AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les urgences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Les urgences   Mar 18 Juin 2013 - 21:26

Un lieu ou on accueille les cas les plus graves, de nombreux lits sont placés en ligne. C'est ici qu'on prodigue les premiers soins avant de répartir les blessés dans les différentes ailes.


les urgences deviennent rapidement un grand chaos en cas de catastrophe en ville.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les urgences   Mer 3 Juil 2013 - 12:24

[---> Salon du Bloody Valentine, event de la St Patrick]

Le sang s'écoulait, noir et épais.
Kieran fixait son regard au sol, observant la tâche s'aggrandir avec une impression diffuse et lointaine. Comme si tout ce sang ne lui appartenait pas. Comme si son esprit tentait de se rattacher à des détails insignifiants pour minimiser la mare sanglante qui se formait à ses pieds. Sa chemise était totalement foutue. Pourquoi était-ce toujours quand il portait ses plus beaux atours que ça se produisait ?

Il ne se souvenait pas avoir glissé vers le sol, son esprit était totalement brouillé et la scène commençait à tanguer sérieusement. Keith avait fini par le lâcher pour prendre les choses en main, et visiblement, il était incapable de se tenir debout par lui-même. Comment pouvait-on perdre autant de sang par un bras ? Les autres entailles étaient larges mais peu profondes... Une artère touchée ? Il serait déjà mort.
Avec des gestes mécaniques et instinctifs, il déchira ce qui restait de sa chemise pour en faire un garot au niveau de l'épaule. Ce ne fut pas ses propres mains qui le serrèrent mais celle d'un collègue. Le policier était assez prudent pour se reculer de suite, connaissant certainement les risques auxquels il pouvait s'exposer si près d'un vampire faible mais assoiffé. A moins que son grognement en guise de remerciement l'ait convaincu de rebrousser chemin.

Ca s'activait autour de lui, mais il lui semblait de plus en plus difficile de lutter. La plaie se serait bien refermée s'il avait continué à se sustenter sur la lycanthrope. Mais il l'aurait tué. Et même si ça ne l'aurait pas dérangé, devant autant de collègues ça aurait fait mauvais genre. Ne lui restait donc plus qu'un choix : Se relever et s'abreuver sur le premier qui passait ou se laisser sombrer dans l'inconscience. Il ne lui fallut pas un grand effort pour rester inerte et sombrer.

~ ~ ~ ~

Le sang. Ca empestait le sang.
Et pour un vampire, cette simple pensée suffisait à les extraire du pire coma. Il agissait par automatisme, se relevant avec une étrange vivacité alors que tout restait noir, qu'il n'avait pas encore ouvert les yeux. Une forte poigne le força à se rallonger mais le besoin était trop impérieux et imminent. Il sentit la douleur fuser dans son bras comme un millier d'épines et ce fut la dernière chose dont il avait besoin pour rester tranquille.
Kieran ne chercha pas à repousser cette main solide pour atteindre la source de sa faim, même s'il brûlait d'envie d'y céder. L'odeur était omniprésente mais, par-dessus cette cacophonie de sensations, il entendait clairement un pouls. Et par instinct pur, ses crocs se plantèrent dans ce poignet tout juste à portée, avec force et avidité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Les urgences   Lun 8 Juil 2013 - 17:43

Winnifred n’avait pas voulu y aller, mais comme son poignet tirait une drôle de tête elle avait été cordialement invitée à suivre le cortège aux urgences.

Elle était persuadée de pouvoir tenir le coup jusqu’au lendemain qui lui permettrait d’aller se faire soigner par son médecin traitant ou à l’hôpital Ste Madeleine, mais non, il avait fallu qu’on la bazarde dans cette clinique de merde, où les patients et les médecins étaient de toutes races confondues, autant dire qu’elle ne se sentait pas trop en sécurité dans son état de faiblesse, allongée sur son brancard au milieu de ces estomacs sur patte…

Cela lui rappelait les quelques séjours qu’elle avait fait du temps où elle travaillait au Zombillenium et où son poste à risque de surveillante des files d’attentes la conduisait régulièrement ici pour se faire rafistoler. Le jour où le parc avait mis la clé sous la porte elle s’était alors consolée en se disant que certes elle était au chômage mais qu’elle n’aurait plus jamais à remettre les pieds à la clinique…
C’était râpé.

Alors qu’elle broyait du noir en attendant qu’on lui fasse passer une radio, le personnel soignant jugea bon de stationner le brancard du vampire blond qui lui servait de supérieur juste en face.

*Génial, si on me passe la blouse horrible ouverte dans le dos avec vue directe sur le postérieur, je démissionne !*

Alors que la jeune fille priait très fort pour éviter la blouse d’hôpital, le vampire complètement sonné s’attaqua au poignet du brancardier qui tentait de le maintenir en place.

*Gosh, il est devenu fou lui aussi, on va tous mourir !*

Elle s’était déjà frottée à un de ses supérieurs ce soir, et c’est ce qu’il l’avait conduite ici, hors de question de se faire avoir une deuxième fois. Profitant de l’agitation causée par cette attaque, Winnie se glissa sans faire de bruit sous son brancard, recroquevillant ses jambes et ses bras pour se faire la plus petite possible. Elle s’en était déjà pris suffisamment plein la tronche comme ça, aux autres de se démerder maintenant !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meluxine
Lycanthrope
avatar

Messages : 199
MessageSujet: Re: Les urgences   Lun 8 Juil 2013 - 21:17

Meluxine avait fait le voyage vers la clinique couverte d'un draps jusqu'au cou et bien sanglée sur son brancard. Avec la dose de tranquillisant qu'elle avait pris un humain aurait risqué l'overdose Mais avec sa constitution, naturellement robuste et surnaturellement augmentée, elle était juste partie pour une bonne sieste. heureusement d’ailleurs parce qu'on lui avait posé un pansement avec beaucoup de désinfectant sur ses deux plaies par balle au flanc en attendant de mieux les traiter à la clinique, mais au moins elle n'avait rien senti ni protesté.

Avec le temps passer entre le trajet jusqu'à l’établissement, et l'attente dans les couloir avant d'etre dispatchée, les effets du sédatif c’était assez dissipé pour que Meluxine puisse rêver, mais pas encore assez pour émerger des bras de Morphée. Meluxine avait des flashs de ce qui c’était passé au Bloody, d'autres ou Llelywin lui parlait, d'un ton ferme mais elle n'arrivait pas a comprendre tout les mots. Meluxine se rappelais juste qu'elle devais l’écouter. Les autres girls étaient là aussi, par intermittence. Meluxine se sentait plutôt bien.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Le bruits ambiant, la lumière et le passage des gens finirent par sortir Meluxine de sa torpeur et elle ouvrir les yeux. Elle voulu se redresser aussi mais les sangles du brancard la retenait, et puis la brasque contraction des abdominaux lui rappelèrent qu'elle avait deux trous surnuméraires au coté gauche. Meluxine n'aimait pas trop les hopitaux, mais elle savait en reconnaître un quand elle en voyait un.

Qu'est ce qui s'est passé ? ... oh ma tete, Llylewin va me depecer ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les urgences   Dim 14 Juil 2013 - 12:53

Spoiler:
 

Comme à chaque fois qu’il devait intervenir en extérieur c’était le chaos, et sa finissait dans les urgences. Les urgences étaient un lieu que le doc appréciait moyennement. Le temps de déterminer chaque plaies et chaque race, cela pouvait facilement déraper. Le seul lieu de la clinique qui était susceptible d’accueillir toutes les races possibles en fonction de… l’urgence justement !

Et ce soir on pouvait dire que c’était un cas d’urgence. Alors que les civières arrivaient, Stasi tentait d’identifier ce qui arrivait, alors humaine, lycane, vampire… La totale, la fin de soirée promettait d’être longue.

Le doc n’eut pas le temps de terminer ses pensées que déjà un hurlement. Le vampire venait de prendre l’ambulancier pour un casse dalle.

« Ca commence… »

Soupira-t-il en se précipitant vers la scène. Au passage il attrapa une pochette de sang, destiné à un autre patient sans même écouté les réclamations de l’infirmière qui la tenait dans la main l’instant d’avant.
Il s’approcha du vampire et le reconnut presque immédiatement.

« Tiens, pourquoi ça m’étonne pas de te croiser ici… Tu peux pas t’empêcher de chercher la pagaille n’est ce pas… Et tu vas arrêter d’abimer mes collègues ! »

Sans vraiment y aller tendrement, le doc se saisit de la mâchoire de Kieran et enfonça ses doigts dans ses joues, le but étant de le faire lâcher prise, tandis que de l’autre main il enlevait le bras du brancardier.

Ensuite il lui tendit la pochette de sang.

« Tiens prend donc ton biberon et soit sage ! »

Etre sage, vu l’expérience qu’il avait partager avec ce vampire, le doc n’était pas vraiment sur que Kieran reste bien sagement immobile. D’un coup il se souvint d’une chose.
Stasi se retourna en direction de Winnifred. Il fut surpris de voir le brancard vide et sourit en la voyant en dessous.

« Winnifred, si mes souvenir sont bon tu es de la même maison que lui non ? Viens m’aider à le surveiller comme ça je m’occupe de toi et de la lycane en même temps. »

Stasi lui fit un petit signe, lui indiquant de s’approcher, et fila vers le brancard avec la lycane qu’il commença à tirer vers l’improbable duo. Il l’entendit alors parlé et soupira de nouveau. Il avait prit pour habitude de ne pas trop rester en contact de tous ce qui pouvait s’approcher de sa femme adorée… L’idée que la lycane bossait pour Llylewin ne lui plaisait qu’a moitié.

« Alors comme ça tu travaille pour Llylewin… Et bien j’espère qu’elle va pas se pointer immédiatement, sinon on risque d’être deux a finir en lambeau. »

Il lui adressa un petit sourire alors qu’il venait d’approcher le brancard à celui du Kieran.

« Winnifred, viens ici que je puisse voir ton poignet, et ne crains rien tu sais que moi je mord pas, et de toute façon ton collègue est trop occupé à mâcher son plastique. »

Oui la fin de soirée s’annonçait longue, vraiment très longue.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les urgences   Mer 17 Juil 2013 - 14:58

Les sermons de Stasi lui parvinrent comme un vague bourdonnement de fond. Agaçants mais parfaitement incompréhensibles dans son état actuel de faiblesse. Aussi, comme un parfait animal, le ton colérique lui parvint sans saisir le sens de ses paroles. Mieux valait d'ailleurs, car ça n'aurait pas été pour le calmer...

Son action sur sa mâchoire ne fit que raffermir sa prise, le vampire ne cherchant plus à boire mais à conserver sa proie entre ses crocs. Un grondement qui n'avait rien d'humain montait de sa gorge. Ca n'eut rien de ragoutant quand Stasi tira sèchement le bras du brancardier, ce dernier poussa un hurlement alors que les crocs raclaient sur sa peau. Il était devenu livide et la morsure était bien laide.
Kieran se serait volontiers rabattu sur le lycanthrope, l'odeur de son sang lui étant presque familière... A vrai dire, la poche qu'il lui tendait ne lui disait rien, mais il avait si faim que la seule vue du liquide carmin le fit changer d'avis. Il en but de très longues goulées, totalement hermétique à ce qui se passait autour de lui. La plupart des infirmiers l'évitaient comme la peste, effrayés par sa simple présence. Il exsudait de son être une telle aura d'agressivité que personne ne songea à le déranger dans sa macabre besogne.

Et puis ses pensées lui revinrent, comme une toile de fond. Ce sang était dégueulasse, mort et terne comme celui d'un vampire. Autour de lui, il en sentait une myriade aux senteurs uniques et plus savoureuses. Il était déjà assoiffé avant que la situation ne dégénère, maintenant il était totalement hors de contrôle.
Ce fut la douleur qui le cingla et le ramena à lui plus sûrement que le sang lui-même. Il se tordit, étouffant un cri, alors que son bras déchiqueté tentait de se régénérer. Ca faisait un mal de chien, et sans même être médecin, il savait parfaitement qu'un problème persistait. Ca lui était déjà arrivé par le passé, un os en miettes et une blessure laide ne se remboîtaient jamais bien du premier coup.

Il lui fallait partir d'ici.
Il balança le plastique et chercha à se remettre debout. Le sang l'obnibulait mais le sol, lui, semblait tanguer. Les discours lui revinrent comme une cacophonie discordante et gênante. Il aperçut une touffe de cheveux colorés, sentit le sang de la lycanthrope blessée et, par-dessus, la voix de Stasi lui arrivait plus nettement encore.
« Ca va pas le faire. » S'entendit-il dire. En terme général, quand il se réveillait de cet état second... Il existe trois solutions. D'une, une arrestation qui avait dégénérée et il avait fini par péter les plombs en la réglant dans un massacre. Deux, il avait eu le mauvais goût de renouveler l'expérience du sexe et se retrouvait avec un cadavre de femme, prostituée ou non, sur les bras. Trois, il était dans un hôpital et l'odeur omniprésente du sang avait réussi à le faire vriller.
En l'occurrence, c'était la troisième solution. Dans les urgences qui plus est... Et il lui fallait de l'air le plus vite possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Les urgences   Jeu 18 Juil 2013 - 21:28

Alors qu’elle se planquait tranquillement sous son brancard, une voix familière vint la débusquer de sa cachette.

Heu… bredouilla-t-elle en sortant la tête, On n’est pas dans Game of Thrones hein, les maisons, tout ça, c’est pas dans la vraie vie !

Elle n'osait pas imaginer ce que donnerait une "maison" avec à sa tête un commissaire général fou avec une lance maudite secondée par une armada de vampires... Si une telle maison avait existé, la série n'aurait certainement jamais pu voir le jour, tout le monde serait mort dès l'épisode pilote.

Considération culturelle mise à part, la jeune fille n’avait franchement pas envie de se retrouver coincée entre son chef en transe et une lycane  en furie, mais elle n’avait pas franchement le choix.

S’approchant de mauvaise grâce en esquissant une moue pas rassurée, le regard de Winnifred se figea sur Kieran, les dents plantées dans son pochon de sang, l’air un peu défoncé… Ça lui faisait bizarre, parce qu’elle avait beau savoir qu’elle bossait principalement avec des vampires, elle n’avait jamais vu aucun de ses collègues en mode bestiole sanguinaire, au final mis à part leur bronzage endive ils avaient l’air presque « normaux »…
Mais là le commissaire n’avait plus rien à voir avec celui qu’il était au bureau, un genre de beau gosse volontairement désagréable, là il avait plus l’air d’un camé en colère.

Se rapprochant du médecin lycan d’un air relativement inquiet, elle lui demanda en lui tendant son poignet :
Vous savez moi ça va, vous pouvez vous occuper des autres avant hein, parce que celui-là n'a pas l'air dans son assiette, conclut-elle en désignant le vampire d’un mouvement de tête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meluxine
Lycanthrope
avatar

Messages : 199
MessageSujet: Re: Les urgences   Dim 21 Juil 2013 - 21:45

Alors que les minutes passait, Meluxine se fit plus consciente de son environnement, et de sa situation. Les urgences fourmillaient d'activité. C’était un retour a la réalité brutale alors qu'une centaine de petits démons lui martelaient le crane de l’intérieur et lui piquaient l’arrière des globes oculaires. La lycane aurait aimer se redresser, mais ficelée sur son brancard c’était peine perdue. Dommage Meluxine voulait surtout être ailleurs qu'ici dans un coin tranquille... ça ressemble au leitmotiv de cette soirée.

quelqu'un pourrait me détacher s'il vous plait ?

Oh docteur je vous reconnais, meme si la dernière fois que je vous ai croisé, ce n’était pas moi la patiente, mais votre épouse qui accouchait, et la fois d'avant vous fuyez le Quality Street alors que ... hum je vous tirais dessus. Ça n'avait rien de personnel, vous vous en preniez à une girl au-delà de ce que le règlement de la maison permet.

Bref je vois que vous êtes tres occupé, vous n'avez pas vraiment besoin de perdre du temps avec moi, j'ai quoi ? deux blessures par balles ? Rien de bien méchant pour nous, demain ça sera refermé et dans une semaine je n'aurais même plus de marque. En plus la bande de malades en uniformes m'a telement fléchetté de calmant que le pire que je ressente c'est une gueule de bois. J'ai juste besoin de vêtements pour m'en aller. Plus tot je rentre et moins de chance de voir débarquer votre moitié vous avez. Deal ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les urgences   Mar 23 Juil 2013 - 11:26

Plus le temps passait plus les choses s’am… s’empiraient. Déjà qu’en partie inconscient ils n'étaient pas simple à gérer, voilà qu'ils commençaient à se réveiller. Autant la lycane semblait gérable, autant pour le vampire c'était une toute autre histoire.

Winnifred fit une allusion que le doc ne connaissait pas. Dommage car il était friand de télévision, séries ou films, mais depuis qu’il était arrivé dans cette ville il n’avait pas vraiment eu le temps de continuer à suivre les actualités cinématographiques.
Le russe se promit de poser quelques questions sur « Games of throne » à Winnifred un peu plus tard quand ils auraient plus de temps. Là il devait plutôt se concentrer sur l’urgence. Car oui il y avait urgence, vu ce que tentait de baragouiner le vampire.

Il fallait donc s’occuper de les gérer le plus rapidement possible avant que les urgences aient besoin de leurs propres urgences. Stasi fit un signe à une infirmière qui passait par là, et lui demanda deux seringues contenant d’obscurs produits dont seul Winnifred, qui semblait accroc au séries télévisées et donc avait déjà du voir grey anatomies, ou encore docteur House, aurait déjà du entendre les noms qu'il venait d'énumérer.
Ces produits étaient en fait deux calmants/décontractant différents avec un dosage précis mis au point par le doc. L’un convenant au vampire et l’autre au lycan à surtout ne pas mélanger bien entendu.

Le doc ne put se retenir de grimacer aux propos de Méluxine, mais il devait bien l’admettre, chacune de leurs rencontres avaient été disons peu glorieuse et surtout assez atypique.

« Méluxine, tu connais très bien Llylewin, penses-tu vraiment que je vais te laisser rentrer au Quality Street comme ça ? Après t’être transformé dans un établissement publique et dans je ne sais quel état et voir même accompagné par des policiers qui auront des questions à poser? Si c’est pour te voir revenir en petit morceau dans deux heures merci, mais non merci. ON va régler toute cette histoire ici, ça sera bien mieux. Une minute et je suis à toi. »

Il se retourna vers le vampire dont l’état devenait de plus en plus préoccupant.

« Je suis d’accord Winnifred, tu es celle qui semble le mieux aller, et comme il s’agit de ton collègue, tu vas m’aider. Essaye de le faire revenir à la réalité en lui parlant ta voix devrait lui être familière… Je ne pense pas que trop entendre la mienne soit une idée des plus judicieuse pour l’instant. »

Vu les interactions qu’il avait eu avec Kieran, le doc ne pensait pas pouvoir l’apaiser, bien au contraire.
Pour l'instant l'objectif de Stasi était de les assommer chimiquement pour qu’il puisse les transférer dans des chambres spécifiques afin de mieux les gerer. Il pourrait ensuite s'occuper de Winnifred correctement. Heureusement l’infirmière arriva avec les deux seringues. Stasi s’adressa directement à elle.

« Pour le vampire. »

L’infirmière lui tendit une seringue, il s’en saisit et l’injecta à Kieran.

« Pour la lycane. »

Le doc prit l’autre seringue et s’approcha de Méluxine.

« Un simple décontractant, le temps que je t’examine, ne t’inquiète pas Méluxine, je me dépêche pour que tu puisse rentrer le plus rapidement possible. Je vais également demander de quoi te couvrir. »

C’est à ce moment là que l’infirmière, le teint livide, lui glissa quelques mots à l’oreille. Le doc devint d’un coup rouge de colère.

« Comment ça inversé ?! »

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les urgences   Mer 24 Juil 2013 - 12:19

Un bourdonnement de fond le dérangeait. Des voix qui se mêlaient les unes aux autres dans une cacophonie vibrante lui donnant la migraine. Par-dessus cette pollution sonore, l'odeur omniprésente du sang, si intense qu'elle lui donnait la nausée. Et quand il sentit plus qu'il ne vit l'aiguille de la seringue s'enfoncer dans sa chair... Tout lui sembla amplifié au centuple. Génial. Il avait maintenant la sensation d'être aussi bourré que drogué : Le cumul rêvé.

Le vampire saisit sa tête entre ses mains avec l'impression que ses orbites avaient décidé de se faire la malle. Ce n'était pas totalement inexact, plutôt comme s'il s'était fait rouler dessus par un bus. Il se sentait chuter avec lenteur, rouler sur lui-même. La première sensation fut la bonne, percutant le sol froid de ses genoux. Il entendit un grondement bas tout proche de son oreille avant de se rendre compte qu'il émanait de sa propre gorge. C'était désagréable d'être comme projeté en dehors de son corps.
Il se perdait dans un océan de lueurs et sensations qui ne faisaient que brouiller ses sens, les rendre inopérants. C'était rare qu'il se sente perdu, mais en cet instant, il l'était. Le produit s'insinuait en lui et perturbait toutes pensées cohérentes. Il aurait dû s'écrouler, sa volonté entièrement anéantie par ces assauts constants. Mais ce fut l'inverse qui se produisit, son cerveau ayant lâché les rênes.

Le brancard fut éjecté avec une force prodigieuse dans le direction de Stasi et son infirmière, faisant crier cette dernière à tout rompre. Une vengeance pour leur négligeance ? Inconsciemment, peut-être, mais en vérité Kieran n'avait pas la moindre idée de ce qu'il faisait. Winnifred eut la "chance" de le voir passer au-dessus de sa tête, mais son immunité ne dura pas. Alors qu'il cherchait à se redresser, il ne trouva que le sien à portée... Et se rata lamentablement, l'agrippant si fort qu'il le fit basculer avec lui. Peut-être serait-il resté simplement étalé là, si sa main n'avait pas touché un bout de peau. Il tira sur une cheville totalement à l'aveuglette avec une force presque suffisante pour la broyer. Des lueurs colorées lui revinrent en tête, comme celle d'un joli colibri. Il avait envie de se repaître du petit oiseau, de l'entendre piailler. Il chercha à conserver Winnifred dans son emprise, remontant ses bras pour la presser contre lui au point de lui en couper le souffle.
C'était aussi incontrôlable qu'improbable, mais une envie étrange le tiraillait, autant de se noyer dans sa peau, son sang, sa chair. Ses crocs étaient visibles mais il ne s'en servait pas encore. Pour le moment, il ressemblait surtout à un félin heureux d'avoir attrapé sa proie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Les urgences   Jeu 25 Juil 2013 - 21:25

Ha, vous êtes papa ? Félicitations ! lança Winnifred à l’intention de Stasi lorsqu’elle entendit la lycane lui parler de l’accouchement de sa femme.  Malheureusement, elle n’eût pas trop le temps de le questionner sur les joies de la paternité car le médecin la chargea d’une nouvelle mission : parler au commissaire d’une voix rassurante. Super.

*Mais heu… Qu’est ce que je suis censée lui raconter moi ? Un truc apaisant ?*

Par association d’idée, elle pensa aux berceuses que lui chantait sa maman quand elle voulait avoir la paix et la faire dormir. La chanson était une sorte de tradition familiale et elle avait plutôt une jolie voix, mais elle ne tenait pas à ce que cela se sache au commissariat. Bon, de toute façon le Nealson avait l’air trop défoncé pour capter quoi que ce soit, il ne s’en souviendrait jamais, elle ne risquait rien ! Elle commença alors à chantonner doucement

Over in Killarney,
Many years ago,
Me mither sang a song to me
In tones so sweet and low.
Just a simple little ditty,
In her good ould Irish way,
And I'd give the world if she could sing
That song to me this day.


Son choix s’était porté sur Too-Rah-Loo-Rah, une berceuse traditionnelle, mais elle n’eut pas le loisir de dépasser le premier couplet car un brancard volant vint interrompre son récital.

Tout était allé très vite pour Winnifred, elle n’avait pas franchement eu le temps d’analyser la situation, tout ce qu’elle avait capté était que la chanson n’avait pas eu l’effet escompté et que le vampire s’était transformé en mode Hulk, mais à peine eut-elle le temps de sursauter et de tenter de s’éloigner qu’une douleur fulgurante à la cheville la fit s’écrouler par terre avant qu’une poigne solide ne l’agrippe et ne l’enserre comme un étau. Elle n’avait pas franchement vu ce qui s’était passé vu que celui qui l’avait confondu avec un ours en peluche l’avait prise par derrière, mais ces avant-bras lui étaient familiers…

*Il a fumé quoi le commissaire aujourd’hui ? S’il trouvait que je chantais faux, il avait qu’à me le dire…*

Son deuxième calin avec un vampire était nettement moins sympa que le premier et se faisait de plus en plus oppressant : elle avait du mal à reprendre son souffle tant sa cage thoracique était comprimée… Elle avait beau tenter de se débattre, cela ne donnait pas grand-chose comparé à la force du commissaire, elle avait plutôt l’impression d’être un pantin désarticulé avec son poignet HS qui ne servait à rien…
Avant de commencer à manquer sérieusement d’oxygène, le cerveau de la jeune femme lui souffla une idée brillante :

*Fais quelque chose, fais quelque chose, FAIS QUELQUE CHOOOOSE !*

Le souci était que dans la position où elle était, elle n’avait pas une immense marge de manœuvre… Ses yeux se posèrent alors sur les jolis avant-bras dodus de Kieran et sans trop réfléchir, son instinct lui ordonna de planter férocement ses crocs dedans. Un vampire mordu par une humaine, ça avait au moins le mérite d’être original !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meluxine
Lycanthrope
avatar

Messages : 199
MessageSujet: Re: Les urgences   Dim 28 Juil 2013 - 15:58

doucement avec les aiguilles, j'ai pris assez de calmants comme ça.

Les protestations de Meluxine ne lui épargnèrent pas qu'une énième injection de produits lui soit prodiguer. Elle espérait qu'on ne lui serait pas un contrôle anti drogue sinon elle établirait un nouveau record. Meluxine était toujours attachée, nue soue son drap, mais elle avait moins la gueule de bois. Mais ce n'etait que reculer pour mieux sauter, à n'en pas douter les symptômes reviendrait aussitôt les effets du tranquillisant estompés.

Le spectacle que Kieran et winnifred ne lui plaisait vraiment pas, mais au moins la diversion était là et Meluxine voulu en tirer profit pour se dégager au moins une main. Elle avait essayé avant mais sans beaucoup de succès mais bon, elle n'avait pas grand chose d'autre a tenter puisque la négociation avec Stasi était au point mort. Morte elle le serait si elle restait ici surtout avec les énergumènes qui l'entourait. A force et tourner et retourner son poignet encore et encore, et le fait d’être plus détendue peut etre aussi , elle put faire glisser sa main au travers de la boucle qui l'enserrait.

Avec une main libre, ce n'etait plus qu'une question de minute avant que Meluxine ne puisse s’asseoir et s'enrouler dans son drap comme un simulacre de robe, ce qui et tout de meme une nette amélioration de sa situation. Elle décida de rester sur son brancard, deja parce qu'elle avait pas envie qu'on lui court apres tout de suite, Le doc et les infirmiers ne la laisserait surement pas partir comme ça, inutile d’aggraver la situation en se montrant violente. Par contre si y en a un qui veux la rattacher ou qui l'approche avec une seringue, c'est coup de boule directe. faut pas exagérer non plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les urgences   Ven 2 Aoû 2013 - 22:18

Quand le doc avait pressentit que la soirée se terminerait mal, il ne savait pas à ce moment là à quel point il avait raison, et surtout à quel point il était en dessous de la réalité. Rien n’était pire que cette affreuse sensation, celle d’être un spectateur impuissant. L’impression d’observer une grenade, en face de lui la goupille se détachant et tombant juste a coté de lui, de voir l’objet de réalisé ce qui allait se passait mais trop tard, et de prendre de plein fouet la déflagration.
L’image n’était pas si loin de la vérité, lorsque le doc se prit la déflagration en pleine figure, c’est à dire un brancard. Même s’il eut le réflexe de l’éviter ce fut insuffisant, et il se redressa, avec une profonde entaille au niveau du front. Ses yeux étaient maintenant dorés et le médecin commençait à perdre son sang froid. Et ce qu’il vit ne l’aida pas à reprendre son calme.
Voilà que le commissaire semblait vouloir manger une patiente dans sa clinique. Le doc sentait comme une bouffée de rage l’envahir, le genre de chose qui n’était pas vraiment bon signe au contraire…

« Vous vous êtes donné le mot ou quoi ! C’est quoi ce bordel ! »

Sans s’occuper de l’infirmière qui n’avait pas terminer de hurler, et qui heureusement n’avait rien, le doc ayant « intercepté » la trajectoire du brancard, le lycan fonça sur les deux policier, arrachant sans ménagement l’humaine des bras du vampire avant que celui ci la perce comme une briquette de jus de fruit. Dans un premier temps il prit les deux avant bras de kieran afin de desserrait son étreinte avec une force qui n’avait plus avoir grand chose avec celle d’un humain, il souleva ensuite Winnifred l’obligeant à lâcher « sa prise ». Puis afin d’éviter que le vampire s’inspire de l’idée de l’humaine et lui rende la pareil, le doc le plaqua, plaça son avant bras contre sa gueule. Il savait très bien que Kieran ne pourrait s’empêcher de le mordre, mais peu importe il valait mieux lui qu’elle, de toute façon avec son épouse le doc avait l’habitude de se faire su… enfin bref.

Le doc avait du mal à se calmer, et respirait bruyamment, tentant de reprendre le contrôle. Il entre aperçut Méluxine assise.

« Toi tu ne bouge pas tant que je ne t’ai pas ausculter, je te préviens je suis pas d’humeur ! »

Son ton de voix semblait différent, les oreilles les plus affutées auraient presque pu entendre comme un léger grondement. Mais qu’est ce qu’ils avaient à tous l’emmerder ce soir ?!

« Et vous bordel vous aller vous bouger et m’aider ?! »

Il c’était adresser aux infirmiers qui avaient assisté à la scène, terrifiés.

« Aider la jeune fille à reprendre ses esprit et empêcher la lycane de se barrer, tout de suite ou je vous bouffe ! »


Le doc avait de plus en plus de mal à se concentrer et à se calmer, et sa position, les crocs de kieran contre son avant-bras ne l’aidait pas, mais vraiment pas.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les urgences   Mer 21 Aoû 2013 - 12:12

Une chanson tournait en boucle dans son esprit, martelant son crâne de notes singulières... Et familières. Il avait déjà entendu cette berceuse, de nombreuses fois, dans des temps oubliés. Une petite fille qui la fredonnait sur les toits tout en observant le monde s'étendre en contrebas. Il s'en souvenait vaguement...

... Et ça remontait à si loin ! L'époque où il avait encore une vie, et sa petite soeur. Il cilla, décontenancé, baissant le regard là où quelque chose semblait l'avoir piqué. Une petite chose, qui se débattait dans ses bras, mordait à pleines dents dans sa chair sans grand succès. Il ne bougeait pas, comme crispé dans son mouvement, alors que tout semblait tanguer encore dans la pièce. Qu'est-ce qu'il faisait dans un hôpital, déjà ?

Certains hurlaient, d'autres invectivaient. La tête lui tournait. Ce n'était plus la chanson qui lui martelait le crâne mais une migraine insoutenable. Et depuis quand les vampires étaient sujet aux migraines ? A croire qu'il manquait de sang pour irriguer le cerveau ! Le sang... Mauvaise idée.
Il gronda bassement quand on tenta de lui soutirer sa petite soeur des bras, les resserrant davantage, se cramponnant à cette illusion comme un naufragé. Il entendit un craquement sans savoir s'il avait brisé son jouet, s'il avait écarté la menace ou si c'était lui-même qui venait de se rompre le bras. Peu importait. Il aurait été incapable de sentir la moindre douleur dans son état actuel.

On venait de lui arracher avec une force contre laquelle il ne pouvait pas lutter. Il enrageait, se débattant comme un beau diable alors qu'on tentait de le maîtriser. Mais sa frénésie subite fut aussi violente que brève, alors que tout tanguait à nouveau. Les couleurs se mélangeaient, les sons se faisaient plus sourds et insupportables. Il ne sentit bientôt plus que le sol dur sous son dos... Et la peau humaine contre ses crocs. Le sang dispersa les dernières images, atténua les sons, ne lui laissant plus qu'une sensation cotonneuse alors qu'il s'abreuvait.
Puis une odeur musquée, un goût singulier qui lui rappelait la violence des combats le fit raffermir sa prise, enfoncer ses crocs jusqu'à l'os. Quand le sang commença à faire son chemin, il en avait déjà absorbé une quantité considérable... Et commençait à revoir, s'apercevant qu'il n'avait pourtant jamais fermer les yeux.

Il était à nouveau dans la clinique et gonflé à bloc. Son regard peinait encore à se fixer mais il ne s'était pas senti aussi bien depuis de longues années. Entre le sang de deux lycanthropes et les réserves de la clinique, il s'était payé un véritable festin. Son premier réflexe fut de repousser Stasi avec une force retrouvée. Idiot, car lorsqu'il le reconnut, il n'avait plus que l'envie de lui briser l'échine... Mais son instinct de survie l'avait poussé à mettre de la distance dès qu'il fut rasséréné.

"Merde." ... Fut tout ce qu'il parvint à formuler dans un premier temps, laissant filer quelques secondes, tentant de réfléchir. Dire "merci", c'eut été un peu trop, "enfoiré, je vais te tuer", un peu trop aussi. Il agita son bras déchiqueté qui paraissait subitement intact, sans ressentir la moindre douleur mais une gêne parasitaire à l'intérieur qui devait être ses propres os mal reconstitués... Il tenta quelques pas en avant et s'aperçut bien vite que ses jambes étaient molles... Et qu'il ne risquait pas de courir.
"Qu'est-ce que tu m'as fait, enfoiré ?" Finalement, c'était la meilleure tournure dont il était capable en l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Les urgences   Jeu 22 Aoû 2013 - 20:14

Le moins que l’on puisse dire était que c’était vraiment une soirée de merde.  Winnifred avait été chahutée, bousculée, balancée, brisée, étouffée, arrachée…  La coupe commençait légèrement à être pleine.

Alors que son supérieur s’était mis en tête de la serrer à lui en faire sortir les yeux de la tête, elle avait été sauvée in extremis de la suffocation par le médecin lycan qui l’extirpa de l’emprise du Kieran constrictor pour la caler dans les pattes d’un infirmier qui la regardait d’un air niais.

Ca va mademoiselle ? lui demanda-t-il, hésitant.
A ton avis, bouffon ! rétorqua-t-elle se frottant les parties endolories par l’étreinte musclée de son bras valide. Décidément, les vampires avaient décidé de se lâcher ce soir… Elle lança un regard peu engageant à l’infirmier qui signifiait à peu de choses près *Si tu me touches, je te mords* avant d’observer le duel vampire drogué versus lycan droguant qui se déroulait à quelques pas.

Stasi s’était fait béqueter le bras, mais il semblait plutôt bien encaisser – normal pour un lycan – tandis que Kieran semblait plus ou moins reprendre ses esprits – tant mieux, s’il se souvenait de la scène elle pourrait se servir de l’incident pour négocier sa future augmentation.

Le cynisme aidait bien à passer le temps, mais ce n’était pas tout, la jeune fille avait une idée bien précise en tête : se tirer de là vite fait, persuadée que sa présence en ces lieux avait plus de chances de l’abîmer encore plus que de la soigner. Pouvait-elle s’en sortir seule face à cette armada de pingouins en blouse ? Certainement pas, mais en réfléchissant un peu elle n’était PAS seule…

Hey, lança-t-elle en se rapprochant de Meluxine, t’as vu le film Chicken Run ? demanda-t-elle à la blonde, ne trouvant rien de mieux qu’une référence à un film d’animation où des poulets réussissaient à s’échapper avant l’abattage pour évoquer son plan de façon subtile afin que les blouses ne se doutent de rien… Pas gagné vous dites ? Pas faux, mais après tout, s’il y avait bien un avantage à tenter de pactiser avec un lycan plein de muscles, c’était qu’on avait pas besoin d’être trop subtil pour mener son plan à exécution, on pouvait toujours foncer dans le tas!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meluxine
Lycanthrope
avatar

Messages : 199
MessageSujet: Re: Les urgences   Dim 25 Aoû 2013 - 23:26

Pendant que la punkette envoyait chier son infirmier, un espèce que malabar s'approchait de Meluxine, plutôt sur de lui. Meluxine avait deja vu ce genre de regard chez les clients du bordel. Ce type voulait l'attacher et c’était une partie de son travail qu'il aimait. Meluxine cependant ne faisait pas dans ce genre de prestation, en tout cas pas dans le cadre professionnel. Sa tete lui disait quelque chose. C’était peut etre bien un client, oui s'en etait un.
L'aide soignant avait placé sa main entre le cou et la poitrine de Meluxine pour la remettre sur le brancard.

Vous allez vous allonger et tout se passera bien. Faites confiance aux medecins et ...

Il ne fini pas sa phrase le souffle coupé par Meluxine qui avait détendu sa jambe violemment pour lui enfoncer son talon dans les parties. Elle pris la mains qu'il avait posé sur elle par la base du pouce et la fit tourner pour que le bras soit en élongation, mais elle s’arrêta avant de luxer une articulation.

Non, non je ne crois pas que je vais m'allonger, et surtout pas me faire attacher par un pervers. Je suis pas dans tes moyens chéri..
Meluxine etait d'autant plus déterminée a ne pas s’éterniser ici. Elle se leva et relâcha le bras du malabar après l'avoir contourné. Son coté ne lui faisait plus mal du tout, le Doc lui avait filé de la bonne came on dirait.

t’as vu le film Chicken Run ?
Meluxine hocha brièvement la tete. Elle prit le badge de son infirmier, de fois qu'il permette d'ouvrir les portes fermées puis elle sauta pour asséner un coup de poing derrière le crane et assommer l'aide soignant. Elle alla vers Winifred en évitant Stasi et Kieran et dit à l'infirmier de la policière.

Tu sais ce qui va se passer maintenant ?  tu va aller t'occuper de ton collègue, et pendant ce temps l'officier de police ici présente va prendre ma déposition au commissariat. parce que si j'ai mis votre collègue dans cet état, c'est que je n'ai manifestement pas besoin de soins, n'est ce pas ?
Sinon je peux aussi vous attraper par le col et vous jeter au milieux des deux monstre sanguinaires mais ça ne serait pas propre.


L'infirmier, plutot jeune fut assez impressionné ou assez sage pour s'ecarter et aller voir son collègue. Meluxine réajusta son drap et attendit que Winifred la rejoigne pour quitter les lieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les urgences   Jeu 29 Aoû 2013 - 10:21

Bon la situation commençait sérieusement à énerver le doc. Bien entendu il fallait qu’il tombe sur le policier psychopathe, l’humaine qui passait presque autant de temps que lui ici, et une nouvelle lycane qui travaillait pour sa femme aux urgence et en même temps. Autant dire que seul il avait beaucoup de mal à gérer la situation.
Les renforts, voilà pourquoi il avait demandé à des infirmiers de le secondé. Mais il semblerait que ceux ci soient plus des incapables complètement débordé par la situation qu’autre chose. Et plutôt que de l’aider ils empiraient la situation.

Le doc en avait marre, marre de cette situation son bras endoloris par la morsure et l’attitude des patients n’aidaient absolument pas à ce qu’il garde son calme.

Alors que le vampire reprenait plus ou moins conscience il le repoussa brutalement en l’insultant, ça plus les cachoteries des deux autres individus qui tentaient une évasion de sa clinique s’en fut trop pour le russe.

« ASSSEEZZZZ »

Plus tard, beaucoup plus tard, quand les infirmiers qui étaient présent raconteront ce qu’il c’est passé, tous sans exception vous dirons que le doc n’avait pas crié à cette instant là, il avait rugis !

D’ou le « il va se transformer ! » hurlé par un des infirmiers. La réaction fut des plus rapides, après tout c’était les urgences. Et l’instant d’après le doc se retrouva seul avec la super équipe de bras cassé, au premier sens du terme pour au moins une d’entre eux. Le doc se frappa le front avec la main en soupirant. Il avait de plus en plus de mal à maintenant son calme et ses yeux étaient entièrement doré à présent.
Il se retourna vers Méluxine et Winnifred.

« Vous ! Méluxine si tu oses quitter cette salle ou si Winnifred ose quitter cette salle sans que je vous ai ausculté, je te fais la promesse que je débarque au QS avec ambulance ; flic et journaux pour expliquer que le chaos qui a eu lieu au Bloody Valentine est de ta faute. On verra ce qu’en pensera ma chère épouse. Tu es donc à partir de maintenant responsable de Winnifred, n’oublie pas, si une de vous deux file tu vas le regretter amèrement ! »

Il se retourna vers Kieran.

« Toi si tu bouges je te file une telle dose de calmant et hallucinogène que tu va te retrouver à incarner le premier rôle de Twilight, ici, debout sur ton lit ! »

Le doc commençait à être légèrement sur les nerfs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les urgences   Sam 31 Aoû 2013 - 21:12

Le policier n'avait strictement rien suivi aux conversations des deux filles, et pour cause, il était tellement drogué qu'il lui semblait, déjà et d'une, que ses yeux se déplaçaient et que son champ de vision se reformait seulement ensuite... Et de deux, qu'il entendait les conversations la tête sous l'eau. Une image qui était très semblable à ce qu'il ressentait à l'heure actuelle.

Au cri de Stasi, il se figea. Pensant exactement la même chose que ces infirmiers, il était en position de combat, prêt à réceptionner une bête poilue plutôt qu'un médecin. Mais l'instant était passé et, même si sa vision lui jouait des tours, il lui semblait bien que Stasi n'était pas plus vélu que l'instant précédent.
Il fronça les sourcils lorsqu'il se tourna vers lui, le menaçant d'en faire une boule à facettes. L'image lui parut encore plus désagréable que les précédentes hallucinations. D'une voix pâteuse, il rétorqua : "Je croyais que vous étiez censé soigner vos patients, pas faire empirer le problème. Négligeance médicale en plus de tous les autres délits, la liste va commencer à être longue."

Depuis le temps qu'il rêvait de le mettre sous verrou... Et surtout qu'il y reste, vu qu'on ne pouvait pas compter sur le patron pour ça, bien entendu. D'ailleurs, il n'avait pas eu la moindre nouvelle sur le dénouement de l'affaire en cours et se rendit bien vite compte qu'il n'avait aucun appareil pour savoir où en était la police. Il était en civil... Ou plutôt, il avait été, vu que sa chemise verte était totalement foutue à cause de la lycane.
Le temps qu'il prit à baisser la tête pour la détailler, il se sentit doucement vaciller... Comme s'il s'extirpait de son propre corps et que le plafond devenait le sol. Il se rendit bien vite compte que ce n'était pas qu'imagé, accusant une brève chute avant de se rattraper au mur. Il poussa un soupir et fit, pour une fois, une chose raisonnable. Kieran s'assit sur le brancard le plus proche en attendant que le monde se décide à arrêter sa course vertigineuse et les couleurs de se mélanger sans raison.

"Ok, je veux bien rester là, mais je veux une clope." Conclut-il avant de s'allonger, posant son avant-bras en travers de son front et fermant les yeux, attendant que ça se passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Les urgences   Dim 1 Sep 2013 - 20:37

La situation se présentait plutôt bien : la lycane, moins blonde à l’intérieur qu’à l’extérieur avait compris son appel du pied et exécuté un numéro de malabar qui forçait l’admiration en collant une patate à son propre infirmer et en intimidant le sien. Du grand art.

Malheureusement, alors qu’elle voyait la porte de sortie se rapprocher avec délectation, l’autre lycan (la version rabat-joie) piqua une crise et son caca nerveux jeta un gros froid sur l’assemblée, ou plutôt un gros vide car le personnel soignant pris ses jambes à son cou. Le malotru ne s’arrêta pas là, et fit un odieux chantage à sa nouvelle amie lycane dont elle ne comprit pas les tenants ni les aboutissants, mais elle avait intégré l’essentiel : ça craignait grave pour elle.

Heeeee, objecta-t-elle, J’ai passé l’âge d’avoir une baby sitter ! En plus pour qui tu te prends, t’es même pas un bon médecin, tu files des médocs foireux à mon supérieur qui essaye de m’étrangler et après tu me mets sous la garde d’une lycane dangereuse qui a essayé de trucider tout le monde au Bloody, c'est digne du serment d’Hippocrate ça? Hypocrite oui!Winnifred commençait à en avoir sérieusement sa claque de ces situations foireuses, à se demander si les gens ne le faisaient pas exprès…

Pas exprès ? Une idée commençait à faire son cheminement dans son petit cerveau fatigué.

Ouais, et à même y repenser c’est louche tout ça : tu drogues Kieran, tu essayes d’attenter à ma sécurité, c’est de l’outrage à agent tout ça, qui sait, tu es même peut-être de mèche avec le type que le commissaire général a voulu arrêter ce soir… Relâche-nous tout de suite, ou je te mets en état d’arrestation !

C’était parfaitement du bluff, elle ne savait même pas si elle avait ce pouvoir – mais après tout si elle était assez gradée pour se prendre des gnons elle devait aussi l’être pour pouvoir faire des trucs funs comme dans les films – mais avec un peu de chance Nealson sauterait sur l’occasion et elle pourrait enfin rentrer chez elle ?
Pas brillant, mais elle avait au moins le mérite d’essayer, son seul plan B étant de s’assoir dans un coin et de bouder en attendant que ça passe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meluxine
Lycanthrope
avatar

Messages : 199
MessageSujet: Re: Les urgences   Mer 4 Sep 2013 - 22:20

Meluxine regardait le Docteur pester et la menacer ... et elle rit de bon cœur. Laughing Son attitude changeait rapidement vers la détente après avoir démolit son infirmier, elle arrêtait de réajuster sa robe-drap a tout bout de champs. Comme si cela avait été une petite parenthèse sans conséquence.

Tu veux que je te dise Doc ? Avec ta came ... j'suis assez haut perchée que j'en ai rien a foutre de tes menaces. Et puisque c'est le meme tarif que ce soit moi ou ... c'est quoi ton nom deja ? ah oui Winnie l'oursonne rose, Ben on va se barrer toutes les deux ... faire des trucs oui. Parce qu'on a pleiiiiin de trucs a faire.j'aime bien ce que t'as fait à tes cheveux Winnie, le rose ne me va pas, mais sur toi ça rend bien.

Meluxine jouait un jeu dangereux. Elle avait vu assez de junkies complètement stone pour faire celle qui tripe. Son plan avait 3 issues selon elle : Soit Stasi croit qu'elle plane et il tentera de l'attacher lui meme auquel cas elle pourra riposter par surprise car il ne s'attendra pas à ça. Soit il inverse les rôles et c'est Winnifred qui se retrouve responsable, donc elles se casseront toutes les deux mais ça ne sera pas la faute de Meluxine. Soit enfin il comprend qu'elle le mene en bateau, il pete son cable comme c'est deja bien parti, se transforme, et là ça va être coton mais il n'aura plus aucune légitimité pour les garder en observation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les urgences   Dim 8 Sep 2013 - 20:16

Le doc eut une petite seconde de flottement, suite aux différentes réactions. D’abord le premier après l’avoir menacé demandait simplement une cigarette, la seconde qui le menaçait de l’arrêter, et enfin la troisième qui parlait de Llylewin comme un patronne normale, ce que le doc irait lui répéter dès qu’il aurait un instant d’ailleurs.

Le doc se demandait s’il n’allait pas tout simplement tous les manger vu qu’il n’y avait maintenant plus aucun témoins. Mais vu leurs caractères, il y avait de forte chance qu’ils lui filent des aigreurs d’estomac.

Non ce n’était pas la bonne solution, même si cela était diablement tentant. Se frottant les yeux afin de tenter de reprendre son calme, il décida cependant d’agir.

« Non on a pas le droit de fumer dans l’enceinte de la clinique, tu devras être patient. »

En disant ces quelques mots, il avait saisit une seringue sur le chariot a coté de lui, et abandonné par les autres infirmier.

« Pour ce qui est de l’arrestation… »

Le doc plaça la seringue dans sa bouche, et attrapa Winnifred par la pantalon, la soulevant d’une main assez facilement. Sans doute l’énervement, qui décuplait encore plus sa force. Il s’assit et la plaça sur son genou, l’empêchant de trop réagir. Puis avec sa main libre, il lui baissa le pantalon, un peu comme un père le ferait à une petite fille capricieuse. Il se saisit alors de la seringue qu’il avait entre ses dents et la planta direct dans le fessier de la gamine.

« Tiens on verra si tu va me coffrer avec ça. Je vais te réparer le bras que tu le veuille ou pas sale gosse. »

Le doc lâcha sa prise observant les autres et ajouté dans un ton qui signifiait qu’il ne plaisantait absolument pas.

« Et le premier qui tente de filer avant que je l’ai ausculté je lui administre un lavement, compris ? »

Même s'il avait c'était adressé à tous le monde pour sa dernière menace, le doc fixait Méluxine dans les yeux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Les urgences   Lun 16 Sep 2013 - 21:58

Winnie ne savait pas ce que les infirmiers avaient administré à la lycane, mais ça avait l’air d’être de la bonne, elle avait l’air complètement concassée de l’intérieur la pauvre…

Le bilan pour le commissaire n’était pas franchement plus brillant : après avoir tenté d’en faire son en-cas – peut-être que l’effet de la drogue l’avait rendue aussi dodue et appétissante qu’une bonne galantine en gelée – voilà qu’il restait complètement raplapla sur son brancard, aussi calme qu’un nourrisson biberonnant son goûter et attendant que Père Castor lui lise une histoire…

Heu… Ben merci, si tu veux je te ferais des mèches, le rose ça va super bien avec le blond en plus, et ya pas besoin de décolorer avant... répondit-elle à Meluxine qui était en admiration devant son originalité capillaire.

Malheureusement, cet instant d’inattention allait lui coûter cher car Stasi en profita pour l’attraper fermement et lui injecter quelque chose dans son auguste postérieur. Elle ne se laissa pas faire, se débattant comme un beau diable et tentant d’enfoncer profondément ses ongles dans le pantalon du médecin, mais rien n’y fit, la substance non identifiée lui fut injectée jusqu’à la dernière goutte.

La jeune fille se sentait désormais complètement à l’ouest, un peu comme si elle avait fumé un joint king size, et d’un coup elle ne savait plus trop où elle était ni avec qui, comme si elle se retrouvait devant une partition inconnue dont elle n’arrivait pas à déchiffrer les notes.
Là, ce type en face d’elle, elle ne se souvenait plus de son identité, et pourtant il réveillait un sentiment désagréable en elle, une sorte de crispation suivie d’un hérissement de poil comme quand elle croisait Miss Templeton, sa prof de maths au collège, sorte de vieille fille acariâtre à la veste en tweed démodée qui prenait un malin plaisir à lui filer des heures de colles… Sans doute était-ce parce qu’il lui faisait penser à elle que son instinct démolisseur lui intimait de lui casser la gueule, et lui disait que de toute façon tout ce qu’il méritait était d’être rossé… Mais elle n’avait décidément pas l’énergie pour.

Enfin, plus exactement pas encore l’énergie pour, car par un miracle que seul un expert en métrologie pourrait expliquer, son pendentif de la St. Patrick, probablement aidé par son métabolisme hors du commun, allait catalyser très rapidement le calmant qui lui avait été administré, et tous les évènements de la soirée allaient lui revenir très rapidement à l’esprit : l’attaque du Bloody, Andrea, son poignet, les urgences, le médecin rabat-joie…

Un lavement ? Ça ne m’étonne pas, venant d’un type aussi chiant c’est une menace qui me semble tout à fait adéquate ! lâcha la jeune fille, toujours vaguement embrumée par le médicament mais qui avait désormais les idées plus ou moins nettes. Il était clair maintenant que le médecin avait choppé un genre d’aérophagie du cerveau qui lui avait faire prendre la grosse tête et qui le faisait se prendre pour Dieu tout puissant au sein de son hôpital… Mais elle ne comptait pas se laisser faire, ça non !

Winnie se sentait désormais assez en forme pour se concentrer et utiliser sa capacité spéciale en guise de représailles : elle utilisa son don d’hypervitesse pour traverser la pièce et se mettre à l’opposé du médecin, ce qui pour un être normal s'était produit en un battement de cil.

Si tu veux encore me mettre la main au cul, va falloir venir le chercher ! lança-t-elle sur un air de défi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les urgences   Mer 18 Sep 2013 - 13:59

Il se sentait totalement comateux.
S'il s'écoutait, le vampire aurait piqué un bon somme sur ce brancard sans plus se soucier de ce qui se passait autour de lui. Mais voilà, même s'il avait envie de rester tranquillement allongé à attendre que le monde cesse de tourner, il ne pouvait pas. Les urgences empestaient encore le sang, et ce simple fait parvenait à le tenir hors de sa torpeur. Les cris et les débats achevaient sa migraine, gardant son esprit dans un carcan solide alors qu'il n'attendait que de s'échapper à l'horizon. La douleur de son bras le martelait assez fort pour qu'il se sente en situation de danger immédiat en restant ainsi prostré. Et puis, par-dessus ces élans primaires qui lui intimaient tout autant de chasser que de fuir, il existait un sentiment bien plus viscéral, bien plus humain même. La haine.

Il s'était redressé en position assise avec une lenteur calculée, posant un pied devant l'autre comme s'il lui fallait reconquérir le plein usage de ses propres membres. Il était encore enivré par ce poison dans ces veines, mais il se sentait lucide. Peut-être tout ce cheminement de pensée ne l'était en rien, mais allait-il rester à la merci d'un homme qu'il traquait depuis des mois ? Il doutait que l'échange des médicaments soit une erreur, désormais. Peut-être attendait-il simplement de se débarasser de lui, de lui donner le coup de grâce sans aucun témoin. Peut-être était-ce pour cette raison qu'il semblait résolu à droguer Winnifred qui n'avait pourtant qu'un poignet foulé ou cassé, bref, rien de vraiment dommageable.

Il se souvenait. Avant d'être policier, il avait été mercenaire, assassin... Durant les grandes guerres, les révolutions. L'âge d'or. Et avant encore, il était vampire. Aussi fort qu'on pouvait essayer, on n'oubliait jamais sa nature. Jamais.

Pendant que le doc était occupé avec Winnifred, il s'était approché et, dès qu'elle se dégagea de son emprise à une vitesse si folle que le policier craignait que la drogue lui joue encore des tours, il passa à l'offensive. Oh non, il n'était pas question de s'opposer directement à un lycan dans son état actuel, même s'il n'était pas transformé. Il était plus raisonnable que ça, plus fourbe diront les mauvaises langues, mais quoiqu'il en soit, Kieran avait toute sa tête et savait comment gagner la partie. Et ce qui importait, c'était de gagner, peu importe si on trichait un peu.

De toutes ses forces, usant de son bras valide, il fit rouler le brancard de Meluxine à pleine vitesse vers le doc pour lui faucher les jambes. Le résultat escompté fut bien au-dessus de ses espérances, car même drogué, il était surtout chargé à bloc en sang, ce qui n'arrivait bien qu'une fois l'an ces temps-ci.
La technique était simple, s'il parvenait bien à faire chuter le doc dessus, il aurait encore l'effet de surprise pour refermer les fameuses attaches auparavant destinées à la lycane sur l'investigateur. Dans le cas contraire, la diversion serait suffisante pour fuir avec Winnifred, quitte à renvoyer la lycane contre le doc pour le ralentir et disparaître rapidement du coin. Stasi rigolerait moins à contrôler un vampire qui venait de lui pomper tout son sang plutôt qu'une fillette et une lycane sous forme humaine...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les urgences   Dim 22 Sep 2013 - 19:42

Le doc était persuadé d’avoir au moins neutraliser un des trois emm… empêcheurs de tourner en rond après avoir lui avoir administré un calmant.
Vu la dose, l’adolescente devrait être en train de baver les yeux dans le vide s’imaginant en plein dans un épisode de twilight, mais non, Winnifred semblait en pleine forme. La par contre le doc fut plus qu’étonné. Comment cela pouvait être possible ? La jeune fille l’avait déjà surpris auparavant, il la savait pas totalement normale dans le sens scientifique du terme, mais de la à être insensible aux calmants… non c’était impossible, il l’avait déjà soigné et savait qu’elle n’était pas insensible à la morphine ou autre substances censé l’endormir. Mais alors pourquoi cette fois ci ça n’avait pas marché ?

Alors qu’il se posait la question, l’instant d’après Winnifred l’insulté copieusement de l’autre coté de la salle. Le doc se calma un instant pour réfléchir. Hyper-vitesse sans doute, donc muscles se contractant plus vite, meilleurs réflexes…

« Hyper-métabolisme ! »

Il avait dit ça a voix haute, persuadé d’avoir trouvé la réponse, la jeune fille avait le don d’accélérer son métabolisme, oui cela expliquait tout !

Mais le doc n’eut pas le temps de termine son raisonnement qu’il se prit un brancard en plein dans les jambe. Sous l’effet de surprise et de la douleur il hurla en tombant, alors que le brancard lui aussi tombait à la renverse avec son occupante.

Là, c’était le geste de trop, la colère, la fatigue l’effet de la surprise et la douleur venaient à bout de la patience du doc. L’influence de ce qu’il avait subit avec la pierre rouge aidant, il sentait qu’il était de nouveau en train de perdre le contrôle.

« Bien si vous ne voulez pas que je vous soigne, alors je vais donc vous CASSER »

Ses yeux étaient maintenant totalement dorée, et ses dents semblaient bien plus pointues que normalement.

Il se saisit alors du brancard d’une main, et l’envoya de toute ses force en plein vers le vampire ! Heureusement Méluxine avait roulé sur le coté.

Pendant ce temps, un infirmier, plus courageux que les autres, avait entrouverts la porte. Il aperçut Winnifred et Méluxine, d’un geste de la main il leurs fit signe de sortir par là, il connaissait son patron, autant il pouvait être gentil autant une fois dans cette état, c’était heures supplémentaires assurées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Les urgences   Mar 24 Sep 2013 - 20:35

Winnifred était contente de son petit effet, car elle avait visiblement réussi à enquiquiner le médecin, ce qui n’était qu’un juste retour des choses vu ce qu’il lui avait fait subir. Elle n’avait cependant pas prévu que son supérieur, reprenant du poil de la bête décide de suivre son exemple en embêtant lui aussi le lycan à sa façon : en lui envoyant un brancard en pleine poire.

Stasi avait l’air un peu soupe au lait, il réagissait mal aux petites taquineries : maintenant il avait l’air très contrarié et faisait des grimaces bizarres…

Ho, ça va hein, pour un poilu se prendre un brancard c’est pas SI terrible que ça non plus…

Non, il n’avait vraiment pas apprécié la provocation du vampire et venait de lui renvoyer son « cadeau » en pleine poire… C’est alors qu’elle vit un infirmier lui faire signe de sortir discrètement, lui posant un dilemme cornélien : devait-elle prendre la poudre d’escampette comme une lâche et laisser son patron se démerder tout seul ou bien devait-elle faire honneur à son insigne de policière et mettre fin au conflit ?

La jeune femme se remémora alors sa soirée en un éclair : elle avait déjà du gérer un conflit, et tout ce que ça lui avait rapporté était d’avoir laissé partir un dangereux criminel et de s’être fait blesser par son supérieur, ce qui l’avait amenée ici pour se faire squeezer par son autre supérieur… Non, décidément elle n’était pas douée pour les gestions de conflits.

Darwin en avait décidé ainsi, si on n’était pas capable de se "fighter" pour sa survie, on n’avait pas d’autre choix que de "flighter", aussi Winnifred se précipita vers la porte pour sortir de cet hosto de fou furieux avant de finir réduite en bouillie rose.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les urgences   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les urgences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LES TERRAINS EXTERIEURS :: 
L'Uptown Island
 :: Centre de recherche et de soins
-