AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chambre dans l'aile 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Chambre dans l'aile 1   Lun 8 Avr 2013 - 19:50

Le post se passe dans le couloir, le temps de voir si Charlie suit le doc


Le doc avait été prévenu d’un cas d’empoisonnement sévère, du au poison d’un ver géant. Il y a quelques années il aurait trouvé la blague absolument pas amusante, être réveillé par son bipper à 2 heures du matin pour ça aurait montré un humour d’interne plus que douteux. Mais on était à Galway, aussi le Lycan sauta de son lit s’habilla et fila à l’hôpital.

En plus de poison la jambe de l’individu était en salle état, elle nécessitait une intervention d’urgence qui prit plusieurs heures. Il fallait dire que sa jambe était dans un drôle d’état. La chaire était déchiquetée, et les os étaient fracturés… Non broyé serait le terme le plus adéquat vu les radios De plus le ver ne semblait pas lui avoir transmis que du poison, il semblerait qu’à l’instar de certains varan, sa gueule soit un véritable nid à bactérie, et déjà certaines chaires commençaient à pourrir. Le russe eut du mal à sauver le patient, son corps étant épuisé par le poison et le début d’infections, il s’en fallut de peu qu’il passe l’arme à gauche.
Après une longue et éprouvante intervention, le patient fut installé dans une chambre, et le lycan attendit son réveil.
Stasi n’était pas de la meilleur des humeurs, les nouvelles qu’il allait annoncer n’était pas bonne, même si vu l’état du patient à son arrivé, elles auraient pu être pire.

Il était ne train de prendre un café, dans le hall quand son biper sonna de nouveau. Le blessé reprenait connaissance. Le doc rangea le petit boitier en plastique noir dans la poche de sa blouse et partit en quête de la jeune femme qui l’avait accompagné jusqu’ici. Il ne savait pas si elle était encore présente, mais si c’était le cas peut être voudrait-elle l’accompagner dans la chambre de ce professeur James.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Lun 8 Avr 2013 - 20:25

Les secours étaient finalement venus et ils avaient emportés le Professeur en urgence à la clinique. Charlie était montée avec eux dans l'ambulance et bien qu'elle ne sanglotait plus, les larmes continuaient bien malgré elle de dévaler ses joues. Une fois arrivé à destination, les ambulanciers avaient cédés leur place à une myriade d'infirmiers et d'infirmières qui avaient transportés rapidement James directement au bloque opératoire en lui disant, à elle, de bien vouloir patienter.

Patienter... s'il y avait bien quelque chose que la jeune femme avait du mal à faire en général, c'était bien de patienter. Charlie avait patienté lorsque sa mère était tombée malade, elle avait patienté pour que sa mère guérisse, elle avait patienté pour que son père revienne à la maison plutôt que de se perdre corps et âme dans son travail. La petite fille avait aussi patienté lorsque sa mère était entrée d'urgence à l'hôpital, patienté pour cette dernière dans sortir et de revenir à la maison, patienté dans les couloirs d'un hôpital pas si différant, pour finalement qu'un médecin vienne lui annoncer que sa mère était décédée...

Non, Charlie avait du mal à patienter et ne tenait pas en place. La jeune femme était partie griller une cigarette dehors, pendant que le médecin s'occupait de James, en vain. L'anglaise était retournée s'asseoir une petite heure sans grands résultats non plus. Elle se contenait bien du mieux qu'elle pouvait, mais la soirée avait été trop riche en émotions, aussi elle s'était dit qu'une petite promenade jusqu'à la machine à café l'aiderait peut-être à faire passer l'attente. Une fois devant la machine distributrice, elle avait éclaté doucement en sanglots pour ensuite attraper son café et retourner s'asseoir, une fois de plus, séchant ses pleurs tout en tachant de boire son café infecte.

Ce n'est que plusieurs heures plus tard, recroquevillée sur sa chaise et les yeux rouges, que Charlie aperçue un médecin qui s'approchait, souhaitant profondément que c'était pour elle qu'il venait et encore plus profondément pour lui annoncer que James était hors de danger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Lun 8 Avr 2013 - 21:40

Le lycan trouva facilement la jeune femme qui semblait bouleversé par ce qui venait de se produire. Il approcha souriant et lui donna immédiatement les nouvelles positives, à savoir son ami était vivant et hors de danger.

Il attendrait d’être sur place afin d’annoncer les nouvelles moins bonnes, au patient en premier.
Le russe invita la jeune femme à le suivre jusqu’à la chambre il ouvrit, et alluma la pièce qui était dans la pénombre. Le professeur en semblait pas totalement revenu à lui. Il était alité, et sa jambe était surélevée, avec une quantité d’appareil impressionnant autour. Des sortes d’atèles noires qui semblait planté dans le plâtre qui recouvrait la jambe.

« Ce n’est pas tout les jours que l’on vit ce genre d’aventure, mais comme je l’ai dit, le poison est neutralisé et sa vie n’est plus en danger. »

Le doc marqua une petite pause avant de reprendre.

« Par contre pour ce qui est de sa jambe c’est plus compliqué, il…. »

Le doc fut coupé par des bruits venant du lit. Le patient venait de reprendre totalement conscience.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Jeu 11 Avr 2013 - 1:08

Charlie retint un soupir de soulagement lorsque le médecin s'adressa à elle et lui expliqua que le Professeur était hors de danger. Elle reconnue d'ailleurs Stasi, ils s'étaient croisés lors d'une soirée au restaurant des catacombes avec Milicent, comme le monde était petit parfois. Quoi qu'il en soit, il lui annonça que le Professeur était hors de danger, hors de danger ne signifiait pas qu'il ne serait pas amoché et qu'il n'y aurait pas de conséquences aux blessures et au poison... Cela la jeune anglaise en était parfaitement consciente et s'est pourquoi elle ne se réjouit pas lorsque Stasi le lui annonça. Dickens ne souleva pas le fait que Stasi appelait le calvaire par lequel ils venaient d'atterrir ici ''aventure'', l'heure n'était pas aux colères, aussi la jeune femme ne tiqua pas et se dit que ce n'était pas nécessairement simple d'être politiquement correct à toute heure du jour et de la nuit et surtout pas vu les circonstances ni le métier du doc.

Elle le suivit dans la chambre où il la menait, lorsqu'il appuya sur l'interrupteur et que la lumière s'alluma dans la pièce, Charlie ne put réprimer un long frisson qui la parcourra toute entière. De voir James ainsi, brancher sur d'innombrables machines, cela lui rappelait cruellement son passé, sa propre mère d'un coup. Passant une main sur son front, elle se rendit compte qu'elle était bouillante, sans doute épuisée par les épreuves de la soirée, si elle ajoutait à cela son inconfort et ses démons du passé qui se faisaient un malin plaisir ce soir à la tourmenter... La jeune femme revint néanmoins rapidement au médecin, qui était en train de lui parler du cas de la jambe de James, mais le médecin s'interrompit dès qu'il perçut du mouvement du côté du biologiste. Charlie se dirigea immédiatement vers le lit du patient et posa sa main sur l'épaule de ce dernier. Devait-elle attendre qu'il parle ? Qu'il soit complètement éveillé ? Peut-être serait-il inquiète et penserait toujours se trouver dans l'enclos ? Il est vrai que James n'avait pas démontré une certaine lucidité vers la fin, dans l'enclos et encore moins dans l'ambulance... Charlie décida donc qu'il serait plus judicieux de lui parler, à tout le moins de prendre de ses nouvelles, directement à lui le concerné.

- Comment vous sentez-vous James ?

Elle avait entendu maintes infirmières et au moins autant de médecins demander cela à sa mère, lorsqu'elle était toute jeune, cela lui semblait être la formule absolue à prononcer dans des cas pareils... Avant que le Professeur ne lui réponde, Dickens se tourna légèrement vers Stasi.

- Est-ce qu'il va encore... déliré ? Ou il sera plus lucide que tout à l'heure ? Je veux dire, il n'y a plus de poison, mais j'imagine pour sa jambe, vous avez dû lui donner quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Jeu 11 Avr 2013 - 21:27

Le doc s’était interrompus, mais la jeune femme avait pris les devants, aussi il resta en retrait attendant passivement.
La jeune femme semblait avoir atteint ses limites, c’était assez simple à deviner, mais elle ne semblait pas s’en soucier outre mesure… D’ailleurs la jeune femme lui disait bien quelques choses, mais le lycan n’était pas vraiment dans son assiette, l’intervention avait été longue et fatigante, et les expériences personnelles qu’il réalisait n’aidaient pas.

La jeune femme se retourna vers lui, l’air inquiète elle lui posa pas mal de questions. Le doc lui répondit calmement avec un ton de voix qui se voulait apaisant.

« Il n’a plus de poison dans son corps, nous avons réussis a neutraliser toute les toxines, pareil pour le début d’infection pour sa jambe. Il va être un peu groggy, mais non plus de délires, ceux ci étaient sans doute générés par la toxine. "

Toxine que le doc avait prélevée et isolée pour ses recherches personnelles.

« Il faut juste lui donner un peu de temps, il va finir de se réveiller d’un instant à l’autre. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Jeu 11 Avr 2013 - 21:43

James émergeait doucement. Il avait la gorge sèche et se sentait vaseux. Les lumières de la pièce étaient trop violentes et l’agressaient, aussi l’Anglais maintenu les yeux fermés.

Il bougea un peu mais chaque mouvement était douloureux. Mais ou était-il ? Dans un lit ? Il était blessé… Un lit d’hôpital ? Mais comment avait-il atterrit là ?
L’anglais reconnu une voix, une voix féminine qui lui était étrangement familière… Charlie… le bar… le VER !

L’Anglais se redressa d’un coup de son lit, mais la douleur le terrassa. Il ouvrit alors les yeux.

« Charlie… Tu es la tu n’as rien ? »

Il cherchait la jeune femme du regard, et fut rassuré alors qu’il l’aperçu a coté de lui, et pas dans un lit d’hôpital.

« Tu n’as rien… Outcchhh. »

Sa jambe, elle était si douloureuse.

« Qu’est ce qui… m’est arrivé ? »


Même si James avait du mal a émerger, il savait pertinemment que la douleur ainsi que la façon dont sa jambe était attaché n’était pas bon signe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Dim 14 Avr 2013 - 17:36

Elle avait docilement hoché la tête aux propos de Stasi, mais comme ce dernier lui expliquait qu'il faudrait laisser un peu de temps au Professeur pour reprendre conscience, c'est comme si ce dernier les avait entendu et James se redressa vivement dans son lit. Charlie doutait fortement que cela avait dû être agréable et encore moins recommandé après les dernières épreuves, aussi se rapprocha-t-elle du Biologiste pour que ce dernier l'aie dans son champ de vision, tout en étant dans une position plus confortable.

- Ne vous inquiétez pas James, je n'ai pas une seule égratignure, j'aurais aimé pouvoir en dire autant de vous...

Charlie regarda dans la direction du médecin rapidement et revint au Professeur, un air mi-rassurer, mi-inquiet, car même s'ils étaient finalement sains et saufs à l'hôpital et James hors de danger, Dickens gardait en tête les dernières paroles que Stasi était en train de dire lorsque James avait commencé à remuer.

*Sa jambe...*

- Le ver, il... il a voulu, enfin il a essayé de vous happer la jambe pour vous dévorer. Le médecin allait m'expliquer je crois, mais maintenant que vous êtes éveillé...

L'anglaise se retourna vers Stasi, appréhendant un peu le verdict.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Lun 15 Avr 2013 - 17:40

Charlie ! Mais oui, ou avait-il la tête ? Bien sur qu’il connaissait cette jeune femme, pétillante avec qu’il avait déjà rencontré a bien des occasions, notamment un certains bal costumé qu’il tentait de faire sortir de sa tête à tout prix…

Mais pas le temps de s’attarder sur cette histoire, le moment n’était pas aux souvenirs. Le patient était réveillé et Charlie venait de comprendre ce qu’il voulait dire tout à l’heure.

« Bonjour monsieur Mattew. Je suis votre médecin traitant Stasi Tabaristan. »


Le russe s’approcha alors de l’Anglais. 2coutant Charlie il comprit maintenant ce qui avait fait de tel dégât. Une morsure d’un monstre.

« Quand vous êtes arrivés vous étiez fortement empoisonné par une créature assez atypique, mais surtout fortement dangereuse. Nous avons réussis à nettoyer les plaies et neutraliser tous le poison que vous aviez dans votre corps. Cependant, et comme vient de le dire Charlie, l’attaque a été violente, et votre jambe est dans un piteux état… »

Le russe, sans vraiment le remarquer venant de placer sa main sur son avant bras, la ou le lycan l’avait mordu plusieurs années auparavant. Il était bien placé pour savoir que la curiosité avait un prix, et qu’une simple morsure pouvait changer une vie…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Lun 15 Avr 2013 - 18:00

Le retour à la réalité était rude. Au moins la phase de réveil n’avait pas duré longtemps et le professeur réfléchissait déjà assez rapidement analysant la situation. Il avait sa jambe, vu l’histoire de poison, la morsure, l’infection, si les médecins étaient venu à la conclusion qu’elle ne serait plus utilisable il l’aurait simplement amputé. Non le tableau n’était pas complétement noir, il y avait donc un espoir.
Cependant vu comment était sa jambe, en l’air dans un plâtre assez danse, des tiges en fer sortant de partout, l’Anglais avait compris que malgré tout, ça n’allait pas être évident de retrouver sa mobilité, du moins si cela était possible. Il attendait l’avis du médecin.

Sans vraiment réaliser, il s’était saisit de la main de Charlie, un réflexe malheureux, afin de mieux affronter la vérité.

« Dites moi la vérité docteur, directement sans enrobage, je veux savoir ce qu’il en est réellement c’est important. »

En effet James avait des projets, de nombreux projet, pour venger ses parents, pour éliminer les monstres qui pullulaient à Galway, il avait besoin de deux jambes valide, sinon l’anglais n’aurait aucune chance de les affronter.

Aussi il devait savoir s’il pourrait un jour arriver à réaliser l’objectif de sa vie, son rêve, celui de se venger celui de tuer ce monstre d’égal à égal, celui qui des années auparavant avait ôté la vie de ses parents alors qu’il n’était qu’un enfant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Lun 15 Avr 2013 - 20:45

Charlie lorgnait sur la jambe de James pendant que Stasi leur expliquait un peu l'état dans lequel il était arrivé aux urgences de la clinique. Déjà, le Professeur avait toujours sa jambe, c'était toujours ça de positif non ? Enfin, elle espérait bien oui, après, Dickens ne voulait imaginer que le professeur n'en retrouverait jamais l'usage, ce serait... Cruel. Non, la jeune anglaise essayait de positivé, il le fallait, le Professeur allait se remettre, faire un peu de physiothérapie, mais il remarcherait sans difficulté, oui !

Charlie se sentait terriblement coupable, si elle avait choisi un autre animal peut-être, peut-être que tout ceci se serait littéralement passé différemment, que James ne se serait pas retrouvé ici, dans un lit, la jambe en miettes...

La sortant de sa torpeur mentale, Charlie sentit qu'on lui prenait la main, se raidissant sur le coup, surprise, elle accentua néanmoins la pression se voulant réconfortante. Elle avait déjà des fourmis dans les doigts, troublée par ce contact inattendu, n'en ayant toujours pas l'habitude, cela la rendait toujours un peu mal à l'aise et gauche, mais même si James et elle ne se connaissaient que très peu, Charlie se devait d'être là pour lui, malgré la culpabilité qui la tiraillait, elle avait beaucoup de sympathie pour cet homme allez savoir pourquoi. Peut-être le fait qu'ils avaient fait face à la mort sous forme d'un rampant géant ensemble...

La main de James toujours dans la sienne, elle attendait que le verdict tombe, serrant encore un peu sa prise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Mar 16 Avr 2013 - 16:26

Stasi n’allait pas faire durer le suspense. Ce n’était pas le genre d’attente qui était agréable, il n’y avait pas de récompense à la clef, pas de vote du publique comme dans ses interminable émissions insipides qui foisonnaient à la télévision.
Aussi le russe continua son diagnostique.

« La jambe était dans un sale état, entre l’infection, le poison et la pression effectué par le monstre, de nombreux tendon étaient abimés ou sectionnés. Nous avons fait du mieux possible, mais je ne peux vous garantir que vous retrouverez l’usage de votre jambe un jour. »

Le doc marqua une pause afin que le patient puisse encaisser la nouvelle, avant de continuer.

« Vous allez devoir faire de la rééducation. Cela sera lent et douloureux, et j’espère qu’après quelques mois vous pourrez de nouveau vous tenir debout et marcher. Pour l’instant vous vous déplacerez en fauteuil roulant. Mais avec de nombreux efforts je optimiste, vous pourrez de nouveau vous mouvoir. Je crains cependant qu’il vous faille constamment ce genre d’objet à vos cotés. »


Le doc lui montra la canne qu’ils avaient ramenée. Difficile de savoir pourquoi le professeur avait une canne constamment avec lui, mais il était clair que dans le futur il ne pourrait plus s’en passer.

« Je suis désolé de vous apprendre de si triste nouvelles, mais sachez cependant que vous êtes passé pas si loin de l’amputation. »

Dans certains moments le doc détestait son boulot. Et il devait bien l’admettre depuis qu’il était en poste dans cette clinique, ce genre de moment se faisait de plus en plus nombreux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Mar 16 Avr 2013 - 16:28

James le craignait, il attendait impatiemment que le médecin termine ses paroles. Le couperet tomba, et cela ne présageait rien de vraiment bon. Il ne retrouverait plus jamais son agilité, terminé le jeu d’escrime dans lequel il brillait, terminait les courses poursuite, et surtout terminé l’idée de pouvoir affronter un de ces monstres seul. Avec une jambe en moins il n’avait aucune chance, c’était certain.

Il ne dit rien au début, mais sans s’en rendre compte il avait serré plus fortement la main de Charlie. C’est d’ailleurs ce geste qui d’un coup le sortit de sa « torpeur ».

« Excuse moi Charlie, je n’avais même pas remarqué. »

Il sourit en lâchant la main de la barmaid.

« Ce n’est pas si catastrophique que ça finalement, après tous j’ai faillis me faire manger par un ver géant, j’estime bien m’en tirer. Heureusement que Charlie était présente sinon je n’aurais même pas été là. »


Il chercha un verre d’eau, sa gorge était terriblement sèche, sans doute du au réveil, ou alors la terrible nouvelle qu’il venait de recevoir, difficile à dire. Aussi il se focalisa sur un point bassement matérialiste, comme pour l’aider à surmonter tous ça. Il fixa sa canne.

« C’est u cadeau, un présent d’un confrère de ma confrérie, celui que j’avais fondé à Harvard. Le loup sur le pommeau en est le symbole. Un objet auquel je tiens beaucoup. »

Cela n’avait aucun intérêt, n’apportait rien à la conversation, mais pour l’Anglais cela lui permettait de surmonter sans s’effondrer, de penser à autre chose, un instant, un petit instant afin de ne pas se laisser submerger par le trop plein d’émotions qui le submergeait. Après tout il était un Anglais et son éducation lui interdisait strictement de montrer ce genre d’émotions devant un étranger, même s’il était médecin.

« Si le fauteuil n’est que provisoire, et comme vous le dite vu mon état je suis vraiment chanceux. Un grand merci a tous les deux qui m’avaient sauvé la vie."

James esquissa un sourire chaleureux, même si le cœur n’y était pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Ven 19 Avr 2013 - 18:36

Charlie avait écouté le verdict tomber, le visage déconfit, elle regarda James, ce dernier lui serra la main plus fortement, mais la lâcha dès qu'il s'en rendit compte. Charlie ne savait pas quoi dire, ni quoi faire, c'était un choc pour elle d'apprendre que le Professeur ne pourrait peut-être plus retrouver la mobilité de sa jambe, elle ne voulait pas imaginer ce que devait ressentir le biologiste lui-même.

- Ce n'est rien James...

Elle reposa brièvement sa main sur celle de James, d'une légère pression réconfortante, avant de la retirer et de la joindre à son autre main dans son dos, triturant ses doigts, nerveuse et attristée par la nouvelle. Le Professeur semblait bien prendre les choses et la remercia de l'avoir trainer dans la terre et de l'avoir sauvé... Ce fut le comble pour la jeune femme qui se sentait terriblement coupable de toute cette affreuse histoire.

- Oui, mais non, sans moi vous seriez probablement en train de dormir tranquillement chez vous James... Je, je suis désolée.

Le biologiste se mit à parler de sa canne, cette canne assez particulière qui lui avait été offerte par un collègue de sa confrérie. Cela piqua un peu la curiosité de Charlie, une canne-épée c'était quand même un peu hors du commun comme présent. À quoi cela pouvait bien servir à un biologiste ? Mais l'heure n'était certainement pas aux questions du genre, mais la jeune femme les garderait quelque part dans un coin de sa tête et un jour, si jamais James acceptait de la revoir, elle pourrait peut-être les lui poser...

Malgré un certain optimisme, Dickens était persuadée que le Professeur ne devait pas réellement prendre la nouvelle aussi bien, mais elle espérait franchement qu'il se remette sur pied, au sens figuré comme littéralement parlant, trouvant cela plutôt injuste qu'un tel handicape frappe un gentilhomme comme le Professeur, plutôt qu'une de ces saletés de créatures qui massacraient bon nombre des citoyens de cette ville, la vie était tout simplement... injuste, injuste avec ceux qui ne le méritaient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Dim 21 Avr 2013 - 22:39

Le doc ne disait plus rien. Il attendait que le patient digère la nouvelle, ce qu’il sembla faire assez bien d’ailleurs. Malgré tout le russe resta prudent. Il arrivait que le patient mette plusieurs heures à réaliser quel était son véritable état.
Aussi le médecin se contenta d’observer souriant et ne répondit que lorsqu’il s’adressa à lui.

« Oui je suis assez optimiste, vous ne resterez pas dans ce fauteuil indéfiniment. La clinique est équipé d’un centre de rééducation, aussi nous pourrons vous aidé à passer cette épreuve le plus efficacement possible. »

Il laissa également Charlie parler. Celle-ci semblait rongé par la culpabilité. Aussi le doc se permit d’intervenir.

« Monsieur Mattew, je pense que vous serez d’accord avec moi. Vous pouvez remercier Charlie, car sans elle je ne pense pas que vous aurez pu survivre à une telle agression. Vous êtes du même avis que moi ? »

Stasi attendit que le professeur réponde, puis il jugea qu’il était temps de laisser le patient tranquille.

« Monsieur Mattew, nous allons vous laisser vous reposer, vous êtes sorti d’affaire mais du repos ne sera pas superflue. Je pense qu’il est temps de nous éclipser Charlie. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Lun 22 Avr 2013 - 18:25

James avait du mal à franchement réaliser ce qui lui arrivait. La douleur était présente, sa jambe bloquée dans un immense plâtre. Cependant, vu son état l’Anglais avait du mal à se projeter dans le futur. La notion de fauteuil roulant était assez abstraite.
Il était cependant encore faible et toutes ses émotions l’avaient épuisé. Cependant il s’objecta quand Charlie commença à se dire fautive.

« Tu n’as aucun reproche à te faire Charlie. C’est moi qui ai escaladé la barrière, c’est moi qui me suis approché du buisson. Toi tous ce que tu as fait c’est de suivre un vieux fou dans ses histoires de complot de Zoo et de lui sauver la vie. Donc non et je ne te remercierais d’ailleurs jamais assez pour ce que tu as fait… Mon petit ange de la mort… »

Il adressa un petit clin d’œil souriant à Charlie. Car à présent certaines choses lui revenaient en mémoire, notamment le moment de son vaste délire.
Cependant la fatigue le gagnait et il sentait ses paupières s’alourdir. Alors que le médecin expliquait qu’ils allaient le laisser, le professeur n’émit aucune objection. Il se contenta de parler doucement, sa voix devenant aussi cotonneuse que les sensations qu’il percevait.

« Tu….n’y…. est… Pour… rien… »

Et l’instant d’après James sombra dans un sommeil profond. Pas celui du bienheureux malheureusement.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   Lun 27 Mai 2013 - 20:53

Charlie ne savait plus quoi dire, même si tous s'entendaient visiblement pour dire qu'elle n'y était pour rien, c'était tout le contraire que ressentait la jeune anglaise, certes elle avait traîné le Prof dans un endroit moins à découvert où le vers ne pouvait plus les atteindre, mais elle avait quand même fait le choix d'aller voir ledit vers. Comme de simples petits choix pouvaient influencer la vie et le destin des gens, c'était... apeurant.

L'ange de la mort.

Même si James l'avait dit en souriant, cela suffit pour refaire couler quelques larmes discrètes sur les joues de la petite blonde. De simples choix fait à la légère, puis on finissait sur un lit d'hôpital.

Le Professeur sombra rapidement dans un sommeil qui serait sans doute réparateur, puis Stasi l'enjoignit de l'accompagner pour laisser un peu de repos à James. Elle le suivit sans broncher, ravalant un sanglot qui menaçait d'éclater depuis plusieurs longues minutes déjà. Dickens se sentait redevable, elle reviendrait sans aucun doute reprendre des nouvelles de James, s'il avait été un parfait inconnu, elle ne se serait sans doute pas donné la peine, ou alors peut-être une fois par politesse, mais les circonstances étaient différentes. En fait, Charlie avait beaucoup apprécié la présence du biologiste, elle n'avait pas souvent eu l'occasion de discuter avec ce genre de personne, mais elle espérait sincèrement qu'elle en aurait de nouveau l'occasion, sincèrement.

Sortant de la chambre, Charlie remercia le Doc, lui souhaitant également une bonne nuit, puis se dirigea vers la sortie pour regagner son chez elle et ruminer sa culpabilité, mais aussi, son soulagement de les voir tous deux plutôt sains et saufs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chambre dans l'aile 1   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chambre dans l'aile 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Fauve Blackmoon † Une des poulettes a du plomb dans l’aile
» Dans l'aile Est
» Dans l'aile Ouest
» Mais que pouvons nous bien faire dans une chambre...
» J'crois que même dans ma chambre c'est moins le bordel que dans ma tête
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LES TERRAINS EXTERIEURS :: 
L'Uptown Island
 :: Centre de recherche et de soins
-