AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les ruelles sombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Llylewin
Vampire


Messages : 2199
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 30 Juil 2012 - 19:50

<<< From

Les ruelles sombres de Rahoon, son chez-elle, son quartier d’adoption. Bien avant d’y ouvrir sa maison close elle avait remarqué ce petit coin d’enfer à Galway qui regorgeait de petits coins mal famés et des personnes mal intentionnées qui allaient avec, c’est donc tout naturellement qu’elle avait choisi d’y installer son entreprise, ce qui avait eu pour effet de drainer en plus des malfrats tous les pervers des horizons, et justement c’était pile ce qu’elle recherchait.

Elle avait entrainé sa future victime dans son sillage, et si elle avait l’air de marcher sans but apparent elle savait en fait exactement ce qu’elle voulait : un parfait petit pigeon. Elle les repérait facilement, au regard pernicieux et en biais qu’ils lui jetaient, et avec le temps et son expérience professionnelle elle avait appris à lire en eux comme dans un livre ouvert.

Au bout d’une dizaine de minutes, elle avait repéré son volatile à plumer : un peu dégarni, la cinquantaine moite et les yeux du type titillé par son démon de midi.
Attends-moi là, fit-elle à la jeune fille alors qu’elle se dirigeait vers cet homme qu’elle avait sélectionné tout exprès pour elle. Que lui racontait-elle, alors qu’elle approchait son visage tout près du sien comme si elle s’apprêtait à lui faire une confidence ? Nul ne le saurait jamais, d’autant plus qu’après quelques minutes de tractations avec l’individu, ce dernier s’engouffra dans une petite ruelle un peu plus en contrebas.

Llylewin revint vers la jeune vampire et la saisit fermement par la manche :
Maintenant écoute-moi attentivement : à partir de maintenant tu suis ce que je te dis à la lettre et sans poser de questions, vu ? Alors maintenant suis-moi…

La jeunette sur ses talons, la vampire se dirigea vers la petite ruelle, sur les traces de l’homme qu’elle avait abordé quelques minutes auparavant.

EDIT
Alors qu'elle se dirigeait vers sa proie, Llylewin entendit dans son dos un bruit de pas: la petite jeunette venait de prendre la poudre d'escampette.
Maintenant que son jouet venait de fuir à toutes jambes, son petit manège n'avait strictement plus aucun intérêt, aussi elle décida de laisser l'homme en plan dans la ruelle, et soupirant de déception, décida de rentrer chez elle.

Quel dommage, pour une fois qu'elle avait trouvé de quoi s'amuser un peu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain


Messages : 223
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 28 Jan 2013 - 19:03

<<< From

Un trésor ? Les yeux de la jeune fille se mirent à briller. Certes, il y avait aussi une possibilité pour que cette carte maléfique les mène à un affreux monstre ou quelque chose du genre – Pourquoi l’aurait-on aussi bien planquée sinon ? Mais elle préférait se montrer optimiste et penser qu’ils allaient tomber sur un truc merveilleux, un vrai trésor comme dans les films de pirates !

Motivée comme jamais, Winnifred abandonna sans regrets le vieux coffre et sa bibine infâme pour suivre les indications données par la carte.

Suivie de près par Viggo le vampire et Rudolf le chien, elle longea la Seamus Quirke road pour continuer le long de la rue commerçante, son cœur battant la chamade au fur et à mesure que leurs pas les rapprochaient de la destination fatidique, pour finalement terminer leur course dans une impasse miteuse, la Glenn Dara, où il n’y avait visiblement pas grand-chose hormis les poubelles d’un pub miteux.

La ruelle n’étant pas éclairée, on ne pouvait pas voir la déception qui se lisait sur son visage, alors qu’elle tentait désespérément d’éclairer les lieux, espérant trouver au moins quelques cents d’euros trainant à terre pour sauver la face.

Entre le chien arriéré et la carte débile, on nous aura pas aidés ce soir ! pesta-t-elle en tapant du pied à terre. C’est ce moment que choisit Rudolf le Samoyède pour se mettre à aboyer et grogner de façon insistante en direction d’un tas de vieux cartons.

Quoi, qu’est ce que tu nous as trouvé encore ? Un carton d’emballage historique ? railla-t-elle tout en se dirigeant tout de même vers le monticule de saletés, par acquis de conscience…

Et au fur et à mesure qu’elle se rapprochait, il lui semblait entendre des couinements bizarres, des sortes de petits *Wif wif wif* suspects, elle envoya donc tout naturellement valser la carte afin de déblayer les cartons du dessus, quelle ne fut pas sa surprise de tomber sur…

FIDJIIIII

Enfin, pas seulement Fifji, car la femelle Komondor était entourée de 4 mini boules cotonneuses toutes blanches et un peu poisseuses…
Viggoooooo, viens voir la gueule qu’il a, ton trésor ! Tu veux en adopter un ? Tu pourras l’appeler pirate ! plaisanta-t-elle en tentant d’éclairer les chiots pour voir plus en détail à quoi ils ressemblaient.

N’empêche, elle est space cette carte… D’où elle savait où ma crétine de chienne allait décider d’accoucher ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 30 Jan 2013 - 22:53

ViggoViggo suivait Winnie de près, il devait se modérer afin de ne pas dépasser la jeune femme. La tache n'était pas aisée au vu de l'excitation qui l'animait. Il avait hate de découvrir ce fameux trésor. Il emprunta certaines rues qui lui était inconnues mais il ne prêta pas vraiment attention à son environnement, il avait les yeux rivés sur Winnie et plus particulièrement sur la carte qu'elle tenait en main.

Le vampire commença à déchanter quand la jeune femme ralentit et qu'il comprit qu'ils étaient dans un cul de sac. Encore une impasse... Cette soirée était décidément maudite. Il commençait à en avoir marre des ascenseurs émotionnels. Il soupira lorsque Winnie résuma leur soirée, le plus triste c'est qu'elle n'avait pas tort.

Clairement pas aidé non, ajouta-t-il.

Il chota dans une conserve qui trainait par là et commença à chercher un endroit où il pourrait s'assoir. Ce qui semblait aussi difficile que de trouver un trésor, au vu du piteux état de la rue.

Faut lui couper les cordes vocales à ce clebs, marmonna-t-il.

Il commença à légèrement tourner en rond pour passer sans le temps, sans plus prêter attention à ce que faisait Winnie. Il soupira à nouveau. Le cri de la jeune femme le fit sursauter.

*Nous mais c'est pas vrai, elle est complètement allumée.*, pensa-t-il.

Il inspira profondément et se tourna vers elle.

Tu avais promis de ne plus hurler comme ça.. J'ai beau être déjà mort, j'ai manqué l'arrêt cardiaque, lança-t-il alors qu'il s'approchait. Il se positionna derrière la jeune femme et se pencha pour mieux voir. Une légère grimace de dégout se forma sur son visage. Je vais m'abstenir, j'ai déjà une serpillière c'est bien assez, commenta-t-il.

Il fit quelques pas en arrière et fixa la carte qui gisait au sol.

C'est bizarre en effet, tu crois qu'elle indique ce qu'on désire le plus à Galway ou un truc comme ça?

Il s'approcha de la carte mais s'abstint de la saisir. Qu'est-ce qu'il voulait le plus? Il ne savait pas réellement comme ça. Qu'est-ce que la carte indiquerait alors? Il ne savait pas s'il avait vraiment envie de savoir. Le vampire secoua légèrement la tête, tout ça n'était que spéculations après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Ven 1 Fév 2013 - 23:58

Une crise cardiaque ? Je croyais que les vampires ça n’avait plus de cœur ? taquina-t-elle Viggo tout en cherchant un carton relativement propre du regard pour transporter les chiots.

Réflexion faite je confirme : tu n’as VRAIMENT pas de cœur, rétorqua-t-elle à la remarque sur la serpillère. Comment pouvait-on rester insensible à ces boules de poils trop chouquinettes ?

Après avoir repéré un carton qui semblait convenir, elle entreprit de le replier correctement et d’en tapisser le fond avec son manteau pour protéger les minuscules bestioles – elle attraperait peut-être la mort, mais au moins elle n’aurait pas celle d’un innocent chiot sur la conscience – et commença à les transférer délicatement un à un à l’intérieur.

C’est alors que le vampire se remit à parler de la carte. C’est vrai, elle l’avait complètement oubliée celle-là !

Franchement, je n’ai aucune idée de ce que ça peut bien être… Au choix, elle peut t’aider à retrouver ce que tu as perdu, ce qui peut t’éviter de te faire étriper par ton oncle, ce dont tu es à la recherche… Mais c’est assez limité au final, vu que ça ne couvre que la ville de Galway !

La jeune fille termina d’empaqueter soigneusement son colis et se leva en le tenant fermement.

En tout cas si j’étais toi je ne jouerais pas trop avec, si son propriétaire l’a aussi bien caché ce n’est pas pour rien, c’est peut-être un objet maléfique ou quelque chose du genre… Franchement, si tu avais un truc aussi utile sous la main, tu le planquerais dans la doublure d’un coffre que t’irais perdre dans un boyau de statue ? fit-elle en rapprochant du vampire et en lui tendant son carton transformé en nurserie.

Tiens gentleman, tu m’aides à ramener la crèche jusqu’à chez moi ? Je dois m’occuper de tracter la vierge Marie, ya Joseph qui ne se montre pas super coopératif… soupira-t-elle en regardant le Samoyède en train de se faire joyeusement les dents sur un vieux bout de bois qui trainait dans la ruelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 7 Fév 2013 - 13:34

ViggoViggo émit un léger sourire face à la réaction violente de la jeune femme. C'est plus facile pour vivre, ironisa-t-il.

Le vampire continua de fixer la carte. Il avait envie de l'utiliser mais d'un autre coté avait peur de s'y bruler les doigts. Ce que disait la jeune femme n'était pas faux. Toutefois, est-ce que ça ne rendait pas la chose plus attirante encore? L'aspect dangereux renforçait l'attrait que Viggo avait pour cette fameuse carte.

T'as peut-être pas tort... Mais ça te donne pas envie de vérifier ? questionna-t-il. Il finit par hausser les épaules, le jeu n'en valait probablement pas la chandelle.

La jeune femme lui fourra la boite contenant les chiots dans les bras et se dirigea vers la mère.  La question était plutot rhétorique vu qu'elle lui avait déjà filé la caisse. Le vampire soupira et jeta un oeil sur le contenu de la boite. Ces chiots n'étaient vraiment pas beau.

Il ne brille pas par son utilité ça c'est sur, commenta-t-il à propos du Samoyède. Tu habites où?
Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 7 Fév 2013 - 21:53

Si ça peut te rassurer, il y a de fortes chances pour que ta mère ait dit la même chance à ta naissance, on est jamais à son avantage après avoir mariné dans un utérus pendant plusieurs mois, railla-t-elle suite à la remarque du vampire sur le physique peu avantageux des chiots.

Elle ne savait pas si elle avait affaire à un sang pur ou à un transformé, mais quelle que soit son origine vampirique il avait bien du être fabriqué quelque part, et sans être une pro de la gestation vampirique elle se doutait bien que les petits vampires ne sortaient pas du crâne de leur mère…

Se rapprochant de Fidji, elle se saisit de la chienne par la peau du cou pour la tracter plus ou moins de force, car vu la masse du bestiau il fallait qu’elle se montre un minimum coopérative. Heureusement, la jeune maman devait se sentir nostalgique de son panier bien moelleux et de ses croquettes croustillantes car elle se laissa faire sans opposer de résistance.

Direction St Mary’s road, j’habite à mi-chemin entre la place publique et l’hôpital, lança-t-elle au vampire pour qu’ils commencent à se mettre en route.
C’est le moment que choisit Rudolf pour ramener quelque chose à Winnifred, soigneusement coincé entre ses babines baveuses.

Qu’est ce que… fit-elle en dégageant à l’aide de sa main libre ce qui ressemblait à un vieux journal. Mais… C’EST LA CARTE ! S’exclama-t-elle en secouant les vestiges de l’objet, désormais complètement éventré de part en part et détrempé de bave de Samoyède.

Bon, he ben je pense qu’on ne saura jamais ce que c’était réellement… soupira-t-elle en laissant choir les restes dans la ruelle, qui n’étaient plus bons qu’à jeter à la poubelle. Con de chien va !

La suite du trajet se déroula sans anicroches, la chienne et ses petits retrouvèrent bien leur emplacement dans la cuisine d’oncle Quinn et de tante Mary et le Samoyède attardé put retourner à ses occupations habituelles.

Le vampire quant à lui disparut dans la nuit comme il était venu, et Winnifred se demanderait longtemps si elle avait vraiment vécu cette nuit ou bien si elle l’avait simplement rêvée, tant les évènements avaient pris une tournure surréaliste…

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 5 Mar 2013 - 16:48

Nathaniel Duchannes[PV Pero/Stasi/Nath']

Long et pénible. Telle avait été cette journée. Nathaniel n'en pouvait plus. Son loup n'avait eu de cesse de se manifester. Malgré le peu de soleil présent, la température frisant les négatifs et la neige, il avait été obligé de porter ses Aviator. Ses yeux n'avaient plus rien d'humain. Mais il était bien obliger de sortir de chez lui car il ne supportait plus d'être confiné ; son loup déteignait sur lui, le poussant à sortir. Cependant, en rue, ce n'était pas des plus agréable car chaque passant était une cible potentielle, un repas fort bien alléchant. Toutes les odeurs se confondaient, ses sens s'aiguisaient encore plus, sa vue laissait place à son odorat et petit à petit il sombrait dans ce côté animal qui était son fardeau depuis plus de huit ans. Nath' releva péniblement les yeux et observa le soleil couchant. Plus que quelques heures avant que la douleur intense de la transformation le rende exécrable et d'humeur sanguinaire. Enfin, le rendre, le rendre... Disons plutôt que ce serait plutôt son loup qui s'en donnerait à cœur joie de tuer quelques personnes. C'était d'ailleurs ce qu'il faisait de mieux ; tuer. Hormis ses humeurs animales et ce caractère de cochon, c'était un enchantement, cette sale bête. Un amour même.

Le soleil était tombé à présent et la lune faisait son apparition. Fière et belle elle se tenait là haut, telle une reine rouge vous dardant d'un regard circonspect, alors que sa lumière argentée éclairait la silhouette imposante de Nathaniel. Le bougre souffrait énormément et tentait de retenir au maximum la bête qui à présent faisait les cent pas. Chaque pas était comme un supplice appliqué par le pire des bourreaux qui soit, la sueur perlait sur son front et sa respiration ne se résumait qu'à de longs râles presque animaux, alors qu'il s'engageait dans une allée sombre. Rien que cela semblait pénible mais ce n'était que le début et le pire était à venir. La transformation allait être extrêmement douloureuse, alors que chaque os se briserait pour se rassembler et s'agrandir, pour adopter une forme plus canine. Ce qui était le plus douloureux c'était la déformation du visage pour s'allonger et finir en museau, les os ne pouvaient se briser comme ceux d'un bras ou bien une côte, le processus était bien plus long, complexe et douloureux. Que celui qui dise qu'être un lycan c'était classe aille se faire lapider.

Il continua de marcher quelque peu dans l'allée sombre et puis il s’effondra, par terre alors que le bruit de ses lunettes se brisant retentit sur une dizaine de mètres. Ça y est, ça commençait. Un premier os se brisa et un long hurlement plaintif sorti de sa bouche. Les autres suivirent très rapidement et bien vite, presque la totalité de ses os s'étaient déjà brisés pour commencer à se remodeler. Ses muscles commencèrent à onduler alors que sa masse corporelle doublait tout en déchirant ses habits, ses dents se mirent à pousser de façon excessive, un léger duvet roux commença à apparaître et ses yeux devinrent presque complètement dorés alors que le vert de ses yeux rétrécissait pour ne devenir qu'un fine auréole. Il était encore loin de la délivrance et même, une fois transformé, il ne serait plus vraiment maître de son corps, habité par cette soif de sang. Un énième hurlement retentit alors qu'un plus puissant le suivit suite à une douleur vive.

C'était étrange que personne ne soit toujours pas venu dans la ruelle pour voir ce qu'il se passait. Il ne s'en plaignait pas, c'était un plus pour un moins mais cependant, toute son attention était reportée sur la douleur intense qu'il ressentait. Ce fut alors qu'il pensait à cela qu'une silhouette commença à se dessiner dans la pénombre. Un long grognement sortit de sa bouche alors qu'il se releva à moitié.

- "Partez... Ne restez surtout pas ici si vous tenez à la vie..." dit-il d'une voix tellement rauque de douleur qu'elle en était presque incompréhensible.

Il ne voulait pas commettre un meurtre alors qu'il était encore à moitié humain. Si la personne avait un peu de bon sens elle s'en irait, laisserait Nathaniel dans sa merde et par la même occasion, sauverait sa vie. Ce serait bien... Mais malheureusement, cela n'arriverait pas. Pourquoi les gens étaient aussi obstinés ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Sam 9 Mar 2013 - 5:42

Pero Mullinski-"Le bon sens..."-
Vint soudainement, d'une façon presque instinctive à l’esprit de ce touriste tout frais, même pas à vrai dire "déballé". Il se trouvait là, au milieu de cette sombre ruelle, en train d'uriner paisiblement sur un mur juste à côté d'un pauvre clochard. Il avait un peu bu, ou bien beaucoup bu, il ne le savait plus vraiment. Faut dire que les bars de Galway sont très sympathiques et bienveillants du moment qu'on ait un portefeuilles non-vide, de plus le Whisky Irlandais était à sa hauteur et avait su prendre le Russe au dépourvu. Les premiers signe d'une probable aventure étaient les diverses cris et gémissements, suivis de hurlements canins que Pero n'as pas heurté de suite, vu qu'il chantonnait gaiment une petite chanson paillarde qu'il avait à moitié appris lors de la visite des bars de Galway.

-"When you see the fullmoon, round like Betty's ass!
You'd better watch your own ass! The wolfs are hunting us..."-


Finit-il son solo ne se rappelant plus vraiment de la suite et ferma sa braguette, tout en imaginant les sources possibles d'une telle chansonnette. Il repensait à ce que lui avait raconté le vieil homme en prison, lui aussi il lui parlait de loups. De terrifiantes créatures damnées à contenir en soi une bête assoiffée de sang. Pero espérait de tout cœur que le vieillard était moins fou que lui et souhaitait d'en rencontrer un, voir plusieurs. Pour ainsi dire, la rencontre du surnaturel lui a fait plus d'effet qu'il ne le fallait. Le déclic se fit au moment ou le regard de la bête croisa celui de Pero. Un silence transcenda sa conscience, une sorte de pré-implosion. C'était un regard assoiffé de sang, un regard de tuer, un regard de bête, un regard de loup. A vrai dire, à cet instant Pero s'est remercié du fait de s'être soulagé il y a moins d'une minute, ça lui évitait un problème d’esthétique et d'hygiène pour la suite de la soirée. A l'instant d'après il avait rassemblé toutes ses connaissances sur les loups-garou et s'était fait une première image assez inquiétante de ce qu'il avait en face de lui.

-"Je me demande s'il m'as réellement remarqué..."-

-"Partez... Ne restez surtout pas ici si vous tenez à la vie..."- coupa la pensée de Pero tout en démantelant sa toute nouvelle théorie.

-"De un il t'as remarqué, et de deux je t’explique le topo en cinq syllabes : C'est la merde.
A vrai dire, je crois même que tu y laisseras ta peau, donc essaye de tirer une belle tête à la camera quand ce magnifique spécimen de variété canine sera en train de dévorer tes tripes."-


Retentit la voix moqueuse de Sasha. Il était la haut, en train de flotter dans une position horizontale, filmant le tout d'un plan de surface, puis se téléporta derrière la bête, pour l'avoir en premier plan et souligner son imposance par rapport à un Pero en veste de cuir.

-"Va te faire mettre, je ne suis pas foutu. Tout ce que j'ai à faire au final c'est de suivre son conseil et de lui laisser le sans-abris qui est à côté comme amuse-gueule..."-

-"Aaaaah! Un Lycan!"- hurla ce même clochard avant de s'enfuir en renversant maladroitement une poubelle. Comme s'il n'avait pas déjà fait assez de bruit.

"Et merde..."-

Se dit Pero tout en se frottant le front et les yeux avec la palme de sa main. Il réussit à assumer une partie de ce qu'il était en train d'arriver. Il chercha une clope et un briquet dans sa poche, l'alluma et puis tira une taffe d'une façon totalement décontractée. L'aventure l'avait trouvé lui, d'une façon très brutale à vrai dire, il regrettait presque d'être venu dans ce trou paumé, mais il avait trouvé ce qu'il cherchait et cette idée le motivait fortement à en découvrir plus et surtout à survivre cette nuit la. C'est donc en sentant cette montée d’adrénaline et d'excitation qu'il envoya une connerie sur un ton enjoué.

-"Excusez moi, je suis nouveau ici, à vrai dire je ne connais pas réellement la ville voyez vous. Auriez vous l'amabilité de m'indiquer par ou se trouve le quartier des prostitués?"-


-"Le bon sens... Quelle connerie... sérieusement"-

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jaro
Administration
avatar

Messages : 484
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 23 Juin 2013 - 20:59

Il n’avait pas été si évident de semer le commissaire général. Heureusement le roi avait trouvé une plaque d’égout. Une fois dans les dessous de la ville Andrea n’avait plus aucune chance de le retrouver. Entre les odeurs et la multitude de couloirs, semer le commissaire général n’était pas vraiment compliqué. Malgré tout le vampire était sérieusement diminué par le petit affrontement qu’il avait eu au Bloody Valentine. Il devait se rendre à l’éventreur le plus rapidement possible. Après avoir parcouru une petite distance dans les égouts, le vampire jugea qu’il était temps de remonter à la surface.

Le vampire se hissa et atterrit dans une petite ruelle sombre, pas trop éloigner de l’éventreur. Les choses se présentaient assez bien et dans peu de temps Jaro profiterait d’une bonne quantité de sang, suffisamment importante pour aider sa régénération.

Alors que le roi continuait d’avancer, au détour d’une des ruelles il aperçut une silhouette familière. Il esquissa un petit sourire en se redressant.

« Vous ici, serais parce que nous n'avons pas terminer notre petite conversation? »

Jaro s’approcha alors de Mary.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Read
Ondin
avatar

Messages : 85
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 24 Juin 2013 - 20:44

Après avoir quitté la petite sauterie de la St Patrick, Mary avait un peu vagabondé dans les rues, songeuse, enchaînant cigarettes sur cigarettes.
En effet, la soirée avait été riche en rebondissements et révélations, et elle ressentait le besoin de faire le tri dans sa tête : ainsi donc les vieux contes des marins étaient vrais, il y avait bien ici des créatures non humaines ?

Cette révélation avait été un choc pour elle, bien plus qu’elle ne l’aurait cru car étant elle-même une bizarrerie de la nature elle se serait crue plus ouverte sur la chose qu’elle ne l’était en réalité.
Il n’y avait donc pas que les ondins sur cette planète, il existait d’autres créatures, d’autres « choses » dont elle avait ignoré l’existence jusque là… Cela la décevait un peu d’elle-même, elle se demandait pourquoi elle n’avait pas eu la curiosité de pousser ses recherches plus tôt, mais au final il y avait tout de même un point positif qui émergeait de tout ce chaos : s’il existait d’autres ondins, c’est ici qu’elle pourrait les trouver.

La jeune femme en était là de sa réflexion lorsqu’elle se fit ramener à la réalité par une voix familière. Relevant la tête, elle aperçut le métis qui était dans un bien pitoyable état. Elle grimaça avant de lui répondre :
He beh mon pauvre, t’es passé sous un bus ou quoi ? Ou bien c’est le traitement amical que la police locale réserve aux repris de justice ?

L’ondine n’avait pas oublié que l’altercation avait commencé après qu’un flic ait mis cet énergumène en était d’arrestation. Elle se fichait bien de savoir pourquoi, en revanche elle trouvait qu’il avait vachement la pêche pour quelqu’un criblé d’autant de plaies.

Ça va aller, t’as besoin d’aide ou quelque chose ?

Elle ne pouvait pas s’empêcher d’avoir pitié de lui, elle qui s’en était sortie indemne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaro
Administration
avatar

Messages : 484
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 24 Juin 2013 - 22:20

Jaro rit quand il vit la tête de la lycane alors qu’elle le dévisageait. Même si l’idée de se montrer ainsi n’était pas réellement ce que le vampire désirait, il était plutôt content de sa soirée, l’intermède avec les force de l’ordre avait été certes périlleux, mais aussi distrayant.

« Parmi tes talents cachés, serais-tu également infirmière Mary ? »

Le roi lui adressa un petit sourire.

« Si tu veux me venir en aide, accompagne-moi jusqu’au bar, situé pas trop loin d’ici. Qui sait, peut être que nous pourrons reprendre notre petite conversation, mais vu mon faible état, je ne pense pas m’amuser à toucher ce que j’avais prévu de toucher en début de soirée… »

Le vampire fit un petit clin d’œil à la lycane. Elle était amusante, et surtout elle ne semblait pas fuir après avoir assisté à son petit intermède avec les forces de l’ordre. C’était suffisant pour attiser la curiosité du vampire.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Read
Ondin
avatar

Messages : 85
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 26 Juin 2013 - 21:01

Infirmière ? Non, je suis désolée, le grog est le seul remède hautement médicinal que je connaisse… se contenta-t-elle de répondre. Peut-être il y avait-il un sous-entendu sexuel derrière tout ça, mais les délires d’infirmière ou d’écolière cochonne ce n’était pas trop son truc, il suffisait de la regarder pour comprendre qu’elle n’était pas trop branchée fanfreluches.

Le métis lui proposait d’aller de nouveau dans un bar, mais cette proposition ne l’enchantait guère, d’une part parce qu’elle sortait à peine d’un bar dans lequel elle venait de passer pas mal de temps, et la mer lui manquait déjà, et d’autre part parce qu’elle ne savait pas où ce situait ce fameux deuxième bar et qu’elle ne tenait pas à s’éloigner trop du littoral et ainsi risquer de se retrouver dans une position de faiblesse.

Encore un bar, après la soirée qu’on vient de passer ? Non, ça ne me dit pas trop, là j’ai plus envie d’un endroit calme, zen… Comme la plage par exemple, ça ne te dirait pas, un petit clair de lune les fesses posées dans le sable, et puis tu sais ce qu’on dit : l’air marin ça vivifie, et tu en as besoin ! lança-t-elle, l’air désinvolte en écrasant sa cigarette qui arrivait en fin de vie.

Quoi que son compagnon de la soirée décide, elle ne changerait pas ses plans, pour elle ça serait coquillages et crustacés quoi qu’il arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 1 Juil 2013 - 20:14

[Rp avec Sigvald, en provenance de la gare ]

Après la fin de leur course folle, l’humain se montrait déjà nettement moins enthousiaste à l’idée de continuer sa soirée aux côtés de la vampire, sans doute estimait-il qu’il aurait moins de chances de s’attirer des ennuis tout seul…

Leurs chemins s’étaient donc séparés quelque part entre Raleigh et St. Mary, et Llylewin avait continué à déambuler seule, ralentissant sérieusement la cadence maintenant que la menace semblait définitivement éloignée. Nul besoin de s’infliger des douleurs superflues, ses pieds avaient déjà suffisamment pris cher avec son sprint improvisé : elle avait beau avoir l’habitude d’être perchée sur des stilettos, ces derniers n’en restaient pas moins forts peu adaptés à la course.

Alors qu’elle se dirigeait vers le Quality Street, un instant d’inattention lui fut fatal : ne regardant pas où elle allait, elle coinça son talon gauche entre deux pavés et CRAC, le brisa aussi sec à sa base.

He merde ! pesta-t-elle en trébuchant, réussissant à reprendre son équilibre de justesse avant de se rétamer contre le bitume.

La vampire poussa un soupir à fendre le cœur en retirant sa défunte chaussure, s’asseyant sur le rebord du trottoir pour examiner l’ampleur des dégâts.

*La guigne, elles étaient super ces pompes !*

Alors qu’elle cogitait activement pour trouver une réponse à son dilemme Cornélien, à savoir choisir entre rentrer pieds nus pour garder la deuxième chaussure intacte dans le but d’emmener la première chez le cordonnier et casser le talon du soulier intact afin de pouvoir rentrer chaussée à son bordel.

La maquerelle n’arrive pas au bout de sa réflexion, perturbée par une impression étrange, celle de se sentir épiée, elle avait comme l’impression que quelqu’un l’observait…

Qui va là ? Si vous n’êtes ni cordonnier ni marchand de chaussures je vous conseille de dégager vite fait, je suis pas d’humeur…

EDIT du 15/07/2013:
Après avoir attendu un certain temps, rien ni personne ne s'était manifesté, la vampire avait visiblement halluciné...
Retirant sa seconde chaussure, Llylewin reprit tant bien que mal la direction du QS pour finir cette soirée calamiteuse en bonne compagnie, une bonne vieille bouteille de vodka.


Dernière édition par Llylewin le Lun 15 Juil 2013 - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaro
Administration
avatar

Messages : 484
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 1 Juil 2013 - 23:05

Alors que Jaro désirait rentrer à l’auberge afin de prendre une bonne gorgée de sang pour aider à se remettre de ses blessures, la lycane ne sembla pas du même avis.

« Un clair de lune en ta compagnie ? Voilà une proposition tentante, mais dis moi tu ne me propose pas dans le but de me faire le coup de la sirène n’est ce pas ? M’emmenant au plus proche de l’eau afin de me montrer l’étendu de tes talents, et me faire sombrer dans le sombre océan j’espère. »

Le roi lui fit un petit clin d’œil, il voulait lui faire signifier qu’il connaissait sa nature, que cela ne le dérangeait pas, mais qu’il ne serait pas si simple à avoir en cas de coup fourré.


« Quoiqu’il en soit l’image que j’ai de tes fesses sur le sable m’a convaincue, allons donc faire un petit tour sur la plage. »

Les ondines avaient toujours attisé sa curiosité, il se demandait qu’elle pouvait être le but de sa venue à Galway, et si elle pouvait être utile à sa cast. Oui même durant ces soirée détentes Jaro pensait toujours à l’Undetown.

Enfin, même si le fait de ne pas avoir de sang immédiatement embêtait le vampire, il savait que l’avantage avec ce genre de denrée, c’est qu’elle n’était en aucun cas rare, bien au contraire. Si vraiment il en avait besoin, il en avait une quantité non négligeable juste à coté de lui. Il lui suffirait d’aller se servir à la source, à savoir dans le cou de Mary. Jaro devrait juste faire attention à ne pas la laisser trop s’approcher de l’eau, ou là il aurait peu de chance de maintenir l’avantage.

>>> La suite à la plage

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whoever
PNJ
avatar

Messages : 505
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 6 Aoû 2013 - 20:42


Un petit casse dalle, voilà ce que Cedrick avait pensé quand il avait aperçu cette beauté qui s’aventurait toute seule dans les rues de la ville. Comme c’était imprudent de sa part de se retrouver ainsi malgré l’heure tardive. Il l'avait d'abord suivit avec une petite distance histoire de s'assurer que personne ne la rejoigne, puis avait décidé de passer à l'action au détour d'une des ruelles. L'attaque avait été rapide mais sans aucune précision.

Quelques instant plus tard et après un cri aigu poussé par la donzelle Cédrick était penché dessus d’elle, du sang plein les mains. Cedrick n’était pas du genre fin gourmet, il n’avait jamais réussis à rendre un plat présentable quand il était humain alors maintenant. C’était une véritable boucherie, il y avait du sang partout et on pouvait lire la douleur qu’éprouvait la femme alors qu’elle rendait son dernier souffle, éventré par le vampire.

Le vampire lui avait enfoncé une main dans le ventre, et avec ses crocs lui avait arraché une partie de la gorge afin qu'elle ne pousse pas de second hurlement. Difficile de dire ce qui avait tué la jeune femme, peut être c'était-elle étouffée dans son sang? Une chose était sure, elle n'était pas morte rapidement.

Cédrick ne contempla pas son « œuvre » trop longtemps. Il avait faim. Il planta alors ses croc dans ce qui restait du corps de l’humaine déchiquetant la chaire. Une vraie bête se délectant autant du sang que de la viande qui passait dans sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Sam 10 Aoû 2013 - 21:31

Silas FlaniganCela faisait à peine quelques heures que j'étais en service à cette toute nouvelle affectation. Je regardai mon badge assis à un bureau en attendant qu'un enquête pour moi soit disponibles. Pour le moment, tout était déjà pris; ou alors on ne voulait rien confier au nouveau.

Je commençai même à croire que c'était cela lorsque je reçu un appel qui allait m'envoyer sur une affaire qui allait changer ma perception du monde. En effet, je n'avais pas encore vraiment eu de preuves physiques de ce que le docteur Brooke avançait.

Le poste venait de recevoir un coup de téléphone d'une personne qui venait d'entendre un cri de détresse dans une ruelle.
Le commissaire en chef, Andrea Giacometti avait donc décidé de m'envoyer. Histoire de me mettre à l'épreuve je pense.

Je partis donc en vitesse, espérant retrouver la personne qui avait crié. Je pris une voiture de patrouille, et à l'aide d'une carte je me dirigeai vers le quartier de Rahoon.
L'appel disait que le cri venait d'une ruelle.

J'arrêtai la voiture devant une ruelle, mais laissé les phares allumé pour éclairer le plus loin possible.
A vrai dire, les feux suffisaient pour illuminer toute la ruelle, mais il n'y avait rien. Je devais donc pousser un peu plus loin.

Je pris donc une lampe-torche, revolver toujours rangé, et m'aventurait dans les ruelles sombres en quête de quelque chose qui pourrait me renseigner sur l'origine du cri.

Au détour d'une ruelle, je vis une personne de dos: il s'agissait d'un homme accroupi et penché au dessus d'une autre personne, qui semblait être une femme de ce que je pouvais voir de ma position.
Essayait-il de l'aider? Ou bien l'inverse?
J'allais vite être renseigné.


" Monsieur, je suis de la police, qu'est-ce que s'est-il passé ici? "

En me rapprochant je remarquai qu'il était en train de faire quelque chose au niveau du coup de la victime.

" Que faites-vous ?! Arrêtez ça, et reculez vous ! " , lui ordonnais-je en ralentissant le pas, et préparant ma main à dégainer si besoin il y avait.
Revenir en haut Aller en bas
Whoever
PNJ
avatar

Messages : 505
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 21 Aoû 2013 - 23:49


Trop occupé par le repas qu’il était en train de prendre, trop occupé à se délecter de tous ce sang de cette chaire si fraiche qu’il sentait dans sa bouche son gosier. Mais cette sorte de transe avait un désavantage, celui de ne pas s’occuper de ce qui se passait autour de lui. Il fut surpris d’entendre alors une voix autre que celle provenant  des derniers soupirs de son frugal repas.
Le terme police ne plut pas vraiment au vampire. Avec un peu de chance il ne s’agissait pas de ces vampires qui retournaient la ville depuis quelques mois. Cedrick tourna la tête et entre-aperçu celui qui venait de s’adresser à lui.
Une tête qu’il ne connaissait pas, décidément Cédrick était chanceux.

Le vampire se releva et se positionna bien en évidence. Il était couvert de sang. Une quantité importante était au dessus de sa bouche, mais pas seulement, vu la boucherie qu’il était en train de faire, il en avait partout.

« Bonsoir monsieur l’agent, c’est pas moi c’est de sa faute c’est elle qui a commencée. »

Il montrait le cadavre de la jeune fille, souriant. Cedrick aimait la provoc, et puis c’était pas ce flic qui allait l’emmerder, qu’il tente de le boucler juste pour voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 28 Aoû 2013 - 22:50

Silas FlaniganL'homme; un de ces look de type pas fréquentable, dealer ou preneur de drogue et membre de gang; se releva, et se tourna vers moi. Du sang coulait de sa bouche sur son t-shirt, et recouvrait jusqu'à son nez. Ses mains étaient rouges, couvertes du sang de la victime.
Et malgré cela, malgré ces preuves évidentes, il osa me dire qu'il n'avait rien fait.
Soit il me prenait pour un abruti fini, soit il avait fait la tentative de réanimation la plus hardcore possible. J'optai plutôt pour la première option. Surtout qu'il me souriait en me montrant la victime. Un vrai psychopathe digne d'un film d'horreur.

Il ne me restait plus qu'une chose à découvrir, était-ce un déficient mental cannibale échappé d'un quelconque asile de fous, ou bien était-ce un membre d'une des créatures qualifiées de surnaturel qui existaient vraiment et qui peuplées la ville? J'espérais qu'il s'agisse de la première raison, car s'il s'agissait d'un loup-garou ou d'un vampire, je n'étais ni préparé, ni armé pour faire face à ce genre de danger.
Enfin, je n'avais du moins pas à faire à un lycan, ce mot qui semble être le mot scientifique pour les homme-loups, car la personne qui me faisait face n'était pas recouverte de poils, et n'étaient pas ornée d'oreilles de loup.

Dans tout les cas, il était de mon devoir d'arrêter cette personne. Je dégainai et sortit mes menottes de leur étui de ceinture, et dit:


" A genoux. Les mains sur la tête. Ne faites pas de geste stupide, je ne voudrai pas tuer quelqu'un pour mon premier jour. "
Revenir en haut Aller en bas
Whoever
PNJ
avatar

Messages : 505
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 2 Sep 2013 - 21:07


Du bol, il avait vraiment un putain de bol ce soir. Tomber sur un flic novice, vu sa tête le gringalet ne semblait pas trop habitué à la faune qui se baladait dans les rues de cette ville.
Il fallait voir sa tête pour comprendre que c’était la première fois qu’il se retrouvait face à des boyaux encore chauds.

En tous cas le flic avait du cran, il n’avait pas dégueulé et déjà sortit son arme, rapide pour un bleu, pensa Cédrick.

« Non monsieur l’agent ne tira pas je me rend, c’est du hasard je me baladais dans la rue et je l’ai trouvait la, je tentais de la réanimer. »

En disant ces quelques mots, le vampire avait placé son pied sous le cadavre, discrètement, alors qu’il mettait ses mains derrières sa nuque.

« Je ne suis qu’un innocent petit gars, totalement perdu qui te dis… d’ALLER TE FAIRE FOUTRE ! »

Il donna une violente impulsion et balança le cadavre à moitié ouvert contre le policier. Puis, en explosant de rire il s’enfuit en courant prenant la direction opposée du policier et du cadavre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan-Carlo Valiente
Humain
avatar

Messages : 65
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 23 Sep 2013 - 11:31

Bloody Valentine


Juan était parti sans demander son reste, vexé et en colère. C'était déjà assez difficile de s'installer dans une ville sans connaître personne, il n'avait pas besoin en plus qu'on se foute de sa gueule comme ça. Des vampires et des lycans ! Quel genre d'imbécile pouvait se faire avoir par ça ? Avec des blagues aussi stupides, il était possible que le cigare contienne un pétard...

Le pire était qu'ils avaient quand même réussi à lui faire boire du sang. C'était certes moins dégradant que de l'urine, mais Juan n'aimait pas qu'on le prenne pour un con. La fierté andalouse, sans doute. Il était vraiment remonté.

Tellement remonté qu'il était parti comme une furie sans regarder où il allait et maintenant il était plus ou moins égaré. Le coin était bien moins reluisant que le square où si situait le Bloody Valentine. C'était un euphémisme. L'endroit était même lugubre. Des graffitis, des ordures, un camé défoncé et surtout très peu de luminosité en dehors de celle provenant de la lune.

Juan continua cependant d'avancer, espérant en sortir au plus vite. Il n'était pas d'un naturel peureux, mais le coin n'inspirait guère à la confiance. Surtout qu'il n'était pas écrit sur son front qu'il n'avait pas d'argent sur lui. Il venait de repasser dans la même ruelle pour la seconde fois quand il entendit derrière un léger bruit de pas. Lorsqu'il s'arrêta de marcher pour réfléchir à la direction à prendre, le bruit cessa. Il n'y aurait pas fait attention d'ordinaire, mais les deux zouaves lui avaient fait travailler l'imagination.

Le jeune homme prit à gauche à un rythme plus rapide. Le bruit de pas reprit. On le suivait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whoever
PNJ
avatar

Messages : 505
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 23 Sep 2013 - 22:47


Stephan Merveille

Chaque fin d'après midi, dans sa chambre au fenêtres camouflées c'était le même rituel... D'abord la jambe gauche. Toujours... Puis ensuite la jambe droite. Toujours...

C'était douloureux, mais ces séances d'épilations, Stephan merveille y tenait absolument. Il se réveillait toujours très tôt afin de préparer ses petites virées nocturnes et prenait un soin particulier à ce que sa peau soit la plus douce et brillante possible. Pourquoi ? lui même n'aurait probablement pas su y répondre... Mais un rituel n'a de sens que s'il n'en à aucun... C'était une bonne phrase ça... Il s'empressa d'aller l'écrire dans son journal intime pour ne pas l'oublier...

Ensuite les cheveux... Très important la chevelure... Elle lui demandait toujours une concentration extrême... Le moindre coup de peigne de travers, le moindre contre-sens donné à sa houppette, et c'était toute sa permanente qui était à refaire.

Ancien acteur raté de publicité, égérie de cette fameuse marque de saucisses à hot-dog, sa transformation en vampire était encore récente... Mais il tenait à donner le meilleur de lui même dans ce nouveau rôle qu'il s'était vu attribuer. Rôle qu'il adorait... Chaque soir était une scène nouvelle à sa gloire, lui permettant de réaliser un vieux fantasme d'adolescent(e) qu'il avait toujours tue.

Ce soir c'était la bonne. Et l'appel de ce délicieux nectar qu'il découvrait un peu plus chaque soir se faisait déjà sentir. L'horloge indiquait l'heure tardive, et le signe que le soleil était déjà couché. Il était temps de sortir.

***

Marchant dans les ruelles sombres, il prenait naturellement la direction d'un bar qu'il affectionnait tout particulièrement. Le sang qu'on y servait était de bonne qualité, tout comme ses "fréquentations". Lui qui avait si longtemps était dans l'ombre, a peine remarqué, se sentait a présent appartenir à une élite. Aussi longtemps qu'il y aurait du sang et des humains pour en produire, il serait immortel.

C'est alors qu'au détour d'une ruelle, un homme passa à vive allure devant ses yeux. Curieux bonhomme... Il semblait énervé... Perdu aussi...

Il se prit alors de le suivre à petite distance et bien camouflé afin d'observer son manège... Le mec était perdu, c'était confirmé...

Un léger sourire se dessina alors sur le visage de Stephan, prit par une idée qui avait déjà commencée à pointer le bout de son nez, à la seconde même ou il s'était mis à suivre l'inconnu. Pourquoi ne pas prendre une petite avance sur les consommations de ce soir ?

L'homme bifurqua alors brusquement... ce dernier se savait suivi, c'était évident. Sauf qu'en passant par là...

Sa victime du soir ne connaissait vraiment pas ces ruelles... Lui si. Il accéléra alors le pas pour le suivre là où il s'était engagé. Un large sourire sadique lacéra son beau visage carré lorsqu'il vit bien vite l'individu qu'il suivait, arrêté face à un haut grillage qui fermait la rue.

" Tu t'es perdu mon frère ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan-Carlo Valiente
Humain
avatar

Messages : 65
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 26 Sep 2013 - 11:31

On le suivait ! Quelqu'un marchait derrière lui et semblait ne pas vouloir lâcher l'affaire. Juan tentait de déterminer à quoi ressemblait son admirateur secret (admiratrice ?) au bruit de ses pas. Malheureusement pour lui, l'inconnu semblait souple comme un chat, difficile de juger... Il se serait bien retourné pour mettre les choses au clair, mais cela mènerait sans doute à une confrontation.

Le jeune homme tenta de reprendre ses esprits, si ça se trouve la personne derrière ne lui suivait pas et empruntait le même itinéraire que lui par pure coïncidence. Les sornettes des deux autres guignols l'avaient plus fait travailler du chapeau qu'il n'aurait voulu l'admettre, voilà tout. Il décida tout d'abord de vérifier si on le suivait bien, et pour ça il allait utiliser une vieille astuce : prendre quatre fois de suite gauche aux prochains embranchements.

Gauche.

L'autre personne était toujours là... mais ça ne prouvait absolument rien. Peut être qu'il s'agissait de quelqu'un d'autre et que Juan ne l'avait même pas remarqué.

Gauche.

Il tendit l'oreille, la personne était toujours derrière lui. Là, ça devenait vraiment suspect. Juan accéléra le pas, se demandant ce qu'il pourrait bien faire si le mec voulait de son fric. Il avait peut être encore 5 euros sur lui... Se défendre était une idée, mais il n'avait jamais été un foudre de guerre en baston. Brouillon, tête brûlée, aucune discipline, c'était pratique pour surprendre au début, mais face à un type habitué, ça ne pesait pas lourd.


Il accéléra le pas, et commencerait à sprinter après le prochain tournant, peut être prendrait-il de l'avance sur son poursuivant...

Gauche.


- "Et merde..."

Un grillage l'empêchait d'aller plus loin. Il était coincé. Juan entendit l'autre arriver.

" Tu t'es perdu mon frère ? "

*Non, je suis amateur de grillages urbains et je pensais prendre celui-là en photo... crétin !*

Juan se retourna pour faire face et manqua d'éclater de rire. Il s'était déjà vu aux prises avec un loubard menaçant, balafré, un couteau à la main... Et voilà qu'il tombait sur ce minet propre sur lui et légèrement efféminé...

Juan avait stupidement baissé sa garde devant son physique, oubliant qu'il l'avait tout de même étrangement suivi et se rapprocha du type.

- "Ouais, je cherche à aller en direction de la gare, mais je me suis totalement paumé. Tu peux me filer un coup de main ?"

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whoever
PNJ
avatar

Messages : 505
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 26 Sep 2013 - 23:14


Stephan Merveille

Stephan esquissa un léger sourire au moment où l'homme qu'il suivait répondait à sa question. Bizarrement, il ne paraissait pas hypnotisé par l'être envoûtant et mystérieux qui lui faisait face. Ça devait être un idiot... Ou alors un mec aux goûts plus que douteux.

Lui au moins du gout, il en avait, et trouvait que le mignonnet correspondait parfaitement aux siens. Il répondit alors à l'individu tout en s'avançant.

" Te filer un coup de main ? Non. Par contre toi tu peux m'aider... "

Il leva alors la tête dans une position qu'il pensa virile et se passe une main dans ses cheveux avec élégance, parce qu'il le valait bien... Il afficha alors un large sourire révélant ses dents blanchies artificiellement, et particulièrement ses canines, avant de préciser.

" Tu peux m'aider à prendre mon pied ce soir ! "

Vif comme l'éclair, il fonça alors en direction de Juan, qui ne s'attendait pas à une telle vitesse, pour lui infliger un violent coup de poing dans l'estomac.
Avec une force que son aspect ne laissait pas imaginer également, il attrapa alors le jeune homme par le col, pour le plaquer violemment contre l'un des murs de la ruelle.

La main de Stephan toujours accroché au col de la chemise de Juan, et son avant faisant pression contre sa gorge afin de maintenir sa tête relevé, il appuya alors son corps contre le sien pour l'empêcher de s'échapper. Il huma pour finir le parfum qu'offrait le cou dégagé de son adversaire.

Ne cachant même plus son excitation, il murmura alors à l'oreille de sa victime du soir.

"Tu sais quoi ? je crois que je vais d'abord te pomper un peu de sang, ensuite..."

Il fit descendre sensuellement sa main libre le long de l'abdomen de sa victime pour s'arrêter à une zone sensible que la décence ne permet pas de nommer... Enfin pour les plus curieux disons qu'il s'amusait seulement à malaxer le système de visée intégré à tout être masculin pour marquer son territoire...

" ... Quand tu sera assez amorphe, je pense que je vais m'amuser un peu avec ton joli petit cul ! Après seulement je finirais de boire ton sang."

Il rapproche alors ses lèvres de son cou.

" Tu peux gueuler tant que tu veux... En règle générale ça m'excite ... "

Il ouvrit la bouche, prêt à planter ses crocs dans la carotides frémissante du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan-Carlo Valiente
Humain
avatar

Messages : 65
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Ven 27 Sep 2013 - 11:08

" Te filer un coup de main ? Non. Par contre toi tu peux m'aider... "

Juan qui avait commencé à se rapprocher s'arrêta net, interdit. L'aider ? Il ne savait pas trop dans quel sens cette conversation allait partir, mais l'autre se comportait étrangement : il prit une pose ridicule, se passa la main dans les cheveux et lui sourit à pleine dents. Juan mit quelques secondes à repérer les longues canines. Des prothèses ? Toute cette ville était donc pleine de tarés qui se prenaient pour des vampires... dingue !

" Tu peux m'aider à prendre mon pied ce soir ! "

Il en fut bouche bée. Puis indigné. Comment pouvait-on le prendre pour un gay ? Lui le fier et viril espagnol ?

- "De quoi ?"

En une fraction de secondes, l'autre fut sur lui et lui expédia un terrible crochet dans le ventre. Juan n'avait pas eu le temps de réagir et le voilà plié en deux sous la douleur du coup. Sans plus comprendre la suite, il fut plaqué contre un mur et immobilisé. Ce type avait une force et une rapidité surhumaines ! Il aurait bien voulu creuser la question, mais ce n'était pas la priorité.

Juan était parfaitement immobilisé, la prise de ce type était ferme, il ne pouvait bouger aucune partie de son corps. Sentir le corps d'un autre homme contre le sien le répugnait, alors quand son agresseur s'approcha de son cou pour le renifler, Juan ne put s'empêcher de frémir de dégoût et de colère.

Il s'apprêtait à insulter ce taré quand il lui parla de pomper son sang... ce type ferait mieux d'aller voir un psy, il se prenait vraiment pour un vampire. La deuxième partie de son plan lui déplut encore plus. Juan se faisait tripoter ! Par un mec ! Cela faisait plus d'un mois qu'on ne l'avait pas tripoté et il fallait que ce soit par un autre gars ! Et il avait des vues sur ses fesses ! Il était désormais hors de lui et se débattait de toutes ses forces.

Mais rien à faire, l'autre était décidément trop fort. Il le savait et il en tirait un pied monstre. Juan continuait de se débattre, même en sachant que ça devait exciter ce détraqué.

- "Hijo de puta !"

Il n'y avait rien à faire à part espérer à une blague... Ce n'était pas le cas. Juan capta le regard de ce type quand il commença à plonger vers sa gorge et comprit. Il n'avait plus rien du minet frimeur, son regard était celui du prédateur fondant sur sa proie. Ce type était le lion et Juan la gazelle... Sauf que le regard de ce type avait en prime une touche de sadisme et de perversité.

Le jeune homme avait enfin compris. Keith et Gordon ne s'étaient pas foutus de lui, ils avaient véritablement voulu le prévenir. Le cocktail au sang, la vitesse et la force du mec, ses canines... c'était vraiment un vampire. La peur commença à s'insinuer en lui, alors qu'il sentit le contact de la pointe des canines contre sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keith
Vampire
avatar

Messages : 220
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Ven 27 Sep 2013 - 12:06

L'espagnol avait cru à une mauvaise blague, alors que Gordon et lui avait essayé de le prévenir des dangers de cette ville particulière. Peut-être qu'il aurait-fallu être plus démonstratif, peut-être moins direct ou voir plus. De toute manière, c'était une nouvelle tellement difficile à appréhender qu'il n'y avait pas de formule adéquate pour en parler.

Ils se retrouvèrent Gordon et lui en train d'essayer de rattraper Juan pour lui faire comprendre que ce n'était pas une blague de mauvais goûts, mais la vérité pure et simple. Et l'hidalgo était parti dans la pire direction possible : le quartier de Rahoon et plus particulièrement dans le dédale des ruelles où la majorité des vampires partaient en chasse en acculant leur proie dans ce labyrinthe. Keith avait déjà vu plusieurs cadavres dans ces ruelles. Il essaya de repérer l'odeur de Juan. C'était extrêmement difficile, mais il y arrivait tout de même, la piste était fraiche. Il accéléra le pas pour ne pas perdre l'odeur et un mauvais pressentiment l'envahit. L'inspecteur savait que dernièrement un nouveau vampire était en chasse dans ces ruelles, car il avait lu plusieurs rapports sur des cadavres récents. Il avait d'ailleurs un étrange comportement, il profitait sexuellement de ses proies après ou avant de se nourrir. Juan courrait un danger certain s'il se trouvait nez à nez avec ce vampire sadique. Tout à coup, Keith s'arrêta net. Il sentit une odeur de gel pour cheveux qu'ils le valaient bien. Odeur qu'il avait déjà sentit sur les cadavres des victimes du fameux vampire. Il attrapa le bras de Gordon un peu plus fermement qu'il l'aurait voulu.

- Juan court un grand danger. Un vampire est en chasse dans le coin et il faut le retrouver au plus vite. Ne fais plus un bruit, je vais essayer de les repérer.

Keith ferma les yeux et se concentra sur les bruits des ruelles. Il entendait le coeur de Gordon près de lui. Il se concentra plus. Des rats dans une poubelle un peu plus loin, puis un chien en train de ronger un os. Et il entendit des voix. Deux pour être précis. A deux rues sur leur gauche, mais il n'entendait qu'un coeur. Il sprinta d'un seul coup dans cette direction. C'était bien la voix de Juan et une autre inconnue. Il tourna à l'angle de la ruelle et vie l'étrange spectacle. Ce n'est pas qu'il n'avait pas l'habitude de voir se nourrir un vampire, c'était surtout la main qui se baladait à un endroit qu'elle ne devait pas. L'inspecteur se jeta alors sur le vampire, mais il avait déjà entré ses crocs dans la gorge de l'infortuné Juan.

- Police de Galway ! cria-t-il. Vous êtes en état d'arrestation.

_________________
Keith MILLIGAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whoever
PNJ
avatar

Messages : 505
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 29 Sep 2013 - 20:36


Stephan Merveille

Stephan se laissa aller au plaisir orgasmique du sang frais pénétrant son organisme. Ses crocs planté dans la jugulaire de Juan, et maintenant fermement sa prise, il avait décidé d'y aller très doucement afin de profiter un maximum de cette extase sans cesses nouvelle à chacune de ses petites soirées.

Ses alors que les bruits de pas d'une personne qui courait dans sa direction se fit entendre. Le vampire n'eut que le temps de relâcher son étreinte et tourner la tête vers la source de ce bruit, quand il sentit un choc violent contre se poitrine. Un inconnu était venu troubler la fête pour se jeter sur lui.

A terre, il put alors distinguer le visage de celui qui l'avait ainsi malmené et se retrouvait à présent sur lui. Il put alors entendre un ferme et vindicatif :

-Police de Galway ! Vous êtes en état d'arrestation ! "

Pour Stephan, il était hors de question que ses frasques nocturnes s'arrêtent ici. Il avait encore tant à accomplir, il se sentait si proche d'atteindre la perfection physique !!! Et il allait laisser cet enfoiré de flic gâcher son oeuvre ?! Il s'était entraîné pour affronter ce genre de situation et ce déchet qui ne comprenait rien à la transcendance de son art, allait pouvoir en juger.

" Tu rêve poulet ! "

Il parvint alors à placer son genoux contre l'abdomen de son agresseur, et dans un mouvement qui n'aurait été parfait que s'il était accompagné de poussière d'étoile, il parvint à l'éjecter en arrière, dans une brouette japonaise dont il avait toujours cru jusque là qu'il s'agissait d'une position du Kama Sutra.

Il se releva alors et n'écoutant que son courage, décida de prendre la fuite. Problème... Un autre énergumène aux allures de surfeur australien se trouvait là, barrant le passage, et observant toute la scène.

Comme le disait si bien maître Yoda : Quand se pointer la merde tu vois, en escadrille toujours elle arrive...

Ivre de colère, il passa sa main sous son long manteau de cuir et en sortit un petit sabre Kodashi qui y était dissimulé. Profitant que son premier agresseur soit à terre, il commença alors à courir à pleine vitesse, joignit les mains contre le pommeau de son arme, et lèva les bras afin de s'apprêter à trancher en deux "boucle d'or".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gordon
Humain
avatar

Messages : 322
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 29 Sep 2013 - 21:22

Aie... C'était peut être un peu trop violent comme blague, pour faire office de démonstration. Juan avait plus que mal pris la plaisanterie, d'un gout douteux il fallait l'avouer, et c'était enfuis à toute jambe pour quitter le Bloody Valentine et disparaitre dans les rues de Galway.

D'un commun accord Keith et Gordon avaient donc décidé de le suivre avant que ce dernier ne fasse une mauvaise rencontre, ou ne fasse tout simplement une grosse connerie.

Notre blondinet connaissait mal ces ruelles, ainsi fit-il confiance au vampire qui l'accompagnait, et se contenta-t-il de le suivre sans un mot. Ce dernier fit alors appel à tous ces sens afin de pouvoir localiser l'hidalgo qu'ils avaient malencontreusement perdu.

A la réaction de son compagnon, et notamment après ce qu'il lui avait dit sur ce mystérieux tueur, il n'eut pas de mal à comprendre que les nouvelles n'étaient pas bonnes, et qu'il convenait de retrouver Juan au plus vite.
Dans un "Hey !" légèrement surpris, il se laissa alors entrainer par le bras, dans les ruelles sombres du quartier de Rahoon.

Keith s'arrêta alors, ayant visiblement atteint la destination que lui indiquait son intuition. Juan se trouvait bien dans la rue, en compagnie d'un autre homme... Avec qui il semblait en pleine conversation plus qu'intime...

Le vampire qui l'accompagnait ne prit même pas la peine de réfléchir et fonça directement sur son homologue fort peu galant. Préférant le laisser faire son métier, il croisa alors les bras, et attendit patiemment dans la ruelle que Keith interpelle le criminel.

Malheureusement, les choses ne se passèrent pas aussi simplement qu'il l'aurait souhaité... Le vampire criminel avait quelques notions de combat et s'empressa de le montrer au vampire policier, en le dégageant vite fait bien fait de sa position. Ce dernier se releva alors très vite et dégaina un sabre pour foncer en direction de Gordon.

Et merde...

Ayant heureusement eu le temps d'anticiper immédiatement l'ouverture dans la garde du fou qui lui fonçait dessus, il n'eut qu'à décroiser les bras pour laisser à ces dernier faire leur office de balancier, pivoter son bassin, lever puis tendre sa jambe, et laisser enfin la semelle de sa bottine s'écraser contre le visage de l'imbécile qui avait jugé judicieux de lever ses deux bras pour le frapper...

Il espérait ainsi que le vampire, aussi vampirique soit-il puisse faire la différence entre imiter grossièrement des techniques d'art martiaux vues à la télé et maitriser depuis des années un style de combat utilisé par l'armée, spécialement aboutit pour gérer les créatures dans son genre.

Lorsqu'il reposa pied à terre, Stephan prit dans son élan était logiquement derrière lui. Il prit alors le risque de tourner le regard rapidement en direction de ses deux compagnons.

" Ça va ? il n'y a pas trop de casse ? "

Spoiler:
 

_________________
Gordon Theme

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les ruelles sombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une ruelle sombre
» Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes
» Les ruelles de Konoha
» Course poursuite dans les ruelles
» [Ta-Metru] Ruelles de Ta-Metru
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Rahoon
-