AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le cimetière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Esprit des Fondateurs
Administration
avatar

Messages : 317
MessageSujet: Le cimetière   Mer 19 Oct 2011 - 21:37



Le nouveau cimetière de la ville, construit après le siège de Galway, où toutes les anciennes tombes ont été transportées unes par unes, ce qui explique l'agencement rectiligne et la végétation minimaliste qui le compose!

Pour un beau cimetière recouvert de vielles ronces torturées, rendez-vous d'ici un siècle ou deux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hellsgate.fr
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Le cimetière   Jeu 5 Avr 2012 - 22:34

Winnifred venait de se faire embaucher officiellement dans la police de Galway, au grand déplaisir de sa mère, qui avait vu d’un très mauvais œil sa fille embrasser une carrière lui conférant une durée de vie aussi courte dans cette ville.

Lorsqu’elle lui avait annoncé au téléphone, le ton était monté très vite, car depuis la mort de son père sa mère s’était jetée corps et âme dans l’éducation de ses filles, et elle ne survivrait probablement pas à la perte de l’une d'entre elles.
Winnifred le savait très bien, mais le poste qu’elle occupait – agent instructeur de techniques défensives pour humains – ne l’exposait pas directement à un grand danger, hormis se brûler un peu les rétines si elle utilisait son spray au poivre dans la mauvaise direction, ce qui n’avait pas été suffisant pour apaiser les craintes de sa maman.

Bref, la joie d’avoir trouvé un nouvel emploi était contrebalancée par la culpabilité qu’elle éprouvait de faire faire du mauvais sang à sa famille, et la jeune fille se sentait un peu perdue. Comme souvent dans ses moments là, elle partait à la recherche de son endroit apaisant préféré : le cimetière.
Pourtant, la jeune fille n'était pas spécialement gothique ni attirée par des pulsions morbides, mais elle aimait l'atmosphère calme et solennelle de ce lieu prompt au recueillement plein de messages d'affections, car même sur la tombe d'un odieux connard on ne laissait jamais d'épitaphe injurieuse, comme si l'au-delà ne gardait que le meilleur de chaque personne.

De plus, c'est là qu'était enterré Liam Fitzgibbons, son père, dont la tombe avait été transférée pendant le siège de la ville lorsque l'ancien cimetière avait été détruit. Il était mort alors qu'elle était très jeune et ne gardait que peu de souvenirs de lui, dont l'image d'un monsieur aux yeux clairs et bienveillants affichant toujours un grand sourire et ayant toujours un bonbon dans la poche.

Elle aimait venir se recueillir sur sa tombe, le priant intérieurement de l’aider à trouver des réponses, lui qui n’avait jamais eu peur de rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le cimetière   Ven 6 Avr 2012 - 22:57

James était arrivé en ville depuis peu. Il avait d’abord été déçu par son coté pittoresque. Sans doute s’était-il fait quelques idées durant sa traversée, laissant son imagination prendre le dessus sur la raison et la logique. Le voyage avait été long et il avait eu le temps de visualiser une ville adaptée au soi-disantes créatures qui la peuplait. Sans doute influencé, non pollué par les trop nombreux films envahissant les salles de cinéma et abrutissant les futures générations.
Bien entendu Galway n’avait rien de tel, une ville avec un charme pittoresque qui semblait avoir subit de plein fouet une violente crise économique. Rien d’étonnant, même si une petite partie de lui avait été quelque peu déçu par tant de normalité.

James avait passé les jours suivant à profiter de la ville, plus comme un touriste le ferait durant ses vacances. Il en avait presque oublié le motif de sa venue dans cette partie de l’Irlande. Il fallait dire qu’il avait accordé peu de crédit au dire de son ami, et se retrouver dans une petite ville irlandaise assez banale n’avait pas aidé à lui donner raison.

Aujourd’hui le professeur avait décidé d’aller voir l’église. Un peu déçu il devait bien l’admettre car il s’attendait à un monument plutôt ancien. Les églises et cathédrales étant finalement la mémoire de la ville de part leurs architectures. Cependant à Galway, le monument ne semblât pas avoir été épargné par « l’OPA » qui avait eu lieu récemment.

Même le cimetière adjacent à l’église n’avait pas été épargné. Le professeur décida d’aller y jeter un coup d’œil et franchit le petit portique qui délimitait le lieu. C’est à ce moment la qu’il aperçut une jeune fille, assise sur le sol sur une tombe plus précisément.

Cette vision fut comme un déclic pour le professeur, qui réveilla la mémoire du professeur, lui rappelant le véritable motif de sa présence en ses lieux. Il s’approcha de l’adolescente s’aidant de sa canne, plus par reflexes que par utilité.

« Je compatis à votre douleur mademoiselle, moi aussi j’ai perdu des être qui me sont chère bien trop tôt. »

Son ton de voix était doux, rassurant, mais on pouvait percevoir une pointe de tristesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Le cimetière   Lun 9 Avr 2012 - 13:59

Winnifred était perdue dans ses pensées, dialoguant mentalement avec son papa. Bien sur, elle était obligée de faire elle-même les questions et les réponses, c’était l’inconvénient de discuter avec les morts, mais d’un autre côté ils n’étaient jamais contrariants et se montraient toujours d’accord avec vous.

L’esprit voguant au milieu de nulle part, elle n’avait pas entendu que quelqu’un s’approchait, c’est pourquoi lorsqu’une voix s’éleva derrière elle son cœur fit un bond dans sa poitrine et se mit à battre à 2000 à l’heure, la tirant brusquement de ses songes.
L’adolescente, revenue à la réalité en sursaut fixa l’étranger avec de grands yeux apeurés, une main sur la poitrine, le temps de réaliser que non, il ne s’agissait pas d’un cadavre revenu d’outre-tombe pour participer à la conversation mais simplement d’un visiteur tout à fait vivant – à défaut d’être humain, on ne savait jamais dans cette ville – comme elle.


La vache, faites plus jamais ça, j’ai failli faire une crise cardiaque, j’ai cru que j’étais en train de me faire attaquer par un zombie !

Le temps pour son cœur de revenir à un rythme normal, puis elle reprit :
Compatissez pas avec moi, ça va faire 12 ans cette année que mon père est mort, j’ai vécu plus des deux tiers de ma vie sans lui, alors j’ai appris à faire avec, ou plutôt sans…

Elle s’intéressa de plus près à son interlocuteur : plus tout jeune, avec une dégaine hautement vintage… S’ils n’avaient pas été en plein jour, elle aurait parié qu’il s’agissait d’un vampire.
En même temps dans cette ville les deuils sont plutôt légion pour les habitants, vous venez aussi rendre visite à votre macchabé ? demanda-t-elle sur le ton de la plaisanterie. La mort n’était pas un sujet sur lequel il était facile de plaisanter, mais depuis son plus jeune âge elle avait réalisé que la mort était étroitement liée à la vie et qu’elle en faisait partie, aussi elle avait apprit à dédramatiser la chose. Elle passerait bien l’arme à gauche un jour, de toute façon…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le cimetière   Lun 9 Avr 2012 - 22:56

La jeune fille sursauta au moment ou James commença à parler. Le professeur avait du troubler un intense moment de réflexion.

Il mit cependant quelques secondes avant de réagir, lorsqu’elle le traita de zombi. Lui un zombi ? L’espace d’un instant il s’imagina errer les deux bras perpendiculaire à son corps à la recherche du moindre être vivant pourvu d’un cerveau… Une vision de sa personne qui le fit sourire, l’espace d’un instant. Décidément les jeunes d’aujourd’hui avaient une imagination des plus débordantes.

La suite de la conversation lui permis d’estimer l’âge de la jeune fille. Douze ans, deux tiers de son âges… Elle avait donc approximativement dix-huit ans.

« Alors vous avez plus de chances que moi jeune fille. Moi mes parents sont morts il y a bien des années, et cette perte me hante encore aujourd’hui. »

Mais le professeur n’était pas d’humeur à rester sur un sujet si grave et si triste. Il marqua une petite pose puis regarda la jeune fille droit dans les yeux.

« En fait vous aviez raison je suis un zombi, mais d’une nouvelle génération, plus évoluée, malheureusement j’ai toujours besoin de cerveau, alors d’habitude je cherche des macchabés tous frais, mais aujourd’hui j’ai de la chance, je suis tombé sur une jeune et imprudente demoiselle… »

Il poussa un semi cri de zombi, du moins ce qu’il jugeait s’en approcher le plus, il devait bien l’avouer James n’était pas vraiment un expert de cette espèce. Malgré tout le professeur était assez fièr de sa première tentative en tant que zombi et affichait un petit sourire en coin.

« Les deuils sont plutôt légion ? En quoi une petite ville irlandaise si paisible aurait-elle un taux de mortalité plus élevé que les autres ? »

Il disait cela en s’essuyant un petit filet de bave qui avait décidé de se rebeller et de s’échapper de sa bouche lors de son « cri de zombi ».


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Le cimetière   Lun 9 Avr 2012 - 23:44

La jeune fille regarda d’un air interloqué le monsieur d’un âge respectable lui livrer une bien piètre imitation du mort-vivant.
*Gosh, il doit y avoir qu’un seul clampin qui se ballade sous acide dans les cimetières de Grande-Bretagne le jour, et il est pour moi !*


Si j’étais vous je ne me mangerais pas, ça serait vraiment dangereux pour votre cholestérol ! railla-t-elle en référence à une planche d’une de ses bandes dessinées préférées, Garfield.
Alors que le chat rayé orange se moquait d’un chien signalé comme méchant se montrant plutôt passif, il lui demanda pourquoi il ne cherchait pas à le manger. Le chien lui répondit « Parce que je dois surveiller mon cholestérol », et le chat de sortir au lecteur, l’air médusé « Ce chien est VRAIMENT très méchant ».

La réponse de l’apprenti zombie lui fit rapidement quitter ses images de chat grassouillet pour revenir à la triste réalité des choses : allait-elle encore devoir se farcir un nouvel arrivant totalement inculte et lui faire toute son éducation ?


Pourquoi Galway a-t-elle un taux de mortalité plus élevé que la moyenne ? C’est assez simple, parce qu’elle regroupe la plus forte concentration de prédateurs de l’espèce humaine au monde pardi, on ne vous a pas renseigné sur ce sujet à l’office du tourisme ? C’est pas très gentil ça, je comprends qu’ils n’aient pas envie de rogner leur chiffre d’affaire mais c’est typiquement à cause de ça que beaucoup de touristes ne rentrent jamais chez eux, ils se retrouvent ici avant la fin de leur séjour, fit-elle en désignant l’ensemble du cimetière d’un vaste geste de la main. Malgré l’implantation récente du cimetière dans cette zone, il y avait un certain nombre de sépultures fraiches.

Mais au moins, on a l'avantage d'être très réputés pour nos zombies! Le bruit court que Danny Boyle s'est inspiré de Galway pour le film "28 jour" et "28 semaines plus tard", vous ne saviez pas?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le cimetière   Mar 10 Avr 2012 - 18:29

Le professeur ne put s’empêcher de sourire quand à l’allusion sur le cholestérol. Certes l’adolescente était bien portante, mais de là à s’inquiéter à son cholestérol à cet âge. Finalement c’était plus un problème le concernant lui. Mais avant que le professeur ne parte dans une explication détaillée et relativement ennuyante de ces triglycérides et de leurs rôles, la jeune femme aborda un sujet bien plus intéressant.

Les yeux du professeur brillèrent lorsqu’il entendit le terme de « prédateur » sortir de la bouche de la jeune fille. Voilà qui devenait franchement intéressant. Depuis son arrivé, James s’était comporté comme un simple touriste, mais son but premier était de déterminer si les informations qu’on lui avait données étaient vraies, il en voulait la preuve.

Le professeur serra le pommeau de sa canne, attendant avec une certaine impatience la suite du discours de l’adolescente, allait-elle lui parler de ce qui paraissait comme une pure fiction quelques semaines auparavant. Et à ce moment là, la jeune fille parla de nouveau de zombi…

« Sache que seul le premier des deux film a été réalisé par Dany Boyle, la suite, 28 semaines plus tard a été réalisé par Juan Carlos Fresnadillo, qui a d’ailleurs relevé le défis avec brio. »

Il avait dis ça l’air contrarié, l’impression de s’être fait avoir par son enthousiasme, et d’être tombé dans le panneau que lui avait tendu la jeune fille. S’être fait avoir par une adolescente de 18 ans aussi facilement.

« Oui enfin ce n’est pas comme si tous les films d’horreurs s’inspiraient de la population de Galway, je me vois mal vivre entouré de Loup-garou, fantômes ou autres vampires… »

James critiquait allègrement tous les films fantastiques, mais il les avait tous vu… Oui faîtes ce que je dis, pas ce que je fais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Le cimetière   Mar 10 Avr 2012 - 21:40

Winnifred gratifia l’inconnu d’un regard éberlué.
*Wah la vache, je suis tombée sur Mr. Wikipédia !*


Toutes mes excuses pour cette méprise monsieur, répondit l’adolescente sur un ton narquois,
mais j’avoue que je ne pensais pas tomber sur un puriste des films d’horreur, avez votre dégaine vous avez plus une tête à regarder les débats culturels sur les chaînes d’intellos !

En effet, elle l’imaginait mal avec un paquet de pop corn en train de regarder des films de zombie mais après tout, le proverbe disait bien que l’habit ne faisait pas le moine. D’ailleurs, elle ne savait pas trop quoi penser de ce type étrange, elle n’arrivait même pas à déterminer s’il était sérieux ou non en parlant de vampires et loups-garous, mais elle allait vite être fixée.

Ha bah si vous n’aimez pas la compagnie des vampires et des loups-garous vous êtes mal tombé mon bon monsieur, c’est un peu notre spécialité ici ! Bon, pour les fantômes je ne peux pas vous dire, certains disent que ce n’est qu’une légende, d’autres certifient qu’ils existent… Tout ce que j’espère c’est que vous n’êtes pas venu pour voir des zombies, parce qu’on en a pas, c’est à peu près le seul monstre qu’on a pas en stock ici !

A vouloir se la jouer encyclopédie, elle verrait bien lequel des deux avait une meilleure connaissance de la faune locale, mais elle n’avait pas peur, cela faisait 17 ans qu’elle revoyait sa copie tous les jours !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le cimetière   Jeu 12 Avr 2012 - 22:54

Le professeur pressentit le changement de ton de la jeune fille, mais il n’en tenait pas réellement compte. Ce n’était pas la première fois qu’un adolescent prenait ce genre de ton avec lui. Enseigner dans les grandes écoles avait d’ailleurs était un soulagement pour James, il n’avait plus à gérer ce genre de gamines qui ne connaissaient quasiment aucune règle de savoir vivre… Exaspérant.

« Comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences jeune filles, vous avez également plus l’air d’une adolescente rebelle à errer dans les cimetière dans le but de recopier diverses signe satanique pour faire apparaître je ne sais quel cornu… Et pourtant cela ne semble pas être le cas je me trompe ? »

Il la regarda avec un petit air qui disait « un partout jeune fille », mais s’abstint d’enfoncer le clou, de toute façon l’adolescente ne lui en laissa pas le temps. Ce qu’elle venait d’affirmer lui coupa le souffle. Lycan ! Elle venait de parler de Lycan !
Etait-ce encore une blague ? Jouaient-ils encore le jeu de tout à l’heure ? En avait-elle vraiment déjà vu ? Ce monstre noir qui hante ses pensées depuis des années, avait-il enfin déterminé son origine ? Pourtant tous cela semblait si irréel.

Il sera si fort la poignée de canne, que le cuir de ses gants émit un petit bruit. Il tenta cependant de garder son calme, ne voulant pas se précipiter. D’abord il devait s’assurer des dires de la jeune fille.

« Je suppose que tu vas me parler de Wolf avec Jack Nicholson… Pourtant je croyais que le film avait été tourné en Angleterre. Certaines scènes ont été jouées ici ? »

Le professeur contenait son émotion, mais son regard était devenu plus intense, plus noir. Car suivant ce que cette adolescente répondait, il aurait peut être une nouvelle piste pour la mort de ses parents… La première piste sérieuse…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Le cimetière   Ven 13 Avr 2012 - 23:14

La remarque du dandy vexa passablement la jeune fille. Non mais qu’est ce que c’était que ce cliché à deux balles ? C’était à cause de son look, de ses cheveux ? Parce que porter un baggy vaguement gothisant faisait automatiquement d’elle une sataniste ? Est-ce qu’elle lui avait dit à lui que ses fringues ressemblaient à celle d’un accordéoniste de guinguette à la retraite ?

Winnifred se ravisa, n’ayant pas envie de se lancer à toute vitesse et tête baissée dans un crêpage de chignon sans intérêt qui profanerait la tombe de son papa, c’est pourquoi elle prit cette déconvenue sur elle, et au prix d’un formidable effort de self-control elle se contenta de répondre :


C’est pas très gentil ce que vous venez de me dire là… Faudrait vous laver la bouche au savon, voire même carrément à la shampouineuse à moquette pour avoir osé me traiter de sataniste devant la dépouille de mon défunt père...

Le type avait l’air assez nerveux, ce qui déconcerta l’adolescente qui pensait qu’en torchant vite fait leur petit accrochage sur la corde sensible « nous sommes sur un lieu de recueillement, un peu de sérieux » cela désamorcerait la situation, mais elle n’avait vraisemblablement pas trouvé la solution miracle, car il semblait encore plus tendu… Elle se redressa un peu, relevant un de ses genoux pour se mettre en position start-in block, en situation de conflit mieux valait ne pas jouer les trainards.

Je ne connais pas le film dont vous me parlez, mais à ma connaissance rien n’a jamais été tourné ici, faut dire que c’est pas évident de coopérer avec la faune locale…
Vous imaginez vous, si votre acteur star se faisait bouffer ou transformer en plein milieu de votre tournage ? Le pauvre metteur en scène finirait complètement exténué et les producteurs au bord de la dépression nerveuse !

Non, ça demanderait trop de soupapes de sécurité, pour le show biz c’est bien plus facile d’aller recréer l’atmosphère gloomy-irish du coin en studio où on peut jouir en quelques mètres carrés à la fois d’une petite ruelle sombre, d’une vieille église et d’un bois mystérieusement giboyeux qui ne contient pas que des bibiches, si vous voyez ce que je veux dire…
fit-elle en un clin d’œil, histoire de jauger la réaction de son interlocuteur. Etait-il au courant de la spécificité de Galway ou non ? Elle ne le savait toujours pas, mais elle comptait bien sur l’emboîtement des différentes conversations pour réussir à le percer à jour…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le cimetière   Dim 15 Avr 2012 - 23:28

Chaque mot raconté par la jeune fille avait l’effet d’une massue pour James. Elle parlait des lycanthropes avec une telle désinvolture qu’il avait du mal à réaliser que la discussion était sérieuse.
Et pourtant, elle semblait franche, James ne décelait pas la moindre ironie dans ses propos bien au contraire. Et en fait, pour être franc James voulait y croire… Aussi incroyable que cela pouvait paraître, l’existence des Lycans était la thèse la plus plausible qu’il ait à ce jour pour expliquer ses cauchemars.

Malgré tout c’était beaucoup pour le professeur, lui qui avait passé sa vie dans le rationnel, le scientifiquement logique, l’anatomiquement probable… Cette discussion n’était pas évidente, entre le coté irréelle et les souvenirs que cela soulevait…
James s’assit à coté de l’adolescente afin de mieux accuser le coup. Il continuait de serrer le pommeau de sa canne de plus en plus fort et mis quelques secondes avant de lui répondre.

« Je me suis toujours demandé si ces légendes étaient vrai, si je n’avais pas perdu la tête… »

Son timbre de voix était devenu plus grave, et après quelques secondes d’égarement il ajouta.

« Tu en as déjà vu ? Je veux dire ils existent vraiment ? Ce ne sont pas des inventions pour agrémenter le folklore de cette ville ? »

Au fond de lui le professeur réalisait qu’il discutait avec une adolescente, qu’en temps normal il n’aurait jamais prit ses propos au sérieux… Mais il avait tellement envi d’y croire que James avait décidé d’y porter un certains crédit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Le cimetière   Lun 16 Avr 2012 - 21:51

Intérieurement, Winnifred exultait. Elle avait réussi à retourner la situation à son avantage, à piquer la curiosité de l’homme au vif et à lui faire tomber les masques.
Ainsi donc il s’agissait d’un petit newbie étranger parti à la chasse au grand méchant loup sans rien y connaître ?
Intéressant, c’était la première fois que la jeune fille était confrontée à ce cas de figure : d’habitude elle avait soit droit au vieux briscard à qui on ne la faisait plus qui se trimballait limite avec un collier en dents de garou, soit à l’inculte total qui ignorait jusqu’à l’existence des créatures de la nuit.

*Alors, on se la joue plus Wikipédia hein, loser !* ironisa-t-elle en son for intérieur avant de se relever afin de pouvoir causer d’égal à égal avec le dandy, enfin toujours avec une trentaine de centimètres en moins, mais c’était quand même moins dérangeant que d’avoir la tête au niveau de son entrejambe.


Vous voulez savoir si ces créatures existent pour de vrai ? He bien… L’adolescente marqua une pause, se mordillant la lèvre inférieure. Elle avait bien envie de se le faire mariner un peu, l’accordéoniste à la retraite, ça lui ferait les pieds, mais une des remontrances favorites de sa mère lui revint instantanément en mémoire « Commence par finir ce que tu commences ! »

Elle avait commencé à lui répondre, ça n’aurait donc pas été correct de s’arrêter en plein milieu, surtout devant la sépulture de son papa qui aurait forcément été d’accord avec sa matrone, quand il s’agissait de jouer les moralisateurs ces deux là étaient bizarrement toujours sur la même longueur d’onde.


… Je vais devoir répondre oui et non.
Les loups-garous ne sont pas des inventions, ils existent bel et bien et font même partie intégrante du folklore de cette ville, Galway est en quelques sortes la capitale des dents-longues et ce depuis le Moyen-âge, mais ce ne sont pas les seuls, on a aussi droit aux vampires pour compléter le tableau…


L’adolescente marqua une courte pause et en profita pour épousseter son pantalon qui était maculé de terre et de brins d'herbe avant de reprendre :
Et quant à savoir si j’en ai déjà vu, je vais encore une fois devoir répondre oui et… Non. J’ai déjà vu des lycans sous forme humaine, ça oui, mais jamais sous forme lupine sinon… Je ne serais plus là pour le dire, je pense.

Elle montra la tombe de son père du bras, tandis qu’une lueur de tristesse passait dans son regard. Mais vous pouvez lui demander, à lui, il en a croisé un une fois un soir de pleine lune ! D’ailleurs c’est la dernière chose qu’il a vu avant de finir en steak tartare…

La peine s’était transformée en rage dans le regard de l’adolescente, qui ne comprenait toujours pas comment une telle chose avait pu arriver. Une mort aussi absurde, commise par un monstre sans âme qui n’en garderait probablement aucun souvenir et qui pourtant avait réussi à détruire une famille ce soir-là en restant impuni...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le cimetière   Jeu 19 Avr 2012 - 1:08

Comme l’espérait/le craignait le professeur, la discussion était maintenant relativement sérieuse. Plus d’humour ou de référence à de quelconques films d’horreur. La jeune fille parlait de son expérience, son vécu.
Malgré tout James eu un doute. Oui alors qu’elle commençait à parler des vampires, l’espace d’un instant le professeur se remémora qu’il était en face d’une adolescente habillée dans un style vestimentaire que précédemment il avait catalogué comme gothique, et que donc son affinité avec les « créatures de la nuit » était à prendre avec une certaine prudence. Pourtant James avait envi d’y croire. Quelque chose dans les paroles, dans l’intonation de sa voie montrait une certaine franchise… Un je ne sais quoi qu’il expliqua avec les dernières paroles de la jeune fille.

« … Ton père… C’est un des leurs qui a fait ça ?... »

La similitude avec ce qui lui était arrivé fut plus forte que tout les doutes qu’il éprouvait sur les paroles de Winnifred. Il en était intimement convaincue, James partageait le même sort que cette adolescente. Elle ne pouvait pas mentir, la rage qu’il percevait dans son timbre de voix était réelle, sincère. C’était simple, il avait l’impression de s’entendre. Un funeste écho qui déclencha chez lui l'envie de la croire, une envie de partager sa douleur.

« … La seule chose que je me souviens de leurs mort, c’est un monstre un énorme loup noir en train de s’acharner sur leurs corps… Je me suis juré de trouver ce mal et de l’éradiquer… »

Sa voix tremblait, trahissant une émotion trop forte pour qu’il puisse convenablement la gérer. Il regarda l’adolescente dans les yeux, tentant de se ressaisir.

« Je me prénomme James, et il semblerait que nous ayons plus de choses en commun que je ne le pensais. »

Se présenter était un très bon moyen pour se ressaisir, le professeur n’aimait pas trop se montrer. Sa voix était redevenue plus calme, posée.

« Il semblerait que tu connaisses pas mal de chose sur ces bêtes, contrairement à moi. Pourrais-tu m’instruire ? Je veux tous savoir sur elles, leurs façons d’être leurs préférences… Comment les tuer… »

Avec ses dernières paroles son ton de voix était devenu glacial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Le cimetière   Jeu 19 Avr 2012 - 22:19

Winnifred écoutait les paroles de l’homme les sourcils froncés, comme si elle avait du mal à comprendre ce qu’il disait.

Vous êtes en train de me dire qu’un lycan a tué vos parents ? Vous êtes sur qu’il ne s’agit pas d’un chien sauvage, parce qu’un loup-garou ce n’est pas vraiment un loup, c’est une sorte de mélange entre l’homme et l’animal, une créature hybride qui contient le pire des deux espèces… Il vous a mordu lors de cette attaque ? demanda l’adolescente d’un air méfiant.

Les créatures de la nuit étaient pour elle une science exacte et elle ne croyait guère aux contes folkloriques et aux histoires de grand-mère : combien de crimes les hommes avaient-ils imputés aux lycans et aux vampires pour dédouaner leur propre responsabilité ?

Charger un monstre d’un crime qu’il n’avait pas commis n’était pas franchement un outrage, car le monstre en question avait certainement tué d’autres personnes, mais s’acharner sur un bouc émissaire au lieu du vrai meurtrier retirait le droit à la justice de la victime, et reniait un peu plus les droits des autres victimes des monstres, qui elles pâtissaient de cette image chimérique que le monde extérieur pouvait leur donner. Le grand méchant loup avait souvent bon dos et transformait aux yeux du monde des crimes en contes de fée.


Ce qu’il faut savoir c’est que ces bêtes comme vous dites ne le sont que rarement, la plupart du temps ce sont des humains presque comme vous et moi qui portent leur mal tapi à l’intérieur, certains sans même en avoir conscience, et c’est la pleine lune qui fait sortir le lycan en eux et les métamorphose en monstres assoiffés de sang, c’est ça qui rend la traque difficile : s’il suffisait d’organiser une grande chasse au monstre en tirant à vue ça serait facile, le problème c’est que 30 jours et 29 nuits par mois, les monstres retrouvent un visage d’innocent…

Seriez-vous prêts à tuer une innocente petite fille de 10 ans aux yeux bleus et aux couettes blondes, sortant de l’école le cartable sur le dos si vous saviez qu’une fois pas mois elle se transformait en bête ?


L’adolescente scrutait attentivement les réactions de l’homme, histoire de voir ce qu’il avait dans le ventre. N’affronte pas la dure réalité des choses qui veut : pour vaincre ces monstres, il fallait être prêt à en devenir un soi-même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le cimetière   Lun 7 Mai 2012 - 21:48

Les rôles s’inversaient. Le professeur, un homme qui au fils des années avait accumulé bon nombre de connaissances. Intelligent faisant toujours la part des choses, ne validant une hypothèse qu’avec la preuve que celle ci est fondée. Face à lui il avait une adolescente habillée de noir, mèche rose, en plein milieu d’un cimetière. Et pourtant, les rôles semblaient inversés. James avait perdu toute sa prudence tous sont calme qui le caractérisait habituellement.
La simple idée d’accorder de l’importance aux paroles d’une jeune fille parfaitement inconnue, rencontrée dans un cimetière, parlant de l’existence de créatures fantastiques comme les lycanthropes aurait été risible pour James peu de temps auparavant. Mais aussi invraisemblable que cela puisse paraître, cela semblait logique, voir même plausible. Des années que le professeur tentait d’expliquer pourquoi il avait vu cette bête ce jour là, il avait même finit par mettre en doute ses propres souvenirs. Mais plus aujourd’hui, non il en était maintenant persuadé, cette bête qui avait déchiquetais ses parents existait bien, et il y avait de forte chance qu’elle ait trouvé refuge dans cette ville.

L’adolescente elle se montrait plus prudente depuis sa révélation, voilà qu’elle lui posait des questions, plus inquiète que compatissante à ses dernières paroles. Il écouta avec une certaine attention les paroles de la gothique. Une fois terminé, calmement, posément, mais avec un ton de voix glacial et un regard noir, dénué du moindre sentiment.

« Une bête noire, arrivant à se dresser sur ses pates arrières sans grande difficulté Elle était doté d’une faculté d’appréhension et de raisonnement hors du comment, associé à une sorte de sadisme jamais vu dans le monde animal. Elle a tué pour le simple plaisir de donner la mort. »

Oui pas de doute, si les lycanthropes existaient vraiment alors cette créature en était une.

« Et en quoi le fait que la majorité du temps l’apparence de cette créature soit humaine la dispenserait de payer pour ses méfaits ? Combien d’humains ont réalisé bon nombre d’atrocité ? Leurs apparences suffiraient-elles pour leurs pardonner ? Sachez mademoiselle qu’il y à bien longtemps que je ne crois plus aux « visages d’innocents »… »

Il jouait avec le pommeau de sa canne un peu comme s’i s’agissait d’un objet anti-stress. Il revint sur un détail de la conversation.

« Me mordre ? Non le feu a fait fuir cette bête avant qu’elle ne m’attaque. Pourquoi une telle question ? En quoi cela a de l’importance ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Le cimetière   Mar 8 Mai 2012 - 20:29

Winnie avait écouté les paroles de l’inconnu avec attention, se fiant autant à son discours qu’aux expressions de son visage, et vue la mine renfrognée de six pieds de long qu’il tirait, il en avait visiblement gros sur la patate.

En même temps je ne sais pas trop à quoi vous vous attendiez, un lycan c’est une sorte d’hybride entre l’homme et le loup.
Vous obtenez donc une créature poilue qui peut aussi bien être bipède que quadrupède avec la puissance et l’instinct de chasseur du loup doublé de l’intelligence et de la connerie humaine, voyez un peu le tableau quoi…


L’adolescente toisa l’homme de pied en cap, essayant de le jauger du regard. Qu’avait-il dans le ventre ? Sous ses airs de dandy bien propre sur lui aurait-il les tripes de mettre les mains dedans, ou bien s’agissait-il d’un énième insurgé qui partirait en pleurant sa mère devant son premier monstre ?

Vous voulez savoir en quoi la morsure de cette bête a de l’importance ? Je vais vous raconter une histoire…
Quand papa loup rencontre maman loup, ils s’aiment très fort, font un câlin et le papa plante une petite graine dans le ventre de la maman… Enfin, ça c’est la version pour les enfants, en vrai il arrive souvent que papa loup bouffe maman loup avant la fin, donc ils ont trouvé une autre technique pour se reproduire : la morsure !
C’est par ce biais que des humains tout ce qu’il y a de plus normaux se retrouvent contaminés, par la salive, donc si ce monstre vous avait mordu vous seriez l’un des leurs, de même que si mon père ou le vôtre avait survécu à l’attaque ils feraient partie de leur meute dorénavant…

Vous auriez pu le tuer si ça avait été le cas, votre père ?


Une autre question intéressante qu’elle posait à l’inconnu autant qu’elle se la posait à elle-même : elle s’était souvent demandé ce qu’il serait advenu de son père s’il avait survécu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le cimetière   Mer 9 Mai 2012 - 19:54

Le professeur hésita à interrompre la jeune femme alors qu’elle se moquait de lui suite à son manque de connaissance au sujet de ces créatures. Cependant il se ravisa. Si cela était vrai, si les lycanthropes existaient vraiment, trouver le meurtrier de ses parents n’allait pas être simple à appréhender. Et face à ce déséquilibre de force, sa seule chance résidait dans le savoir. James se devait donc d’emmagasiner un maximum de connaissance sur ces fameuses créatures.
Les seules fois ou il en avait entendu parler c’était dans des films de fictions dont la qualité était assez discutable. Difficile de différencier le vrai du faux. Donc si cette jeune femme avait vraiment croisé ces créatures les renseignements qu’elle pouvait apporter seraient précieux.
Il se garda dont de remettre l’adolescente en place. D’autant plus que ce petit moment d’agacement était de courte durée. La jeune fille aussi agaçante soit-elle posait des questions très pertinentes.
C’est d’ailleurs ce genre de réactions qui donnait du crédit à ses propos. Une simple adolescente vouant un culte à je ne sais qu’elle fantaisie n’aurait pas la présence d’esprit de poser ou se poser ce genre de questions.

« Si le monstre que je cherche n’avait pas tué mon père, je ne sais pas si j’aurais une telle aversion envers ses créatures. Je pense que le vécu fait de nous ce que nous sommes. Si nos parents étaient encore en vie, j’aurais plutôt concentré mon énergie pour les soigner de ce mal, mon désir de vengeance n’aurait pas été aussi ardent. »

Ce petit moment de réflexion avait remis les idées en place au professeur et de nouveau il contrôlait la situation, enfin ses sentiments plus précisément.

« Et vous mademoiselle, avez vous aussi développé une aversion envers ces créatures ou êtes vous plutôt décidé a suivre la voix du pardon ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Le cimetière   Ven 11 Mai 2012 - 17:46

Le vieux apporta une réponse tout à fait censée mais qui soulevait pour l’adolescente d’autres interrogations.
Et en quoi le fait que vos parents n’aient pas survécu vous empêche de chercher un remède contre cette malédiction ? Ça ne serait pas plus positif comme démarche de tenter de résoudre un problème plutôt que de l’éradiquer carrément ? Parce que là vouloir la mort de tous les lycans ça fait un peu… Comment dire… Finalement c’est peut-être un truc de moustachus de vouloir éliminer les races impures de la surface de la planète ? railla-t-elle pour le provoquer.

Elle n’avait jamais envisagé la possibilité de pouvoir « guérir » la lycanthropie, sans doute parce qu’on lui avait toujours fait comprendre plus ou moins implicitement qu’il s’agissait d’un mal incurable au même titre que le vampirisme. Qu’aurait-elle pu y faire de toute façon, du haut de son bac-1 ? Il aurait fallu monopoliser des moyens importants genre grands labos pharmaceutiques, tout son savoir à elle se limitait à la confection de bombes défensives au poivre argenté…


Moi ? Je ne pardonne rien à personne, mais je suis quand même moins radicale que vous. Je pense qu’il faudrait faire en sorte d’éliminer les fous furieux genre « bête sanguinaire » qui dégomment tout sur leur passage et aider les autres à prendre des mesures pour les rendre inoffensifs les nuits de pleine lune…

Après tout la plupart des lycans sont des humains qui ont été contaminés sans rien demander à personne, les zigouiller gratuitement ça serait un peu glauque, comme si on tentait d’éradiquer le sida en butant tous les séropositifs au diagnostic…

Au final je me verrais plutôt comme quelqu’un de pragmatique, il faut éliminer les meurtriers sans céder à la violence systématique, parce que la violence engendre la violence, et comme par hasard ce sont jamais les humains qui gagnent, et ce depuis le moyen-âge !
fit-elle en référence à l'histoire de la ville qui était ponctuée de massacres successifs, initiés tantôt par les vampires tantôt par les lycans, et où les humains avaient toujours été le dindon de la farce... Le pompon avait quand même été le siège du Zombillenium, où les humains avaient décidé d'en faire baver à tous les habitants toutes races confondues... Finalement humain ou pas, il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le cimetière   Dim 13 Mai 2012 - 22:21

Depuis le début de la conversation, la jeune fille semblait poser beaucoup de questions au professeur. Il réalisa que dans un sens l’adolescente était en train de dresser son profil psychologique. Choqué par ces révélations, le professeur était bien plus loquace que d’habitude. Il devait donc se ressaisir, et faire attention à ce qu’il disait. La jeune fille détenait de nombreuses informations sur un sujet qui lui était complètement inconnu, il se devait donc d’apparaître comme une personne de confiance à ses yeux.

« Effectivement vous semblez moins radicale que moi dans vos propos. Mais étiez-vous tout le temps comme ça, ou est-ce parce que vous avez croisé certaines de ces créatures, et qu’ils vous ont fait changer d’avis ? »

Il observa la jeune fille souriant.

« Je viens de comprendre ce qui est arrivé à mes parents, il est donc normal que je ne ressente aucune empathie envers les créatures qui sont responsables de leur morts. Il semblerait que tu ais rencontré certains d’entre eux, il est logique que tu sois moins tranchante dans tes arguments que je le suis actuellement. Je réagirais sans doute différemment après en avoir rencontré. »

Il y avait peu de chance que ce soit le cas, cependant le professeur voulait aller dans le sens de l’adolescente, il avait besoin d’information, d’un maximum d’information sur ces créatures. Ainsi il pourrait s’en occuper, éliminer ces monstres.
Les lycanthropes étaient des mythes, des créatures de fictions, des monstres de film de série Z, et le professeur allait tout mettre en œuvre pour que cela reste ainsi. Il ferait tout son possible pour que ces créatures restent là ou elles ont toujours été, dans les films et les livres.

« Cependant vu les dégâts qu’elles font, j’ai l’impression que ces créatures sont bien trop dangereuses pour moi. S’il y en a vraiment autant dans cette ville je suppose qu’il y a des moyens d’éviter de finir comme nos parents ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Le cimetière   Lun 14 Mai 2012 - 21:49

La question de James était pertinente mais Winnie n’eût pas besoin de trop réfléchir à sa réponse. Élevée comme elle l’avait été, au beau milieu d’une communauté de « werewolf haters », elle n’avait pas eu l’occasion d’en croiser souvent.

Parce que vous pensez que ma maman me laissait partager mon goûter dans le bac à sable avec d’autres petits lycans quand j’étais petite ? railla l’adolescente, qui avait du attendre de travailler au Zombillenium avant de croiser son premier garou.
Non, je n’en ai jamais vraiment croisé, ou alors le plus souvent sans savoir ce qu’ils étaient, et le seul spécimen auquel j’ai été directement confrontée m’a fait subir des choses tellement affreuses qu’il ne mériterait que sa tête au bout d’une pique…

L’adolescente faisait référence au lycan Emil Wolf, qui avait tué son chien et l’avait envoyé tellement de fois à l’hôpital qu’elle avait gagné une opération gratuite au bout de 12 achetées.

Disons que j’ai eu l’occasion de travailler avec des gens qui avaient une vision différente : je ne sais pas si vous le savez, mais il y avait dans cette ville un parc d’attraction, le Zombillenium… Aux yeux du monde extérieur c’était un parc comme les autres mais en fait il avait pour « mission » de reconnecter les créatures marginales avec la vie en société, et bon, même s’il y avait quelques couacs ça marchait plutôt pas mal, enfin, avant que ça brûle…
Mais c’était toujours vachement plus efficace que la petite guerilla que menait ma famille, à buter tous les lycans au compte-goutte, c’est ce qui m’a donné à réfléchir.


Elle marqua une pause, et alla fouiller dans son sac pour en sortir une canette de Red Bull qu’elle ouvrit avant de la porter à sa bouche – causer, ça donne soif.

En tout cas vous avez raison sur un point : nous autre les humains, on est pas équipés pour faire face à des lycans métamorphosés. Sous forme humaine on peut toujours s’en sortir, mais en loup on est juste bons à se faire réduire en pâtée. Une bonne méthode pour évider ça c’est de ne pas sortir les nuits de pleine lune, par exemple, hein papa ? fit-elle en tournant la tête vers la tombe de son paternel. Dire que ce si cet imbécile n’avait pas fait le fanfaron et était resté tranquillement dans ses pantoufles ce soir là…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Le cimetière   Mer 16 Mai 2012 - 15:14

En écoutant les paroles de l’adolescente, James se prépara à lui répondre par un ong monologue sur les bienfaits de l’expérience, du vécu et que chaque personne était unique car influencé par ses rencontres. Un long discours dont seul les professeurs avait le secret, et qui avait la particularité d’être soporifique et ceux quelque soit le sujet de conversation abordé.
Il n’eut cependant pas le temps de ce lancer que déjà l’adolescente lui parla d’un autre sujet qui lui fit perdre le fils de ses idées. Un parc pour ce genre de créatures, pour les insérer ? L’idée semblait farfelue, mais si une telle structure avait été mis en place, c’était sans doute pour ça que certains de ses amis, à Londres avait eu vent de leurs existence.
Mais pourquoi faire un tel parc ? Etait-ce vraiment pour les insérer ou plutôt pour les forcer à se rendre dans un même endroit pour mieux pouvoir les contrôler ?
En tous cas, si le parc avait bien remplis son rôle, il y avait de forte chance que le tueur de ses parents soit dans cette ville… Le professeur n’avait jamais été aussi rpoche de sa vengeance.

En tous cas la jeune fille semblait s’y connaître, que ce soit sur les lycanthropes ou encore sur le passé de cette ville. James exultait, cette adolescente allait lui être d’une grande utilité.

Mais le lieu n’était pas le plus approprié pour continuer de l’interroger. La jeune fille restera sur la défensive vis à vis de ses interrogations assise à quelques mètres de la tombe de son père. Par contre s’ils étaient ailleurs…

« Je m’aperçois que je ne suis pas près à me balader dans cette ville seul, heureusement que je t’ai croisé, sinon je n’aurais pas fait une soirée dans les rues de Galway sans problème ! Mais je ne pense pas que le lieu soit le plus indiqué pour continuer de discuter tranquillement. Connais-tu un lieu ou nous pourrons nous poser tranquillement ? Un salon de thé par exemple ?"

James était très thé, sans doute ses années passées à Londres. De plus il savait que l’adolescente y trouverait son bonheur. Aucune jeune fille ne pouvait résister aux pâtisseries proposées dans ce genre de salon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Le cimetière   Ven 18 Mai 2012 - 12:17

Le vieux décida d’un coup de changer de lieu et d’aller boire un coup –version vieux, c'est-à-dire avec une infusion, peut-être une petite tilleul-camomille pour ne pas trop l’énerver avant d’aller dormir ?

Peut-être qu’il se sentait mal à l’aise dans ce cimetière, peut-être qu’il essayait de la draguer en l’emmenant boire un coup, elle n’en savait rien mais elle s’en fichait, elle n’avait rien de spécial à faire de son après-midi, et la possibilité de réussir à se faire inviter à goûter lui parut une excellente option pour meubler sa fin de journée.


Salon de thé ? Ma foi c’est pas trop le genre de la maison, ici c’est plutôt pubs d’alcooliques et bar à vampires… Mais je connais un excellent petit pâtissier qui fait des mignardises à se damner, et je suis prête à parier qu’il sert aussi du thé, même si je ne me suis jamais posé la question, les feuilles qui trempent dans de l’eau c’est pas trop mon truc en fait… fit l’adolescente en désignant sa canette de boisson énergétique d’un signe de tête.

En tout cas c’est le seul lieu neutre de la ville que je connaisse, avant ma maman tenait un pub réservé aux humains, le Blind Piper, mais il a été détruit quand la ville a été assiégée et après ils ont construit des attractions dessus donc… On fait avec ce qu’on a !

La jeune fille se retourna afin d’aller s’agenouiller à nouveau sur la tombe de son père et déposa une bise sur la pierre tombale de ce dernier.

Bye daddy, on se revoit bientôt, et promis j’oublierai pas les fleurs ! Se relevant, elle s’adressa au professeur : Vous me suivez ? C’est à dix bonnes minutes de marche, mais ça les vaut largement !

Elle ouvrit ensuite le chemin jusqu’à la boutique des douceurs de Iesult.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gordon
Humain
avatar

Messages : 322
MessageSujet: Re: Le cimetière   Sam 5 Jan 2013 - 16:12

Gordon était posté à l'entrée du domaine où était située l'Eglise Saint Loup de Troyes, un léger sourire aux lèvres, et un petit carnet de cuir qu'il tenait ouvert dans sa main. Le soir tombait, les lieux étaient déserts, et il semblait que la raison de la présence de notre ami ici, était tout sauf religieuse. Si la lueur d'avidité qui brillait dans son regard était suspecte, la tenue qu'il portait ne laissait planer aucun doute. Il arborait des rangers militaires noire, un treillis couleur olive, ainsi qu'un haut noir sous une veste en tissu imperméable, sans manche, couleur olive également et munie de nombreuses poches étanches qui lui servaient à ranger ses petits indispensables (boussoles, fusées éclairantes ou de détresse, lampe torche, etc.). L'une d'elle servait d'ailleurs de support à un gros couteau de chasse qu'il portait manche tourné vers le sol, afin de faciliter son dégainement. Ce dernier bien loin d'être indispensable avait le mérite de lui faire éviter toute utilisation inutile de son pouvoir et par la même lui permettait de s'économiser.

Non, l'aspect de Gordon inspirait tout sauf la piété. Tout avait commencé par un coup de fil à l'un de ses contacts en France. Depuis la clôture de ses principaux comptes en banque par Interpol, notre ami s'était mis en tête de renflouer un peu ses finances en se faisant rembourser quelques vieilles dettes contractées par certains vieux "amis" au cours de ses aventures.

Le français en question, lui même amateur de chasse au trésor, lui devait de l'aide depuis que leur dernière collaboration s'était terminé par une petite visite au Louvre afin de récupérer un objet précieux qu'il convoitait et qui ne s'était avéré n'être qu'un faux. Le remboursement de la dette se soldait par un service du même genre...

Ayant appris la présence de Gordon à Galway, le français lui compta une histoire susceptible de l'intéresser. Celle des quatre cartes en os de baleine. Des artefacts sculptés par un groupe de quatre amis, gentilshommes de fortunes, pour ne pas dire pirates, d'origine Irlandaise, et surtout, tous quatre natif d'une petite ville nommée Galway. Les quatre cartes, représentant chacune un as de cartes à jouer, révélaient l'emplacement d'un trésor volé à un commerçant britannique revenant de la route des indes. Une histoire teintée de mystère qui ne pouvait que faire vibrer la corde sensible vénale de Gordon.
D'abord sceptique, notre ami s'était décidé à vérifier l'existence de ce trésor lorsqu'il reçut dans sa boite au lettre un gage de la bonne foi du français. Le journal de frêre Thomas, Green de son nom de famille, le prêtre défroqué... Qui termina justement sa carrière a Galway, ayant visiblement eu les moyens de faire croire qu'il avait retrouvé le chemin vers la lumière divine...

C'est donc ce petit journal que Gordon tenait en main, appuyé contre la muraille qui bordait le cimetière, regardant sa montre avec insistance semblant attendre quelque chose.

*... c'est un secret que j'ai su conserver et qui me suivra dans la tombe.
Mais a toi ma chère Orphée, a qui j'adresse ces lignes et en qui j'ai su reconnaitre la soif de voyages et d'aventures qui m'animaient jadis, je lègue l'une des clés qui, je l’espère, t'ouvrira les portes d'une vie plus heureuse et plus honorable que la mienne.

Ormis Dieu qui me jugera, personne ne devra savoir où et à quel nom j'ai fait bâtir ma dernière demeure. Mais s'il te prends l'envie de venir me rendre visite, sache que je t'attendrais toujours là où tout à commencé, sous le regard d'Hesperos et de sainte Odile. Une fois rendu, la croix qui marquera l'emplacement devrait dissiper l'ombre de tes doutes.*


Après quelques recherches, Gordon avait su trouver quelques éléments intéressants. Orphée était un surnom que donnais Green à sa nièce, native de Galway également. Cette dernière était morte jeune, en France. La possibilité qu'elle n'ai jamais pu vérifier les dires de son oncle était donc élevée. Il se pouvait également que quelqu'un d'autre ai retrouvé ce journal avant le français.

Quoi qu'il en soit, le jeu en valait la chandelle, et c'est avec joie qu'il entendit ce qu'il attendait depuis toute à l'heure. L'église venait de sonner les vêpres.
Calmement et en scrutant le sol, il commença a se diriger à travers les tombes jusqu'à arriver à un vieux caveau, fermé par une lourde porte de métal rouillé et verrouillée par un gros cadenas visiblement dans le même état que la porte.

" Frêre Thomas Green je présume ? "

Pour arriver à cette conclusion. Gordon avait suivit le chemin qui lui avait apparu comme le plus logique. Si comme il le pensait, Thomas Green avait choisi de se faire enterrer à Galway, le lieu ou tout avait commencé ne pouvait être que l'église où il avait officié avant et après sa période de piraterie. Les Vêpres étaient le signal qui permettrait à Orphée de trouver l'emplacement de sa tombe, Hespéros étant le nom d'origine de cette office. A partir de la, l'allusion à l'ombre des doutes se référait probablement à l'ombre de l'église, sous le soleil couchant, le jour de la Sainte Odile.
En toute logique, l'ombre de la croix surplombant le bâtiment devait tomber sur la tombe en question. Il était à présent temps de vérifier si les déductions de notre aventurier étaient bonnes.

Après avoir vérifié rapidement que personne ne l'observait, il sortit son couteau et commença à s'attaquer à la serrure du cadenas, espérant briser cette dernière. Ce fut alors que sa lame ripât pour lui entailler profondément tout le dos de la main.

" Putain de merde !!! "

La soif de l'or venait d'infliger sa première punition à Gordon qui porta sa main ensanglantée à ses lèvres. Si sa précipitation l'avait conduit à ne pas faire suffisamment attention à ce qu'il se passait autour de lui, c'était même un deuxième retour de flamme qu'il risquait à présent.

_________________
Gordon Theme



Dernière édition par Gordon le Jeu 10 Jan 2013 - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Le cimetière   Dim 6 Jan 2013 - 21:19

Aillil BlodwynC'était un soir parfaitement tranquille, donc parfait pour Ailill. Elle avait passé la journée à ne rien faire, si ce n'est à faire les cent pas dans son petit appartement et penser à tout ce qu'elle pouvait penser en temps normal. Elle n'avait rien avalé et pour cause, l'arrivée tardive du chèque de son père, alors au lieu de faire les courses avec ses économies, elle avait dû payer son loyer et jeûner. Ne pas manger n'était pas vraiment un problème, le vrai ennui dans le déroulement de sa journée et de sa veille, était qu'à trop rester enfermée, elle se sentait... desséchée. Ailill avait besoin de prendre l'air et elle se décida de sortir quand un vilain sanglot rauque vint étreindre sa gorge.

Elle déambula d'abord près du bord de mer quelques minutes, mais les passants ne décroissaient pas encore assez pour qu'elle se puisse sepermettre un plongeon improvisé. Ca faisait déjà trois jours maintenant et elle sentait de temps en temps des micro spasmes lui envahir les épaules et les genoux. Elle se résigna en relâchant un long soupir bruyant et tourna les talons, elle avait envie de prier. La question était de savoir pour qui. Pour son âme, ou pour celui qui avait tendance à hanter ses jours et ses nuits ? Ailill verrait au moment venu.

Ses cheveux longs dreadés étaient tenus en arrière par un foulard bordeaux ce jour, elle avait enfilé un débardeur noir et une jupe de toile longue qui accentuait ses traits bohémiens, bien qu'Irlandaise de quelques générations déjà -son père disait que c'était une Celtique pure souche. Elle traversait à son allure tranquille les rues commerçantes de Galway avant de finir par se diriger vers le cimetière et l'Eglise St-Loup de Troyes. Ailill aimait cet endroit, elle s'y sentait bien. Si ce n'était pas la sensation de n'être entourée que par des morts, il était probable qu'elle aimait s'y rendre pour espérer un jour se sentir expié de ses pêchés. Sa condition lui incitait de croire, même si ce n'était pas à un Dieu chrétien et catholique, qu'il pouvait peut-être en effet exister un être divin et supérieur, capable de guérir la blessure qui s'était gravé en elle lors des précédentes années de sa vie. En vérité, elle ne savait pas si elle aimait réellement ce qu'elle était.

La jeune Ondine arriva d'un pas léger devant les grilles du cimetière. Son coeur s'était resserré et sa main restait sur un barreau de l'entrée, comme d'un soutien pour sa culpabilité. Puis d'un coup, la lueur dans ses yeux se ralluma. Il y avait quelque chose là-bas, elle en était certaine. Le soleil se couchait et quelqu'un manigançait quelque chose. Elle n'avait pas grand chose pour se défendre et se trouvait affaiblie, mais sa curiosité des fois dangereuses, la menait souvent dans des affaires pas nettes. Elle avait appris à se battre, fort heureusement et son agilité féline lui sortait des fois de ses soucis.

Ailill discerna la silhouette d'un homme et s'avança sur le qui-vive. Se persuadant qu'il ne lui arriverait rien, -surtout que sa tenue n'était pas adapté pour se battre. Elle ne cacha rien de son visage si ce n'est son manteau par son écharpe, et s'arrêta net devant lui lorsque ses yeux eurent captés la présence de la blessure sur le doigt de l'inconnu. Un goût de sang avait déjà empli sa bouche, mais elle avait désormais l'habitude, elle savait qu'il ne fallait pas. Elle se l'était autorisé certainement quelquefois, afin d'assouvir son appétit sexuel, mais son envie de nager prenait le dessus.


« Tu veux un coup de main ! ? »

Au final, se présentait au jeune homme une jeune femme souriante, qui n'avait rien de malveillant sur le visage. Elle aimait son corps humain, elle aimait cette forme si pure, au contact des autres humains normaux dans cet état, elle se sentait normale. Parfaitement normale. Assez pour que personne ne se doute, de ce qu'elle était vraiment, jusqu'à aujourd'hui en tout cas.

* Il a l'air d'être un humain normal... Qu'est-ce qu'il fout là, me dit pas qu'il pille les cadavres ce gars ? *


Elle se tenait prête, décontractée au niveau de son dos et de ses jambes, à s'élancer. Prête à courir s'il le fallait, et à aider si on le lui demandait.


Dernière édition par Ailill Blodwyn le Ven 22 Fév 2013 - 21:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gordon
Humain
avatar

Messages : 322
MessageSujet: Re: Le cimetière   Lun 7 Jan 2013 - 16:18

Tout en léchant le sang de sa coupure, Gordon maugréait contre sa maladresse et sa flemme de ne pas avoir voulu utiliser directement son pouvoir.
La serrure du cadenas était trop rouillée pour s'ouvrir s'il s'était fabriqué une clef adaptée, il ne lui restait donc plus comme solution que d'insérer un os dans l'orifice de ce dernier et à le faire grossir jusqu'à faire éclater le verrou.

Il s'apprêtait déjà à appliquer cette solution quand une voix derrière lui le fit sursauter.

« Vous voulez un coup de main ! ? »

Il se retourna alors pour voir qu'une jeune femme l'observait avec curiosité. Trop pris par son empressement à ouvrir la porte du caveau, il ne l'avait même pas entendu s'approcher.

Que faire ? Avec son couteau de Rambo toujours en main et sa tenue d'aventurier, il pouvait difficilement se faire passer pour un simple usager du cimetière en visite. Il ne pouvait décemment pas la poignarder pour la faire taire. Même si c'était une solution radicale, cela allait à l'encontre de ses principes tant qu'il ne savait de quel bord elle était et ne l'attaquait pas la première. En plus, elle était agréable à regarder, cela aurait été un manque évident de courtoisie... l'assommer puis la ligoter peut être ? C'était une solution. Mais c'était au risque que des curieux viennent ici plus tard, genre des policiers et ne se mettent à suivre les traces qu'il avait probablement laissé ici, surtout après s'être coupé de la sorte. Ne pensant pas être dérangé et croyant que sa présence puis son départ d'ici passerai inaperçue, il n'avait pas pris de quoi effacer son passage.

Avec un léger sourire cynique, il répondit alors à celle qui s'adressait à lui.

" Pas vraiment non... A vrai dire, vous n'étiez pas sensé voir ça.

...

OUPS !"


Se rendant compte qu'il avait toujours son couteau en main, il calcula que ses paroles pouvaient avoir l'aire menaçante. Affichant alors une expression gênée pour dédramatiser la situation, il s'empressa de ranger son arme dans son étui.
Tout souriant il ajouta alors.

"J'imagine que je vais avoir du mal à vous faire croire que je suis venu fleurir une tombe ! Malheureusement je ne peux pas vous laisser partir comme ça tant que j'ai à faire ici..."

Il sembla réfléchir un moment tandis qu'il sortait de ses poches un petit flacon de désinfectant ainsi que de quoi panser sa coupure.

"... Je vous fais une offre. Aidez moi à panser ma main, et je vous laisse partir quand j'aurais fini.

Je ne vous veux aucun mal, je souhaite juste récupérer quelque chose qui devrait se trouver là dedans."

_________________
Gordon Theme

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le cimetière   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le cimetière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Cimetière de Konoha
» [Cimetière] Funéraille d'aurore
» Cimetière
» Le gardien du cimetière appelle la police
» Cimetière de Godric's Hollow
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Eyre Square
 :: Eglise St-Loup de Troyes
-