AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le lounge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Llylewin
Vampire


Messages : 2199
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeVen 2 Nov 2012 - 19:03

Le serveur revint avec un nouveau Bloody Mary affublé, en plus de la paille, d’un petit parasol en papier.
La vampire soupira devant l’amateurisme du barman probablement stagiaire qui s’amusait à saper le côté profondément lugubre du cocktail avec cette déco kitch avant de reporter rapidement son attention sur les jumelles.

Elles utilisaient un phrasé assez pompeux, ce qui lui déplut assez : en effet, si elle veillait toujours à ne pas employer des filles trop sottes pour qu’elles ne lassent pas les clients, elle évitait toujours en revanche d’en prendre des trop ostensiblement savantes qui risquaient au mieux d’agacer les clients et au pire de les faire se sentir intellectuellement inférieurs, ce qui les ferait fuir à coup sur. L’ego des mâles était une chose fragile qui ne supportait pas de se faire malmener par ce qui servait de réceptacle à leur phallus.

La suite des évènements la mis plus en confiance, car les filles pourraient facilement cacher leur côté bêcheuse en s’embrassant plus et en jactant moins.
Bien mesdemoiselles, je prends bonne note, je ne cache pas que le fait que vous ne rechigniez pas à fricoter avec le côté incestueux de la chose est un bon point pour vous qui saura à coup sur allumer la mèche perverse de certains de nos clients.
J’aurais toutefois besoin de savoir si ce partenariat charnel est strict ou bien malléable, admettons qu’un soir aucun de nos messieurs ne soit disposé à payer pour deux, accepteriez-vous de travailler chacune de votre côté ?

J’en profite également pour préciser que nous ne faisons pas de discrimination en fonction de l’appartenance raciale de nos clients : nous mettons tout en œuvre pour protéger nos filles et nous sommes fermés aux alentours de la pleine lune, mais les filles n’ont pas le loisir de sélectionner la nature de leurs clients, un tel comportement serait fatal à notre établissement, j’espère que vous le comprenez, nous sommes à Galway, pas à Dublin…
conclut-elle sur un air entendu en partant du principe que si les demoiselles avaient abordé le sujet des « bestioles », c’est qu’elles étaient au courant de certaines choses sur les créatures de la nuit, et dans ce cas elle préférait jouer carte sur table tout de suite plutôt que de se retrouver plus tard avec deux pleurnichardes chipoteuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy & Emmy
Humain


Messages : 150
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeSam 3 Nov 2012 - 0:38

Amy n'était pas satisfaite. Les événements récents l'avaient convaincus du danger que représentaient les créatures de la nuits, et ses voyages sur le web l'avaient remplit, sinon de superstitions de paranoïa. C'était tout juste si elle ne s'était pas refusée à aller au rendez-vous présent parce qu'il était fixé de nuit. Aux dernières paroles de Llylewin, elle se rebiffa totalement. Sa sœur quant à elle semblait avoir parfaitement accepté l'idée et en semblait même amusée comme le montrait le sourire en coin pervers qui s'esquissait en bannières de pensées impures.
"- E : Je me demande si un vampire peux bander.
- A : Non non non.
"

Emmy la regarda avec un drôle d'air. Elle espérait qu'elle capterait son regard et qu'elles pourraient communiquer avec les yeux, comme elles le faisaient souvent ; conciliabules efficaces. Mais elle fixait un point de la table, les bras croisés, entêtée.
" A : Vous exigez de nous qu'on couche avec des monstres. Je suis désolé, je veux dire, je suis assez tolérante, mais là on parle concrètement de zoophilie. J'ai vu à quoi ça ressemble, je serai même incapable dans approcher un seul. C'est non."

A ces mots elle se leva et s'en alla d'un seul trait, laissant et son verre et sa sœur sur place. Emmy resta un instant bouche bée. Son étonnement n'était pas complet, mais elle était tout de même surprise.
"E : Je reviens."
D'un bon, mais toujours avec grâce, elle rejoint son ainée et se plaça devant elle pour l'arrêter. Cette dernière tournait la tête, refusant de la regarder dans les yeux. Non qu'elle était vraiment têtue, ce qu'elle avait du mal à accepter, c'est que sa sœur, qu'elle s'était toujours jurée de protéger, sembler mieux s'adapter qu'elle. Elle se sentait faible et inapte, c'était une grande source de frustration pour elle. Emmy lui chuchotait quelques choses à l'oreille et lui lançait un regard à la fois grave et suppliant. Finalement, au terme d'une petite minute, Amy sembla céder, elle opina du chef et s'en alla au toilettes.

La cadette alla donc se rassoir face à Llylewin. Elle canalisa son stress au niveau des mains, jouant avec son cocktail.
"E : Désolé. Vous savez on n'est là que depuis peu et la première soirée qu'on passe dans cette ville, on la passe dans un hôtel restaurant où les chambres son plongées dans le noir, remplit de personnes à la peau glaciale et où les salons sont animés par des loups humanoïdes. Et jusque là, nous, on ne croyait pas plus au père noël qu'à ça. C'est un monde encore trop obscur pour qu'on prenne la décision de s'y aventurer. En fait, je crois que ce dont on manque c'est... D'expérience avec les... Créatures de la nuit."

Amy revint. Elle paraissait totalement maîtresse d'elle même et ne semblait jamais s'être fâchée sur le sujet. Elle s'assit et dit du tac-au-tac :
"- A : Il nous faut une formation dans le domaine, il nous faut savoir comment interagir avec ces choses et il nous faut des garanties pour notre sécurité. Qu'est ce qui nous dit que vous pourrez empêcher... Je sais pas moi, un loup garou, de venir gentillement comme un client lambda et de nous bouffer entre deux levrettes ou à un vampire de jouer le fétichiste de l'hémoglobine avec notre palpiton ?
- E : On sait qu'on peut faire du bon boulot, c'est juste qu'on aimerait pouvoir continuer à le faire en un seul morceau.
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeDim 4 Nov 2012 - 22:24

Est-ce qu’un vampire pouvait bander ? Si elles savaient… soupira intérieurement Llylewin en pensant à Magda qui devait être en train de mâchouiller joyeusement sa nourrice. Cependant, elle n’eût pas le loisir de s’étendre sur la question car l’une des deux se mit à faire des simagrées sur la clientèle du bordel.

La maquerelle soupira donc de façon ostensiblement excédée, tapotant les parois de son verre de cocktail du bout de ses longs ongles manucurés en attendant que les deux énergumènes en finissent avec leur caca nerveux.

Arborant son air revêche, la vampire leur répondit d’un ton sec :
Je vais être honnête mesdemoiselles, je n’apprécie que moyennement les filles qui se permettent de grands éclats de divas, soyons claires, vous êtes des putes, pas des cantatrices d’opéra, vous avez beau être des jumelles avec une forte valeur ajoutée cela ne vous empêche pas de n’être que des garages à bite, je me suis bien fait comprendre ?

De plus, je trouve votre sens de la morale assez étriqué pour des professionnelles du sexe : cela ne vous dérange pas de forniquer avec votre sœur, mais vous éprouvez des scrupules à fricoter avec des humanoïdes ? Des « monstres », comme vous le dites si bien ? He bien sachez que je n’ai aucune garantie à vous fournir, je ne pourrais jamais empêcher un lycan de vous mordre ou un vampire de vous boire, de même que je ne serais jamais en mesure d’empêcher un sadique de vous étrangler, frapper ou assommer avec votre lampe de chevet, et ce quelque soit sa nature…

Vous avez donc le choix de vous comporter en professionnelles et de faire avec les risques calculés du métier, ce qui vous permettra de faire en sorte que cela n’arrive jamais, ou bien de vous voiler la face et de copuler à l’aveugle en croisant les doigts, c’est vous qui voyez, mais je peux vous dire une chose : je ne travaille ni avec les capricieuses ni avec les froussardes.


Sa voix avait claquée net, chaque fin de phrase avait été accentuée de façon abrupte. Elle n’appréciait pas les manies de la jeune génération qui exigeait de vendre son corps dans des conditions d’hygiène parfaites, un cadre luxueux et sécurisé et avec ces clients propres et bien éduqués…
Si elle avait pu elle les aurait entraîné à ses débuts, qu’elles comprennent un peu ce qu’était le métier et qu’elles pouvaient déjà se montrer très reconnaissantes à l’inventeur de l’eau courante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy & Emmy
Humain
Amy & Emmy

Messages : 150
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeMer 7 Nov 2012 - 21:03

La discussion prenait petit à petit le tour d'une négociation. Amy fut plus ou moins choqué de constater que leur interlocutrice ne paraissait pas le moins du monde disposée à comprendre leur point de vue. C'était quelque chose qui la dépassait, qu'on puisse faire la bête à deux dos avec un des deux dos qui, concrètement, était réellement une bête. Déjà, elles avaient peur, c'était une évidence, elles ne pouvaient le nier. Mais elles étaient aventureuses et jamais elles n'avaient reculés devant un défi. Le monde de la nuit constituait par là un défi particulièrement relevé puisqu'il s'agissait tout bonnement de surnaturel, voire même – dans leur esprit – de merveilleux. Amy avait beau avoir lu tout un tas de choses sur l'aspect biologique de ces créatures, elle était encore totalement incapable de les voir comme des êtres naturels et dont l'existence était rationnellement justifiée. La peur n'était pas un frein, tout du moins ne l'était-elle plus assez, plus depuis l'intervention de Gordon et les dispositions qu'elles avaient prises pour se protéger. Ce qui les mettaient en en réserve totale (pour user d'euphémismes) était l'idée physique qu'elles s'en faisaient.

Qui plus est la tenancière en question se permettait un irrespect total envers leurs personnes qui acheva de les rendre perplexes. Elles commençaient à avoir une bien piètre idée de la province irlandaise dans le domaine, surtout Amy qui en voulait même à leur contact de les avoir mit sur ce coup dans lequel elles s'étaient préalablement tant engagées.
" A : Si vous considérez toutes vos employées comme des garages à bites comme vous dites, alors vous devez avoir une très mauvaise image de votre commerce. On ne se fait aucune illusion sur ce qu'on fait ; c'est tout sauf de l'art, même quand c'est bien fait. Mais le fait est qu'on n'est pas de la viande passive, on travail, et on le fait minutieusement, le but n'étant pas – j'ose espérer que je ne vous apprend rien – de faire du self mais de faire cracher au maximum le client et de lui soumettre le plus possible un état de dépendance. C'est vous qui dites ne pas faire dans le caritatif et vous nous parlez de ne pas faire de discrimination ? J'ai du mal à comprendre. Vouloir qu'on ne soit pas des divas, c'est nous priver de ce qui nous rend efficaces."

Le ton d'Amy n'avait rien d'acide, mais elle défendait clairement et fermement sa position. Emmy, qui n'avait pas du tout envie que les choses se gâtes car, contrairement à sa sœur, elle se sentait charmé par le caractère vulgaire et viril de Llylewin, se piqua de devenir médiatrice :
"- E : Amy, essaye de voir les choses de son point de vue. Enfin je veux dire... (à Llylewin) Vous savez, je crois qu'on n'arrive tout simplement pas à s'entendre sur notre vision des... Des méthodes somme toute. Mais c'est pour ça qu'on est là non ? Pour essayer d'harmoniser tout ça. Personnellement je ne m'attendais pas à ce qu'on vienne pour signer un papier et repartir. Je crois que vous avez vexé ma sœur peut être mais ce que je veux dire
A : Non elle ne m'a pas vexé
E : On s'en fout. Ce que je veux dire c'est qu'on n'est ici que depuis peu et ça serait un mensonge de dire qu'on n'a pas peur ou au moins un peu d'appréhension. Okay, on fait dans l’inceste, on a grandit comme ça et ça ne nous choque pas. Mais là c'est une répugnance morale. Admettez qu'il y a quand même un pas entre ça et baiser avec un loup en forme humaine. Pas que j'aime pas la fourrure, les griffes et les crocs, mais je ne me vois vraiment pas m'envoyer en l'air avec un spécimen du genre. Et en ce qui concerne la sécurité, on n'est peut être pas des froussardes comme vous le pensez, mais on n'est pas stupides non plus : si on sait qu'on ne fera pas trois semaines dans votre établissement, on prend la porte immédiatement. C'est une question de logique : on aime se métier, et je pense pas qu'on soit les seules, mais on aimerait évidemment pouvoir continuer à l'exercer sur le long terme ; le suicide n'est pas dans notre répertoire. C'est vous même qui avez dit que vous rémunérez en fonction de notre talent et pourtant vous voulez limiter nos méthodes de travail : notre talent passe avant tout par la sélection. Comme on dit, les meilleurs pêcheurs ne font pas toujours les meilleurs poissonniers. Nous, on a un don pour repérer et accrocher les gros poissons au moins autant que pour les pêcher.
A : On a juste besoin que la confiance circule des deux côtés.
"

Bizarrement, Amy, qui la plupart du temps se sentait irrité lorsque sa sœur tentait de prendre le contrôle de la situation, était plutôt soulagé qu'elle le fit. Pas parce qu'elle avait eut peur d’envenimer la situation : elle avait assez de détermination pour se mettre stupidement en mauvaise posture par principe de conduite. Mais plutôt parce qu'elle estimait qu'Emmy avait parfaitement dit ce qu'elle même aurait idéalement dit si elle ne s'était pas sentit aussi indisposée par les remarques crues de Llylewin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeVen 9 Nov 2012 - 14:42

Lorsque la blondasse se mit à lui faire la morale sur la conception de son métier, Llylewin ne put –et même ne voulut – pas retenir un puissant soupir d’exaspération. C’était plutôt comique à bien y réfléchir, de voir une jeune péronnelle la sermonner sur une activité qu’elle pratiquait depuis trois siècles alors qu’il y avait encore du lait maternel qui lui sortait du nez.

Ho, je vous remercie, vous venez d’IL-LU-MI-NER ma vision profonde du marchandage de fesse, comment ai-je pu vivre autant d’années en me fourvoyant à ce point ? lança-t-elle à la jeune fille sur un ton profondément ironique.

A bien y regarder, la rouquine avait l’air moins abrutie que sa sœur, elle décida donc de ne plus s’adresser qu’à celle des deux qui avait visiblement un cerveau ou du moins réussissait à s’en servir.

Ecoute-moi bien ma jolie, je vais t’expliquer comment ça marche chez moi : je me fous pertinemment que tu joues la diva, la fleur des champs ou le troll des cavernes avec les clients du moment que ça leur plait, moi, ce que j’attends de mes filles, c’est qu’elles soient suffisamment intelligentes pour savoir quand il faut la boucler et obéir au doigt et à l’œil. Si j’embauchais des chouineuses, non seulement elles se taperaient dessus en permanence, mais en plus je n’ose même pas imaginer l’image que ça renverrait aux clients…

Parce que je ne sais pas comment ça marchait dans votre bordel de Dublin, mais au Quality Street ce ne sont pas les filles qui choisissent les clients mais les clients qui choisissent les filles, et du moment que le client est d’accord pour suivre vos règles et les pratiques que vous lui proposez il n’y a pas intérêt à dire non, c’est un mot à bannir de votre vocabulaire !

Chez moi pas question de pêche ou de connerie du genre, on ne se la joue pas perso, un client n’est pas VOTRE client mais le client DE LA MAISON, même si la plupart des habitués ont leur fille fétiche parce qu'elle a réussi à l’alpaguer ce qui fait qu’ils se sentent bien et deviennent complètement mordus est qu’ils se sentent à l’aise, comme des petits coqs en pâte ! Certes, ils baisent peut-être toujours la même, mais s’ils voulaient ils pourraient toutes les avoir, c’est ce qui fait qu’ils sont prêts à payer des fortunes alors qu’ils peuvent sauter leur bourgeoise gratis : ils se sentent séduisants, en terrain conquis avec les pleins pouvoirs, et ont l’impression qu’on ne leur dira jamais non… Qu’ils soient humains ou pas.

De deux choses l’une donc : soit vous acceptez de descendre de vos grands chevaux en acceptant les règles et on pourra continuer à parler, soit cet entretien arrive à son terme et je ne vous retiens pas.
Vous avez peur en ce qui concerne la nature de la clientèle ? A votre niveau vous n’arriverez probablement pas à discerner la race de vos clients, est-ce qu’il y a dans ce bar des gens avec qui vous refuseriez de coucher parce qu’ils vous font peur, par exemple ?
demanda-t-elle à la rouquine afin de lui démontrer que sa peur des monstres était complètement irrationnelle et que les vampires et les lycans savaient très bien cacher leur jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy & Emmy
Humain
Amy & Emmy

Messages : 150
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeSam 10 Nov 2012 - 19:20

"Vous avez peur en ce qui concerne la nature de la clientèle ? A votre niveau vous n’arriverez probablement pas à discerner la race de vos clients, est-ce qu’il y a dans ce bar des gens avec qui vous refuseriez de coucher parce qu’ils vous font peur, par exemple ?"

Les jumelles restèrent bouche bée et attendirent un instant, puis elles se regardèrent et portèrent un regard circulaire dans la pièce. Bien évidemment, tout le monde paraissait le plus humain du monde : les vampires étaient reconnaissables de par leur sourire et l'austérité qui leur était caractéristique les empêchait bien trop souvent de réaliser ce simple mouvement de muscles. Quand aux lycans, pourvut qu'ils ne soient pas trop émotifs, il n'y avait qu'un jour durant lequel leur physique prenait un aspect peu ragoûtant. De fait, les deux soeurs semblèrent se perdre dans leurs pensées.

"E : Attendez... Je ne comprends pas. De quoi vous parlez ?"

Amy, loin de penser que la conception des créatures de la nuit qu'elles s'étaient faites en une semaine était entièrement à revoir, eut un instant l'impression que Llylewin était en train de se moquer d'elle. Elle n'en garda pas moins son calme, se doutant au fond qu'il y avait - en quelque sorte - anguille sous roche :
"- A : Mais là je ne vois rien d'autres que des hommes et des femmes normaux, pourquoi vous nous parlez des gens qui sont ici ? On a déjà passé une soirée d'inauguration ici, et je peux vous dire que ce qu'on y avait vu était radicalement différent de ceux qui sont présents dans cette pièce, c'est le moins qu'on puisse dire.
- E : Vous voulez dire qu'il y en a qui sont... Enfin... Différents sans qu'on puisse le savoir ?
"

Au contraire de la rassurée, cette pensée fit terriblement peur à Emmy. Elles avaient crut pouvoir facilement identifier les vampires - albinos aux canines protubérantes et, d'une certaine façon, visiblement perfides - et les lycans - que le souvenir du wulver avait marqué au fer rouge, biaisant ainsi l'image qu'elles se faisaient de ces créatures. Elle se sentit tout à coup emplie de vulnérabilité. Ainsi, à tout moment pouvait-elle se faire réduire en pièces ?

Amy commençait à changer totalement son optique. Ce n'était certes, pas elle des deux jumelles qui avait été en contact avec un non vivant, mais cette idée lui fit aborder la question sous un jour beaucoup plus positif. S'il n'y avait aucune différence visible avec les humains, alors cela n'était plus gênant. Son imagination tortueuse ne lui renvoyait plus la vision d'une bête sauvage quasi-bipède la violant avant de la dévorer, vision qui avait dernièrement hanté quelques unes de ses nuits. Elle commençait à envisager la perspective qui lui paraissait plus tôt impossible et qu'à présent elle ne considérait pas moins comme étrange, mais au moins cette fois amusante plus qu'inquiétante.

"- A : Alors... Je veux dire : supposons que ces choses aient, comme vous dites, une apparence humaine. Est-ce qu'on pourrait exiger d'eux qu'ils gardent cette apparence pendant leurs affaires ? Parce que, pour être honnête, c'est là le seul point qui nous gêne.
- E : (à Amy) Oui enfin maintenant on sait qu'on peut crever d'un seconde à l'autre sans même savoir quand, ça te gêne pas plus que ça ?
- A : Et bien, je sais pas, je me dis que si au bout de trois semaines on est toujours en vie et que s'il y a une population entière qui habite dans cette ville, c'est qu'ils doivent savoir se retenir ou alors qu'il y en a moins qu'on le pense. Et puis c'est mieux d'avoir des loups garous accroc à notre cul plutôt qu'à notre palpitons nan ?
- E : Je sais pas trop, je sais plus quoi en penser.
- A : (à Llylewin) Vous devez en savoir plus que nous je suppose. Pourriez vous nous éclairer qu'on puisse vraiment partir sur de bonnes bases ? Parce que j'ai l'impression que sans ça on risque de continuer sur un dialogue de sourds encore longtemps.
"

En l'état des choses, Amy avait plus besoin de savoir qu'elle pourrait passer le plus tôt à la pratique, mais Emmy voulait surtout se sentir rassurée. Elle pensait que toutes les créatures de la nuit était des monstres sanguinaires ou des psychopathes. Elles ignorait bien entendu que c'était presque vrai, mais elle ignorait également que ça ne l'était pas exactement. Elle finit ce qui restait de son cocktail lorsqu'une pensée lui traversa l'esprit : et si le fait que la rencontre ait lieu en pleine nuit était du fait de la tenancière et qu'elle n'était pas due au hasard ? Un mélange d'excitation et de peur s'empara d'elle tandis qu'elle ne pouvait décrocher ses yeux de la femme qui en réalité était une non- vivante. Son coeur commençait à battre fortement, comme celui d'un enfant qui avait peur de se faire prendre à voler une friandise. Cette peur, qu'elle conservait au mieux des apparences, atteint son paroxysme lorsqu'elle se surprit sur le point de donner inconsciemment la main à sa grande soeur, se qui aurait tout de suite trahit son attitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeDim 11 Nov 2012 - 20:48

He voilà, Llylewin avait mis le doigt dessus : sous leurs airs de connaisseuses les deux filles étaient en fait de parfaites godiches en matière de créatures de la nuit. Elle leur aurait bien sorti un « Je suis une vampire, ça vous en bouche en coin hein ? » mais elle n’en fit rien, préférant garder cette information pour les seules filles capables de le découvrir par elles-mêmes.

Vous voulez parler des loups de la soirée d’inauguration ? demanda-t-elle, l’air étonné en repensant à la bestiole qu'elle avait chevauché en mode rodéo,
mais ce n’étaient que des bêtes de foire, de pauvres animaux surexcités qu’on avait fait venir pour le spectacle, ça n’avait strictement rien à voir avec des lycanthropes… D’ailleurs si je me souviens bien il n’y avait pas franchement de lycans ce soir-là, mais par contre vous étiez entourées par les vampires sans même le savoir parce qu’un vampire garde toujours son apparence humaine, tout ce qui le distingue visuellement d’un humain ce sont ses crocs quand ils sont sortis, et potentiellement son teint pâle, mais soyons réalistes, nous sommes en Irlande, tout le monde est blanc comme un cul dans cette région !
Et pour ce qui est des lycans, croyez-moi, vous remarquerez facilement s’ils venaient à se transformer, les poils qui poussent, les os qui craquent, souvent accompagnés de cris… On ne peut pas réellement dire que ça soit discret.


La vampire marqua une pause, en profitant pour humecter son gosier qui commençait à s’assécher avec tout ce blabla en vidant son verre avant de reprendre :

Notre service de sécurité est formé pour ce genre de situation, et notre établissement est fermé avant, pendant et après la pleine lune pour éviter les incidents mais pour être honnête, le risque zéro n’existe pas.
Est-ce qu’un vampire peut fondre un fusible et vous mordre ? C’est possible, mais est-ce qu’un petit coup de canine risque de vous tuer ? Non, il faudrait pour cela qu’il réussisse à vous vider sans que vous ne donniez l’alerte…
Est-ce qu’un lycan peut disjoncter et se transformer en dehors des nuits de pleine lune ? C’est rare, mais on raconte que ça peut arriver, auquel cas il faudrait que vous le regardiez sereinement se métamorphoser jusqu’au bout pour vous retrouver face à une bête…

Je vous l’ai déjà dit, le risque zéro n’existe pas, ce que je propose est une place avec un risque calculé, est-ce que ça vaut le coup ? Ça, ce n’est pas à moi de vous le dire, la décision vous appartient, mais si vous signez chez moi ça sera en toute connaissance de cause, il ne sera plus question de faire marche arrière !
Parce qu’un point non négligeable à prendre en compte est qu’un lycan vit deux fois plus vieux qu’un humain et qu’un vampire est immortel, ce qui leur laisse beaucoup plus de temps pour épargner et généralement plus d’économies à dépenser pour leur bon plaisir, pensez-y
, conclut-elle sur cet argument commercial mais néanmoins véritable. L’appât du gain serait-il plus fort que la peur ? C’est ce qui dicterait l’avenir de ces deux jeunes filles, car une bonne prostituée ne se distingue pas par son amour de la chair ou des hommes, mais de l’argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy & Emmy
Humain
Amy & Emmy

Messages : 150
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeJeu 15 Nov 2012 - 12:07

A l'évocation de l'omniprésence des créatures de la nuit dans la ville, Emmy n'en fut pas plus rassurée et elle écoutait tout le discourt de Llylewin avec suspicion, comme si ses paroles allaient, d'une seconde à l'autre, lui sauter dessus. Amy ressentit immédiatement l'attitude de sa soeur ; elle lui fit discrètement du pied pour lui signaler sa présence et la réconforter. Il n'en fallut pas plus à cette dernière, qui reprit un tantinet du courage. Elles savaient qu'elles auraient à parler de cela entre elles mais elles avaient encore des choses à apprendre de la tenancière. Celle-ci semblait moins avare en information, tout du moins leur parlait-elle de façon qu'elles comprirent.

Soit, pas de risque zéro, soit il y a des tarés partout. Bien sûre qu'elles connaissaient les risques, non pas spécifiquement, mais même à Dublin il leur était arrivé de devoir faire face à des situations plutôt tendues. Un point d'orgue du risque fut lorsqu'elles eurent comme clients un petit cachottier d'une mafia locale, il s'était attiré des ennuis jusqu'à chez elles, où il avait presque finit par élire domicile, tant il était devenu un habitué. C'avait été une période de stress intense. Pour la première fois, elles avaient découvertes ce que signifier craindre pour leur vie, mais elles estimaient ne pas s'en être trop mal sorties, elles avaient sut garder leur sang-froid ; et le client avait finit par les laisser tranquille, la police s'en été assurée. Elles se demandaient ci c'était ce genre de risque qui les attendrait dans cette ville ; cela les excitait quelque part, car avec le recul, les choses leur avaient parues beaucoup moins grave et avaient prit le goût de l'aventure.

Mais à présent, tout cela, tout ce monde obscur, qu'elles ne maîtrisaient pas le moins du monde, leur faisait peur. Pourquoi ne pourraient-elles pas revenir en arrière ? Seraient-elles enfermées dans une cage ? Seraient-elles des esclaves ? Emmy commençait à penser que les phrases de la tenancière était peut être plus sentencieuses et radicales que ne le serait la réalité, mais dans le détail, elle y vit une forme de fatale vérité. Paradoxalement, leur opinion sur la situation était plus adoucie. Le wulver, qui avait concentré toute leur attention et s'était fait totem de toutes leurs peurs récentes, était devenu une exception avec laquelle elles n'auraient pas à fricoter.

Cela dit, le fait de savoir que la soirée au Bloody Valentine avait été truffée de vampires leur insinua des frissons à l'échine ? Aussitôt, elles se regardèrent l'une l'autre pour communiquer par la pensée, passant brièvement en revue les invités avec lesquels elles avaient passées un minimum de temps. Il y avait Gordon tout d'abord, éminemment suspect, qui en savait long sur la population locale, le propriétaire apparut néanmoins comme le candidat idéal ; outre le nom étrange de son établissement, son teint n'était pas plus révélateur que totalement alarmant - quant à ses manières... Et puis il y avait Charlie ! Elle non plus n'avait jamais été en présence des jumelles en plein jour. Si c'était le cas, elle cachait bien son jeu car il ne leur avait pas échappé qu'une candeur allait toujours de pair avec elle. Bizarrement, cette idée ne les offensa pas, au contraire se sentiraient-elles chanceuses d'avoir une suceuse de sang de leur côté. Et puis il y avait son ami - Nathaniel - charmant jeune homme au demeurant, mais dont les manières semblaient cachées un sombre point noir. A y repenser, il n'inspirait pas du tout confiance à Amy, bien qu'elle vit là un jugement trop hâtif et sans doute injuste.

Et puis vint l'argument choc, qui, plus que tout les autres, fit basculer l'avis des soeurs. L'argent, l'universel, le sempiternel. Si certains s'en fichaient comme d'une guigne, Amy et Emmy n'était pas de ceux-là. De tout temps, enfants ou adolescentes, maintenant à peu prêt adultes, Mammon avait toujours fait autorité dans leur vie ; il y avait dans l'idée de fortune des créature de la nuit une autorité sadique chez elles. Ainsi devrait-elles fricoter avec ce qu'elles redoutaient présentement le plus pour en retirer les plus grandes récompenses ? Mais n'en est-il pas toujours ainsi ? L'idée d'un défi ce fit de nouveau sentir mais c'était surtout les perspectives que celui-ci évoquait qui avait le plus accaparé leur balance de jugement. Avec une clientèle de choix, si elles se débrouillaient bien, elles pouvaient se permettre de prendre leur retraite à 40 ans. Elles auraient de toute façon à se reconvertir à peu prêt à ce moment, aucune illusion n'était permise.

Les soeurs se murmurèrent l'une l'autre en lette pendant un instant, semblant moins être en désaccord quand brainstorming. Après quelques secondes, elles s'adressèrent de nouveau à Llylewin :
"- A : Dans l'idée, au final, ça n'a pas l'air aussi vilain que ce qu'on s'imaginait. Mais ça n'est pas une décision qu'on doit prendre à la légère, c'est un engagement et comme on est deux, on doit être toutes les deux sûres et prêtes de mettre les pieds là dedans.
- E : Vous aurez pas à attendre longtemps : on peut vous donner notre réponse dés demain à la même heure si vous le voulez. Et peut être que si vous êtes disposé établir disons... Une séance d'essai, on pourrait certainement conclure correctement l'histoire. Et puis, vous n'avez pas envie d'engager des filles sans les avoir éprouvé au terrain n'est ce pas ?
- A : Si ça vous convient, on n'abusera pas plus de votre temps. Vous avez peut être un numéro ?
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeVen 16 Nov 2012 - 16:37

Les jumelles semblaient miraculeusement revenues à de meilleurs dispositions – sans doute l’argument financier avait-il finit par peser son poids dans la balance – et la maquerelle comptait bien se saisir de cette opportunité de ferrer le poisson avant de repartir dans de pénibles discussions.

Llylewin se baissa donc pour se saisir de son petit sac à main rigide, dont elle sortit une carte de visite qu’elle tendit aux jeunes filles entre son index et son majeur.

Tenez, voici toutes les informations dont vous pouvez avoir besoin. Naturellement, je ne mets pas en circulation une marchandise qui n’a pas été testée au préalable, aussi je vous propose l’arrangement suivant : le Quality Street est actuellement en travaux et rouvrira ses portes en décembre, et j’aimerais avoir mes effectifs au complets pour la grande soirée de réouverture.

Aussi, je vous propose l’arrangement suivant : je vous organiserai, dès que nous aurons au moins une chambre présentable, trois rendez-vous avec certains de nos anciens habitués. S’ils se montrent satisfaits, vous serez considérées comme membres à part entière de la maison et serez rémunérées pour vos efforts. Par contre, s’il s’avère que vos prestations se révèlent décevantes, vous n’aurez rien d’autre que le droit de chercher un nouvel emploi. Marché conclu ?
demanda-t-elle en tendant à nouveau sa main par-dessus la table en guise de signature de contrat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy & Emmy
Humain
Amy & Emmy

Messages : 150
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeVen 16 Nov 2012 - 22:43

Il fallait croire que les choses s'arrangeaient plus ou moins. Ironiquement, Emmy, qui était venue la plus entreprenante des deux, en sortirait craintive et quelque peu étonnée. Elle venait, comme son aînée, tout juste de s'adapter à une vision du monde totalement nouvelle, et on lui avait dit que celle-ci était également fausse. La plupart des gens pensaient qu'il serait plus facile de croire n'importe quoi une fois qu'un gros morceau d'incrédulité était arraché à la personne, mais c'était bien souvent tout l'inverse. Elle se méfie encore plus qu'avant afin de ne pas subir une seconde fois cette vexation de leurs pensées. Emmy avait retirée, au delà de l'horreur - comme tout les autres humains dans son cas -, un certain orgueil de ce qu'elle croyait être ses nouvelles connaissances, et Amy l'aurait également été si la paranoïa ne l'avait pas submergé. Maintenant, leur défiance s'en voyait amoindri, bien que subsistât encore l'idée ténue d'une moquerie. Pourtant, lorsqu'il était question d'affaires, l'humour avait souvent le droit de se taire.

Mais, enfin, un arrangement fut trouvé. On ne s'embarrassa pas de détails techniques pas plus qu'administratifs. Une simple carte de visite, c'est ce que leur tendis Llylewin, mais comme cela les arrangeait, elles notèrent mentalement de faire à l'habitude : laisser toute la partie ennuyeuse à leur sous traitance de comptable. C'est ainsi qu'on en vint à la partie prévisionnelle de la soirée. Elles s'attendaient bien évidemment à ce qu'une période d'essai intervienne dans le processus, mais de là à leur imposer trois fois de suite la même épreuve. Elles convinrent cependant chacune de son côté de ne pas contester plus que cela cette méthode : elles avaient les leurs, la tenancière avait les siennes, et elles commençaient à comprendre que dans cette ville, même les us et coutumes étaient différents et quelques peu romanesques. L'une comme l'autre se fit tout de même la promesse de ne pas se faire rouler. Rien ne leur disait que le QS ne misait pas sur un puissant turn-over, et le monopole de se dernier ne jouait pas en la faveur de son innocence - si l'on pouvait seulement parler d'innocence en regard de ce genre d'établissement.

Elles se levèrent alors à l'unisson, adressant un sourire courtois mais qui ne paraissait pas forcé - le genre qui neutralisait les attitudes d'agressivité car trop neutre pour être interprété comme un acte directeur.
"- A : Je pense que on se met d'accord pour nous engager dans une collaboration avec vous, ça n'est pas les travaux pratiques qui pèseront le plus dans la balance, mais merci de nous avertir quand même.
- E : On vous appel demain pour vous dire si tout est bon.
- A : On se reverra sans doute.
"

Le reste de la soirée - après qu'elles furent rentrée chez elles (en taxi, bien évidemment) - fut riche en discussions pour les jumelles qui devaient démêler les conclusions qu'elles avaient tirées de cette entrevue. Pour Amy, il s'agissait de convaincre sa sœur de plonger avec elle la tête la première, pour la cadette, d'être le frein de cet engouement injustifié. Il ne fallut pas longtemps à Amy pour retrouver sa tête froide et pragmatique et elle finit même par devenir plus circonspecte encore qu'Emmy. Mais toutes les deux avancèrent pas à pas dans ce qui se révéla être une sorte de dialogique fatale, en fin duquel compte elles découvrirent plus qu'elles ne la prirent leur décision. Afin de faire naître un suspens insoutenable chez le lecteur qui ne manquera pas de relever l'extrême subtilité de la conclusion, nous finirons cette phrase sans donner la moindre information supplémentaire...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeDim 18 Nov 2012 - 15:02

Les jumelles disparurent, carte de visite en main, sur un simple « On vous rappellera ». Seraient-elles de ceux qui promettent de vous appeler sans jamais le faire ? Ou bien qui tiennent leur promesse dans une fourchette de vingt-quatre heures ?

La vampire n’avait aucun pronostic à ce sujet, car elle n’avait pas franchement réussit à cerner les personnalités de ces jumelles cyclothymiques : tantôt enquiquineuses précieuses, tantôt aventurières arrangeantes, leurs caractères demeuraient entourés par une épaisse purée de pois.
L’une d’elle était-elle une sorte de leadeur et l’autre une suiveuse, ou bien fonctionnaient-elles sur un schéma de tandem équitable bien plus complexe ? La question demeurait entière, ce qui finalement faisait hésiter la vampire sur l’issue de ce recrutement.

Bien entendu, la venue de jumelles au cuisseau bien ferme était un réel atout pour le renouveau de la maison, mais elle craignait que leur inconstance ne puisse jouer finalement en la défaveur de son établissement. En tant que gérante, quelle était la meilleure chose à faire ? Prendre des risques ou bien jouer la carte de la sécurité ? Les deux avaient leurs avantages, et la maquerelle se sentait mitigée.

Elle décida finalement de jouer la carte « appel à un ami » en faisant participer les autres girls de la maison : si les deux décidaient finalement de donner suite et de passer le test, elle ferait en sorte de leur faire passer un moment avec les filles afin que celles-ci donnent leur avis sur la question : elle serait alors mieux à même de voir si les jumelles risquaient de semer la discorde au sein de la team QS ou non.

Déposant un généreux billet sur la table, Llylewin quitta le lounge, prenant la direction de sa maison close.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeJeu 22 Nov 2012 - 20:59

Les rues étaient sombres et silencieuses. Il n'était pas loin de vingt deux heures, et en cette heure tardive, seul quelques passages de voiture que l'on entendait au loin venaient perturber la méditation d'Elijah. L'apothicaire avançait mécaniquement au rythme de ses pas claquant contre le goudron, la tête baissée, rentrée dans le col de son imperméable noir délavé. Il ne découvrait sa bouche que pour y porter sa cigarette et recracher un petit nuage de fumée blanchâtre, qui s'estompait en zigzaguant dans la fraîcheur saisissante de l'atmosphère. C'en était presque beau.

Le rendez vous avec la patronne du Quality Street avait été changé à la dernière minute, et il avait été convenu qu'il la retrouve au bar lounge appelé "Bloody Valentine". Elijah n'y avait encore jamais mis les pieds car il n'était pas spécialement amateur de ce genre d'endroit. Un établissement se voulant à la mode avec une pelletée de bobos saouls au bout de deux vodka pomme, prêts à refaire le monde sans même utiliser de mot à plus de trois syllabes sans vomir. C'était là la description idéale qu'il se faisait des bars "lounge". Il avait tout de même fait un effort vestimentaire pour se fondre plus facilement dans la masse : sa chemise était repassée, et ses chaussures étaient moins sales que d'habitude.

Au détour d'une rue, l'apothicaire aperçu finalement le Bloody Valentine. A première vue, l'édifice ne dépareillait pas à l'ambiance architecturale du pays. Pas trop tape à l'oeil pour un endroit si hype. Après avoir jeté son mégot dans le caniveau, Elijah poussa la porte et ferma les yeux quelques secondes lorsque la chaleur de l'intérieur vint l'envelopper. Il retira ses lunettes pour en essuyer les verres embués et s'approcha d'une demoiselle charmante qui affichait un large sourire de bienvenue, comme pour insister sur le fait qu'elle était indispensable à l'accueil de la clientèle. Cook Jr ajusta ses lunettes et s'approcha de la jeune femme.

"Je viens pour un rendez vous, j'aimerais m'installer en salle, un endroit qui ne serait pas à proximité du reste de votre clientèle si possible."

Il n'avait pas envie d'inclure les formules de politesse dans sa demande. A la limite, ça ne devait pas trop changer la pauvre fille qui continuait de sourire. Après tout, elle avait du subir des comportements sûrement plus odieux dans sa carrière. Elle guida l'apothicaire jusqu'à la salle principale, toujours en affichant un large sourire comme si on le lui avait tatoué sur le visage. Elijah s'affala dans la banquette sans un mot et scruta la salle. Effectivement on ressentait là beaucoup l'esprit branchouille comparé à l'extérieur. Il se sentait loin de l'ambiance fourbi que lui évoquait son magasin d'antiquité, mais bon, ce n'était qu'un mauvais moment à passer. Il ne restait plus qu'à attendre sa cliente. Il était impatient de prouver qu'il prenait fièrement la relève de son défunt père. La musique lui donnait presque mal au crâne, le rythme lancinant des basses mêlé à quelques sons samplés grossièrement lui donnait l'impression d'être dans un de ces clips de snowboarders qui font le buzz sur le net. Il avait sorti la carte que la maquerelle lui avait donné la veille et la triturait nerveusement, une sorte d'occupation afin de lui éviter de griller une nouvelle clope le temps que sa cliente fasse son apparition.
Revenir en haut Aller en bas
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeVen 23 Nov 2012 - 19:13

Llylewin était légèrement en retard à son rendez-vous, ce qui l’avait mis de méchante humeur, car la ponctualité était pour elle un signe de professionnalisme. Malheureusement pour elle, Magda n’avait rien trouvé de mieux que de vomir sur son corsage cinq minutes avant qu’elle ne mette les voiles, ce qui l’avait obligée à se changer. Le sang caillé avait en effet la particularité d’être aussi désagréable à la vue qu’à l’odorat, et elle n’avait guère envie de sortir déguisée en boudin géant.

Elle avait donc enfilé une petite robe noire toute simple et chaussé des escarpins à plateforme écarlates assortis à son rouge à lèvres pour se rendre au Bloody Valentine. En effet, on l’avait informée que le service de sécurité de l’Hôtel des Catacombes était assez musclé, aussi elle avait trouvé plus judicieux d’expérimenter leurs petites décoctions dans un endroit plus facile d’accès, et comme il était hors de question pour elle de poser ne fut-ce qu’un orteil dans ce taudis d’Eventreur, le Bloody lui avait paru tout indiqué.

Une fois sur place, la maquerelle ne se donna pas la peine de scruter la salle pour voir si son rendez-vous était déjà arrivé. Elle se contenta d’alpaguer une serveuse pour lui demander :

J’aimerais savoir si la personne que j’attends est déjà arrivée : un homme, taille moyenne, plutôt maigrichon, des grosses lunettes et pas d’affinités particulières avec le shampooing… Ca vous dit quelque chose ?

Après avoir été aiguillée vers une autre serveuse, cette dernière la mena directement à la table de l’apothicaire.

Mr.Cook ! s’exclama-t-elle chaleureusement en prenant place à ses côtés, Je vous ai manqué, avouez-le ! Ce n’est pas interdit de fumer par ici? demanda-t-elle en remarquant la cigarette. En tant que gérante avisée, elle était au courant des lois en vigueur qui l’obligeaient à ne tolérer qu’un seul type de pipe dans son établissement, même si elle les trouvait parfois sensiblement hypocrites.

Je peux vous offrir un verre avant de commencer à parler boulot ? Ou bien m’avez-vous d’ores et déjà sélectionné un beau spécimen pour nous servir de cobaye ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeDim 25 Nov 2012 - 23:56

Vencel MezsarosMerci maman, franchement merci. Ça fait peut être un peu dégueu de cracher sur la mémoire de ma génitrice si peu de temps après sa mort, mais franchement quoi ! Quand le notaire m'a dit que j'héritais d'une maison en Irlande, j'avais quand même une petite idée en tête ! Je m'imaginais une espèce de chaumière celtique, avec des murs en chaux, et des leprechauns qui danseraient dans le jardin. Le truc classique quoi.

Et au lieu de ça, suis arrivé devant une espèce de ruine au milieu de nulle part. Dans une espèce de plaine, avec pour seule variation de paysage, des arbres, une ferme au loin, et la nationale à une dizaine de minutes à pieds. Je vais pas vous saouler avec la description de la baraque, j'en ferais une plus tard, mais bonjour la déception quoi !

Là j'suis allé faire un tour dans la ville qu'est pas loin : Galway. C'est... Particulier. Y a comme un charme certain, mais on a l'impression que la ville entière s'est un jour réveillée en gueulant "Ouais bon maintenant fuck le présent ! Moi, j'retourne dans le passé et j'y reste !". Avec mon style rétro, y a moyen que je me plaise ici. Et y a une espèce d'ambiance malsaine, je saurais pas vous dire d'où ça vient. Mais ça me rappelle des souvenirs dans la campagne hongroise.

Il commence doucement à se faire tard, et j'avais pas envie de dormir dans ma maison. J'sais qu'il va falloir que je m'y habitue, mais je préfère encore me prendre une chambre d'hôtel ce soir. Je traîne dans les rues, à la recherche d'un truc à faire. un bar, c'est ça qu'il me faudrait. Pas pour picoler, mais pour prendre un peu la température de la ville. Y a pas meilleur endroit pour ça.

Je vois une enseigne justement. Le Bloody Valentine. Charmant. C'est peut être un bar gothique. La devanture est assez sobre, je saurais pas dire. En rentrant, je révise mon jugement pour un bar snob / lounge. A Budapest, y a beaucoup de bars lounge qui virent rapidement clubs échangistes ou bars à cul. Me demande comment c'est ici. Y a pas de place au comptoir. Dommage, les barmans sont toujours les plus renseignés. Du coup, je fais quoi, je m'incruste à une table ? Bah allons-y alors, mon brave petit Vencel. Non j'aime pas quand je m'appelle petit Vencel, j'suis sûr que ça me dévalue dans mon inconscient. Allons-y, mon brave et grand Vencel. Et fort, et beau. Allons-y, mon brave grand fort et beau Vencel.

Nettement mieux.

Je me dirige vers la première table que je vois.

"Hey, salut, je viens d'arriver et je connais personne en ville, ça vous dérange si je m'assois ?"

Le couple me regarde bizarrement. Je me fais jeter comme un malpropre. Sympa les gens du cru. Mais pas question de me démonter. Pour me venger, j'leur dis que je vais me trouver une autre table, une avec une jolie nana. Ouais exactement Madame, ça veut dire que vous êtes même pas jolie. Fallait pas me chercher.

Je vois un autre couple dans la salle, un peu à l'écart du reste. La nana est vraiment anormalement canon, c'est juste fou. Le gars m'a pas l'air ultra méchant. J'avance poliment, retire mon galuron.

"Salut, je connais personne en ville, je viens d'arriver, ça vous embête si on fait connaissance ? Je viens de me faire jeter par le couple là-bas, si vous me rembarrez aussi, j'vais finir par croire que personne est sympa ici. Allez, me faites pas penser ça !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeLun 26 Nov 2012 - 18:50

Il ne fallu pas attendre très longtemps avant que la patronne du Quality Street ne fasse sont entrée dans le lounge du Bloody Valentine. Elijah rangea discrètement la carte de visite, qui était maintenant usée de pliures, dans la poche de son veston passé de mode et se redressa dans la banquette afin de ne pas paraître trop affalé. La jeune femme vint s'asseoir à côté de lui avec un semblant d'enthousiasme, auquel il rétorqua par un demi sourire en coin.

- On va dire que vous m'avez manqué effectivement, spécialement pendant ces dix dernières minutes...

Cette remarque était un tantinet sarcastique, aussi, l'apothicaire pris soin de radoucir le ton pour le reste de la conversation, il n'y avait aucune raison à ce qu'il soit désagréable après tout, en plus elle lui proposait un drink à ses frais. Il continua faisant fi de n'avoir pas entendu la remarque de sa cliente sur la cigarette.

- Je prendrais bien volontiers un verre de Bailey's s'ils ont cela en stock. Sans glace par contre, ça rajoute de l'eau et je n'aime pas le goût de l'eau... Tout en restant très sérieux, il se gratta le menton, le regard en l'air. Concernant le cobaye pour notre petit test, j'espérais que vous viendriez accompagnée. Il marqua un bref silence en scrutant alentours au cas où un invité surprise serait caché sous la banquette. Force est de constater que ce n'est pas le cas... Mais ceci dit, je pense que vous pourrez sans problème attirer une tierce personne à notre table afin qu'il ou elle goûte mon cocktail.

C'est alors que comme par enchantement -ou volonté divine, peu importe- un inconnu au même style vestimentaire vieillot qu'Elijah, à quelques détails près, s'approcha de leur table. Cook Jr était incapable de dire s'il habitait Galway depuis longtemps, mais il semblait rechercher quelque chose... ou quelqu'un. Arrivé à leur hauteur, le jeune homme s'adressa à eux sans détour. C'était définitivement un don du ciel : l'inconnu venait d'arriver en ville et voulait faire leur connaissance ! Une aubaine pour les deux malandrins en quête d'un cobaye innocent. Il fallait maintenant la jouer fine pour lui glisser le mélange dans le verre, à moins que sa cliente ne préfère jouer carte sur table. La deuxième option lui semblait tout de même plus risquée, étant donné que ni la vampire, ni Elijah ne connaissait cet énergumène.

Elijah ne répondit cependant pas au jeune homme, se contentant de regarder la maquerelle avec un petit sourire satisfait accompagné d'une étincelle de filou dans le regard.
Revenir en haut Aller en bas
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeLun 26 Nov 2012 - 22:05

Le nez de la vampire commença à frémir devant la pique de l’apothicaire quant à son « petit » retard. Non mais pour qui se prenait-il ce binoclard, ne savait-il donc pas que tous les gens dans le coup n’arrivaient jamais à l’heure ?

Cependant, elle réussit à prendre sur elle et à ne pas commencer la soirée sur une prise de bec. Elle se contenta de répondre, avec son plus beau sourire niais :
Mais c’est parce que j’aime me faire désirer, mon chou !

A peine avait-elle eut le temps de poser ses fesses sur la banquette que son rendez-vous rentra directement dans le vif du sujet : les cobayes pour les potions. Bien évidemment qu’elle n’en avait pas ramené, si elle avait un stock de rats de laboratoire sous la main, quel aurait été l’intérêt d’aller en pêcher dans un lieu public ?

Elle n’eût cependant pas le temps d’étayer sa version des faits, car un drôle d’inconnu allait faire irruption dans leur conversation de façon tout à fait inattendue. Sous le coup de la surprise, Llylewin le dévisagea avec des yeux ronds comme des soucoupes à thé, avant de réaliser que la providence venait peut-être de lui servir une victime sur un plateau d’argent. Avec un phrasé pareil, certainement un gars de la campagne, car ce genre d’approche maladroite était caractéristique des gens non formatés aux us et coutumes citadins anonymes.

Jetant une œillade en coin à Elijah, elle crut comprendre que leurs esprits s’étaient synchronisés sur la même pensée malhonnête. Bombant le torse, courbant la croupe et sortant son sourire colgate des grands jours, elle répondit à l’inconnu :

Nouveau en ville ? Mais c’est une occasion qu’il faut A-BSO-LU-MENT fêter ! D’ailleurs pour vous souhaiter la bienvenue, je vous offre un verre ! Qu’est ce qui vous ferait plaisir ? lui demanda-t-elle sur un ton très très aimable, lui désignant la chaise vide en face d’eux afin de l’inviter à s’assoir.
Chéri, tu veux bien aller prendre nos commandes au bar, ça ira plus vite, demanda-t-elle sur un ton mielleux et la bouche en cul-de-poule à Elijah tout en battant des cils. Tu n’oublieras pas de prendre tes vitamines pour ton rhume surtout ! conclut-elle en lui tapotant affectueusement la main, espérant qu’il comprendrait les sous-entendus pourtant tout en finesse.

La vampire se serait bien acquittée de la mission elle-même, mais ne connaissant pas le dosage exact elle préférait laisser faire l’expert en la matière, pour une fois que le destin se montrait sympa avec elle, elle n’allait pas abîmer le jouet qu’il avait mis entre ses mains…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeLun 26 Nov 2012 - 22:35

Vencel MezsarosAlors ça c'est des gens sympas ! Vous voyez les amis, quand on a mon flair et une affinité avec la résolution de mystères, on arrive de suite à juger les personnes. Et ce, avec une précision qui défrise l'entendement !

Et les deux gugusses que j'ai devant moi, ben je peux vous dire que c'est des super bonnes personnes ! Je dis pas ça parce que le gars a un style vieillot qui m'est sympathique, ou parce que j'ai pas envie de me dire que la nana est méchante, parce qu'elle est belle quand même. Je base mes conclusions sur ce sixième sens, cet instinct que nous autres, anciens de la police, nous disposons.

"Hey, c'est super cool à vous !" Que je dis, en en profitant pour essayer de travailler sur mon accent hongrois.

"Je prendrais bien un brut de pomme, et si possible, avec une petite ombrelle et du sucre tout autour du verre ! J'aime bien les p'tites ombrelles dans les verres. C'est genre, hey regardez-moi, je suis une boisson et j'ai besoin d'une ombrelle pour pas trop bronzer !"

Je me rends compte que je suis un peu trop à l'aise d'un coup, mieux vaut rectifier le tir avec des explications plus sérieuses.

"C'est drôle : parce que les boissons ont pas besoin d'ombrelles, voyez-vous ? Je veux dire, c'est des boissons. Tout ce qu'elles risquent, c'est de s'évapo... Hey ! Mais maintenant que vous m'y faites penser, c'est peut être pour ça les petites ombrelles ! Trop fort, je suis en ville depuis à peine quelque heures, et déjà un mystère de résolu !"

Pendant que j'élucide l'affaire des ombrelles éthyliques, je pense à l'heure. J'ai pas encore de chambre d'hôtel, il sera bientôt trop tard pour les taxis. J'me dis donc qu'il faut pas que je traîne.

"Bon, qu'est-ce qu'un petit bizu hongrois comme moi a besoin de savoir sur Galway ? Allez-y, balancez moi tout ce qu'il y a à connaître !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeMar 27 Nov 2012 - 20:59

La vampire était entrée dans un jeu qu'Elijah n'était pas sûr de pouvoir assumer. Les relations n'étaient pas tellement son truc et il n'avait réellement pas d'expérience dans ce domaine. Il se débrouillait certes pas mal dans la peau du gars qui supporte les gens, mais il ne sentait pas vraiment capable de pousser le vice jusqu'à simuler de l'attirance, voir de l'amour. Aussi, il était vraiment content lorsque sa cliente lui demanda d'aller chercher les boissons, c'était l'occasion de prendre un peu l'air et de pouvoir soupirer tranquillement sans être remarqué des tiers. C'était d'autant plus un bonheur de se lever car l'inconnu parlait trop au goût de l'apothicaire et ce dernier ne pensait pas pouvoir tenir longtemps s'il restait assis à entasser les réflexions fumeuses du jeune homme dans sa tête.

Elijah se leva sans un mot, en s'aidant de ses deux main appuyées sur la table et en lâchant un petit sourire forcé à sa compagne d'un soir. Il se déplaçait lentement vers le bar en triturant ses poches de veste, poches dans lesquelles se trouvaient les fioles contenant la mixture magique. Une fois à la hauteur du bar, Cook Jr commanda trois boissons, tout en sortant les mains de ses poche afin de s'appuyer mollement sur le bar après avoir pris soin de dissimuler la fiole la moins puissante dans sa paume droite. Les trois verres furent servis en moins de temps qu'il n'eut fallu pour les commander et Elijah jeta un rapide coup d'oeil sur son épaule afin de vérifier que la vampire fasse correctement son boulot de diversion. Il fallait la jouer fine, ne pas se faire remarquer ou paraître suspect.

Elijah se plaça devant les boissons comme pour les rassembler afin de les porter plus facilement, puis il déboucha discrètement la fiole de sa main droite et versa la mixture dans le verre destiné à l'inconnu. Un dernier touillage avec l'ombrelle pour rendre le mélange homogène fit mousser le soda quelques secondes. C'était bon : dix bonnes minutes après l'ingestion, le pauvre mec allait découvrir des parties de son cerveau dont il n'avait même pas conscience. Il allait sûrement commencer par être euphorique, ensuite, le son et les éclairages de la pièce allaient devenir un monde extraordinaire rempli de petits oursons câlins. Une fois bien ancré dans son trip, après environ une bonne demi heure, le type allait se sentir vigoureux et puissant, prêt à conclure avec la moindre donzelle qui lui témoignerait une once d'attirance, comme un Dom Juan sous perf au gingembre. Pour finir, il allait redescendre avec quelques souvenirs légèrement confus, et un mal de ventre plus ou moins violent selon sa tenue au prods.

L'apothicaire avait hâte de voir le résultat. Il retournait à la table d'un pas satisfait, prenant toute les précautions nécessaires afin de ne rien renverser. Une fois à la table, il déposa soigneusement les verres devant chacun et se laissa tomber à nouveau dans banquette dans un soupir de satisfaction, sans même demander au autres ce qui s'était raconté pendant son absence. Elijah désigna le verre de la vampire en s'adressant à celle-ci :

- Je t'ai pris une vodka cerise, vu que tu adores ça... pupuce...

Il s'empressa de saisir son verre, et le tenant en l'air, il lâcha platement :

- Alors à la vôtre. Puis se tournant vers sa cliente. A la tienne, euh... mamour...
Revenir en haut Aller en bas
Keith
Vampire
Keith

Messages : 220
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeMer 28 Nov 2012 - 17:12

Keith arrive devant le bloody valentine. Il gare sa Jaguar quasiment devant l'entrée et sort de sa voiture avec un sourire au coin des lèvres.

- Voici ce fameux endroit. J'ai hâte d'y rentrer.

Il claque la portière. Fais quelques pas, farfouille dans sa poche et appuie sur un bouton. La Jaguar se met alors à clignoter pendant qu'un bruit bref résonne dans la nuit. Keith s'arrête devant l'entrée, lève la tête et lit l'enseigne "BLOODY VALENTINE". Il hume l'air et inspire profondément.

- Que d'odeurs. Alcool. Vodka, rhum, Whisky etc. et etc. Et ses parfums de femmes et d'hommes. Chanel numéro 5, hugo boss, Miss Dior, Jean-paul Gaultier... Tiens mâle et classique. Amusant.

Il rentre dans le bar/lounge, affichant un large sourire. Une hôtesse vient l'accueillir.

- Bienvenue monsieur, puis-je prendre votre manteau ?

- Avec plaisir mademoiselle.

Keith laisse alors l'ouvreuse lui prendre le manteau et lui remettre un ticket. Il s'empresse de lui prendre la main et de lui déposer un baiser.

- Merci jeune et jolie demoiselle. On m'avait dit que le bloody Valentine était magnifique, mais on ne m'avait pas précisé à ce point là.


Keith fixe la jeune femme dans les yeux avec un air malicieux. Elle glousse et il lui laisse reprendre sa main. Quelques banalités pour ce mettre en jambe n'a jamais fait de mal à personne. Keith rentre dans le bar en se frottant les mains. Il repère le comptoir et va s'y installer pour repérer les lieux.
Il scrute alors la salle pleine de monde où les coeurs battent dans une cacophonie assourdissante pour lui mais tellement plaisante. Rien à dire, des gens de tout bord qui parle de choses et d'autres, du quotidien morne des mortels.

*Ah que la vie avant la mort est banale* pense-t-il *mais ils sont si particulier, si unique avec leur vie éphémère que ça en devient passionnant. Alors que faire ? Il faut que je trouve un peu de compagnie. Je ne peux pas boire tout seul. Qui pourrait m'accueillir ?*

Le vampire passe alors près des tables, en écoutant les gens et il repère une vampire avec deux énergumènes très mal habillés à son goût ce qui détonne un peu par rapport à la magnifique créature à côté d'eux. C'est très étrange. il faut en savoir plus. Keith s'approche alors du trio tout sourire.

- Bonsoir excusez-moi de vous déranger. Mais je me permets de vous interrompre car vous avez volé la plus belle des femmes et je suis le policier chargé d'arrêter les chanceux que vous êtes.

Une entrée en matière des plus douteuses mais elle est tellement belle cette vampire que Keith en perd son Shakespeare.

_________________
Keith MILLIGAN

Le lounge - Page 6 Sign-keith7-3d58dec


Dernière édition par Keith le Ven 30 Nov 2012 - 11:10, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeMer 28 Nov 2012 - 18:05

Une ombrelle dans un cocktail ? Depuis combien de temps n’en avait-elle pas vu ? C’était tellement has been que ça en devenait kitch, même pour elle du haut de ses 300 ans… Enfin, elle se garda bien de commenter ce détail, et regarda Elijah s’éloigner vers le bar, espérant conjointement qu’il réussirait à mener sa mission à bien et qu’il ne lui ramènerait pas quelque chose de trop immonde à boire.

Ho vous savez, il n’y a pas grand-chose à savoir sur Galway, c’est une petite ville tranquille, qui semble parfois un peu hors du temps… Vous saviez que nous n’avions un cinéma que depuis quelques mois ? Mais c’est aussi ce qui est agréable : comme la cité n’est pas trop grande, on connaît vite du monde ! D’ailleurs, que faites-vous ici ? La Hongrie ce n’est pas la porte d’à côté tout de même, s’efforça-t-elle de converser le plus banalement possible. En effet, si elle avait commencé à parler de son bordel, de ses prostituées et de son bébé vampire, l’humain aurait probablement pris peur.

Elijah ne tarda pas à revenir, et elle l’accueillit ainsi que sa vodka cerise (pas un mauvais choix, elle n’appréciait pas particulièrement ce fruit sans aucun goût mais il y avait la vodka !) avec ce qu’elle pensait être étudié comme un sourire béatement niais d’humaine amoureuse. Alors qu’elle commençait à porter son verre à ses lèvres, le « pupuce » la fit avaler de travers après qu’elle se soit retenue de tout recracher à la figure de leur convive.

*Koff koff*
A la tienne mon … *Koff koff* Canari en sucre ! réussit-elle à tousser en guise de toast tout en levant son verre. A la vôtre monsieur ?.. demanda-t-elle d’un ton interrogateur à l’inconnu. Quitte à se servir honteusement de lui, autant se montrer courtoise !

Alors qu’ils s’apprêtaient à trinquer, un vampire s’approcha de leur petit groupe, leur sortant la plus mauvaise phrase de drague depuis l’invention du « Ton père est un voleur, il a pris toutes les étoiles du ciel pour les mettre dans tes yeux ». Ne restait plus qu’à espérer qu’il ne s’agisse pas réellement d’un flic !

Merci, c’est très aimable à vous, lui répondit-elle toujours en forçant sur les zygomatiques, Mais plutôt que de nous mettre en cellule n’aimeriez-vous pas vous joindre à nous ? Mon bichounet et moi fêtions l’arrivée de monsieur en ville… finit-elle en levant son verre en direction de leur premier invité.

Note HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeMar 4 Déc 2012 - 20:26

Rien de tel qu'une bonne soirée passée avec ses amis autour d'une table dans un endroit animé, à parler de tout et n'importe quoi, plus de n'importe quoi que de tout d'ailleurs, parfois même se quereller pour en rigoler ensuite ou se moquer des gens qui passent. Un de ces moments où l'on oublie la plupart de ses problèmes, les petits tracas du quotidien qui disparaissent au fond d'un verre de bière ou de spiritueux... Ce n'était pas le cas d'Elijah.

L'apothicaire n'en avait strictement rien à battre de ces "tranches de vie", il attendait nerveusement en triturant son verre pendant que sa cliente essayait de distraire le pauvre cobaye malgré lui. Au bout de quelques minutes qui lui parurent être des heures, il sortit finalement une cigarette qu'il tapota sur son paquet afin de la tasser plus qu'elle ne l'était déjà. Il ne savait pas s'il lui était permis de fumer dans le bar, mais peu lui importait, cette cigarette représentait son petit moment privilégié pendant lequel il allait pouvoir se vautrer au fond de la banquette et fermer enfin ses oreilles pour se prévenir des bla bla inutiles qui innondaient la salle. Au mieux, on allait lui demander de sortir, et à vrai dire, il n'attendait que ça. Elijah gratta la pierre de son briquet et alluma sa blonde en crapotant les deux premières bouffées qui s'étalèrent autour de lui dans un nuage pestilentiel.

L'apothicaire ne sentait pas en grande forme. Il n'avait pas l'impression d'être dans son élément et gaspillait sa concentration à savoir si son mal de crâne était causé par la musique redondante trop forte, crachée par les enceintes, ou par les sobriquets ridicules que sa fausse compagne s'amusait à lui donner. Alors qu'il était en train de prier pour que sa dédoction fasse effet au plus vite, une silhouette s'était approchée de la table. Un homme, élégamment vêtu se tenait devant eux. Bien coiffé, beau sourire, belle allure il avait tout pour plaire, jusqu'à ce qu'il lança la pire phrase d'introduction qu'Elijah avait entendu de toute sa vie. L'apothicaire avait maintenant le regard vide. Il fixait l'inconnu bien habillé sans réaction, la bouche grande ouverte de laquelle s'échappait un filet de fumée blanche. Il repris ses esprits au bout de quelques secondes avant de rétorquer sur un ton pince sans rire.

- Et bien, estimons nous heureux que la brigade de l'humour ne soit pas dans les parages...

Il tira sur sa clope avec insistance avant de boire une grosse gorgée dans son verre et recracher la fumée par le nez. Il posa ensuite son drink sèchement sur la table en faisant claquer sa langue contre son palais. La vampire invita le nouveau venu à s'installer à leur table en donnant une nouvelle fois un surnom dégoulinant à Elijah. Apparemment, il fallait aussi faire la connaissance du dandy, au plus grand déplaisir de l'apothicaire, qui s'était finalement résigné à se rapprocher de ses compagnons de soirée. Il ajusta ses lunettes après avoir vérifié qu'aucun autre invité surprise ne lui fasse le plaisir de les rejoindre, et s'adressa directement au gentleman sur un ton las.

-Alors vous êtes qui ? Vous faites quoi ici à part faire rire les consommateurs de vos blagues... plutôt originales ? On vous...sert quelque chose ?

Elijah venait de tilter : cet inconnu bien habillé représentait peut être l'occasion de tester la deuxième décoction, après tout, il entrait dans le dress code de ces mecs qui passent leur temps à se farcir le nez à la coke dans les clubs, et avec de la chance, il avait peut être même envie de "s'amuser" un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Keith
Vampire
Keith

Messages : 220
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeVen 7 Déc 2012 - 12:50

Aux réflexions du bonhomme à lunette, Keith pousse un soupir.

- Pardon, de vous importuner de la sorte, je pensais qu'une petite blague pourrais détendre l'atmosphère. Mais je ne me suis pas présenté. Keith Milligan et je suis un nouvel habitant de Galway. Je recherche effectivement un peu de compagnie qui pourrait me parler de cette magnifique ville et de ses coutumes particulières m'a-t-on dit.

Keith s'assoie ensuite en face de la charmante créature en ayant l'homme aux lunettes et aux manières brusques à sa gauche et l'autre mal fichu à sa droite.

- Je prendrais ce que vous voulez. Je paierais la prochaine tournée si ça ne vous fais rien.

Avec ses sens vampiriques, il comprend que l'homme à sa gauche n'est pas à l'aise dans ce genre d'endroit et il ressent son manque de nicotine pas l'accélération de son pouls quand celui-ci tient sa sucette à cancer entre les mains. Ce qui le frappe le plus, c'est le sursaut qu'il a eu quand la femme l'a appelé "Bichounet". Drôle de couple pense-t-il, il y a anguille sous roche.

- Effectivement je ne suis pas un animateur de soirée qui balance des blagues à tout va. Pour le moment, je suis à la recherche d'un emploi et...

Une chose changea. L'odeur. L'odeur de plantes inconnues au nez de Keith. Cela provenait de "Bichounet" quand celui-ci finit sa cigarette et que la chaleur de cette dernière arriva à ses mains. Pleins de senteurs c'est incroyable, comment n'avait-il pas senti tout ça plus tôt. Il se redresse et fixe cet homme en oubliant complètement la vampire pour ne s'nteresser uniquement qu'à lui.

- et que faites-vous bichounet comme travail ? Vous êtes dans la parfumerie ?

_________________
Keith MILLIGAN

Le lounge - Page 6 Sign-keith7-3d58dec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeVen 7 Déc 2012 - 22:51

Llylewin se sentait d’un coup plutôt mal à l’aise, coincée dans une position qu’elle trouvait assez inconfortable : obligée de jouer les amoureuses niaises dans un rôle de composition tout à fait inhabituel, tandis que le premier cobaye semblait plongé dans une sorte de stase méditative et que le potentiel second faisait peut-être partie des forces de l’ordre et se montrait d’un coup très curieux vis-à-vis de l’apothicaire… Il lui fallait trouver comment sortir de ce guêpier.

Soudain, un éclair de génie frappa son cerveau : quoi de plus facile pour se débarrasser d’un témoin trop curieux que de le neutraliser ?

Ho non, pas question de vous laisser payer, Bichounet s’est chargé de la première tournée pour heu… Monsieur, fit-elle en désignant Vencel qui scrutait désormais le fond de son verre avec insistance comme s’il venait d’y découvrir un univers parallèle, Je vais donc vous offrir celle-ci, c’est la moindre des choses… Qu'est ce qui vous ferait plaisir?

Ne lui restait plus désormais qu’à récupérer la seconde potion : prenant d’un coup une mine agacée, la vampire se tourna alors vers Elijah, la mine ouvertement contrariée.
Sweetheart, tu sais bien que la fumée de tes cigarettes m’irrite atrocement les yeux… Passe-moi mes gouttes au bleuet, tu veux bien ? fit-elle en lui tendant la main sur un ton ferme qui n’invitait pas spécialement à la négociation, espérant qu’il coopérerait sans broncher.

Heureusement, elle avait pu apprendre quelques rudiments sur les problèmes ophtalmologiques modernes en observant une de ses girls qui portait des lentilles et ne supportait à peu près rien et avait un arsenal impressionnant de produits à se déverser dans les yeux. Le meilleur prétexte qu'elle avait pu trouver pour se lever à ce moment précis.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeSam 8 Déc 2012 - 18:08

Keith Milligan... L'inconnu venait à peine de se présenter et voilà qu'il devenait bien curieux. Sa question avait piqué Elijah qui, mentalement, pesait le pour et le contre quant à la réponse à fournir. Après tout il ne risquait pas grand chose à lui dire qu'il tenait le magasin d'antiquité sur Rockbarton Rd. L'apothicaire regardait Keith sans un mot, et aggripa son verre lentement. Il bu une gorgée de son Bailey's et déposa le verre sur la table avant de passer sa langue sur ses lèvres machinalement. Il s'apprêtait à répondre quant Llylewin coupa court pour proposer sa tournée. Elijah s'empressa alors d'appuyer la proposition.

-Evidemment ! Nous vous invitons voyons, vous êtes fraîchement arrivé vous ne devez pas savoir qu'ici payer une tournée peut vous pousser à prendre un crédit sur soixante mois...

La vampire se lança dans un numéro de petite amie sensible, blessée par le manque de considération de son compagnon, que seule une femme serait capable de jouer à la perfection. Elle lui réclamait la fiole de DLM qui était réservée aux joueurs aguerris. Le pauvre Milligan, s'il ne tenait pas la cadence, allait se sentir bien chaud ce soir pour enflammer le dance floor, ou pas d'ailleurs... Elijah s'éxécuta en fixant le regard de sa cliente qui attendait la main tendue, résignée. Il n'aimait pas spécialement la tournure que prenait les évènements, il préférait savoir sa drogue avec lui, mais il ne pouvait que jouer le jeu sous peine de sembler suspect. Il déposa délicatement le flacon dans la main de la vampire et ajouta calmement.

- Tu me prendras encore un bailey s'il te plaît... bébé.

L'apothicaire se redressa dans la banquette et posa le regard de nouveau sur Keith, afin de répondre à son étrange question sur le même ton sarcastique qu'il avait l'habitude de prendre avec la plupart des gens qui lui posaient des questions étranges.

- Et bien, monsieur Milligan, vous n'êtes pas tombé loin... Je ne suis pas parfumeur, mais je tiens un magasin d'antiquité à l'extérieur du centre ville, voyez vous, malgré les apparences, j'aime tout ce qui est ancien. Je me plaît à dénicher des trésors du passé, les restaurer, les repeindre et les vendre à d'autres passionnés comme moi. Bien sûr, cela n'est pas très lucratif, aussi, je vous déconseille cette voie si vous n'avez pas un minimum d'amour pour cet art. J'ignore ce qui vous a fait dire que je travaillais en parfumerie, étant donné que le seul parfum que je porte est celui des produit que j'utilise pour la restauration d'une commode depuis ce matin... Il repris un ton plus monotone. Et vous ? Vous avez dit chercher un emploi, dans quelle branche exactement ? Pourquoi être venu ici ? A Galway ?
Revenir en haut Aller en bas
Keith
Vampire
Keith

Messages : 220
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeSam 8 Déc 2012 - 23:11

- Une vodka frappée avec une petite olive, je vous remercie.

*Aucun des deux ne se présente. Étrange. De plus le troisième semble parti dans ses pensées. A-t-il trop bu ? De la drogue peut-être ? Tout est étrange dans ce trio. Une vampire qui est gênée par la fumée de cigarette, je n'ai jamais vu ça. Et puis elle sur-joue son personnage avec ces noms d'amoureux transis. C'est vraiment une affaire qui mérite toute mon attention. Je viens d'arriver en ville et déjà je trouve une situation qui sort de l'ordinaire. Je suis ravie.*

Keith ne peut réprimer un sourire de satisfaction face à cette situation.

- Alors, vous êtes antiquaire dans cette belle cité. Et l'odeur viendrait de vos produits de restauration de mobilier... intéressant.
*menteur, ce n'est pas un produit de restauration, ils sont plus agressifs* J'ai le nez assez sensible voyez-vous, alors les odeurs m'affectent beaucoup. Je suis effectivement à la recherche d'un emploi, je fus chasseur de prime aux états-unis. Un bon. Je ne sais pas si cela intéressera la ville, mais je peux m'adapter pour m'insérer ici. Et pourquoi Galway ? Oui pourquoi ? c'est une bonne question. On m'a dit qu'ici je pouvais vivre en harmonie avec ma condition. Donc me voici

Keith ne se dépare pas de son sourire et reste élégant et courtois. Il a tout le temps de savoir ce qui se passe. Maintenant il se tourne vers son autre interlocutrice.

- Et vous ma chère. Que faites-vous comme beau métier ? Et votre joli nom, à part "Bébé", vous ne me l'avez pas dit.

_________________
Keith MILLIGAN

Le lounge - Page 6 Sign-keith7-3d58dec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
Llylewin

Messages : 2199
Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeDim 9 Déc 2012 - 21:27

Llylewin referma précautionneusement ses doigts autour du flacon, bien au chaud au creux de sa main. Si l’apothicaire avait réussi à la jouer fine tout à l’heure, c’était désormais son tour.
Mais bien sur mon Choupinou ! répondit-elle mielleusement à la commande d’Elijah avant de se tourner, papillonnant des cils, vers leur nouveau « convive ».

Je m’appelle Sofia, et en ce moment je ne fais pas grand-chose, j’assiste mon Sucre d’Orge dans son travail, je nettoie sa boutique, je tiens la maison, je fais du shopping… Vous savez, parfois l’existence peut paraître tellement longue et insipide qu’il devient tout à coup merveilleux de lui trouver un sens en la consacrant à quelqu’un d’autre, n’est-ce pas ? roucoula-t-elle en espérant que Milligan comprendrait le sous-entendu.
Il n’était pas dupe, il savait pertinemment qu’elle était une vampire au bras d’un humain, elle avait donc trouvé plus sécurisant de jouer la cruche entichée d’un mortel à la recherche de sensations fortes, carpe diem, la vie est courte, bref ce genre d’âneries dont seuls les humains ont le secret.

Elle s’éclipsa alors de la table pour se diriger vers le bar :
Il me faudrait un Baileys, une vodka cerise, une vodka frappée avec une olive FARCIE AU PIMENT, j’insiste vraiment sur ce point, c’est très important, mettez-moi ce que vous avez de plus fort, et une coupe de champagne, je reviens chercher ça tout de suite.

Pendant que le barman préparait la commande, la vampire fit un détour par les toilettes des dames. Afin de pousser le petit stratagème jusqu’au bout, elle se devait de penser à ses « gouttes pour les yeux », aussi elle se passa un peu d’eau sur le visage afin que son maquillage se brouille légèrement, assez pour que son histoire paraisse crédible mais toutefois pas assez pour être inesthétique.
*Mais qu’est ce que je fous là moi encore, décidément, le Bloody me fourre toujours dans des situations à la mord-moi le …* fulminait-elle intérieurement, avant de reprendre son plus beau sourire de façade et de retourner au bar, où ses verres l’attendaient sur un petit plateau.

Ho, j’avais dit UNE olive ? Je voulais dire DEUX ! s’excusa-t-elle, l’air prétendument contrit, attendant que le serveur lui tourne le dos, l’air blasé, afin de sortir son flacon le plus discrètement possible. Quel était le dosage à respecter ? Elle n’en avait aucune idée, aussi elle vida la moitié du flacon dans le verre de vodka frappée et l’autre moitié dans la coupe de champagne afin d'avoir fait disparaitre la fiole dans son décolleté avant que le serveur ne rajoute une seconde olive au piment dans le verre de Keith.

Vous offrirez ce verre de ma part au monsieur là-bas, fit-elle en tendant la coupe de champagne au serveur et en adressant une œillade aguicheuse à un homme à l’autre bout du bar en complet trois pièces et à la moustache finement taillée. Elle apporta ensuite le plateau contenant les autres verres à sa table et s’assit avec son air cruche de composition:

Je ne vous ai pas trop manqué ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitimeMer 12 Déc 2012 - 19:02

Elijah regardait Keith en jouant avec la pierre de son briquet, il avait un air amusé. Il continua la conversation, intrigué.

- Vous étiez chasseur de prime au states... Vous savez, ici, enfin ne le prenez pas personnellement surtout, mais cette vocation n'est pas tellement lucrative. Nous sommes en effet bien loin des moeurs de... votre pays d'origine. A Galway, la police fait - ou tente de faire- régner l'ordre et rares doivent être les cas pour lesquels ils font appel à des ... mercenaires. Je ne vous blesse pas en disant "mercenaire" j'espère ? Enfin, quoi qu'il en soit, je suis convaincu que vous saurez vous débrouiller, vous présentez bien M. MILLIGAN.

L'apothicaire jeta un rapide coup d'oeil à Llylewin afin de voir ce qu'elle faisait, mais le faible éclairage de la salle ainsi que les autres clients ça et là, rendirent son coup d'oeil inefficace. Il décida de ne pas insister et s'en remis à totalement à la vampire. Légèrement en manque d'inspiration pour le reste de la conversation, et ce, comme à son habitude, Elijah s'alluma une nouvelle cigarette avant d'en recracher la fumée sur le côté et se rapprocher de Keith Milligan, posant ses bras croisés sur la table. Il décida d'enchaîner sur Llylewin, étant donné qu'elle avait été sa dernière pensée.

- Cette fille me rend fou... Vous imaginez que cela fait peu de temps que l'on se connaît et qu'elle a déjà emménagé chez moi ? Je pense lui faire ma demande de fiançailles d'ici quelques temps, je me sens tellement bien avec elle, elle est si ... parfaite. Il termina son verre et se racla la gorge. Et puis, il faut avouer que niveau fille, ma vie n'a pas été très heureuse jusque là, c'est pour vous dire, je ne sais même pas ce qu'elle me trouve. Mais maintenant que je l'ai rencontrée, je peux vous garantir que je ne la laisserait pas tomber.

Cook Jr avait embrayé plutôt naturellement, il avait décidé d'improviser et se faire passer pour le pauvre type qui allait se faire berner par une femme fatale, espérant ainsi attirer la sympathie de Milligan, ou, au minimum son attention. Si Keith avait réellement été chasseur de primes, cela signifiait qu'il était aux aguets. La drogue glissée discrètement dans le verre n'était peut être pas la bonne solution avec un type de ce genre, mais bon, en lui laissant penser que ce n'était pas lui la victime, il y avait peut être une infime chance pour qu'il se relâche un peu.

La vampire venait de revenir à la table avec la phrase classique de ceux qui s'éclipsent quelques instants et qui souhaitent réintégrer le groupe de façon sympathique. Il sourit niaisement avant de répondre.

- Tu m'as manqué ma colombe, j'étais justement en train de parler de nous, je racontais à M. Milligan que nous vivions déjà ensembles après si peu de temps, mais que notre amour était déjà très très fort.

Il s'approcha de sa cliente afin prendre son verre et le lever légèrement au dessus de la table.

- Bien alors buvons à votre arrivée en ville M. Milligan. Il bu une gorgée avant de reprendre. Et vous ? Avez vous quelqu'un dans votre vie ou êtes vous venu ici seul ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Le lounge - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le lounge   Le lounge - Page 6 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Le lounge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Smackdown](V.I.P. Lounge) Inviter Shane 'O' Mac
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Eyre Square
 :: Bloody Valentine
-