AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chantier archéologique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Chantier archéologique   Mar 27 Nov 2012 - 18:52

Un panneau d'entrée interdite, des rubalises rouges et blanches et d'autres jaunes avec des inscriptions ; pas de doute, vous venez d'arriver sur une zone de fouilles archéologiques. D'autres choses peuvent vous mettre la puce à l'oreille : le remblais de terre qui grossit à chaque fin de journée, les trous de forme régulière dans le sol, la brouette qu'on oublie toujours de ranger, les piquets qui sortent du sol, uniquement signalés par leur champignon rouge. D'ailleurs faites bien attention où vous mettez les pieds car ces piquets perdent souvent leur chapeau protecteur et les archéologues tirent malicieusement et intentionnellement des fils entre certaines de ces barres de fer fichées dans le sol. Même quand on a l'habitude, on peut se prendre les pieds dedans...
En journée, une dizaine de personnes s'activent sur ce terrain balisé, professionnels encadrant des jeunes bénévoles. Pioches, pelles, binettes pour déblayer les surfaces ; seaux et brouettes pour évacuer la terre. Une fois le gros du travail physique fait, on sort les outils de précision, truelles en tête. On repère les surfaces, les différences de texture, on dégage les contours d'une fosse et doucement on l'excave pour en découvrir les mystères. Tout ça avec des coups réguliers de balayette pour garder la zone propre ; la terre irlandaise, humide, s'accroche systématiquement dans les poils courts et ne veut pas gagner la pelle à laquelle on la réserve. Les seaux sont lourds et se remplissent vite. On fait attention de ne pas emporter dans le remblais un morceau intéressant, fragment d'os ou de pierre taillée. Lorsqu'un squelette fait enfin son apparition, un attroupement se fait autour de la tombe ; souvent les plus expérimentés prennent le relais sous le regard attentif des étudiants. L'archéologue s'arme des outils de torture du chirurgien dentiste et de pincettes pour opérer ce patient particulier. Il dégage délicatement la terre et lorsque l'ensemble du corps est visible, et avant de continuer quoi que ce soit, un relevé précis de l'emplacement de chaque os, de la structure de la fosse et de son contenu est effectué. Le squelette peut ensuite être dégagé entièrement pour être étudié, analysé et mis en conservation par l'anthropologue.


Perdu au beau milieu de la lande galwegiane, le chantier, bien que mesurant une 100aine de m², ne se retrouve que grâce au chemin de terre, vestiges du passage de nombreux véhicules tout ce qu'il y a de plus modernes ; il est tout au bout, délimité arbitrairement autour de deux monuments lithiques (un menhir et un dolmen) près d'un léger escarpement rocheux. Comme si cette petite résurgence au milieu de nulle part avait été le point de ralliement des hommes du paléolithique pour enterrer leurs morts. Furent donc posées là, au hasard d'abord, les limites de la zone de fouilles, terrain désormais débarrassé de son herbe et de ses arbustes bas.
Le local qu'on appelle communément « local des archéologues » est installé à l'entrée du secteur ; tout à la fois vestiaire, cuisine et cantine de l'équipe, il dispose aussi d'une banquette et de la nécessaire trousse de premiers secours. Deux autres bâtiments provisoires ont été posés à l'autre bout : il s'agit du local technique où est rangé, normalement, chaque soir, le matériel de chantier dans son intégralité (pelles, brouettes, pioches, seaux, truelles...) et de la réserve où sont entreposées le plus soigneusement possible les découvertes issues de la fouille. Toute la pièce est remplie d'étagères comportant toutes un petit numéro indiquant le secteur et la couche concernés qui accueillent des planches plus ou moins remplies des vestiges mis au jour à cet endroit. Le désordre ne peut être de mise dans un tel endroit alors que le local technique ressemble à un coffre à jouets d'enfant tant son rangement est laissé au bon vouloir de chacun. Autant dire que tous attendant que le suivant range à sa place, on peut attendre longtemps.

Quand il était question de faire attention où mettre les pieds, cette recommandation faut surtout par rapport aux excavations pratiquées dans le sol. Si les tombes près du menhir ont été recouvertes de quelques planches pour faciliter la circulation des archéologues autour d'elle sans craindre de se tordre une cheville toutes les minutes, la tranchée d'exploration au nord du dolmen peut s'avérer très dangereuse sitôt la nuit tombée. Large de 4 mètres sur 3, elle est également profonde de 3 mètres ; certains endroits ont été creusés directement à la pelle mécanique, d'autres ont été achevés à la force des bras des hommes afin de savoir ce que contenait le sol à cet endroit.

Edition du mois de septembre :
Tamara Brooke a écrit:
Trois nouvelles excavations ont été creusées, dévoilant de trois nouvelles sépultures. D'autres fosses n'ont rien révélé de concluant et ont donc été rebouchées. Changement d'orientation pour deux d'entre elles.

_________________


Dernière édition par Tamara Brooke le Sam 28 Sep 2013 - 11:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: Chantier archéologique   Mer 16 Jan 2013 - 17:28

La journée de travail tirait à sa fin, même si la nuit n'était pas encore prête à se coucher. C'était le froid qui préfigurait les horaires de travail de l'équipe. Tamara n'entendait pas vraiment s'y soumettre et ça Donald ne le comprenait pas. Cependant, l'anthropologue faisait bien attention à partir avant la tombée de la nuit, suivant les recommandations du russe. Elle n'avait pas envie de se retrouver nez à nez avec un lycan transformé. Autant ils pouvaient s'avérer parfaitement courtois, à l'image du médecin, autant elle avait compris qu'il n'était pas bon se frotter à la version animale du spécimen. L'humanité, si tant est que celle-ci se traduise par un comportement raisonné, disparaissait totalement lorsque la bête prenait le dessus. L'instinct prédominait alors, un instinct affamé.

Donc, alors que l'équipe ramassait ses affaires et rangeait pelles et truelles, Tamara restait penchée au dessus de la fosse n°2. Deux corps enlacés y avaient été inhumés et ils lui donnaient du fil à retordre. Armée d'une brosse à dents à poils tendres, elle dégageait la terre qui s'était infiltrée entre les os et dessinait minutieusement chaque élément sur la feuille de papier millimétré posée à côté d'elle. Elle mordait ainsi successivement le crayon ou la brosse suivant la tache qu'elle effectuait, remettant de temps en temps sa queue de cheval en arrière lorsque celle-ci lui tombait devant les yeux. Ses genoux la faisaient souffrir, accroupie qu'elle était sur une planche de bois. Mais que ne fallait-il pas faire pour ne pas effriter les bords de la tombe.

" Bonne soirée docteur Brooke ! " lança une voix derrière elle.
Elle ne releva pas la tête, concentrée sur son dessin et se contenta de répondre un : " Oui oui...." peu enthousiaste.
Elle n'avait vu se créer aucune affinité avec les autres, mais elle ne s'en préoccupait pas et se montrait polie lorsque nécessaire. Tant qu'on la laissait faire son travail en paix, elle n'avait pas besoin de se faire des amis parmi ces archéologues professionnels ou amateurs.

"Enfin du silence... " dit Tamara à haute voix lorsqu'elle entendit la dernière voiture partir.
Elle rêvait du moment où elle pourrait transporter son couple dans sa salle à la clinique. Elle n'aurait alors plus à supporter les bavardages incessants de la petite Loïs et le rire agaçant de Donald. Juste elle, un brin de musique et les ossements. L'autre corps exhumé attendait également d'être transporté à la clinique. Mais ses compétences devaient d'abord être mises à l'oeuvre sur le terrain. Elle aimait bien cette partie du travail également ; c'était seulement les conditions dans lesquelles elle devait exercer qui l'importunaient parfois.

La scientifique s'appliquait à dégager les phalanges de l'individu mâle quand la luminosité changeait d'un coup. Comme si un nuage venait de passer au dessus de sa tête. Or le ciel entier était couvert ce jour-là. Elle releva les yeux de son ouvrage de précision mais ne vit pas ce qui était la cause de cette ombre. Intriguée, elle se redressa totalement, levant les yeux au ciel. Une forme triangulaire se dessinait au dessus d'elle.

_________________


Dernière édition par Tamara Brooke le Lun 8 Avr 2013 - 9:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Chantier archéologique   Mer 16 Jan 2013 - 20:04

Clarisse EislingEt hop, j’avais remis les voiles. Encore.
J’avais mis la main sur un deltaplane et je m’étais élancée depuis une falaise. J’avais espéré trouver plutôt un U.L.M, mais j’étais tombée sur un groupe d’écolo dans la forêt. Il ne fallait pas que je m’attende à partir très loin du coup. Je poussais un soupir face à cette évidence. J’étais dépendante du vent…. C’était bien ma vaine. Cette petite bourgade me porterait la poisse jusqu’au bout. Il était vraiment, mais vraiment temps que je parte.

Tandis que je prenais de la hauteur, je voyais les minuscules humains gesticuler dans ma direction, et m’invectiver copieusement alors que je leur volais l’un de leur bien…. A moins qu’ils ne me mettaient en garde contre ce gros nuage qui me poussait vers l’océan, là ? Mince, c’est que je sais à peine diriger ce machin là moi. Et il me pousse avec ses mauvais courants d’air. Je déplace mon corps sur le côté pour obliger la grande toile à suivre le mouvement, afin de longer la côte un maximum. Cap sur la prochaine ville !

« J’ai encore bien choisi mon moment pour partir…. Il va bientôt faire nuit. »

Et voila que je me parle toute seule maintenant. Bon ce n’est pas tout ça, mais les premières habitations se profilent déjà à l’horizon, et tout un panel de lieux divers et variés dont je ne connaissais pas l’existence. J’émets un sifflement éloquent.

« Tiens, c’est quoi ce truc ? »

Mon regard est attiré par une espèce de surface nue, parfois avec des trous, ou des tranchées boueuses. D’où je suis, je ne distingue pas grand-chose, mais ma curiosité me fait plonger vers le plancher des vaches. Je suis toute à mon observation, remarquant même ce qui semble être la seule âme en peine du coin. Je la dépasse. Quand je relève le nez pour m’assurer de ma trajectoire, il est déjà trop tard. Je suis bien trop prêt du sol pour pouvoir redresser et bien trop rapide (et inexpérimentée, avouons le) pour atterrir en douceur. Bon et bien…. Ne me reste plus qu’à serrer les dents et fermer les yeux !!

Un bruit sourd retentit lorsque le deltaplane et moi touchons le sol. Quelques tonneaux et mouvements géométriques plus loin, je reste accrochée par les sangles de sécurité au triangle, la tête à moitié en bas, les pieds battants furieusement l’air. J’ai un bras coincé dans mon dos, et l’autre est trop court pour faire quoique ce soit…. Bref, je suis coincée là, comme une mouche sur une toile d’araignée !

« Raaaaaa ! Bordel de…. »

Je m’énervais toute seule et le sang me montait à la tête. Pas fichue d’attraper la sangle. Et personne pour aider dans ce trou paumé ! Personne ? Je me calmais un peu, et inspirai un grand coup. Je ne me rappelai plus vraiment si j’étais loin ou pas. J’essayai d’humer l’air, mais le vent ne soufflait pas dans le bon sens. Du coup, je pris le parti de m’époumoner.

« Hé là-bas ! Hoé ! Si vous êtes là, j’aurais besoin d'un peu d’aide ! »

Je repris en grommelant plus bas

« … Fais chier, je déteste quand ça commence comme ça… »
Revenir en haut Aller en bas
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: Chantier archéologique   Mer 16 Jan 2013 - 21:10

Son crayon dans les dents, Tamara observa le triangle se rapprocher du sol ; elle comprit qu'il s'agissait d'un deltaplane lorsqu'elle vit une silhouette plus sombre en dessous de la toile colorée. Elle allait se remettre à quatre pattes quand elle réalisa que la chute de l'engin continuait. Et que celui-ci venait bien près du chantier...

L'anthropologue se leva rapidement lorsque le bruit sourd de l'impact se fit entendre. Où s'était tombé ? Pas sur le chantier car elle voyait l'ensemble du terrain de l'endroit où elle se trouvait. Mais pas bien loin quand même.
Elle glissa son crayon dans une de ses poches et se dirigea vers l'endroit où était tombé le delta et son propriétaire. Elle n'allait quand même pas laisser une personne peut-être blessée se débrouiller seule. Les morts pouvaient attendre encore un peu. Mais... Tamara fit demi-tour et plaça les planches de bois sur la tombe, glissant le dessin en dessous pour le protéger des intempéries ou du vent. Si elle ne revenait pas de suite, elle ne voulait pas voir son travail détruit par des impondérables prévisibles.

Donc la scientifique contourna le grand algeco et tomba sur le spectacle d'une jeune blonde coincée dans son deltaplane. Au vu de la position de ses bras, soit elle en avait cassé un, soit elle était vraiment entortillée dans les sangles.
" Je reviens !" lança-t-elle assez fort pour que l'inconnue l'entende. Une fois de plus, elle fit demi-tour et se rendit dans le local général pour y récupérer un couteau.

" Rien de cassé ?" demanda la brune une fois revenue.
Elle tenait le couteau mais s'abstenait encore de couper les sangles, au cas où quelque chose soit cassé. Ça ne se déplace comme on veut un blessé.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Chantier archéologique   Jeu 17 Jan 2013 - 12:47

Clarisse EislingEnfin, je l’entendis. Elle avait du me voir chuter, et finalement, je n’avais pas du aller si loin que ça. Je l’attendis. Longtemps. Un « Je reviens » sonore avait ponctué son arrivée, mais celle-ci semblait durer une éternité. Ou est-ce qu’elle avait donc pu partir ? En même temps, du haut du deltaplane, ca semblait désert, j’espère qu’elle n’allait pas s’amuser à repartir jusqu’au véhicule que j’avais pu repérer à quelques centaines de mètres de là. J’affichais un air profondément blasée à cette idée, et me résigna. Je répondis un simple :

« J’attends »

Comme si je pouvais faire autre chose !
Je tentais tout de même vainement une pirouette pour au moins me retrouver la tête en haut, mais non, rien à faire, je ne voyais pas comment j’avais fait pour en arriver là. J’entendis des pas revenir dans ma direction, et découvrit alors une jeune femme brune approcher. On aurait dit qu’elle n’était ni étonnée, ni choquée de me voir comme ça. Pragmatique, elle me demanda si je n’avais rien de casser. Je me concentrais sur mon corps, fis bouger chacune de mes phalanges.

« Non, non, un peu sonnée, mais rien de casser. »

Je la regarde alors s’avancer avec un gros couteau. J’espère qu’elle sait s’en servir… Si elle se coupe un doigt… Je réprime mon imagination qui part au galop et revient à la réalité.

« Vous ne coupez que les sangles, hein ? » lui lançai-je sur le ton de la plaisanterie.

Elle me libère enfin et j’amortie ma chute de mes mains. Je m’époussette un peu, ramasse mon chapeau et mes lunettes puis l’observe ensuite de plus prêt. Drôle d’accoutrement. On dirait un chef de chantier. Sauf que je n’ai vu aucune maison, aucune fondation. Juste des trous et des monticules.

« On est où ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: Chantier archéologique   Jeu 17 Jan 2013 - 14:01

Vu qu'elle n'avait rien de cassé, Tamara s'exécuta et libéra la blonde de son piège de sangles, la gratifiant simplement d'un sourire lorsqu'elle demanda si elle n'allait bien couper que les bandes. Comme si elle allait s'amuser à trancher autre chose avec ce couteau de cuisine. La jeune femme ratterrit avec douceur sur le sol et se remit debout.

Si elle se sentit dévisagée, l'anthropologue ne le fit pas remarquer. Ce n'était certes pas la tenue qui la mettait le plus en valeur ; son pantalon était taché aux genoux, elle avait de la terre sous les ongles et sa queue de cheval était depuis longtemps distendue. Mais alors qu'elle répondait à l'inconnue tombée du ciel, elle dévisageait également celle-ci, voyant dans sa tenue des éléments qui lui laissaient penser qu'elle avait une certaine passion pour le milieu aérien et d'autres qui lui disaient qu'elle n'était pas une pratiquante en centre, car elle n'était pas équipée comme on s'y attendait généralement pour un vol avec ce genre d'engin. Cependant, l'américaine ne la jugea pas sur ces observations.

" Vous êtes sur un chantier archéologique dont les vestiges datent de la préhistoire. Je m'appelle Tamara Brooke, docteur en anthropologie funéraire. Tous les autres sont partis mais je fais des heures supplémentaires ; dans votre malheur, vous avez de la chance. Vous voulez boire ou manger quelque chose pour vous remettre de vos émotions ? " proposa-t-elle en souriant.

Dans le local général, ils avaient une petite cuisine aménagée du strict minimum, dont une cafetière qui tournait plusieurs fois par jour. Tamara était aussi tombée sur une bouteille de whisky passablement cachée au fond d'une étagère. Quelques gouttes dans le café et ça aidait bien à se réchauffer en fin de journée. Elle pensait à tout cela en accompagnant la jeune femme.

" On verra ensuite que faire de ce deltaplane. Je crains qu'il ne vole plus correctement désormais. "
Mais il ne pouvait pas rester où il était, squelette disloqué de métal et de tissu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Chantier archéologique   Ven 18 Jan 2013 - 20:11

Clarisse EislingJ’écoutais la jeune femme se présenter spontanément. Elle me sortit alors son « pedigree ». Mais je ne compris que la fin. Funéraire, et chantier archéologique, ça, ça me parlait encore. Donc elle était une espèce de maître en la matière, qui s’amusait à creuser la terre pour de vieux os. Je comprenais mieux les tranchés, monticules et autres tas de terre qui s’accumulaient sur ce terrain vague. J’étais plutôt intriguée. Tant par cette drôle de passion, que par la façon dont c’était mis en œuvre sur le terrain. Tandis qu’elle m’emmenait et que je la suivais volontiers, j’observai avec avidité toutes ces nouvelles choses pour moi. J’en profitai également pour me présenter, lui retournant ainsi la politesse :

« Moi c’est Clarisse Eisling, adepte des petits boulots en tout genre. D’ailleurs, si vous avez besoin de bras ! Et j’accepterai bien un ptit quelque chose à boire. Je vous remercie. »

J’observai le lieu, déserté par les collègues de Tamara. C’était assez sinistre en soi, à la tombée de la nuit, vaste étendu marron-gris. Elle devait apprécier la solitude pour rester faire des heures supplémentaires.

« Ne vous en faites pas pour le deltaplane. Je ne comptais pas m’en resservir de toute manière. Il faudra juste que je trouve comment le déplacer sans rien endommager sur votre lieu de travail. Vous voulez que je l’enlève rapidement ou cela peut attendre au moins demain ? »

Je ne me voyais pas spécialement m’encombrer de ça dès ce soir. J’aspirai à un peu de répit, et en plus qu’en aurai-je fait. Quoique si je ne trouvai pas où loger, la toile aurait pu me servir de couverture ou de « toit » temporaire. Heureusement pour moi, le temps était clair, et bon… je n’étais pas spécialement frileuse. Je souris intérieurement avant de revenir à la réalité.

« si vous savez où est la casse la plus proche, je pourrai l’y emmener. »
Revenir en haut Aller en bas
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: Chantier archéologique   Sam 19 Jan 2013 - 22:51

" Enchantée Clarisse. Pour ce qui est de bras supplémentaires, ce n'est malheureusement pas moi qui gère le personnel. "
Evidemment, Tamara ignorait ce que vaudrait la jeune femme et elle ne l'engagerait de toute manière pas sans avoir vérifié ses compétences physiques -on a toujours besoin de bras pour les seaux et les brouettes et étrangement les volontaires ne se pressent pas au portillon. Mais ce n'était effectivement pas elle qui avait constitué l'équipe de fouilles. Auquel cas, elle aurait fait des choix bien différents. Dans le cas présent, force était de constater qu'elle était employée comme les autres pour cette mission ; son statut et sa profession la mettaient simplement au dessus des autres, sans que cela ait pour conséquence pratique la prise de décision essentielle. Certes, elle ne se gênait pas pour beaucoup de choses mais les financements n'étaient pas son rayon.

" Vu que la nuit tombe, vous feriez plus de dégâts en vous y essayant maintenant. Il faut mieux voir où l'on met les pieds sur un site : on met des pièges pour les non-initiés. " plaisanta l'anthropologue.
En vérité, cet objet la dérangeait beaucoup mais sa raison l'emportait sur ses sentiments. Or il était tout sauf raisonnable de s'essayer à manœuvrer ce deltaplane à cette heure-ci.

" Un café avec un doigt de whisky, ça vous convient ? "
Elle entra la première dans le cabanon de métal, ses lourdes chaussures de chantier résonnant sur le sol poussiéreux de l'abri. Elle alluma une lampe près du micro-ondes et entreprit de dénicher deux tasses propres.

" Une casse ? Je ne peux pas vous renseigner là-dessus. Je ne suis ici que depuis quelques semaines et ce n'est pas vraiment le genre d'endroit que je vais visiter en premier. " sourit-elle. " Le chef de chantier pourra vous répondre demain. Pour cette nuit, voulez-vous que je vous dépose en ville ? Cela fait une bonne promenade à pied, que je ne vous conseillerais pas. En tous les cas, vous ne pouvez rester dans le périmètre cette nuit. "

Tamara avait rempli les tasses de café froid et les avait passés quelques minutes au micro-ondes. Elle fit couler un fond d'alcool dans la tasse et procéda de même avec celle de Clarisse si cette dernière avait accepté la proposition. A la suite de quoi, elle rangea la bouteille là où elle l'avait prise.
La dernière phrase que l'Américaine prononça fut dite lorsqu'elle donna la boisson chaude à l'hôte inattendue de ce soir. Elle la regarda clairement dans les yeux pour lui tenir ses propos afin d'être sure que la demoiselle les ait bien saisi. Il n'y avait certes rien de valeur pour des néophytes dans ces tombes mais ceux-ci pouvaient détériorer les preuves laissées par l'histoire en voulant simplement "regarder". Tamara ne pouvait pas laisser faire ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Chantier archéologique   Jeu 24 Jan 2013 - 20:02

Clarisse Eisling« C’est parfait ! »

Je me saisis de la tasse et y trempait les lèvres. Le liquide chaud me fit un bien fou, comme un coup de fouet vivifiant. J’en fermais les yeux un très court instant et inspira posément, faisant une pause dans mon esprit. Cette jeune femme était fort sympathique et ne semblait pas trop curieuse. Tant mieux, car comment lui expliquer sinon que j’avais volé cet engin volant, et que je ne comptais en réalité pas revenir d’où je venais. Je l’observais entre deux battements de cils et l’écoutais attentive.

« Effectivement, si c’est miné, demain sera plus propice au déménagement ! » fis-je en lui rendant son sourire, abondant dans son sens. C’était aussi plus discret de le faire normalement, en plein jour.

« Ne vous en faites pas pour moi, je trouverai bien un truc à faire, même si vous n’avez pas besoin ici. Je suis assez habile, et débrouillarde. Je trouve toujours de quoi travailler, me nourrir et me loger. Même si ce n’est pas dans la minute ! J’y vais souvent au culot comme on dit, qui ne tente rien n’a rien. Alors j’essaie ! »

J’en profitais pour observer tout autour de moi, il y avait tout de même un sacré capharnaüm, mais ça rendait le lieu plus vivant. Je revins à Tamara quand elle s’adressa de nouveau à moi, elle me fixait sous ciller, en insistant sur le fait de ne pas rester là…

« Si vous me déposez en ville, ça sera parfait. Je ne me voyais pas vraiment rester cette nuit, doit pas y avoir beaucoup de restaurants pour me ravitailler !»

Même pas un peu chaire sur les os… Cette idée me fit sourire discrètement. C’était un peu désert, et franchement, sans lune pleine, je ne dérangerais personne en ville, je pouvais y aller sereinement. Je bus le reste de mon café et lui rendit sa tasse. Je n’avais pas d’affaires, juste quelques papiers indispensables dans mes poches.

« je suis prête, on y va quand vous voulez ! » fis-je pleine d’entrain.
Revenir en haut Aller en bas
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: Chantier archéologique   Ven 25 Jan 2013 - 16:49

" Au moins les mines on peut les repérer lorsqu'on est équipé comme il faut. " continua l'Américaine. Certains bénévoles débutants, même en plein jour, se prenaient les pieds dans les fils tendus et les piques métalliques. Il lui était arrivé de voir une jeune étudiante se tordre la cheville en mettant le pied dans un trou de poteau. *

" Bien peu de gens osent le culot. Ils ont bien tort, car cela marche assez efficacement en effet. Je ne me fais donc pas de soucis pour vous. "
Elle-même en avait usé pour obtenir ses premières missions et notamment pour justifier le fait qu'on doive lui payer tout ce dont elle avait besoin sur place. Ici, on ne lui payait que l'hôtel, ce qui était déjà un budget conséquent.

La brune avait d'ailleurs fait preuve d'instinct en refermant la tombe tout à l'heure. Le moment était venu de s'en aller. Elle ramassa la tasse de Clarisse, la rinça rapidement en la laissant néanmoins dans l'évier. Après avoir fait de même avec la sienne, elle dit donc, en se saisissant de son sac. :
" Et bien allons-y ! "

Une fois dehors, elle referma soigneusement le barnum et conduisit la blonde sur le pseudo parking du chantier.

Avant de monter en voiture, Tamara s'arrêta à son coffre qu'elle ouvrit. Assise à l'intérieur, elle ôta ses grosses chaussures et renfila des baskets sobres et plus confortables. Ce serait bien plus facile pour conduire.
Alors qu'elle prenait place du côté conducteur - l'habitude l'avait poussé pendant plusieurs jours à monter du côté gauche où ne se trouvait bien sur pas le volant-, la jeune femme se disait qu'elle était abonnée ici aux rencontres fortuites. Fort heureusement, Galway semblait n'attirer que des personnes intéressantes à ses yeux. En effet, cette jeune femme tombée du ciel l'intriguait, dans le bon sens du terme.

" Je vous propose de ne pas simplement vous déposer en ville. " lui indiqua-t-elle en démarrant le moteur. " Ma journée a été bien chargée et je ne suis pas contre un peu de compagnie ce soir. Mes collègues ont plutôt tendance à me taper sur les nerfs, même si cette expression n'a aucun sens concret..."

Vers la tanière ensanglantée


* Promis, ça je ne l'ai jamais vu... pour le reste, je confirme... que ça fait mal XD

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chantier archéologique   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chantier archéologique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'expérimentation archéologique
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» Explorations archeologiques, en Haiti
» DELPHES
» TRESORS DE POMPEI
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LES TERRAINS EXTERIEURS :: 
Champs et Lande
-