du bien mais elle héla la serveuse pour lui demander des glaçons. Après un "merci" rapide à celle-ci, la pyromane reporta son attention sur le professeur.

" On vit au milieu d'eux, ou plutôt ils vivent au milieu de nous. Parmi nous simplement, presque sans se faire remarquer. Je dis bien presque... Certains sont plus exubérants et dangereux que d'autres, c'est obligé mais nous sommes pareils n'est-ce pas ? "
Il y avait de tout dans chaque espèce, des bons fruits et des pourris... Ce ne serait pas au spécialiste de la contredire sur ce point.

"Croyez-vous que j'étais l'une d'entre eux lorsque vous m'avez abordée tout à l'heure ? A cause de ma tenue ? " s'interrogea-t-elle. Suivait-il une logique ? Un mode opératoire pour tenter de démontrer ou infirmer une théorie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
Professeur J. M.

Messages : 235
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeMar 7 Aoû 2012 - 17:07

Les yeux du professeurs se mirent à briller au fur et a mesure que Juliet parlait. Ainsi elle confirmait les différentes rumeurs qu’il avait entendu ! Depuis qu’il était dans cette ville, ce n’était pas la première personne à lui affirmer de tel propos, et c’était un peu trop pour être une coïncidence, surtout que ces personnes ne semblaient avoir aucun lien entre eux.

Il ne lui restait plus qu’à en avoir la preuve, les témoignages étant certes important, mais le professeur avait besoin de voir pour croire.
Par contre si Juliet était au courant de leurs existences, peut être pourrait-elle répondre à ses questions. Plus James avait d’informations et plus il serait prêt lors de sa première confrontation.
Il sourit en enfournant une autre fourchetée de son plat.

« Non je ne vous ai pas abordé parce que je pensais que vous étiez une de ces créatures, je vous ai justement abordé parce que je pensais que vous n’en étiez pas une. Si effectivement ces créatures existent, elles doivent être, comme vous avez dit, très discrète. Et sans vouloir vous offenser vous n’êtes pas très discrète. »

Il rigola et bu une gorgée de son verre.

« Par contre ce que vous me dites m’enchante et me fait peur. Vous vous rendez compte, l’existence de telles créatures est extraordinaire ! Est-ce une simple évolution de l’Homme ? Où au contraire est-ce le Némésis de notre espèce ? L’apparition de vampire et de Lycans sonnerait le glas de l’humain ? »

Il fixa la jeune femme, arrêtant de manger.

« Est-ce que nous sommes en danger ? Finalement fasse à de tel créature l’homme n’a pas beaucoup de moyen de défense naturel…«

Puis il réalisa qu’il était parti dans un monologue.

« Excusez moi, c’est l’enthousiasme. Mais vous qui semblez en savoir bien plus que moi, cela ne vous effraie pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
Juliet Ahston

Messages : 921
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeMar 7 Aoû 2012 - 21:06

Elle rit franchement ; pas longtemps, car elle savait se tenir (si si, je vous assure), mais néanmoins franchement. Mais son interlocuteur faisant de même, cela n'était pas déplacé.

" Je ... pas du tout offensée. " articula-t-elle en se calmant. Elle en oublia le verbe de sa phrase, buvant une gorgée d'eau pour faire passer son rire. " C'est vrai que mon masque n'est guère discret. Mais j'y suis tellement habituée que j'oublie que je le porte. Par contre, détrompez-vous, la discrétion n'est pas le soucis principal de chacun ici... "

Elle était redevenue sérieuse et écouta les réflexions du professeur. Une évolution naturelle de l'homme ? La fin de l'espèce humaine ? Des êtres humains sans défense face à des créatures plus puissantes et mieux préparées ? Mieux préparées à quoi : dominer finalement le monde ? Encore fallait-il que l'on s'entende pour cela...
La jeune femme garda le silence un moment. Elle avait en tête tous les enseignements de son sauveur et désormais patron : les vampires et les lycans se devaient de dominer le monde. Était-ce pour autant la fin de l'espèce humaine ? Pyro ne s'était jamais posée la question... mais à priori, l'avenir pour la "sous-espèce" n'était pas brillant. Par contre, la cause défendue par la Steel Corp était loin d'être gagnée mais l'entreprise prenait petit à petit ses marques à Galway, plaçant ses pions avec soin.

" Non, ça ne m'effraie pas. Peut-être parce que je ne me suis jamais posé la question en ces termes. S'ils sont plus forts que nous, ils restent bien moins nombreux et l'organisation n'est pas leur fort... "

Certes, ce n'était pas tout à fait vrai... mais ce n'était pas la peine d'effrayer James. Il lui fallait déjà accepter la réalité.
Elle ne pouvait pas lui dire qu'elle avait rejoint et servait assidument un homme qui voulait faire disparaitre tous les hommes et toutes les femmes "normaux" ou au mieux les asservir au profit des espèces supérieures. Qu'elle y croit ou non n'entrait pas en compte. Qu'elle soit d'accord ou non, pas plus. Il l'avait sorti de son enfer cotonneux et elle lui en serait éternellement reconnaissante. Elle le servirait jusqu'à sa mort pour le lui témoigner.
Elle ne se posait pas la question... jusqu'à ce qu'un homme la lui pose. S'en sortiraient-ils ?

" Je ne sais pas si les vampires et les lycans vont signer notre fin... Mais cela ne sera pas de mon vivant en tout cas. " sourit-elle avec conviction. " Et détrompez-vous James. Les humains ne sont pas si faibles que cela. N'avez-vous rien entendu à propos de capacités particulières ? Vous qui croyez en l'évolution, ne pensez-vous pas possible que nous continuions d'évoluer ? "

Oui, les humains paranormaux existaient et c'étaient les mieux armés à se défendre contre les créatures fantastiques qui peuplaient Galway et le monde. Encore fallait-il qu'ils le veuillent, qu'ils se regroupent... qu'ils y pensent seulement. Après tout, eux aussi étaient des "bêtes de foire", des mythes, des légendes, des mal-aimés, des cauchemars...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
Professeur J. M.

Messages : 235
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeVen 10 Aoû 2012 - 20:09

Enfin ! Le professeur avait ce qu’il désirait. Depuis le début il le pressentait, la jeune femme semblait savoir des choses, beaucoup de choses sur la façon de se battre contre ces monstres.
Mais mieux encore, elle parlait de capacités particulières. Une phrase qui pouvait sous-entendre bien des choses. Pour la première fois le professeur allait enfin avoir du concret. Cette conversation était donc primordiale.

Cette soirée était des plus excitantes. Non seulement James allait avoir les précisions qu’il cherchait mais en plus il passait un très bon moment en agréable compagnie. Il fallait dire que depuis son arrivé, chaque instant partagé avec un habitant de cette ville avait terminé en bras de fer afin de soutirer un maximum d’informations d'un coté comme de l'autre.

« J’avoue que moi même je n’étais pas effrayé par ce genre d’hypothèses, mais depuis que je suis sur Galway, les histoire que l’on raconte me font froid dans le dos. »

Il termina son verre.

« Mais voilà que je me montre tel un oiseau de mauvaise augure. J’espère ne pas avoir contaminé avec mes sombres pensées. Je suis désolé, il faut dire que la curiosité est sans doute le pire de mes défauts. »

Il rigola un finissant son plat.

« Par contre, si cela ne vous dérange pas, j’aimerais revenir sur une de vos phrases… Vous avez parlé de capacités, d’évolution de l’Homme. Mon imagination est peut être trop fertile mais êtes-vous en train de m’expliquer qu’il existe des gens dans cette ville qui ont développé des dons pour lutter contre ces créatures surnaturelles ? »

Le cerveau du professeur tournait à plein régime, des idées plus folles les unes que les autres commençaient à émerger dans sa tête.
Et si Juliet n’avait pas peur de ces créatures parce qu’elle ne se sentait pas menacée par elles ? Et si elle ne craignait pas de se faire remarquer car elle était plus forte qu’elles ? Et si sa façon de lutter contre ces monstres n’était pas acquis mais innée ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
Juliet Ahston

Messages : 921
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeSam 11 Aoû 2012 - 13:30

"Pour un scientifique, ça serait triste de ne pas être d'une nature curieuse. En tout cas, moi je trouve... Cela dit, je n'ai rien d'une érudit et j'adore apprendre des choses donc peut-être n'est-ce pas incompatible d'être refermé sur son nombril et scientifique ? Vous devez mieux connaitre ce milieu que moi... " sourit la demoiselle. "De toute façon, j'ai accepté ce diner en connaissance de cause il me semble. Je ne peux pas faire comme si je n'étais pas au courant et c'est d'ailleurs pour discuter ainsi que j'ai accepté."

Il était mignon à s'excuser ainsi de laisser parler sa curiosité. Peut-être était-ce la bonne façon de faire d'ailleurs ? Se montrer trop entreprenant vis-à-vis d'un(e) inconnu(e) n'était pas une chose qui se faisait conventionnellement. Cela dit, Juliet laissait parler sa spontanéité systématiquement et elle avait du mal avec ces barrières qu'édifient les gens autour d'eux pour se protéger du monde extérieur. Ça lui apportait parfois des problèmes, mais jamais rien de bien méchant jusqu'à présent. Elle mettait volontiers les pieds dans le plat en s'imposant ainsi mais comme elle ne pensait jamais à mal, finalement, on lui pardonnait. Oui, c'était arrivé qu'elle s'excuse lorsque l'embarras était trop fort. Mais dans cette situation-ci, il ne lui semblait pas paraitre stressée ou embarrassée d'une quelconque façon par la discussion.

" Je n'ai pas dit que ces capacités servaient à lutter contre quiconque..." Elle marqua une pause, le temps d'avaler une boulette de pâtes entortillée autour de sa fourchette.
"Elles n'existent pas dans un but, pas avec un objectif précis ou alors j'ignore complètement le dessein qui se cache derrière tout ça. Je sais juste qu'il y a une histoire de mutation ou de génétique ou un truc comme ça... Tout cela est un peu compliqué pour moi, je vous l'avoue... L'école est un peu loin derrière moi maintenant.

Et elle n'avait même pas achevé son parcours. Pas de cours pour les fous. Si elle n'était pas de nature à aller vers les autres et vers les choses, elle ne serait pas plus maligne qu'une adolescente de 13-14 ans qui, sortie de ses bouquins sur les vampires et de ses séries avec des bogoss bien musclés qui n'attendent qu'une occasion de tomber la chemise, ne connait rien à la vie et à ses difficultés. Non, non, promis, que Brian Truc ne soit plus amoureux de Karen Bidul ce n'était pas considéré comme un des grands défis de l'existence.
Une gorgée d'eau.

" Vous parlez de dons... En est-ce vraiment ? Certains en jouent peut-être, d'autres doivent se croire investis d'une quelconque mission mais je pense que la plupart voit ça simplement comme un obstacle à une vie normale. "

Dans quelle catégorie se situait-elle sur cette question ? Dans le camp de ceux qui n'ont jamais demandé à venir au monde différent... Sa vie aurait été tellement plus simple... Elle aurait fait les études qu'elle souhaitait, aurait trouvé un boulot temporaire en espérant obtenir le poste qu'elle enviait mais serait finalement restée dans ce travail confortable. A son âge, elle aurait peut-être trouvé son futur mari et parlerait mariage et enfants... Où était tout ça ? Certes, elle ne voulait pas de cette routine routinière mais si elle avait eu le choix, ne l'aurait-elle pas accepté finalement cette vie "normale" qu'on lui offrait ?
Pendant que ces pensées trottaient dans sa tête, elle termina à son tour son assiette.

" Si on vous laisse le choix, préfèreriez-vous être un homme normal et heureux de vivre anonymement ou bien celui qui est différent et qu'on n'hésite pas à traiter de monstre ? Cela dit, on donne bien ce nom aux vampires et lycans... Il est rare qu'ils aient choisi leur sort eux-aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
Professeur J. M.

Messages : 235
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeMer 15 Aoû 2012 - 21:22

La conversation devenait des plus passionnantes, et le professeur s’estimait chanceux d’avoir croisé une personne si ouvert d’esprit, et loquace quand aux rumeurs qu’il avait entendu.
Enfin il semblait pouvoir discuter de ce qui se disait tout bas avec une personne. En plus cette histoire d’humain avec des capacités hors du commun.

« Attention, on ne dit pas que l’on a soif de connaissance à un professeur comme moi, sinon je vais vous assommer de discours et de théories plus barbante les unes que les autres. »

James éclata de rire avant de reprendre sur un ton plus sérieux.

« Généralement un bouleversement génétique est une réponse, un moyen de s’adapter à son environnement. Que ce soit un don pour se camoufler comme certains papillons, ou encore une adaptation plus agressive comme certains insecte, un bouleversement génétique de grande ampleur est souvent associé à un prédateur, ou tous simplement à sa survit. Rien en ce monde n’est fait inutilement. »

James avait remarqué que la jeune femme semblait s’intéresser particulièrement à cette histoire de don. Il avait déjà quelques doute à la façon dont elle orientait la conversation, et plus le temps passait plus pour lui les doutes devenaient certitudes.

« Vous savez, depuis la nuit des temps, ce genre d’évolution à toujours été perçu comme u don et une malédiction. On n’a jamais apprécié les précurseurs, que ce soit au niveau des idées, alors un changement d’ordre génétique je n’ose imaginer. »

Le ton de voix du professeur était calme, un peu comme s’il s’adressait à ses élèves, déformation professionnelle sans doute.

« Je ne vois pas les choses de la même façon, pour moi avoir un tel potentiel ne fait pas de vous un monstre. Bien au contraire. Je sais que c’est facile de dire ça, je suis un homme normal ne sachant pas tous ce que ça implique. Cependant si une personne venait me voir me disant qu’elle a une particularité aussi singulière je ne la traiterais pas de monstre bien au contraire, je pense même qu’elle a de grande chance de représenter l’avenir. »

James était sincère, il mourrait d’envie de croiser une telle personne, et avec un peu de chance son rêve s’exaucerait ce soir même…

« Mais vous semblait avoir quelques connaissance au sujet de ces dons. Pourriez vous me donner un exemple de ces fameuses capacités ? Car après tout je suis peut être dans le faux, m’imaginant des choses. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
Juliet Ahston

Messages : 921
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeVen 17 Aoû 2012 - 20:34

"Oh, vous pouvez toujours, je ne suis simplement pas sure de tout comprendre et tout enregistrer. " se moqua-t-elle gentiment d'elle-même lorsque James lui expliqua qu'il était dangereux pour elle de se dire curieuse face à un professeur.

Elle l'écouta néanmoins avec toute son attention et comprit évidemment tout de ce qu'il raconta. Les mutations génétiques étaient une réponse "biologique" d'une espèce pour sa propre survie, face à un danger, un prédateur ou n'importe quoi qui le menace. A vrai dire, cela la laissait très perplexe vis-à-vis des mutations humaines dont elle n'arrivait pas à percevoir le sens caché.

" En un sens, vous dites que la nature est bien faite. Après tout, c'est pas totalement faux... même si la Terre tourne pas très rond. Du coup, si on suit cette logique évolutive, ceux que vous pensez être vos ennemis, vampires, loups garous et autres créatures qu'on peut imaginer nocturnes et terrifiantes, sont eux aussi le fruit de cette évolution, non ? Pourtant vous êtes plus enclin à les définir comme des monstres, je me trompe. "

Elle avait bien sur entendu ses dernières questions et cherchait comment y répondre... Elle en avait trop dit et pas assez à la fois. Certes, Juliet venait de trouver son premier potentiel fan mais elle rechignait toujours à étaler sa particularité au grand jour et au premier venu. Parfois, elle ne faisait pas exprès et se dévoilait un peu... Ce soir, c'était son discours qui l'avait trahi. Elle était trop concernée par la question pour paraitre détachée et objective.
Alors, elle préféra rester curieuse.

" Dans le faux... ? Non je ne pense pas ; après tout, vous venez bien d'avoir confirmation de l'existence des créatures de la nuit. Mais concernant ces dons ou malédictions, vu qu'il s'agit d'une question de point de vue... Vous dites qu'il y en a depuis la nuit des temps... ? Comme quoi par exemple ? Vous pensez que certains noms célèbres de l'histoire aient pu avoir des capacités spéciales ? " demanda-t-elle avec les yeux brillants. Juliet ne pouvait pas feindre de s'intéresser à ce sujet-ci. Cette question l'avait longtemps occupée lorsqu'elle était enfermée. Était-elle la seule ? Et si des personnes célèbres s'en étaient sorties, avaient réussi à dépasser ce fléau pour s'élever au rang qui était devenu le leur, n'était-ce pas le signe qu'elle pourrait elle-même s'en sortir ?... un jour ?

Elle délaissa volontairement la question du professeur. Ses propres questionnements l’amèneraient à finalement lui répondre. Mais elle n'était pas pressée et était en même temps joueuse et impatiente de savoir si elle pourrait s'en sortir avec une pirouette ou si elle devrait finalement cracher le morceau.

_________________
Le lounge - Page 5 Bann-juliet-6-426f348
Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
Professeur J. M.

Messages : 235
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeLun 20 Aoû 2012 - 20:53

Le professeur fit un geste de la main pour demander à la serveuse d’apporter une autre bouteille d’eau. Il ne voulait pas non plus s’embrumer l’esprit par de l’alcool bu en trop grande quantité durant cette conversation.
Surtout que James avait l’impression que son amie de la soirée éludait certaines parties de la conversation au profil d’autres sujets. Malheureusement cela ne faisait qu’augmenter la curiosité du professeur.

Cependant elle lança une réflexion des plus intéressantes et il décida de se laisser porter par ses interrogations.

« Des monstres… D’un point de vue biologique non il n’y a pas de monstre sur la planète. »

Mais d’un point de vu personnel, si. Pour le professeur il s’agissait bien de monstres, d’odieuses créatures qui ont tué ses parents quelques années auparavant, et contre lesquelles il n’aurait aucune pitié…

« Cependant pour moi ce ne sont pas des évolutions. Tous simplement à cause de leurs mode de « propagation ». Si ce que j’ai entendu est exact, pour la lycantrhopie par exemple, cela se transmet par une morsure. Biologiquement parlant cela ne me fait pas penser à une évolution, mais plutôt à une maladie, la morsure ressemble plus à un mode de contagion qu’à une adaptation pour la survie de l’espèce. »

Il remercia la serveuse qui apporta la bouteille d’eau et d’un signe de main, il proposa à Juliet de remplir son verre.

« D’ailleurs je ne sais pas ce qu’il en est vraiment avec ces humains « spéciaux », mais s’ils existent, ma première hypothèse serait que justement eux seraient une réponse pour lutter contre ce monde de contagion. Mais je reste d’accord avec vous. Les lycanthrope ne le sont pas par choix, ils subissent, voilà pourquoi je fais un parallèle avec une maladie… C’est schématique bien entendu. »

Il but une gorgée d’eau.

« Bien entendu je ne pense pas qu’il y ait des personnes avec des donc extraordinaire depuis la nuit des temps, je pense qu’au contraire ces personnes sont apparus récemment. Mais tous cela ne sont que des hypothèses, des spéculations. Je n’ai jamais eu l’honneur de croiser un. Et vous chère Juliet, avez-ou eu ce privilège ? »

Certes James revenait sur le sujet que la jeune femme tentait d’éviter mais cette fois-ci avec plus de tact, lui permettant de se protéger derrière la carte du « j’ai un ami qui… ». Car oui il était intimement convaincu que Juliet était une femme extraordinaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
Juliet Ahston

Messages : 921
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeMar 21 Aoû 2012 - 17:54

"Maladie ? " répéta la jeune femme en penchant la tête à droite puis à gauche, puis encore à droite, l'air songeuse.
" Si on compte la longévité accrue, la force qui se développe et d'autres avantages dont je ne me souviens pas, c'est une maladie que beaucoup aimerait attraper. Certes, y a des désavantages non négligeables également... Transformations, non maîtrise des pulsions de son corps. Bizarrement, ceux qui seraient prêts à se faire mordre volontairement oublient ces petites choses. "

Juliet avait toujours l'air songeuse en terminant cette phrase. Non, ça ne l'intéressait pas du tout de devenir autre chose qu'elle-même. Il y avait déjà bien assez à faire de sa personne et de sa capacité pour se retrouver confrontée à d'autres problématiques. D'ailleurs, ça pourrait se cumuler : lycanthropie ou vampirisme et son "don" ? Elle en frissonna presque et fut bien contente de trouver un verre d'eau plein pour l'aider à chasser cette idée bizarre.

Mais l'hypothèse émise par James la lui remit immédiatement en tête et elle posa finalement sa question tout haut, éludant bien entendu d'y inclure sa personne.
" Et si un humain spécial se fait mordre ? Conserverait-il ses compétences ? Si celles-ci s'ajoutent à ce que l'on développe lorsqu'on est loup ou vampire, ça peut faire plus de dégâts que de bien... Je ne préfère même pas rencontré une telle personne."
Et le frisson la reprit, hérissant les poils de ses avant-bras.

Par contre sa technique de reculer pour mieux esquiver ne réussissait pas des masses ; le prof revenait à la charge. Connaissait-elle une ou plusieurs personnes ayant des capacités ? Un peu oui ; elle vivait avec vingt-quatre heures sur vingt-quatre et devait se maîtriser tout ce temps pour arriver à cohabiter convenablement avec elle.

" C'est dommage... J'aurais bien vu le président Lincoln chasser des vampires grâce à un don quelconque... "
sourit-elle. " J'ai rencontré une personne comme ça ; je l'ai croisée à plusieurs reprises mais je préfère l'éviter car elle me fait peur. "

Schyzophrénie taperait-elle à la porte du cerveau de la brune ? Non, non rassurez-vous ; cela était juste une façon détournée de parler de sa capacité comme d'une personne extérieure à elle-même. Elle en avait longtemps eu l'impression ; l'incendie l'avait traumatisé pendant des années... Avant qu'elle comprenne qu'elle était responsable sans l'être vraiment. Oui, je vous assure qu'elle alla mieux après avoir eu cette révélation.

" Elle joue avec le feu... enfin, ce n'est pas tout à fait exact. Je ne sais pas comment elle fait mais elle déclenche des incendies. Sans rien utiliser sinon elle-même. Je ne suis pas sure que vous accepteriez de la rencontrer... Elle est un peu folle sur les bords. "

_________________
Le lounge - Page 5 Bann-juliet-6-426f348
Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
Professeur J. M.

Messages : 235
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeMer 22 Aoû 2012 - 18:11

La jeune femme allait vite, très vite, voir même trop vite. Les informations qu’elle donnait, les interrogations qu’elle se posait avaient l’effet d’une bombe dans le cerveau du professeur qui était au bord de la saturation.

Il fallait dire qu’admettre l’existence d’humains spéciaux était déjà quelque chose d’important à assimiler. Le concept même d’évolution aussi importante chez l’Homme avait de quoi soulever quantité d’interrogations, alors associé à l’interaction avec les lycanthropes, ou encore la cause même de ces changements…

Mais il y avait une chose qui était prioritaire pour James, l’idée que Juliet était ou avait rencontré une personne avec ce genre de don.

« Lincoln chasseur de vampire… cela ressemble à un titre de film de série Z pour être franc ! »

James rigola imaginant le potentiel d’un tel scénario, puis reprit avec plus de sérieux.

« Vous faire peur ? J’avoue être étonné, déjà parce que vous semblez immunisé contre la peur. Je vous croise en plein soirée dans une rue de cette cité qui semblerait est envahit par des créature au dessus de nous sur la chaine alimentaire, sans détecter la moindre crainte. Ensuite parce que je ne vois pas en quoi une personne avec un don peut se montrer effrayante. »

Le professeur eut la réponse avec les derniers mots de la jeune femme. Le feu ? Effectivement quand James pensait a des dons extraordinaire il était loin du compte.

« Je vais peut être vous étonner, mais j’adorerais la rencontrer. Et je pense qu’un tel don ne doit pas être évident à maitriser, et surtout pas évident à vivre. Cela peut sans doute expliquer sa « folie ». Cependant je ne sait pas si vous la connaissez bien, mais je serais vous je tenterais de l’aider. Cela ne doit pas être évident de posséder un tel don. »

Il but une gorgée d’eau. Le professeur tentait de camoufler son excitation, mais il devait bien l’admettre, il mourrait d’envie de rencontrer son « amie » et surtout de pouvoir discuter franchement avec elle… Il continuait à se persuader que la jeune femme qu’il avait en face de lui était bien cette fameuse « folle » au pouvoir extraordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
Juliet Ahston

Messages : 921
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeJeu 23 Aoû 2012 - 8:36

" Je suis comme tout le monde... Certaines choses m'effraient. Mais il ne faut pas s'arrêter de vivre comme on l'entend pour autant. On ne ferait plus grand chose et ça serait bien triste. " sourit la brune.

Elle était aussi très largement en mesure de se défendre contre quiconque lui voudrait du mal, qu'il soit vampire ou violeur. Mais ça, elle ne pouvait pas le dire.

"La rencontrer ? Ça vous plairait de rencontrer la pyromane ? Vraiment ? " Sous son trait large de crayon noir, ses pupilles s'agrandirent sous la surprise, assombrissant davantage son regard.
Il voulait la rencontrer ? Elle qui pensait que son petit argumentaire l'aurait sinon refroidi, au moins fait émettre quelques réserves sur les humains extraordinaires ; voilà qui était raté. Elle aurait peut-être du insisté davantage sur la folie... ? Mais il se montrait aussi compréhensif que son protecteur à propos de son pouvoir et de la non-maitrise de celui-ci. C'était un peu perturbant.
Elle fut bien heureuse que la serveuse vienne leur porter la carte des desserts. Cela lui permit de retrouver une contenance. Elle fit mine d'y jeter un œil pendant quelques secondes puis posa la carte sur la table.

" L'aider ? Comment vous y prendriez-vous ? " s'enquit Juliet, curieuse mais également perplexe. " Si vous avez de bonnes idées, je suis preneuse... "

Elle but une gorgée d'eau.
" Elle n'est peut-être pas foncièrement méchante mais ce qu'elle sait faire est plus qu'impressionnant... "
Mmh... ce n'était peut-être pas ce qu'il fallait dire... Elle se maudit de n'avoir pas tourné 7 fois sa langue dans sa bouche, et au moins autant de fois la phrase dans sa tête pour la formuler d'une autre façon. Avec ça, James risquait d'être encore plus intéressé par cette "inconnue"...

_________________
Le lounge - Page 5 Bann-juliet-6-426f348
Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
Professeur J. M.

Messages : 235
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeSam 25 Aoû 2012 - 21:58

Il semblait que les idées du professeur ne laisse pas la jeune femme indifférente. Alors que l’instant auparavant elle avait tenté d’éviter le sujet, voilà que maintenant c’était elle qui lui posait plein de questions sur le sujet.
Pour le professeur c’était la preuve que la jeune femme était bien plus concernée par cette histoire qu’elle ne voulait l’admettre.

« Pour l’aider, il faudrait d’abord que je vois son don, comment elle génère du feu, quel est l’élément déclencheur de son don. Si c’est lié a une émotion, à un geste… »

Il marqua une petite pause observant attentivement Juliet.

« Une fois l’élément déclencheur alors je pourrais tenter de lui apprendre à maitriser cet élément, voir si elle peut le moduler, et donc contrôler la quantité de flammes… Bref maitriser totalement son don… Enfin bref ce ne sont que des hypothèses, je ne pourrais pas l’aider concrètement avant d’en savoir plus. »

Une fois que Juliet fit son choix, il demanda un café gourmand à la serveuse.

« Mais être capable de manier le feu n’a rien d’effrayant, c’est même extraordinaire. J’avoue que je serais honoré de la rencontrer… »

James en était certains, Juliet était cette personne, mais elle semblait avoir honte de son don. Peut être en avait-elle souffert ? Mais pour le professeur cela était extraordinaire et assister à un tel miracle n’avait rien d’angoissant au contraire. Cependant le petit jeu qu’ils pratiquaient pouvait encore durer longtemps. Et James n’était pas vraiment quelqu’un de patient.
Alors que la serveuse leurs apporta leurs dessert, le professeur décida de jouer, « carte sur table ».

Il se saisit de son café, en bu une petite gorgée avant de reprendre, fixant Juliet droit dans les yeux.

« Il va falloir que je vous supplie de me montrer ce don extraordinaire ? »

Il reposa son café les yeux brillant.

« Je ne suis pas effrayé, bien au contraire, je trouve que ce que vous avez est extraordinaire et je donnerais n’importe quoi pour vous venir en aide. »

James observer attentivement la réaction de Juliet. Il espérait ne pas l’avoir effrayé, après tout il avait tenté un coup de bluff…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
Juliet Ahston

Messages : 921
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeDim 26 Aoû 2012 - 8:07

Juliet avait commandé une crème aux œufs. Lorsque celle-ci arriva, elle n'y toucha d'abord pas mais loucha plutôt sur le sachet de sucre qui accompagnait le café de James. Du sucre dans une crème aux œufs déjà sucrée ?

" Je peux le prendre ?" demanda-t-elle en tentant la main vers l'objet convoité. Elle avait bien sur entendu la question, l'insinuation mais semblait imperméable à cette requête. Uniquement concentrée sur son dessert.
Étrange me direz-vous... Curieuse et pressante l'instant d'avant, elle avait radicalement changé pour retrouver une attitude posée et presque détachée.

Dans son cerveau, ça bouillonnait par contre. Pas tant qu'il ait deviné ; enfin si quand même... Mais c'était surtout les méthodes qu'il proposait d'utiliser et sa clémence pour une individu que beaucoup condamneraient immédiatement... que beaucoup avaient immédiatement condamné...

" Vous me rappelez quelqu'un... Quelqu'un que j'aime beaucoup. " sourit-elle sincèrement.

Le sachet en main, elle l'ouvrit pour déverser les petits grains blancs sur la crème froide. Elle y allait doucement, presque minutieusement pour qu'aucun espace ne soit pas recouvert de sucre. Elle s'aida même de sa cuillère pour tartiner harmonieusement son dessert. Elle ne se pressait pas, laissant mariner le professeur par la même occasion.

Puis elle releva le regard de son "œuvre" pour fixer celui de son interlocuteur. Sans regarder ce qu'elle faisait, elle frotta son pouce de la main droite contre l'index de la même main. Cela ressemblait au geste qu'on fait lorsqu'on parlait d'argent, sauf qu'elle le fit plus large et plus appuyé. Et ça n'avait pas non plus le même but.
Une étincelle puis une petite flamme vint courir le long du sucre pour le recouvrir entièrement et le faire fondre. Vous avez demandé une crème brulée ? Servie devant vos yeux ébahis !

Juliet attrapa ses cheveux pour les mettre derrière son visage et vint souffler sur son dessert flambé comme on souffle sur un gâteau d'anniversaire lorsqu'on est enfant. Le sucre avait caramélisé et recouvrait désormais d'une croûte brune encore chaude la crème aux œufs. Elle y fit glisser le doigt, faisant fi de la température et porta à sa bouche une petite partie de ce caramel.

" C'est meilleur comme ça je trouve. Vous voulez goûter ? Attention par contre, même le récipient est chaud... " demanda-t-elle en tendant le petit pot vers l'autre côté de la table. Elle lui présentait bien sur pas le côté où elle avait mis le doigt ; ça ne se fait pas voyons !

" Cette réponse vous satisfait-elle ? " termina-t-elle après avoir bu une longue gorgée d'eau.

_________________
Le lounge - Page 5 Bann-juliet-6-426f348
Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
Professeur J. M.

Messages : 235
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeLun 27 Aoû 2012 - 20:47

Le professeur resta quelques secondes, fixant la crème brulée que tenait la jeune femme dans ses mains… Jamais un dessert n’avait suscité un tel effet chez le professeur. Malgré tout, et au pris d'un effort surhumain il garda son calme apparent. Mais son regard trahissait l'état d'excitation dans lequel il était.

Il se saisit d’une cuillère sans dire un mot et préleva un morceau de la crème avant de la mettre en bouche. C’était effectivement chaud, très chaud.

« Et en plus vous cuisinez divinement bien… Vous n’avez donc aucun défaut ? »

Il lui adressa un petit sourire, toujours la fixant les yeux brillants.

« J’avoue que je suis tous simplement époustouflé, c’est extraordinaire! Mais mon enthousiasme est tel que j’ai du mal à exprimer tout ce que je pense.. »

Il se racla la gorge, tentant de reprendre ses esprits. Y mettre un peu d’ordre serait déjà pas si mal.

« Bien, premier point, je ne vous trouve aucunement effrayante, bien au contraire c’est extraordinaire! Mais revenons en au don. D’apres ce que vous venez de me montrer vous semblez relativement bien le contrôler. Mais… Quand vous générez une flamme, que ressentez-vous ? »

Il bu une gorgée de café en écoutant sa réponse. Le problème était qu’à l’endroit ou ils étaient, commencer à discuter ou demander d’autres démonstrations n’était pas des plus discrets. S’il voulait en apprendre plus et l’aider, ils allaient devoir changer de lieu.

« Surtout, la question que je me pose, c’est l’amplitude de votre don. Son coté malléable, sa puissance… Si cela vous dit, et que vous ne me trouvez pas désobligeant, seriez vous d’accord pour que nous allions dans un endroit disons, plus tranquille, une fois notre dessert terminé ? Nous serions alors plus tranquille et qui sait je pourrais peut être vous venir en aide, du moins je l’espère. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
Juliet Ahston

Messages : 921
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeMar 28 Aoû 2012 - 8:04

" Le goût de la crème en dessous n'est pas de moi. Ce petit tour a l'avantage de payer moins cher un dessert qui, légèrement modifié, est aussi bon que l'original vendu plus cher en restaurant. " chuchota-t-elle, remarquant la serveuse qui trainait dans le coin. " En plus, on peut varier les parfums."

Elle reporta le ramequin de son côté de la table et cassa avec sa cuillère la croute de sucre qui se durcissait davantage à chaque seconde où elle se refroidissait.

" Rassurez-vous j'ai aussi des défauts." sourit Juliet taquine.

Ainsi cette petite démonstration avait eu l'effet escompté. Extraordinaire. Il répéta ce mot plusieurs fois et la jeune femme sourit. Elle ne partageait pas complètement ce point de vue malgré les années qu'elle avait passé dehors qui l'avait amené à s'accepter davantage. Extra-ordinaire, oui : sortant de l'ordinaire, c'était évident mais ça n'avait pas grand chose de magique et de fabuleux finalement...

" Quand je fais une flamme ? Je ne ressens rien de spécial, sinon la chaleur qui s'en dégage. Aujourd'hui, je sais produire lorsque je le souhaite ; je travaille à cela toute la journée. Il m'arrive cependant encore des accidents... car il y a une part d’émotionnel dans le processus chimique de déclenchement. "

James proposa de continuer la soirée dans un endroit dégagé et tranquille afin qu'elle puise faire des démonstrations plus importantes de son don. Don, oui elle avait encore du mal à s'y faire à ce terme.

" Je connais un coin parfait. Il n'y aura aucun risque pour personne et je pourrais même me rincer quand nous aurons fini. " répondit-elle après quelques instants de réflexion.
Pourquoi refuserait-elle d'en montrer davantage ? Si le professeur pouvait lui donner des pistes pour se maitriser mieux, elle ne pouvait pas dire non.

Quand ils eurent terminé l'un l'autre, la brune dévoila l'endroit où elle comptait l'emmener : la plage de Galway. Certes, la ville n'était pas connue touristiquement pour sa balnéaire. De fait, il y avait peu de chance pour que le londonien s'y soit déjà aventuré.

[> La plage]

Spoiler:
 

_________________
Le lounge - Page 5 Bann-juliet-6-426f348
Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
Professeur J. M.

Messages : 235
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeMer 29 Aoû 2012 - 20:45

La jeune femme avait acquiescé quand à son idée d'aller dans un endroit tranquille. James en était ravi, ils pourraient alors parler librement de son don, et surtout elle pourrait lui faire une démonstration plus impressionnante encore. Cependant quand elle avait parlé d'un endroit ou elle pourrait se rincer, James resta perplexe. Tout en finissant son dessert il passa en revu les différents lieu possible ou la jeune femme avait accès à un point d'eau suffisamment important.
Baignoire... non cela signifiait qu'ils se rendraient dans une hôtel ou une maison, et le professeur supposait que ce n'était pas le meilleur endroit pour jouer avec des flammes. Un ruisseau à l'extérieur de la ville ? Vu la quantité de végétations, il y avait aussi des chances que ça se termine en feu de foret...

Le professeur commença à se demander s'il n'y avait pas une piscine municipale dans la ville. Le lieu semblait incongru, mais aux yeux de James plus crédible que les autres. Mais à cette heure si l'établissement devait être fermé... Juliet avait-elle l'idée d'entrer par effraction ?

Le professeur avait beau une éthique discutable quand à la vie ou la mort des lycans, il n'en restait pas moins un anglais pétrie de principe. Aussi l'idée de jouer les collégiens pour une petite escapades nocturne hors des sentiers battus ne le laissa pas totalement à son aise...

Mais l'idée de pouvoir observer Juliet, de la voir exprimer son don était la plus forte, aussi il ne dit aucun mot, se concentrant sur son café gourmand...

vers la palge : http://www.hellsgate.fr/t17-les-bords-de-mer#6245
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeVen 26 Oct 2012 - 21:12

Llylewin sirotait un Bloody Mary à la paille – c’était une première, on ne lui avait jamais servi ce cocktail avec une paille auparavant – en scrutant les alentours d’un air inquisiteur, ce qui ne pouvait pas se voir derrière ses lunettes de soleil à la Audrey Hepburn.

La vampire s’ennuyait un peu ces derniers temps, car la reconstruction du QS et le largage de Magda dans les bras de sa blonde nounou lui laissait beaucoup de temps libre, aussi elle avait décidé de profiter de l’engouement des humains pour la mode rétro pour se replonger dans des styles vestimentaires qu’elle avait enterré des décennies plus tôt.

Ce soir le look sixties était à l’honneur, ses cheveux relevés dans une coiffure mythique des années Bardot, ses yeux surlignés d’un épais trait de rimmel camouflés par ses lunettes opaques, sa bouche rouge cerise embrassant le bout de sa paille tandis qu’elle croisait et décroisait ses jambes sous sa robe rockabily. Oui, elle se sentait bien un peu déguisée, mais cela l’amusait de voir les réactions que cela provoquait chez les hommes : certains la dévoraient du regard, d’autres la dévisageaient plutôt comme une curiosité, d’autres encore avec un certain dégoût. Encore une histoire de truc pas résolu avec leur mère…

La maquerelle n’était pas là par hasard : non, elle ne souhaitait plus égorger Kain pour la soirée atroce qu’il lui avait fait passer, elle avait fini par s’en remettre, mais parce qu’un de ses contacts lui avait affirmé qu’il avait une belle prise pour elle.

Étant donné qu’elle était passée en phase de recrutement actif pour son bordel qui avait été quelques peu dépeuplé par l’attaque des négros, elle avait prêté une attention toute particulière à cette proposition, même s’il avait refusé de lui en dire plus… Elle avait donc fixé rendez-vous à cette « prise » au Bloody Valentine en signalant qu’il faudrait chercher une dame à la robe à pois.


Dernière édition par Llylewin le Dim 18 Nov 2012 - 15:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy & Emmy
Humain
Amy & Emmy

Messages : 150
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeSam 27 Oct 2012 - 14:33

Depuis la soirée qu'elles avaient passées au Bloody en compagnie de Gordon, les jumelles étaient devenues un peu paranoïaques. Le choc de leur découverte du monde de la nuit n'était pas encore totalement digéré ; leur monde de la nuit à elles était moins sanglant, mais tout aussi sauvage. Elles ne savaient pas trop quoi en penser. Prises d'une forte envie de retourner à Dublin, il fallut absolument qu'elles occupèrent leur esprit. Amy s'était jetée corps et âme dans le règlement de documents administratifs toujours plus nombreux, surtout depuis que leur logement était devenu gratuit. Emmy, quant à elle, sur le point de devenir folle, partit quelques jours pour Budapest où ses parents semblaient avoir élus leur nouveau domicile, tout du moins pour un temps. Ce voyage fut si exécrable, si décevant, que la boule au ventre constante qu'elle portait en elle depuis qu'elle avait vu le Wulver et qui l'empêchait de dormir nuit après nuit s'en était trouvé fortement atténuée. A son retour, Amy et elle avaient passées une soirée bien confuse du trouble de l'alcool, et elles furent continuellement ivres pendant trois jours entiers, incapables de faire quoi que ce soit. Amy avait un instant proposé d'appeler Gordon, mais, pour une raison inconnue, les deux sœurs conclurent qu'elles lui en voulaient ; sans doute pour avoir été le Charon de ce monde si inquiétant.

Elles n'osaient plus sortir le soir et s'était parées de toutes les précautions dont il était possible de se parer, étant pour le coup plus prévenantes qu'un natif de longue date. A sa grande surprise, Amy trouva rapidement sur internet une communauté d'humains qui partageaient les astuces les plus ingénieuses. Elle put se défaire de nombreuses croyances mythologiques qui ne leurs serviraient jamais. A présent, leur poignée de porte était en argent, elles avaient déposée une demande à la commission locale du voisinage pour que le système anti-incendie contienne de l'eau bénite, ce qui fut refusé ; là aussi il s'agissait d'un conseil qu'elle avait apprit sur le net. Elle avait eut honteusement peur de faire une telle demande, mais fut finalement soulagé de voir que le motif du refus était l'argent : elle ne serait donc pas prise pour une folle.

Cela dit, plus le temps passait et moins elles étaient motivées à rester. Leur ami, qui avait assuré qu'un contact avait déniché une maison de grand standing où elles se feraient beaucoup plus d'argent et surtout où leur image pourrait prendre une retraite médiatique nécessaire alors que leur ancienne patronne était suspecté de fraude fiscale. Mais ce contact tardait à donner des nouvelles et elles commençaient à s'impatienter. Cependant, elles faisaient confiance à la bonne foi de cet ami qui s'avérait de plus un allier de grande importance dans leur métier. Il était celui qui les avait blanchit auprès de l'équipe d'enquête spéciale au ministère des finances. En effet, c'était le comptable de leur ancienne supérieure, la directrice de l'agence, avec qui elles avaient finit par sympathiser (sincèrement puisqu'il n'y avait jamais eut que des rapport de courtoisie entre eux trois). Son nom était Jarvis.

Enfin, au terme de trois semaines, il avait finit par les contacter avec un enthousiasme peu contenu, il n'était absolument pas au courant de l'attaque de la maison, que son contact avait cru sage de taire. Elles s'étaient donc préparés en circonstance. Et, comme à leur habitude, rien ne leur échappait. Elles avaient vérifié la météo, le trajet, le lieu de leur rencontre - qui s'avéra être le Bloody Valentine, ce qui glaça passablement l'échine d'Emmy qui finit par tordre sa peur au cou. Amy avait essayé en vain d'obtenir des informations sur leur rendez-vous, tout ce qu'elle put apprendre était 'robe à poix'. Elle espérait que la mode de la robe à poix ne profiterait pas précisément de ce jour pour prendre une envolé spectaculaire. Mais ce renseignement était suffisant pour Amy : plus qu'un signe de reconnaissance, leur émissaire devait certainement afficher un look assez chic sans être snob. Elle pensa qu'il faudrait paraître parfaitement à la page sans toutefois avoir l'air de prendre l'élite en norme. Elle dit à sa sœur d'être adapté à la folie de la ville. De plus, être accordées dans leur tenues était essentiel pour les jeunes femmes qui jouaient énormément sur le fantasme que représentait leur ressemblance. Avoir l'air d'un rêve érotique devenant réalité était le meilleur CV qu'elles pourraient présenter à... à quoi ? Peut être une DRH, une consultante qui bossait en externe, ou alors la directrice elle même ? Elles ne savaient pas trop à qu'elle structure elles auraient à faire, mais autant y aller franchement se dit Emmy.

Elles avaient optés pour des robes taillées dans un style écolier d'un noir qui mettait savamment en valeur certaines parties jaune poussin telles qu'une ceinture d'ornement discrète et un col marin. Une paire de spartiates noires finissaient de compléter une ensemble peu adapté à un temps d'automne. Amy s'était décidé pour un rouge à lèvre rose qui passerait assez inaperçue pour ne pas gâcher sa figure agneline et Emmy en avait mit un orange pâle qui irait avec ses cheveux. Avant de partir, devant la glace, elle vérifièrent chacune la mise de l'autre et s'en allèrent.


Arrivées sur place, on prit leur manteau et elles se dirigèrent vers le bar pour prendre un quelque chose (qui, bien sûr, sera jaune) dans un verre à pied conique de belle facture et demander au barman s'il avait vu une femme portant une robe à poix. Il leur indiqua une poupée anachronique à la posture convenue et légèrement altière qui convainquit immédiatement les deux jeunes femmes. Un regard circulaire dans la salle acheva leurs doutes : elle était bien la seul femme portant une robe à poix dans tout le lounge. Elle remercièrent le barman poliment et allèrent rejoindre la table de leur contact, se réjouissant d'avance de leur rencontre. Elles ralentirent imperceptiblement le pas en se trouvant à proximité de façon à se que leur arrivée ne soit pas perçut comme agressive ou, d'une quelconque manière, comme violation de l'espace vital de la femme et de sa tranquillité. Elle attendait de toute évidence quelqu'un et elles tenaient à marquer dans leur démarche qu'elles étaient ce quelqu'un et que leur venu était synonyme de plaisir et non de mécontentement. C'était là leur façon de procéder habituelle lorsqu'il s'agissait d'aborder une personne qui ne vous désirait pas sexuellement ou que ce désir fut opaque.

Avant de s'assoir, elles ouvrèrent le bal en se présentant. Il aurait été de mauvais ton de venir de façon diplomate pour ensuite prendre le contrôle des chaises en envahisseur :
"- A : Bonjour mademoiselle. Je suppose que vous attendez quelqu'un ? Nous aussi.
- E : Est-ce qu'on peut vous tenir compagnie ? On a des tas des choses à se dire.
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeDim 28 Oct 2012 - 18:33

Lorsque le regard de Llylewin se posa sur les jumelles, ses pupilles se mirent à briller comme celles d’un enfant un matin de Noël, mais cela ne se perçut pas, camouflée comme elle l’était derrière ses lunettes de soleil.

*Ouuh, le petit cachottier !* pensa-t-elle à l’intention de son contact qui n’allait pas manquer de réclamer une double commission. Les jeunettes étaient mignonnettes, un peu trop squelettiques à son goût, mais après tout certains hommes appréciaient les silhouettes faméliques et il en fallait pour tous les goûts !

Asseyez-vous, je vous en prie, fit-elle en occultant le fait qu’il n’y ait qu’une seule chaise en face d’elle. Si les gamines étaient dégourdies, elles en trouveraient bien une autre !
Soudain, un vieux souvenir lui revint en mémoire : en plein travail pour la première ouverture du Quality Street, le Bloody Valentine, les jumelles Connors, la négociation très serrée sous leur bureau pour les spiritueux… Mais la vampire se ressaisit immédiatement : ce n’était pas le moment de songer à la bagatelle, les jumelles Connors avaient disparu et son bordel avait bien failli faire de même, il fallait donc rester concentrée et penser au business.

D’un claquement de doigt, elle héla un serveur afin qu’il puisse prendre les commandes des deux demoiselles et décida de lancer les hostilités en attendant, time is money comme qui dirait :

Bien le bonsoir mesdemoiselles, je me présente : Llylewin, tenancière du Quality Street, à qui ai-je l’honneur ?
Un peu trivial certes comme entrée en matière, mais les préliminaires étaient toujours très révélateurs sur la personnalité des inconnus, et permettaient de voir s'ils étaient plutôt du genre direct ou bien à tourner autour du pot avant de rentrer dedans. Autant d'informations essentielles pour les gens de la profession!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy & Emmy
Humain
Amy & Emmy

Messages : 150
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeDim 28 Oct 2012 - 20:52

La mystérieuse inconnue (un pléonasme diront certains) invita les deux sœurs à prendre siège, ce qu'elles firent, non sans qu'Amy ne requière avec force fausse vulnérabilité auprès d'un charmant jeune homme qui semblait diner en agréable compagnie. On lui plaça de quoi s'assoir et elle prit place auprès de sa cadette en assez peu de temps pour ne pas paraître gauche.

Leur interlocutrice héla un garçon qui accourut avec une certaine intimidation. Il semblait afféré et lorsqu'il lança un regard interrogateur à celle qui venait de l'appeler, sur le point de formuler quelque sentence de politesse, les deux jumelles exhibèrent avec amusement leur verre, signalent pour ainsi dire l'inutilité de la manœuvre. Le garçon parut plus victimisé qu'exaspéré lorsqu'il repartit bredouille.

"- Bien le bonsoir mesdemoiselles, je me présente : Llylewin, tenancière du Quality Street, à qui ai-je l’honneur ?
- A : Amy. Et voici ma sœur Emmy. Nous venons de Dublin.
- E : On ne se serait pas déjà vu quelque part ?
"
Emmy venait en effet de noter la forte ressemblance avec une autre femme qui avait déjà passée au travers du long périple trombinoscopique de son existence. En fait, ladite Llyewin ne ressemblait que très peu à la femme qui avait assisté, elle aussi, à la soirée du Bloody Valentine et c'était à peu prêt pour cette raison qu'elle ne l'avait pas directement reconnue. Cependant, à l'inverse de sa grande sœur, Emmy était très physionomiste. Les lunettes et la chevelure radicalement différente - et ce en tout points - à la dernière fois qu'elles s'étaient rencontrés jetaient le trouble dans ses réminiscences mais certains traits de son visage, en particulier l'insolence de sa mâchoire, n'échappaient pas à l’œil affuté d'Emmy. De plus, il lui était à peu prêt impossible d'oublier cette voix qui, quelques semaines plus tôt, avait jeté un froid sur l'assemblée, en particulier sur Charlie, leur amie d'un jour qui - à ce qu'il lui semblait - devait certainement la connaître, sans pour autant en penser du bien. Et bien qu'Emmy ne se rappelât cet événement, elle prit d'instinct sur elle de se méfier.

Amy n'était manifestement pas sur la même longueur d'onde et avança l'initiative :
"Comme vous vous en doutez, nous sommes à la recherche de travail. Nous avons eut quelque différents avec notre ancienne maison. Si vous lisez les journaux, vous ne serez pas sans savoir que l'agence Seraphine de Dublin est en liquidation judiciaire à cause d'une sombre affaire de fraude. On a donc cherchés à nous mettre au vert, si l'on peut dire. Si vous voulez un CV ou quoique ce soit de similaire, je vous invite à prendre contacte avec notre comptable (elle fait glisser une carte de visite). Il est autorisé à vous fournir les chiffres de notre rentabilité avec la plus parfaite transparence.
- E : Maintenant, ce qui nous intéresse, c'est, premièrement, de connaître les taux de répartition des gains et deuxièmement, de savoir exactement quel genre de services vous fournissez
- A : Sur place, à emporter, escort, évènementiel, quel type de clientèle etc.
"

Le côté affaire avait indéniablement prit le dessus, ce qu'Emmy n'avait pas souhaité. Elle voulait vraiment faire bonne impression et l’obsession d'Amy de vouloir être celle qui s'engageait les deux mains dedans pour mettre du pain dans l'assiette était quelque fois agaçante, bien qu'elle ne doutât en aucun cas qu'elle ne prit jamais ce rôle qu'au sérieux. Amy, quant à elle, n'était pas si à cheval sur la négociation. En réalité elle était plutôt pressée d'en venir aux fait, de se projeter dans l'avenir d'une nouvelle collaboration et elle avait envie que Llylewin leur parle de leur futur travail, si toutefois travail il devait y avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeLun 29 Oct 2012 - 22:38

Deux petits Irish, voilà qui l’arrangeait bien, avec la tendance émergente chez les humains de vouloir préserver la planète les denrées locales avaient plus le vent en poupe que les exotiques.

Peut-être s’est-on déjà croisées, je ne saurais dire, je réserve mes aptitudes de physionomiste pour l’enceinte de ma maison close, aussi je me souviens rarement des inconnus aperçus en extérieur.

Le comportement des jumelles la surprit quelques peu, car en règle générale c’était plutôt elle qui posait les questions, et les jeunes filles se montraient plutôt loquaces et curieuses, ce qui n’était pas en soi un mauvais point, du moment qu’elles savaient la fermer quand il le fallait.

C’est très gentil, mais vous pouvez garder vos Cvs et autres paperasseries, je me fiche pas mal que vous sachiez écrire et de votre aptitude à faire une jolie mise en page, les compétences que je demande à mes filles sont purement pratiques…
Je suis plutôt de la vieille école voyez-vous, les promesses, c’est bien, mais les faits sont bien mieux !
leur répondit-elle en leur faisant poliment glisser leur carte de visite. La publicité n’avait jamais été sont fort.

Ensuite, pour parler concrètement, vous êtes rémunérées en fonction de votre talent. En clair, vous êtes libres de fixer le prix que vous pensez valoir, à vous d’être assez clairvoyantes pour ne pas vous brader ou au contraire vous surestimer…

La maison prélève 50% des gains des filles logées sur place, 30% pour celles qui louent uniquement une chambre à la nuit, mais je n’hésite pas à me séparer des filles qui ne me rapportent pas assez ou bien à revoir mes pourcentages à la hausse, je ne suis pas un B&B ni une œuvre de charité
, conclut-elle d’un ton sec avant de faire signe au serveur reparti bredouille de lui ramener un second cocktail.

Quant aux services que nous proposons, reprit-elle en jouant avec sa paille du bout des doigts, jusqu’à présent nous nous limitions exclusivement à la consommation sur place, car vu le contexte actuel une fille qui sortirait la nuit ne serait pas sure de rentrer au petit matin… Cependant l’apparition d’un nouvel actionnaire pourrait changer la donne, et nous amener à nous reconvertir dans l’évènementiel, mais rien n’est encore sur.

Et pour finir sur notre clientèle, elle était jusqu’à présent assez hétéroclite : du vieux garçon célibataire fétichiste du sous-vêtement aux couples en goguette, le seul point commun était leurs bourses bien remplies, mais m’est avis que notre nouvel actionnaire risque de nous apporter une recrudescence de businessmen.
Bien, maintenant mesdemoiselles, à vous de me dire quels services vous fournissez,
embraya-t-elle en faisant glisser ses lunettes sur son nez pour les toiser par-dessus la monture, travaillez-vous séparément, en tandem, en duo ? Homme, femme, les deux, à plusieurs ? Il y a a-t-il des voies interdites que vous vous refusez à explorer ? Dites-moi un peu quel genre de prestations vous avez l’habitude de fournir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy & Emmy
Humain
Amy & Emmy

Messages : 150
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeMar 30 Oct 2012 - 23:37

Les verres coniques n'avaient pour ainsi dire presque pas étés touchés. Les jumelles écoutaient avec attention. Elles avaient un peu de mal à se faire au ton autoritaire de Llylewin, mais une sorte d'intuition leur soufflait que ce ton serait peut être pour le mieux. Elles avaient eut l'habitude d'une directrice beaucoup plus diplomate en apparence, et voilà où elles en étaient à présent. La rudesse verbale de leur interlocutrice était donc accueillit comme un exotisme bienvenue dans leur environnement professionnel. Pour sa part, Amy, qui était moins disposée au refoulement, se sentait légèrement frustrée de voir sa façon d'aborder les choses retournée du tout au tout par leur futur patronne. Elle en conclut que cette dernière voulait d'entrée de jeu affirmer sa position.

Il y eut comme une blanc, une petite pause durant laquelle les trois femmes burent une gorgée ; virgule d'une discussion intéressée. Puis Amy décida de prendre part entière au dialogue, elle estimait bon que Llylewin sache à quel genre de femmes elle aurait à faire, et surtout connaisse leurs méthodes.
"- A : Nous nous surestimons toujours mais c'est justement ce qui nous a réussit jusqu'à maintenant. Vous pouvez nous considérer comme l'effet Veblen du commerce de la chair.
- E : Nous ne logerons pas sur place, tout du moins pas la première année.
"

Les deux sœurs tiquèrent un instant lorsque leur interlocutrice évoqua à demi mot les dangers de Galway. Elles n'avaient pas encore envie d'aborder la partie sécurité de la discussion mais elles sentaient qu'il allait être temps d'en parler, aussi choisirent t-elles de lancer le sujet épineux en même temps que le sujet agréable, celui des services, car, après tout, les deux étaient liés. Lorsqu'elle leur demanda si elles travaillaient en tandem, les jumelles sourirent puis, les regards convergents et les visages de même, les lèvres de l'une pressèrent délicatement celles de l'autre. Ça n'était pas le baiser le plus osé que deux sœurs et a fortiori deux femmes pouvaient s'offrir, mais il avait indéniablement l'air d'un baiser d'amantes. Emmy profita de la fougue naissante que celui-ci venait de stimuler pour répondre aux questions de la tenancière :
"- E : Et bien pour ce qui est de nos pratiques, nous restons assez classiques dans une première mesure et puis
- A : Nous réservons les fantaisies à nos clients les plus fidèles, ceux qu'on a apprit à connaître et donc à contrôler.
- E : Mis à part ça, hommes, femmes, en nombre ou en âge, aucun problème du moment qu'on ait le droit de véto sur les cinglés, et les bestioles en tout genre.
"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeVen 2 Nov 2012 - 19:03

Le serveur revint avec un nouveau Bloody Mary affublé, en plus de la paille, d’un petit parasol en papier.
La vampire soupira devant l’amateurisme du barman probablement stagiaire qui s’amusait à saper le côté profondément lugubre du cocktail avec cette déco kitch avant de reporter rapidement son attention sur les jumelles.

Elles utilisaient un phrasé assez pompeux, ce qui lui déplut assez : en effet, si elle veillait toujours à ne pas employer des filles trop sottes pour qu’elles ne lassent pas les clients, elle évitait toujours en revanche d’en prendre des trop ostensiblement savantes qui risquaient au mieux d’agacer les clients et au pire de les faire se sentir intellectuellement inférieurs, ce qui les ferait fuir à coup sur. L’ego des mâles était une chose fragile qui ne supportait pas de se faire malmener par ce qui servait de réceptacle à leur phallus.

La suite des évènements la mis plus en confiance, car les filles pourraient facilement cacher leur côté bêcheuse en s’embrassant plus et en jactant moins.
Bien mesdemoiselles, je prends bonne note, je ne cache pas que le fait que vous ne rechigniez pas à fricoter avec le côté incestueux de la chose est un bon point pour vous qui saura à coup sur allumer la mèche perverse de certains de nos clients.
J’aurais toutefois besoin de savoir si ce partenariat charnel est strict ou bien malléable, admettons qu’un soir aucun de nos messieurs ne soit disposé à payer pour deux, accepteriez-vous de travailler chacune de votre côté ?

J’en profite également pour préciser que nous ne faisons pas de discrimination en fonction de l’appartenance raciale de nos clients : nous mettons tout en œuvre pour protéger nos filles et nous sommes fermés aux alentours de la pleine lune, mais les filles n’ont pas le loisir de sélectionner la nature de leurs clients, un tel comportement serait fatal à notre établissement, j’espère que vous le comprenez, nous sommes à Galway, pas à Dublin…
conclut-elle sur un air entendu en partant du principe que si les demoiselles avaient abordé le sujet des « bestioles », c’est qu’elles étaient au courant de certaines choses sur les créatures de la nuit, et dans ce cas elle préférait jouer carte sur table tout de suite plutôt que de se retrouver plus tard avec deux pleurnichardes chipoteuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy & Emmy
Humain
Amy & Emmy

Messages : 150
Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitimeSam 3 Nov 2012 - 0:38

Amy n'était pas satisfaite. Les événements récents l'avaient convaincus du danger que représentaient les créatures de la nuits, et ses voyages sur le web l'avaient remplit, sinon de superstitions de paranoïa. C'était tout juste si elle ne s'était pas refusée à aller au rendez-vous présent parce qu'il était fixé de nuit. Aux dernières paroles de Llylewin, elle se rebiffa totalement. Sa sœur quant à elle semblait avoir parfaitement accepté l'idée et en semblait même amusée comme le montrait le sourire en coin pervers qui s'esquissait en bannières de pensées impures.
"- E : Je me demande si un vampire peux bander.
- A : Non non non.
"

Emmy la regarda avec un drôle d'air. Elle espérait qu'elle capterait son regard et qu'elles pourraient communiquer avec les yeux, comme elles le faisaient souvent ; conciliabules efficaces. Mais elle fixait un point de la table, les bras croisés, entêtée.
" A : Vous exigez de nous qu'on couche avec des monstres. Je suis désolé, je veux dire, je suis assez tolérante, mais là on parle concrètement de zoophilie. J'ai vu à quoi ça ressemble, je serai même incapable dans approcher un seul. C'est non."

A ces mots elle se leva et s'en alla d'un seul trait, laissant et son verre et sa sœur sur place. Emmy resta un instant bouche bée. Son étonnement n'était pas complet, mais elle était tout de même surprise.
"E : Je reviens."
D'un bon, mais toujours avec grâce, elle rejoint son ainée et se plaça devant elle pour l'arrêter. Cette dernière tournait la tête, refusant de la regarder dans les yeux. Non qu'elle était vraiment têtue, ce qu'elle avait du mal à accepter, c'est que sa sœur, qu'elle s'était toujours jurée de protéger, sembler mieux s'adapter qu'elle. Elle se sentait faible et inapte, c'était une grande source de frustration pour elle. Emmy lui chuchotait quelques choses à l'oreille et lui lançait un regard à la fois grave et suppliant. Finalement, au terme d'une petite minute, Amy sembla céder, elle opina du chef et s'en alla au toilettes.

La cadette alla donc se rassoir face à Llylewin. Elle canalisa son stress au niveau des mains, jouant avec son cocktail.
"E : Désolé. Vous savez on n'est là que depuis peu et la première soirée qu'on passe dans cette ville, on la passe dans un hôtel restaurant où les chambres son plongées dans le noir, remplit de personnes à la peau glaciale et où les salons sont animés par des loups humanoïdes. Et jusque là, nous, on ne croyait pas plus au père noël qu'à ça. C'est un monde encore trop obscur pour qu'on prenne la décision de s'y aventurer. En fait, je crois que ce dont on manque c'est... D'expérience avec les... Créatures de la nuit."

Amy revint. Elle paraissait totalement maîtresse d'elle même et ne semblait jamais s'être fâchée sur le sujet. Elle s'assit et dit du tac-au-tac :
"- A : Il nous faut une formation dans le domaine, il nous faut savoir comment interagir avec ces choses et il nous faut des garanties pour notre sécurité. Qu'est ce qui nous dit que vous pourrez empêcher... Je sais pas moi, un loup garou, de venir gentillement comme un client lambda et de nous bouffer entre deux levrettes ou à un vampire de jouer le fétichiste de l'hémoglobine avec notre palpiton ?
- E : On sait qu'on peut faire du bon boulot, c'est juste qu'on aimerait pouvoir continuer à le faire en un seul morceau.
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Le lounge - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 5 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Le lounge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Smackdown](V.I.P. Lounge) Inviter Shane 'O' Mac
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Eyre Square
 :: Bloody Valentine
-