AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le SPA "Aux Champs Elysées"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Charlie Dickens
Humain


Messages : 619
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Lun 10 Déc 2012 - 17:14

Charlie avait écouté Kain avec attention, réfléchissant une fois de plus au bien fondé de toute la proposition. Cependant, le vampire semblait sincère, ce qui troublait un peu la petite blonde. Il avait vraiment l'air désespéré de ne trouver personne, ce que Dickens ne comprenait toujours pas, avec tous les gens qui vivaient à Galway, certains humains n'en étaient pas à leur première génération, si elle pensait à Winnifred qui lui avait gentiment donné tonnes de conseils par exemple, mais il devait y avoir quelques têtes brûlées pour accepter ce genre de travail, non ? Surtout avec tout le fric qu'il était possible de se faire...

Charlie soupira intérieurement, même si elle avait les compétences et le pragmatisme nécessaire, de travailler pour un vampire ne la réjouissait pas pour autant, même si ce dernier lui assurait qu'il ne lui arriverait rien de fâcheux. Partagée entre un sentiment de crainte et d'excitation, l'offre restait trop alléchante et si en plus cela l'empêchait de passer un coup de fil à son père pour avoir un peu plus d'argent...

- Ne pas trop tarder hein...

La jeune anglaise réfléchit un peu, visualisant mentalement son horaire pour les prochaines semaines, les cours, les rendez-vous et tout et tout. Elle pourrait facilement passer au Bloody n'importe quand, mais une idée lui vint à l'esprit, une petite vengeance pour sa journée ratée au spa.

- Je serais disponible immédiatement en fait, étant donné que vous m'avez bousillé ma journée détente...

Elle allait lui démolir la sienne du même coup. Toute sourire, elle se dit néanmoins que ce serait pour la bonne cause, mais Dickens était quand même en partie vengée, ce qui la ravissait énormément. Elle attendait de voir la réaction de Kain, s'il était un bon buisness man il ne refuserait pas, pour sûr, cela lui indiquerait du coup à qui elle avait à faire... Souriant, elle revint appuyer son menton sur son poing, patientant tranquillement histoire de voir à quel point le vampire avait besoin de sa petite personne comme il le disait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kain
Vampire


Messages : 717
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Mar 11 Déc 2012 - 20:19

Non seulement la jeune femme acceptait le poste, mais en plus elle proposait de réaliser l’essai maintenant ! Kain regarda vite fait la piscine ou quelques instants auparavant il faisait des bulles dans son coin. Non avoir une bonne raison pour quitter cet endroit lui convenait parfaitement. En plus naïve, la jeune femme était tombée dans son panneau, cette histoire stupide de recherche de barman… Bientôt ils sortiraient tous les deux, se dirigeant vers le Bloody Valentine, mais ce que ne savait pas la jeune femme c’est que jamais elle n’arriverait à destination. Au détour d’une ruelle, il la plaquerait contre un mur, lui faisant payer son affront. Et après s’être amusé avec elle, Kain la viderait de son sang, lentement, très lentement, afin que la jeune femme se sente mourir, qu’il puisse lire son désespoir dans ses yeux alors qu’elle était à l’agonie et qu’il lui donnait le coup de grâce.

Parfait tout était parfait, hormis le fait qu’il avait vraiment besoin d’une barman, et que donc son petit détour dans une ruelle sombre n’aurait pas lieu…

Il se redressa, l’air contrarié cherchant à récupérer sa serviette.

« Allons-y »


Vers les salons privés du Bloody : http://www.hellsgate.fr/t497p15-les-salons-prives#7524
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Sam 20 Avr 2013 - 14:08

De la chambre...

A cette heure-là, ils ne croisèrent personne dans les couloirs de l'hôtel. Les gens normaux dormaient ou faisaient encore la fête en extérieur pour les plus jeunes d'entre eux. Mais Juliet douta qu'il s'en trouva beaucoup pour pouvoir se payer des nuits à l'hôtel des Catacombes. Même si elle n'avait pas de complexe à se promener en peignoir, foulant pieds nus les lourds tapis et moquettes des parties publiques de l'hôtel, la jeune femme trouva agréable de n'être la cible d'aucun regard sinon celui de son compagnon.
Devant les yeux ébahis qu'elle posait autour d'elle, elle lui avoua que c'était la première fois qu'elle mettait les pieds dans un hôtel de luxe et lui demanda de l'en excuser. Raison de plus pour être ravie de ne croiser personne... elle aurait pu avoir l'air d'une extraterrestre auprès de certaines sensibilités coincées.

L'accès au SPA était libre pour ceux qui possédaient la carte d'accès. Ils n'eurent donc pas besoin d'attendre un membre du personnel pour leur ouvrir.
Très enthousiaste vis-à-vis de ce qu'elle découvrait derrière cette porte, Juliet serra davantage le bras de James. Les murs de pierres apparentes, le miroitement de l'eau de la piscine sous les lumières douces, le mobilier aux lignes élégantes... C'était simple et beau, délicat et accueillant. Il y avait une sensation de confort, de légèreté, de bien-être. Exactement ce dont elle avait besoin.

" J'adooore !! " laissa-t-elle échapper trépignante.

Rester à savoir par quoi ils allaient commencer... A sa grande peine, la pyromane excluait d'office le sauna. Ou alors, il lui faudrait éviter de toucher quoi que ce soit jusqu'au moment où elle s'immergerait complètement pour chasser la sueur de sa peau. Elle préférait éviter de prendre ce risque... d'autant qu'elle ignorait si elle était capable de combustion spontanée...
En réalité, elle avait déjà une petite idée : utiliser la boite dans sa poche.

" Viens ! " dit-elle en l'entrainant vers les transats.
Elle s'assit sur l'un d'eux, jambes croisées, et l'invita à se mettre devant elle. En riant légèrement, elle lui fit signe de se tourner, afin de lui présenter son dos et non son visage. Pendant qu'il se mettait en place, elle sortit la crème et ouvrit le pot qui libéra sa délicieuse odeur de vanille.

Décroisant les jambes, qu'elle fit pendre de chaque côté du transat, Juliet se rapprocha de James, entreprenant de défaire le haut de son peignoir. Une fois qu'il eut consenti à retirer ses manches, elle eut pleine vue et plein accès à l'ensemble de son dos.

" Tu n'hésites pas à me dire si je te fais mal. " dit-elle en déposant ses mains badigeonnées de crème sur les épaules de l'Anglais. N'ayant pas l'habitude de faire des massages, la jeune femme se contenta de gestes simples pour la décontraction musculaire qu'elle agrémentait d'autres qui ressemblaient davantage à des caresses, parcourant ainsi épaules, bras et dos.

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )


Dernière édition par Juliet Ahston le Sam 28 Sep 2013 - 10:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Dim 21 Avr 2013 - 21:27

Alors qu’ils descendaient au SPA, James le brave, James le courageux, tentait de gérer au mieux l’irrigation de son sang. C’était assez perturbant de ne pas contrôler son sang au point que celui ci décide de se stocker dans ses joues. Heureusement lors de leurs ballade jusqu’au SPA, James n’eut pas le loisir de contempler les longues jambes de la jeune femme, celle ci marchant à coté de lui.

Il avait beau avoir reçu une éducation « So British », James n’en restait pas moins un homme. Alors qu’ils arrivèrent dans le SPA, Juliet choisit la fraicheur de la piscine classique et le confort de ses transats plutôt que la chaleur moite et étouffante du Hammam. N’étant pas un véritable connaisseur du SPA et de ses effets, James se contenta d’acquiescer et suivit le sourire aux lèvres, plus ou moins sous l’emprise de son « viens » presque hypnotique.

Alors qu’elle s’assit sur le premier transat, toujours sans dire un mot, le professeur la mima, s’asseyant également copiant sa position. La chose sembla l’amusé, et rapidement James comprit que ce n’était pas ce qu’il devait faire. Il se retrouva alors sur le ventre contre son transat, ne sachant pas trop ce que la jeune femme avait en tête. Quand elle commença à lui retirer son peignoir l’anglais n’omis aucune protestation, mais ce contenta de balbutier quelques onomatopée difficilement compréhensible.

« Juliet… que... Je … tu veux pas… Hammam… détente… »


Il sentit alors la vanille, puis les mains de la jeune femme se posant sur son dos, lui délivrant un massage des plus plaisants.
Le silence se fit. Juliet était magique et il se retrouvait à présent sur un petit nuage, profitant pleinement des soins que lui prodiguait la jeune femme.

Il aurait pu rester des heures ainsi tellement il se sentait bien. Mais son éducation British revint à lui. Comment osait-il autant en profiter aussi égoïstement ? C’était un gentleman, la moindre des choses était de rendre la pareil à Juliet.

« Juliet, c’est délicieux ce que tu me fait, divin, mais… »

James quitta l’étreinte de la jeune femme, se retournant il se leva de son fauteuil et invita la jeune femme à faire de même.

« Cela ne serait pas juste que tu n’en profites pas également, laisse moi donc moi aussi te faire un bon massage, allé, enlève moi donc ce peignoir. »

James s’était saisit du petit pot de crème vanille et attendait que la jeune femme ôte son habit afin qu’elle puisse carrément s’allonger et la gratifier d’un massage. De plus, même s’il n’osait se l’avouer au plus profond de lui, James était curieux de voir quel sous-vêtement la jeune femme portait… Mais ça jamais il ne se l’avouerait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Lun 22 Avr 2013 - 8:13

Elle s'appliquait, caressant, tapotant, malaxant, du bout de ses doigts ou de la largeur de ses paumes. Elle devinait les muscles dont elle épousait la forme ; elle parcourait la chair de haut en bas, de bas en haut et sur les côtés dans un sens puis dans l'autre, variant les gestes, les pressions et de fait les sensations. Petit à petit, elle sentait James se détendre, se laisser porter par le massage, le savourant pleinement. Le silence qui les entourait n'était pas gêné mais presque cérémoniel. Ils auraient pu avoir une petite musique d'ambiance zen qu'ils ne s'en seraient probablement pas rendu compte. Juliet elle-même se laissait bercer par ce massage qu'elle prodiguait, portée par cette odeur de vanille et ce contact chaud et rassurant avec l'Anglais.

" Divin ? " sourit-elle en rougissant à ce compliment qui lui sembla démesuré. Pourtant elle devait admettre que cela lui faisait plaisir. Entre la théorie et la pratique, il y avait parfois un monde et elle avait réussi à concilier les deux.

James l'invita à se relever et elle s'exécuta. Il lui signifia son envie de lui rendre la pareille et lui demanda d'ôter son peignoir. Tandis qu'elle défaisait la ceinture, Juliet regarda le transat, et elle se dit qu'elle allait garder ce grand morceau de tissu pour s'appuyer dessus, doutant que les lattes de bois soient très confortables pour sa poitrine.

" Tu vas voir, la crème glisse toute seule. C'est très facile à utiliser. "

Pendant que son ami abaissait le dossier du siège long pour qu'elle puise prendre une position allongée dessus, la jeune femme était venue se placer de l'autre côté, de dos à James. Elle se découvrit, dévoilant ses épaules exemptes de bretelles, son dos où il n'y avait nulle attache à dégrafer. Le seul morceau de tissu qu'il lui resta après que le peignoir soit complètement ôté fut sa culotte en modal blanc avec un liseré de dentelle.
Puis rapidement, récupérant le peignoir, elle s'allongea par dessus. Appuyée sur un coude, elle essaya d'attraper l'ensemble de ses cheveux pour dégager son dos. Puis croisant les mains sous son menton, elle y posa la tête. Impatiente de goûter à son tour à un massage. Impatiente aussi qu'il pose ses mains sur elle.


_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Lun 22 Avr 2013 - 18:52

James était bien décidé à rendre la pareille à la jeune femme, voir faire plus encore. Il se concentra alors sur le mécanisme de la chaise longue afin de la passer de la position semi-allongée à totalement allongée. Malheureusement toutes ses années d’études, ses doctorats prestigieux, ses connaissances dans bien des domaines ne lui furent d’aucun secours. Le mécanisme de cette chaise était un horrible casse tête, fabriqué par un ingénieur vicieux sans doute ancien concepteur de machine à torture reconvertis. Ce n’est qu’au bout du troisième pincement de doigts, du 5eme jurons marmonnés suffisamment faiblement pour que la jeune femme ne l’entende pas que James vint à bout de cette machine diabolique. Il se redressa et se retourna vers Juliet afin de lui dire de se placer, assez fier de son exploit.

« Tu peux… »

Plus aucun mot ne sortit de sa bouche. La jeune femme était dos à lui, ne portant plus qu’une simple culotte blanche. Son peignoir gisant à ses pieds. L’anglais en eu le souffle coupé, tant la vision était belle. Complètement prit au dépourvu, il fit un petit pas en arrière, ne sachant pas comment un British devait se comporter dans ses moments là… Enfin même ne sachant plus du tous comment se comporter tous simplement.
CE fut alors le destin qui s’occupa de lui dicter sa conduite. Enfin plutôt son peignoir, qui était en parti baissé pour le massage. Maintenant plus du tous retenu par un professeur n’ayant plus vraiment conscience de grande chose, il chuta ne partie sur le sol. Juste ce qu’il fallait pour que ses pieds s’emmêle avec. La sentence fut sans appel. Déséquilibré le professeur parti en arrière tentant du mieux qu’il pouvait de retrouver son centre de gravité. Ses pas s’accélérèrent en arrière jusqu’à ce que le sol se dérobe…
Juliet entendit alors un magnifique PLOUF, alors que James plongea bien malgré lui dans la piscine.

Il sortit alors immédiatement la tête de l’eau, le petit plongeon lui ayant mis les idées en place, et se redressa en disant ces quelques mots.

« Je vais bien ne t’inquiète pas. Prépare toi, allonge toi j’arrive ! »

Il sortit alors de la piscine, le peignoir gorgé d’eau, complétement ouvert, exhibant fièrement un caleçon légèrement mal placé à cause de sa précédente figure acrobatique, et bien entendu les joues toujours rouges.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Mar 23 Avr 2013 - 9:36

Juliet releva la tête, s'appuyant sur ses coudes. Il se passait quelque chose. Impression confirmée par un plongeon retentissant dans cet espace silencieux. Vu qu'ils étaient seuls, il ne pouvait s'agir que de James. Comment avait-il atterri dans l'eau ? se demanda-t-elle.

Elle se redressa de sa position allongée et se leva finalement, tandis que l'anglais s'extirpait de la piscine après lui avoir assuré que tout allait bien. Contrairement à ce qu'il avait dit, elle n'allait pas rester tranquillement à l'attendre et voulait s'assurer par elle-même que tout était effectivement okay. Elle n'en était pas si sure à le regarder, les vêtements en vrac et les joues rouges mais afficha quand même un sourire.

" Si tu voulais te jeter à l'eau, tu aurais du me le dire. J'aurais pas dit non tu sais. " rit-elle en s'approchant.

Le peignoir en bon poids mort pendait dégoulinant en dessous de la taille de son porteur. C'était certes fait pour absorber l'eau comme les serviettes de bain mais aucunement pour passer à la machine sans un bon essorage.

" Donne-moi ça... " dit la jeune femme désormais à deux pas du professeur. Joignant le geste à la parole, elle se servit plutôt qu'elle n'attendit que James lui donne effectivement son peignoir trempé. Concentrée sur sa fouille, elle continua sans se préoccuper une seconde de sa propre tenue minimaliste. " Si tu veux le remettre pour remonter, faut le faire sécher. "
Elle trouva la ceinture sous les replis de coton mouillé et défit son ami de sa chape de plomb version Spa. Il fallait maintenant l'essorer un bon coup pour espérer qu'il sèche. Pliant sommairement le peignoir, et se mouillant au passage, Juliet le posa ensuite par terre et grimpa dessus pour le malaxer avec ses pieds. Le foulant comme elle foulerait du raisin pour en extirper le jus, une partie de l'eau s'évacua, glissant jusqu'à la gouttière grillagée qui encerclait la piscine. Système D comme débrouille !

" T'es sur que ça va ? T'es tout bizarre... " demanda-t-elle. Récupérant le peignoir toujours mouillé mais un peu moins détrempé, elle le tenait contre sa poitrine quand elle revint au côté de son compagnon.

" Bisou qui guérit ! " glissa-t-elle en le fixant dans les yeux juste avant de l'embrasser.

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Mer 24 Avr 2013 - 21:04

Le bain improvisé avait eu au moins l’effet positif de refroidir les idées et les ardeurs du professeur. Il sortit donc de la piscine les idées bien en place, motivé à prodiguer le plus agréable des massages à Juliet. Maintenant il se trouvait bête de réagir aussi niaisement, après tout Juliet lui plaisait c’était clair mais ce n’était plus un adolescent il devait se re….

Les pensées du professeur furent de nouveau court-circuitées alors que Juliet vint à lui, totalement à l’aise dans sa tenue si minimaliste. C’était la deuxième fois qu’il la voyait quasi nue et de face, et pourtant le professeur rougissait comme un jeune. Se laissant faire, ne prononçant aucun mot, James était tous simplement hypnotisé par ce corps magnifique.

Pas besoin d’expliquer ce qu’il se passa dans la tête de l’Anglais alors que le jeune femme, concentrée sur sa tache essorée d’une manière bien originale son peignoir. Que dire de l’effet que faisait chaque mouvement de ses pieds, que ce soit sur le balancé de ses hanches, ou encore l’effet de la gravité associé à ces petits mouvements sur sa poitrine dénudée.
Le temps sembla s’arrêter en fait l’univers sembla s’arrêter disparaissant dans un flou, plus rien n’avait d’importance que la silhouette de Juliet qui s’appliquait à chasser le surplus d’eau de son peignoir.

Oui le professeur était cassé. Plus de réflexions, plus de méchantes perceptrices venant tel un fantôme hanter ses réflexion, plus de 3-3-1, non plus rien mis à part Juliet.

« Heu xtphhlbb »


Plus de paroles également, l’hypnose semblait totale. Surtout que maintenant la jeune femme c’était approchée de lui, souriante pour lui faire un tendre baiser.

Déjà qu’embrasser Juliet était un moment aussi plaisant que rougissant pour le professeur, alors embrasser une Juliet ne portant plus qu’un tout petit morceau de tissu blanc en guise de vêtement, dans un tel lieu, n’allait pas aider l’Anglais à reprendre le contrôle.
Rougissant, perdant son regard entre les yeux de Juliet, le corps de Juliet et… Ses pieds, il se contenta de prendre la jeune femme par la main et de l’accompagner vers le transat, de l’allonger et de prendre la crème vanille.
Face a son dos, James pu de nouveau connecter une partie de son cerveau.

Il commença alors à s’attaquer à ses jambes, souriant, constatant que pour la première fois de sa vie une personne avait été capable de l’empêcher de parler, lui d’habitude si bavard, étalant sa science dès qu’il en avait l’occasion.

Il commença alors à lui masser les mollets, jouant avec la pression de ses doigts, réalisant des petits cercles avec son pouce.

Il devait bien l’admettre, même si cela enfreignait les fondements même de son éducation, l’Anglais adorait ce qu’il était en train de vivre avec Juliet.

Il passa alors aux cuisses de la jeune femme, après avoir étaler un peu de crème sur ses mains. Il reprit alors son massage remontant doucement, s’appliquant à chaque fois qu’il sentait un nœud, une contracture musculaire. Il arriva alors en haut des cuisses, face à une frontière composée de tissu blanc, celle qui indiquait clairement la délimitation entre le haut des cuisses et les fesses de la jeune femme…
James continua alors à masser, s’appliquant sur le bas du dos de Juliet, les joues encore rouges, ne s’étant pas totalement remis du contact entre son pousse et le tissu blanc.

Il tenta de maitriser sa respiration se focalisant alors sur son labeur, continuant de masser le dos de la jeune femme.

Mais sans vraiment s’en rendre compte, James approchait son visage doucement, très doucement du dos de Juliet, et ses lèvres remplacèrent ses mains, entrant en contact avec la peau de la jeune femme, l’embrassant tendrement au niveau de la base du cou, s’en vraiment se rendre compte de ce qu’il faisait…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Jeu 25 Avr 2013 - 10:40

Le bisou magique avait fait son effet. Dans une certaine mesure. Il avait fallu quelques instants : Juliet avait attendu, souriante qu'il reprenne ses esprits. Ce fut là, alors qu'elle sentait son regard posé sur elle, qu'elle comprit que c'était de sa faute s'il paraissait si buggé. Elle n'avait pas réfléchi, pas une seconde, sur la façon dont elle était (dés)habillée. Aussi se mit-elle à rougir à son tour.
La jeune femme fut soulagée de voir que son baiser tendre finit par porter ses fruits. Le mutisme de James resta, la chaleur sur son visage aussi mais au moins fut-il capable de la conduire jusqu'au transat en la tenant par la main. Elle se laissa guider, se laissa faire, ne souhaitant pas briser, par une maladresse, la reprise en main du professeur.

D'autres femmes à sa place auraient ri au déroulement de cette petite scène qui venait de se jouer, pensa-t-elle. D'autres auraient trouvé ça ridicule qu'un homme de son âge s'émeuve autant devant un corps de femme. Mais Juliet trouvait ça charmant et flatteur. Avoir côtoyé pendant plusieurs années des fous de tout ordre lui avait appris à les considérer comme des personnes. Ce n'était pas un petit bug qui lui ferait peur, rire ou fuir. N'était-elle pas folle elle aussi par moment ? Elle ne pouvait condamner James d'être l'homme qu'il était alors qu'elle perdait elle-même l'esprit plus souvent qu'elle ne se l'avouait.
Alors elle prendrait soin de lui. Parce qu'elle en avait envie. Parce qu'elle ressentait des choses positives en sa présence. Parce que...

Elle s'était dit tout ça pendant qu'il la raccompagnait au transat, pendant qu'elle s'allongeait une nouvelle fois sur le ventre et tandis qu'il commençait son massage. L'odeur de vanille revint à ses narines alors que les mains de James s'affairaient sur ses jambes. Elle se laissa alors aller à se détendre. Si agréablement que les yeux fermés, la joue posée sur ses mains croisées, elle aurait presque pu s'endormir.
Le premier baiser sur la base de son cou la fit sourire. Le second et les suivants la firent frisonner d'aise. Même fugaces, les contacts de ces lèvres sur sa peau lui étaient terriblement délicieux, enchanteurs.

Juliet se redressa légèrement sur ses coudes et se tourna à demi. Elle se cala sur le flanc sur le bord du transat, laissant la place pour que James la rejoigne, s'allongeant tout près d'elle. Pour l'inviter à le faire, elle glissa une main derrière son épaule. Elle l'embrassa doucement et se colla contre lui.

" Cela faisait longtemps que je m'étais pas sentie aussi bien. Merci. "
C'était vrai car elle excluait la nuit à l’Éventreur où l'alcool avait joué le premier rôle dans le déroulement de cette soirée et où il avait surtout joliment gâché son réveil. Et puis ce n'était pas la même chose. Pas les mêmes sensations ni sentiments qui entraient en jeu.
Elle se sentait certes bien mais toujours partagée, titillée par sa petite voix intérieure qui lui rappelait de faire attention.

" Il faut que je t'avoue quelque chose. " dit-elle après quelques instants.
Elle ferma les yeux et respira un grand coup. Cela mettrait peut-être fin à ce tendre moment, surement même ; mais elle préférait perdre James maintenant qu'après une trop agréable soirée en sa compagnie. Ça ferait encore plus mal se disait-elle.
" Je t'ai menti sur la plage... à propos de ma famille... " C'était tellement dur à dire. Tellement dur d'y repenser. Elle n'y arriverait pas. Le dire tout haut était si difficile. On l'avait enfermée pour ça, pour ce crime, pour cet incendie.
Mais elle avait commencé, elle avait lancé le sujet. Pouvait-elle s'arrêter ? Devrait-elle inventer un autre mensonge ? C'est de ta faute ma vieille si tu souffres ; ne t'en prends qu'à toi ! Alors perce l'abcès et débarrasse-t-en comme une grande !

" Je les... un accident mais... Ils sont... morts à cause de moi. "
Ce fut dit. Dans les larmes.
Et ce fut elle qui choisit de fuir. Elle voulait pas le voir partir.
Alors elle se leva précipitamment, manquant tomber sur le transat voisin et se précipita à l'autre bout de la salle. Elle s'assit brusquement au bord de la piscine, tournant le dos à cette personne qui lui plaisait tant, loin de lui. Voilà, c'était fini. Adieu bonheur ! Y avait-elle seulement droit après avoir privé sa petite sœur de sa vie ?

Spoiler:
 

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Jeu 25 Avr 2013 - 18:26

James ne réfléchissait plus vraiment à ses gestes. Le surplus d’émotion avait complétement court-circuiter son cerveau, s’il devait s’étudiait il dirait qu’il aurait plus ou moins régressé, laissant son inconscient dominer son conscient, laissant l’émotion, les sensations prendre le dessus de la raison, bref laissant son coté primaire masculin prendre le dessus sur des années d’études et d’éducations. Alors que Juliet se retourna et l’invita, il n’y opposa aucune résistance, ce collant contre la jeune femme, chaque contact étant électrique. Mais alors que notre cher anglais n’était plus qu’un homme, un vrai basique, guidé par les forts sentiments qu’il avait à l’égard de Juliet, près à passer a des contacts bien plus forts que lors d’un simple massage, la jeune femme ne réagit pas forcement comme il s’y attendait.

Son ton de voix et les propos qu’elle lui dit à demi mot, les larmes qui coulaient le long de ses si jolies petites joues, générèrent un important déclic. Ce fut comme si son sang qui avait délesté certaines parties de son cerveau pour irriguer bien d’autres choses, était d’un coup revenu, relançant la machine à une vitesse folle !
D’un coup l’anglais comprit tout, toutes les interrogations qu’il avait eu à l’égard de la jeune femme lors de leurs visites leurs de leurs discussions. Ses paroles, ses gènes ses craintes son humeur tout s’expliquait d’un coup !

Pourquoi la jeune femme se détestait, pourquoi surtout elle détestait son pouvoir. Pourquoi il ressentait en elle, lorsqu’il la fixait dans les yeux, de la tristesse. Pourquoi elle semblait si effrayée lorsqu’elle évoquait son don, Pourquoi elle avait été si énigmatique sur son utilisation, et si contente que James lui propose de l’aide pour le maitriser. Tout était à présent clair, limpide.
C’était également logique, il l’avait vu sur la plage, la jeune femme partait dans une sorte de transe, elle ne semblait pas avoir le contrôle total de son corps, et vu le ravage que pouvait faire un feu, un accident était facilement envisageable, mais pourquoi n’y avait-il pas pensé avant ?!

Mais alors que l’anglais réalisait tous cela, Juliet préféra quitter leurs étreintes, tentant de fuir regrettant sans doute ses paroles. Hors de question que James la laisse dans cet état! Les seuls monstres étaient les vampires ou les lycans, et absolument pas cette femme qu’il affectionnait tant !

« Juliet, attend... J'arrive... Juliet !... OUMPH »

Le dernier son qui sortit de sa bouche fut provoqué par sa chute alors qu’il tentait de se redresser un peu trop rapidement du transat. Tombant sur les fesses, l’Anglais grimaça avant de se redresser, de se saisir du peignoir de Juliet et de venir à son encontre.

L'Anglais s'approcha d'elle et lui passa le peignoir sur les épaules, le geste se voulait réconfortant.Il s'accroupit en face d'elle, souriant.
Ensuite plutôt que de partir dans un long discours, décidément le professeur n’était pas comme d’habitude, James se contenta juste de l’enlacer dans ses bras. Posant sa main sur le sommet de sa tête, avec le plus de tendresse possible.

« Tu devrais avoir honte de t’isoler comme ça… Comme si j’allais te laisser toute seule… Tu n’as même pas finis de profiter du SPA. »

Il lui fit un petit sourire rassurant, alors que doucement il la reconduisait la où ils étaient peu de temps auparavant. Une fois la jeune femme debout, James se décida à parler de ce qu'elle lui avait dit l'instant auparavant.

« ça doit être un terrible fardeau à porter, mais cela ne change rien à l’opinion que j’ai de toi. Une femme extraordinaire avec un véritable don. Mais très lourd à porter et dont la maitrise semble des plus complexes. »


James souriait, son regard n’avait pas changé, même après ses révélations.

« Cela ne change rien de ce que je t’ai dit, si tu le désire je me tiens prêt à t’aider à le maitriser, et bien entendu cela ne change rien à ce que je ressens pour toi, à ce que je ressens en ta présence… Mais par contre… »


James passa sa main gauche au niveau des jambes de Juliet et sa main droite au niveau de son dos. Il la souleva, et s’approcha de la piscine.

« ça c’est ma vengeance pour avoir fuis, pour avoir sans doute osé penser que ça changerait … »

Et avec ces mots James sauta littéralement dans la piscine avec Juliet dans ses bras. En faisant cela l’Anglais voulait dédramatiser la situation, essayant de rendre ce moment un peu trop intense, plus léger, plus amusant.

Il sortit la tête de l’eau souriant.

« Elle est bonne n’est ce pas ? »

Puis repris avec un ton sérieux.

« Si tu désires discuter de ce que tu as vécu avec moi, cela sera avec grand plaisir, mais tu n’y es pas forcé, tu fais comme tu désires, en attendant que penses-tu de se détendre un peu ? »

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Jeu 25 Avr 2013 - 22:14

Une idiote, une idiote, une idiote... Ces deux mots tournaient en boucle dans sa tête ; elle avait réussi à chasser le reste, les souvenirs et ne se concentraient que sur ces deux mots. Un déterminant et un nom qui la représentaient si bien à ce moment. Une idiote. Qu'était-elle sinon cela ? Qui, sinon une idiote, gâchait un bon moment pour faire une révélation pareille ? Une folle peut-être ? Une folle idiote. Ou une idiote folle. Voilà ce qu'elle était. Juste ça. Une folle meurtrière échappée légalement de l'asile.

Elle n'entendit pas James tenter de la retenir en l'appelant par son nom ; elle ne l'entendit pas se lever en se cognant lui aussi ; elle ne l'entendit pas approcher. Elle ne l'entendit pas, car elle était persuadée qu'il allait partir. Et elle ne voulait pas l'entendre partir.

Un poids tomba sur ses épaules, la tirant de sa monotone rengaine mentale. C'était un peignoir, son peignoir. Elle leva les yeux pour voir d'où il venait, à l'instant où le professeur la prenait dans ses bras. Juliet posa sa tête sur son épaule, surprise de ce contact, de cette étreinte. Oui elle était une idiote. Et une belle finalement. Mais pas dans le sens où elle l'imaginait.
Puis marionnette sous les fils de l'anglais, elle se laissa lever et elle marcha. Enregistrant les mots prononcés, elle sentit son cœur repartir, comme s'il s'était mis en stand by. Il était là avec elle, tout près d'elle et il voulait bien y rester. Il était compatissant et conciliant même devant son crime. Mais ça, elle n'y avait pas pensé. Elle aurait pu s'attendre à bien des choses et dans le lot, le scénario qui lui faisait le plus de peine c'était celui où ses affaires l'attendraient devant la porte de la chambre et où plus jamais elle n'aurait des nouvelles de celui qui y dormait. Non, elle n'y avait pas songé même après les gestes tendres qu'il avait eu à son égard sur la plage et chez elle. Même après que ce vampire soit mort devant ses yeux. Pourquoi ne l'avait-elle pas envisagé alors ? Parce que t'en es pas complètement digne ma fille ! Parce qu'elle était une belle idiote surtout.

La jeune femme reprenait son souffle, chassait ses larmes. Elle ne se sentait pas encore capable de répondre quoi que ce soit mais doucement elle se sentait mieux.
Quand elle fut soulevée de terre. Elle laissa même échapper un petit rire de surprise, voyant que James l'emmenait à se rapprocher dangereusement de la piscine.
" Qu'est-ce... "

L'instant d'après, elle sortait la tête de l'eau, les cheveux flottant autour d'elle, en se frottant les yeux d'une main.

" Ah oui elle est bien bonne. Revigorante quand on ne s'y attend pas. " grimaça-t-elle quelques instants avant de franchement sourire.
Elle se rapprocha d'une brassée de James.
" Ça ne serait pas une soirée réussie si je te donnais pas un coup de main pour quelque chose, si tu me couvrais pas les épaules d'un manteau chaud, si tu ne rougissais pas et si je ne pleurais pas un coup. On est peut-être un peu cinglé, moi plus que toi surement... mais..." Elle marqua une pause et sourit franchement. " J'aime bien. "

Elle vint l'enlacer, tout en continuant à battre des jambes pour se maintenir à la surface.
" Je te raconterais... ce que j'ai le droit de dire... et peut-être ce que j'ai pas le droit... C'est un peu compliqué et je suis très fatiguée à cause de ça. C'est pour ça que tu as raison. Détendons-nous d'abord. "

Juliet cessa de battre des pieds et après une respiration, se laissa volontairement couler. Mais tenant James, et ne souhaitant pas le lâcher, elle le fit descendre avec elle, usant de son poids pour l'attirer avec elle. Et histoire de le convaincre que son jeu était intéressant, elle l'embrassa longuement, un peu avant que ses poumons réclament leur quota d'air neuf. Aussitôt elle le lâcha et s'enfuit un instant vers la surface pour replonger et s'éloigner dans les eaux claires de cette piscine. Attrape-moi si tu peux.

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Ven 26 Avr 2013 - 21:56

Apparemment le petit jeu de l’Anglais sembla fonctionner. Juliet, tremblante et désespérée un instant auparavant reprenais des couleurs, et il put de nouveau apercevoir ce si jolie petit sourire qui illuminait son visage. Le professeur fut rassuré de voir que le moral de la jeune femme remonté et fut touché par ses paroles. Sans vraiment s’en rendre compte il lui répondit, sous la forme d’un murmure.

« Pour que mes soirées soient réussis, il suffit simplement que je te croise… »


La jeune femme c’était approchée de lui, et le prit dans ses bras. James n’y opposa aucune résistance, il devait bien l’admettre il adorait ce contact, un peu comme tout à l’heure sur le transat, aussi c’est avec plaisir que l’Anglais se laissa entrainé dans les abysses en compagnie de Juliet. Le baiser sous marin fut un moment de pur délice, qui fit presque tout oublié au professeur, les paroles que la jeune femme avait prononcé, sa nudité, tout. Non plus rien n’existait mis à part ce moment délicieux.

Et alors qu’ils remontaient à la surface, il rigola alors que la jeune femme s’échappa à nouveau. James décida donc de s’élancer à sa poursuite. Juliet ne pourrait lui échapper longtemps, le professeur était un très bon nageur et il comptait le lui montrer.

L’Anglais plongea le plus profondément possible, rasant le sol de la piscine jusqu’à atteindre son niveau. Puis il décida de remonter vers elle, posant une de ses mains sur ses hanche, tentant un petit effet de surprise…

L’effet de surprise eut bien lieu, mais connaissez vous l’histoire de l’arroseur arrosé ? C’est exactement ce qui arriva à James alors qu’il préparait son méfait. Alors que l’Anglais posa sa main sur la hanche de la jeune femme, celle ci était en train de finir un mouvement de brasse, ce qui eut pour effet de la propulser au loin, sauf que les doigts de l’anglais, par inadvertance, attrapèrent le dernier morceau de tissu qu’elle portait…

Le mouvement eut deux effets, le premier fut de descendre le sous-vêtement de la jeune femme. Pas complétement heureusement, mais suffisamment pour dévoiler à la vue de l’anglais de charmantes rondeurs. Le deuxième effet, inhérent au premier fut assez simple, alors que l’anglais était face à la vérité toute nue, de nouveau il pris conscience de cette nudité. Écarquillant les yeux et ouvrant grand la bouche, il en oublia qu’il était sous l’eau… Eau qui s’engouffra dans sa gorge et ses poumons !

L’anglais remonta alors à la surface, s’accrochant au bords de la piscine. Il toussé sans pouvoir s’en empêcher, et encore une fois il était rouge cramoisie, mais difficile de dire si c’était a cause de la vision qu’il avait eu l’instant auparavant ou de la grande quantité d’eau qui était entrée dans ces poumons.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Sam 27 Avr 2013 - 16:57

Elle se doutait qu'il partirait à sa suite, aussi nagea-t-elle vite mais pas trop. Le but était qu'il l'attrapa, pas qu'elle fasse trois tours de bassin.
Juliet sentit une main se poser sur sa hanche mais emportée par son mouvement, elle fila entre les doigts du professeur. Elle sourit à cette idée puis sentit que sa culotte se déplaçait sur ses hanches, que des doigts la frôlaient. Ah il jouait à ça ? se dit-elle mutine, sans se douter que c'était alors le fruit du hasard.
La jeune femme finit son mouvement et se retourna, constatant la rougeur excessive de James et sa toux essoufflée. Un brin inquiète, elle revint vers lui.

" T'es sur que l'eau te réussit ? "dit-elle tout en nageant. Au vu de la situation, elle n'avait pas pris le temps de réajuster sa tenue et il était évident que celle-ci la gênait grandement. Alors qu'elle s'apprêtait à remédier à ce désagrément, désormais qu'elle était à l'arrêt, elle stoppa son mouvement de main. Une idée venait de lui traverser l'esprit. Elle ignorait toujours que c'était un accident qui en était arrivé à cette situation et comptait bien que le professeur choisisse ce qu'il préférait.

" Soit tu termines ce que tu as commencé, soit tu la remets en place. Décides-toi. Je suis toute à toi ! " sourit-elle en écartant un peu les bras. " Je te préviens juste que dans un cas je m'enfuis à la nage, dans l'autre... Surprise... "

Juliet se pencha en arrière, donnant une légère impulsion dans l'eau pour faire remonter ses jambes et s'allongea sur le dos, bras écartés, cheveux en corolle autour de sa tête. Le mouvement de sa poitrine sous le fait de sa respiration trahissait son impatience. Elle savait que le choix ne serait peut-être pas facile à faire pour l'Anglais et elle avait hâte de savoir ce qu'il déciderait. Quelle partie de lui-même écouterait-il ? Elle savait pour sa part que quoi qu'il décide, cela lui conviendrait. Elle n'attendait ni spécialement la première ni spécialement la seconde solution, persuadée dans l'un ou l'autre cas d'apprécier la suite de la soirée. Parce qu'il avait eu raison de dire que la simple présence de l'autre était gage d'une soirée réussie. Elle n'avait pas su le dire ainsi mais avait pleinement partagé cette belle déclaration.

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )


Dernière édition par Juliet Ahston le Lun 29 Avr 2013 - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Lun 29 Avr 2013 - 18:05

Alors que l’Anglais se remettait de sa petite mésaventure, entre la vision idyllique des courbes de Juliet et la gorge encore irritée de sa tentative de respirer sous l’eau chlorée, James avait eu beaucoup d’émotions sur un court temps.
Mais alors que le marin d’eau douce anglais tentait de reprendre le contrôle de son corps, lui ordonnant de reprendre une de ces fonctions de base, à savoir inspirer, expirer, de l’air et surtout de manière régulière, il entre-ouvrit les yeux et vit alors la jeune femme se dirigeait vers lui.
La à l’instant James eut l’impression d’être tel un scone, quelques secondes avant que l’on entende BigBen sonné les 16 heures, le moment du célèbre « tea times ».
C’était l’image qu’il avait alors qu’il fixait les yeux pétillant de la jeune femme, et il devait bien l’admettre en plus de le troubler fortement, il fondait littéralement alors qu’elle voguait vers lui.
Juliet semblait joueuse, et une fois qu’elle s’était assurée que le professeur allait bien, elle lui proposa un petit défi, un jeu des plus simple mais dénué de toute ambiguïté. Pour n’importe quel homme le choix aurait été simple, pas besoin d’y réfléchir. La jeune femme n’aurait pas terminée ses paroles que le sous-vêtement aurait déjà touche le fond de la piscine.
Mais il semblait que le prof avait un malus, car en plus d’être un homme c’était un Anglais, et donc un combat complexe se déroula dans sa tête. Celui de son éducation, qui prônait une abstinence quelqu’en soit les circonstance, et surtout, surtout ne pas succomber à ses envies dans un lieu publique comme ça, le comble de la décadence, le comble de la mal politesse, de l’absence de savoir vivre et encore bien d’autre choses. Et de l’autre coté, il y avait Juliet… Pas besoin d’en dire plus, sinon le prof serait encore dans la piscine le lendemain.

Mais alors que faire, se montrer gentleman jusqu’au bout et arrêter là, lui proposant une tasse de thé et de mieux se connaître, ou alors devenir un mauvais garçon, se laissant aller, et faisant ce qu’il mourrait d’envie de faire… Quoi faire, descendre la culotte ou ne pas descendre la culotte tel était la question…

Finalement ce fut un seul mot qui mit un terme au conflit auquel se livrait l’anglais. Un tout petit mot qui sortit de la bouche de la jeune femme « fuir ». Elle allait partir… Et ça il en était hors de question !

James s’avança a coté de la jeune femme, qui était sur le dos, les petite vague de la piscine venant frapper son joli corps, ses hanches ses cotes allant même jusqu'à ses… James secoua la tête et observa le morceau de tissu en parti baissé camouflant encore le plus important, heureusement d’ailleurs, car si cela n’avait pas été le cas c’est James qui serait allé ce choir au fond de la piscine submergé par ses émotions.

Il posa alors sa main sur le morceau de tissu, et commença a tiré vers le bas. Afin de limiter la rougeur de ses joues, l’anglais eu une idée. Il embrassa alors la jeune femme alors que sa main finissait de lui ôter le tissu. Seul ses jambes qui battaient sous l’eau le maintenaient au niveau de la jeune femme. Il avait l’impression que son cœur allait sortir de sa poitrine.

Il poussa alors le vêtement le plus loin possible, celui ci dépassa les genoux de la jeune femme.

« Heu... enfin... attend je finis… tu es belle… enfin oui, non ce n’est pas ce que je voulais dire… heu surprise… »

Bon la par contre le prof avait planté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Mar 30 Avr 2013 - 7:48

" Chh... " murmura la jeune femme en saisissant le visage de James d'une main afin qu'il se concentre sur son regard et uniquement sur celui-ci. Tout va bien, disait-elle avec ses yeux.

En faisant cela, elle se remit à la verticale, recommençant à battre des jambes pour tenir à la surface. Il n'en fallait pas plus pour que son dernier vêtement termine de glisser jusqu'à ses pieds et descende ensuite doucement jusqu'au fond de la piscine.

Juliet avait bien compris l'effort que ce geste avait couté à l'Anglais ; il avait suffi de le voir hésitant à se décider, le rouge encore visé à l'ensemble de sa figure. Elle lui en avait peut-être demandé beaucoup mais elle ne s'en rendit compte qu'au moment où il prenait sa décision et l'embrassait pour garder une certaine contenance, tandis qu'il se chargeait de la débarrasser de sa gêne vestimentaire.
Ses paroles sans queue ni tête confirmèrent ce fait. Si elle était ravie d'entendre le compliment glissé au milieu, elle s'en voulut un peu de le mettre dans cet état. Elle mit donc de côté toutes les idées de surprise qu'elle aurait pu prévoir de faire, pour se concentrer uniquement sur ce qui comptait. Lui. Là tout de suite, c'était ce qui importait. La jeune femme s'était laissée porter par le jeu, oubliant un peu qu'en face d'elle se trouvait un Anglais à l'intérieur duquel se cachait un homme. Elle voulait aller chercher celui-là, le sortir de sa tanière, mais il fallait qu'elle s'y prenne plus en douceur.
L'Irlandaise devait s'avouer que ça ne le dérangeait pas. C'était plaisant même comme façon de procéder et ça correspondait en réalité très bien à son cheminement personnel par rapport à cette situation. Elle avait foncé avec le vampire, mais elle ne ressentait rien pour lui. C'était aussi plus facile le cerveau imbibé d'alcool. Si elle arrivait à mettre de côté ses doutes, ils étaient toujours là à guetter ses instants de faiblesse. Ressentir quelque chose de cet ordre pour quelqu'un lui faisait peur pour mille et une raisons. Mais là maintenant, les yeux plongés dans ceux de James, elle l'oubliait presque.

Désormais de nouveau droite dans l'eau, la brune était toute proche du professeur et ne le quittait pas des yeux. Elle lui souriait tendrement, promenant sa main sur sa joue puis la laissant glisser jusqu'à l'épaule.

" Je n'allais pas vraiment partir. Je n'en ai pas envie. " commença-t-elle doucement. Juliet posa un baiser rapide et chaste sur la joue de James, tandis que son corps se rapprochait encore cherchant, sans qu'elle en soit pleinement consciente, à se lover contre la peau voisine.
" Et j'arrête de t'embêter si tu me le demandes. Même si j'aime bien que tu rougisses pour moi. " rit-elle finalement.

Leurs visages étaient si proches que la jeune femme sentait la respiration de son ami caresser sa peau. Elle mourrait d'envie de l'embrasser, de goûter encore ses lèvres et la proximité de son corps. Mais elle n'en fit rien ; elle était néanmoins incapable de se reculer.

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Mer 1 Mai 2013 - 21:34


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Dim 9 Juin 2013 - 21:43

Le température est légèrement retombée

James était sur un petit nuage, ce moment avait été magique. Aussi un sourire niais c’était affiché sur son visage et n’était pas près de partir… Du moins c’est ce qu’il croyait. James attrapa le peignoir que Juliet lui tendit, et suivit la jeune femme, profitant pour continuer d’observer ses jolies formes. Il la suivit donc sans vraiment s’en rendre compte, instinctivement.
Il la regarda plonger dans l’eau, l’imaginant en sirène, l’observant, toujours souriant niaisement.
Comme elle était belle, comme elle était impressionnante, comme elle nageait bien, comme elle tenait longtemps sous l’eau, comme elle était précise, comme elle était maligne…
Difficile à dire si c’était le moment magique qu’il venait de passer, ou la profonde affection que l’Anglais ressentait envers la jeune femme, mais James semblait être perdu dans un univers emplit de guimauve, de scones, ou de thé parfumé à la rose…
Le retour à la réalité fut rude, et ce fut son cerveau qui s’en chargea. D’un coup James se retourna vers la les chaises longues ou ils étaient installés avant l’interruption du groom.

« Je suis sur de l’avoir posé ici pourtant… »


Il s’approcha des sièges et commença à regarder autour, afin de chercher… la clef de la chambre. Non il devait se faire une raison, il ne l’avait plu. Légèrement agacé, il se tourna de nouveau vers Juliet.

« Je crois que j’ai égaré ma carte, ce n’est pas grave, je vais aller voir à l’accueil s’ils n’ont pas un double. »

James refila son peignoir et fit un petit clin d’œil à Juliet avant de se diriger vers la porte du SPA. Il appuya sur la poignée, la poussa et… la porte résista.

James venait définitivement de quitter son petit monde bisounours à l’anglaise… Le professeur retourna vers sa compagne.

« Heu Juliet je crois que nous avons un problème… Je crois que nous sommes enfermé… »

James était rouge et regardait le sol, comme un enfant qui venait de faire une bêtise et qui avait du mal à assumer…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Lun 10 Juin 2013 - 9:25

Juliet se contenta d'acquiescer depuis la piscine quand James lui indiqua qu'ils n'avaient plus la carte de la chambre. Elle ne pensa même pas alors que ce fut le petit groom qui les avait dépouillés volontairement, car son esprit était occupé par l'idée d'avoir à replonger pour récupérer le second sous-vêtement gisant au fond de l'eau.
Elle remontait juste à la surface quand l'Anglais revint une fois de plus vers elle pour lui annoncer une mauvaise nouvelle. Ses joues étaient aussi rouges que celles de son ami mais pour des raisons bien différentes. A l'effort de ses plongeons s'ajouta l'énervement. Ainsi, ils étaient privés de retourner dans un endroit sec et douillé... parce que l'homme en livrée blanche en avait décidé de la sorte. Elle se garda bien alors de répondre persuadée que ce qui sortirait de sa bouche ne serait pas très glorieux à l'encontre de l'employé de l'hôtel.

Elle regagna le bord en quelques brasses, le corps plus fatigué qu'elle ne voulait le reconnaitre et après une pause, réussit à s'extraire de l'eau. Dans ses mains, un caleçon et une culotte détrempés ; elle s'en occuperait plus tard. Aussi les remit-elle à James pour renfiler son peignoir.

" Allons voir ça. "
Non pas qu'elle ne le crut pas, mais elle voulait s'assurer qu'il n'y avait pas un autre moyen de quitter ce spa. Juste histoire de décevoir ce groom frustré.

Devant l'embarras manifeste du professeur, l'Irlandaise sourit. Elle lui prit la main, tandis que de l'autre main, elle rapprochait leurs visages pour l'embrasser.
" Ne t'en fais pas. Ce n'est pas grave si on est bloqué ici. Par contre, y en a un qui va m'entendre demain. " rit-elle, pourtant très sérieuse.

" Si on ne peut pas utiliser la porte, il doit y avoir une autre sortie quelque part : une issue de secours, une fenêtre... "
Rester ici ne serait que leur dernier recours. C'était que les transats n'étaient pas des plus confortables à la longue non plus. Surtout en s'y tenant à deux...

Aussi la jeune femme embarqua James jusqu'à l'entrée.
La porte était effectivement bien fermée ; tirer ou pousser ne la faisait pas bouger d'un millimètre. Si les clients pouvaient pénétrer ici à l'aide d'une clé magnétique, pour verrouiller définitivement l'accès, il fallait une clé tout ce qu'il y avait de plus basique, standard à l'ensemble des portes des parties publiques du bâtiment.
S'acharner sur cette porte ne lui fit pas autant de bien qu'elle l'aurait espéré. Elle avait une méthode radicale pour faire tomber cet obstacle mais ne pouvait la mettre en application. Elle n'arriverait pas non plus à faire fondre le mécanisme sans endommager de façon définitive le montant de bois qui l'encadrait. Ce serait trop voyant.

Soudain prise d'un grand dépit, elle vint chercher du réconfort auprès de l'Anglais, posant sa tête contre son épaule. Elle se calma alors rapidement et conclut dans un murmure : " Il n'y a plus qu'à chercher l'issue de secours. Tant pis pour eux tous si ça déclenche l'alarme incendie... "

Spoiler:
 

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Mer 12 Juin 2013 - 20:55

Le professeur se comportait comme un étudiant perdu, face à une situation absolument pas prévu. Le genre d’étudiants qui faisaient une bêtise sans réaliser à quel point il était amateur dans le domaine et qui se faisait attraper facilement par le professeur. Sauf que cette fois ci les rôles étaient inversés…
James était perdu, heureusement Juliet semblait plus à l’aise et gérait plus efficacement la situation. Après avoir confirmé que James n’était pas simplement maladroit, et que la porte était belle et bien fermée, elle vint se plaquer contre lui le temps de réfléchir. L’anglais se laissa faire, se disant intérieurement, qu’il aimait bien sa façon de réfléchir.

Puis elle parla d’une issue de secours. L’idée était loin d’être idiote, au contraire. Après avoir acquiescer les propos de Juliet, il se mit à chercher une issue de secours. Il était logique que chaque partie de l’hôtel en possède une. Le couple ne mit pas beaucoup de temps avant de la trouver. Souriant James appuya sur la barre de métal, la débloquant et l’ouvrit. Puis il fit un petit signe à Juliet, lui indiquant de passer avec un petit sourire.

Une fois dehors James sourit.

« Bien joué Juliet, je me demande ce que j’aurais fait sans toi… J’aurais sans doute tapé a la porte pendant des heures ! »

Il éclata de rire alors que la porte se refermait derrière lui. Le clac métallique le ramena à la réalité. James se voyait difficilement retourné dans l’hôtel, en peignoir expliquant qu’il avait perdu al clef parce qu’il était trop occupé à joué au chat et à la souris avec un groom, afin de pouvoir se cacher et prendre du bon temps avec la femme en partie dénudée a coté de lui… Non le concept était bien trop pour l’anglais puritain, il n’y survivrait pas. Il regarda alors Juliet, les yeux suppliant avant de dire ces quelques mots…

« Heu… il est pas trop loin ton appartement non ? »

La suggestion n’était ni logique ni rationnelle, mais James n’était pas dans un état d’esprit adéquat à une réflexion posée et réfléchit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Jeu 13 Juin 2013 - 12:00

Ils avaient trouvé sans peine l'issue de sortie.

" T'as pas beaucoup fait de bêtises toi ; faut toujours penser à la façon de s'échapper. " rit-elle. En vérité, ils avaient quand même eu de la chance sur ce coup-ci. Toutes les bêtises de l'Irlandaise n'avaient pas eu un échappatoire aussi simple.

Le désavantage de cette porte était qu'elle amenait forcement sur l'extérieur. Ce fut là que la porte se referma derrière eux. Loin de se démonter, Juliet frissonna simplement. Ils étaient quand même au mois de décembre, avec pour seul vêtement pour les couvrir des peignoirs humides. La jeune femme avait les cheveux encore bien mouillés et ils étaient également tous deux nus pieds.
Elle sourit quand James rit de nervosité. Après tout, ils voulaient sortir du Spa et ils étaient sortis. Il restait la question de l'après et l'Anglais fit une proposition qui n'était pas venue à l'esprit de la brune.

Elle lui attrapa le bras pour se coller près de lui et profiter de leur chaleur réciproque.

" J'ai jamais fait le chemin à pied depuis ici ; je dirais moins d'une heure en se pressant... Après, ça dépend si tu préfères le chemin le plus direct, le plus éclairé ou le plus fréquenté. "
Elle n'aurait pas de mal à retrouver son chemin ; vu l'heure, il fallait peut-être mieux éviter certains axes trop sombres, endroits idéaux pour se faire remarquer par des vampires. Par contre, il était évident qu'il leur faudra se presser sinon ils seraient bons pour attraper mal. Une promenade nocturne c'était toujours agréable, plus fou seulement lorsque c'était en tenue légère.

La jeune femme préféra ne pas en rajouter en précisant qu'elle n'avait évidemment pas ses clés sur elle. De toute façon, elle aurait moyen de dépêtrer ce problème sitôt dans son immeuble. Il fallait maintenant qu'ils y arrivent...

" C'est ma douche ou mon thé en sachets qui t'attirent tant à mon appart ? " demanda-t-elle tandis qu'ils se mettaient en route, commençant à contourner l'hôtel pour rejoindre la route.

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   Mar 18 Juin 2013 - 21:14

La jeune femme sembla être d’accord avec l’idée du professeur, ce qui le rassura grandement. Au moins il n’aurait pas à se justifier pendant des heures. Juliet était en plus d’être une femme douce et magnifique, elle était gentille et attentionné… Le professeur ne bougea pas, se perdant dans son esprit, tout en la contemplant sans pour autant enlever son sourire mièvre accroché a son visage.
Encore une fois la jeune femme le ramena à la réalité. Moins d’une heure, cela était gérable.

« Et si nous prenions un chemin assez court mais pas trop exposé, qu’en penses-tu ? Je doute que nous passons inaperçu dans cette tenue.»

James lui fit un petit clin d’œil souriant. Puis il se concentra sur le trajet, 1 heure dans cette tenue, c’était un peu frais, mais ça irait il en était sur. Et puis James n’était pas dans un état d’esprit assez éloigné de d’habitude, et du coup pas franchement très logique, mais peu importe, tant qu’il restait en compagnie de Juliet cela lui convenait parfaitement.

« Mais se sont tes sachets de thé voyons qui font que je craque totalement pour toi et ton appartement… A moins que ce soit simplement la propriétaire… »

James rigola alors qu’il suivait la jeune femme.

Vers l'appartement de Juliet

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le SPA "Aux Champs Elysées"   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le SPA "Aux Champs Elysées"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le rat des villes et la souris des champs [Naya]
» L U L L A B Y •• faire l'amour dans les champs excite les fleurs.
» Retour aux Sources et aux Champs [PV]
» Lalala des carottes dans les champs de blé [Claude]
» Martelly veut donner une réplique à Aristide au Champs de Mars
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LES TERRAINS EXTERIEURS :: 
Forêt
 :: Hôtel des Catacombes
-