AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les ruelles sombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 4 Juin 2012 - 18:59

Draz GuulElle avait réussi à fuir, elle était en sécurité dans cette boutique, sa rage se dissipait lentement à présent. Examinant l'endroit d'un oeil peu attentif, elle remarqua tout de même que certains objets présents sur le comptoir avait des noms tout à fait inadaptés aux articles qu'ils présentaient. Comme cette " Eau de Cologne " dont le contenu verdâtre plus ou moins liquide était des plus repoussants. Ou encore cet " Animal décoratif " qui n'était autre qu'une tête de chien empaillé et aux crocs acérés. Une odeur particulière et plus repoussante que tous les articles de cette boutique réunis donna des hauts le coeur à Draz, une de ces odeurs qu'on n'oublie pas quand on connait ce genre de créatures... l'odeur d'un lycan.

Comme bien souvent, la vampire voulue caresser le pommeau de son arme qu'elle avait maladroitement planqué sous sa veste en cuir. Elle savait que son Kanhjar était assez imposant et très difficile à cacher de ce fait... cependant Draz ne pouvait se résoudre à s'en séparer, sa lame tranchante lui avait apporté bien des victoires par le passé.
Il était un héritage, un souvenir de ses racines profondes, le cadeau que son père lui avait légué lorsqu'elle fut capable de se battre. Ca ne l'empêchait pas d'être une guerrière redoutable même désarmée, elle avait acquis une dextérité effrayante au cours de ses siècles de vie. Aussi lorsque sa main se referma dans le vide alors qu'elle s'apprêtait à saisir son arme fétiche, son expression changea du tout au tout, cédant à la panique.
Sans sa lame, la vampire se sentait cruellement nue. Surtout si un lycan se cachait dans les parages.

Soudain, l'homme qui l'avait percuté apparut sur le seuil, il entra dans la boutique.

« Bonsoir mademoiselle, je sais que j'ai manqué d'égard en vous percutant, mais est-ce une raison pour me menacer de me manger ? »

Qu'est ce qu'il trafiquait ? Voulait-il se frotter à Draz n'avait-elle pas mis en garde cet homme en lui offrant son regarde le plus méprisant. Quelle arrogance lui permettait de sourire ainsi, ne se sentait-il pas en danger face à la vampire ?

« Au fait, dans ta fuite, je crois que tu as perdu ceci. »

Les yeux injectés de sang de l'africaine s'arrêtèrent sur l'arme... Cet homme, est-il un voleur ? Cet incident dans la rue n'était-il qu'une distraction pour lui dérober son bien le plus cher. S'arrêtant à cette conclusion sans plus réfléchir, la vampire voulue lui arracher le Khanjar des mains.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur J. M.
Humain


Messages : 235
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 7 Juin 2012 - 22:17

James se méfiait de cette étrange personne. Malgré tout il la fascinait, son attitude, ce regard, elle semblait si… Différente. N’importe qui n’aurait même pas pris la peine d’aller lui rendre son arme, mais le professeur était vraiment désireux de faire connaissance avec la demoiselle.

Cependant, il ne put s’empêcher de faire un pas en arrière lorsqu’elle s’avança trop près afin de lui prendre l’arme. Non pas qu’il voulait jouer avec elle, mais ce fut comme un reflexe, un peu comme si son instinct de survis avait pris le dessus sur son corps. Il suivait avec une attention particulière le moindre de ses gestes, sa main gauche enserrant le pommeau de sa canne.
Il avait l’impression d’être fasse à un animal sauvage, captivante mais dangereuse. Difficile d’expliquer d’ou venait se ressentit. Du moins pas consciemment. Il fallait dire que c’était la première fois que James se retrouvait fasse à un vampire, lui qui en niait l’existence !

« Hey, doucement, je te l’ai dit je ne suis juste là pour te rendre ton jouet, celui que tu as fais tomber dans la rue. Un merci aurait était de meilleure convenance que cette agressivité à peine caché. »

Le ton du professeur se voulait doux, mais on pouvait ressentir une pointe de reproche, déformation professionnel sans aucun doute.

En signe de « paix », James qui s’était éloigné de quelques pas lui lança son poignard, un lancé volontairement lobé, lui permettant de se positionner afin de réagir au cas ou la jeune femme décide de se montrer une nouvelle fois agressive, car maintenant elle pourrait se servir de son « jouet ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 13 Juin 2012 - 0:37

Draz Guul
En voyant son couteau s'envoler dans les airs Draz ne se fit pas prier pour l'attraper. Une fois entre ses pattes, elle le fit tournoyer avant de le dissimuler sous ses vêtements.

C'était un homme visiblement intrépide qui lui faisait face, cependant il aurait pu garder l'arme pour lui, la laisser simplement sur le sol ou passer un coup de fil aux autorités.

Quoi qu'il en soit, la vampire n'avait pas l'habitude que les gens qui croisent son chemin (hormis la haute instance de la horde), ne soit pas effrayés par sa personne. En une pareille situation peut être attendait-il un "merci" de sa part. Il fallait dire que la vampire n'avait pas pour coutume de remercier son entourage et encore moins un parfait inconnu qui de plus sentait une odeur de repas... Elle se contenta donc de légèrement hocher la tête en signe de gratitude.

Soudain son organe olfactif lui remémora l'odeur infecte de chien mouillé qui baignait la boutique, si le propriétaire était un lycan il valait mieux dégager fissa d'ici, mais Draz n'était pas une peureuse et se mesurer aux autres était un de ses passes temps favoris.
Elle se serait bien échauffée sur l'humain d'en face si elle avait jugé que le combat eu un quelconque intérêt, or cet homme d'âge mûr n'avait certainement plus sa vivacité d'autrefois et quand bien même possédait-il une canne pour se défendre, un simple bâton face à un monstre buveur de sang se révèlerai dérisoire.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 13 Juin 2012 - 21:57

(Pas de soucis ne t’inquiète pas et prend ton temps^^)

James observait avec une certaine attention la jeune femme. Elle se saisit de son arme au vol et la rangea rapidement, avec une adresse impressionnante. Pas de doute, elle ne possédait visiblement pas cet objet dans le but d’effrayer le moindre importun, elle savait se servir de ce poignard.
Mais alors pourquoi James ne se contentait pas de la saluer et de disparaître ? Etrange, et pas forcément explicable pour le professeur, mais il n’arrivait pas à se décider de partir, comme hypnotisé par cette étrange femme.

D’ailleurs, l’espace d’un instant l’inconnue sembla l’ignorer, comme si quelque chose d’autre l’avait troublé. Décidément cette personne était des plus étranges.

« Toujours pas un merci ? Vous êtes dure en affaire, mais je suis Anglais et donc visiblement aussi têtue que vous. »

James esquissa un petit sourire, sans pour autant lâcher le pommeau de sa canne. Il continuait de fixer la jeune femme, toujours autant fasciné.

« Il se fait tard et je ne pense pas que continuer de discuter dans cette boutique soit judicieux. Si nous allions dans un endroit un peu plus à propos ? Vous connaissez un bar, pas trop loin d’ici ? »

Continuer la discussion… Depuis leurs rencontres il n’avait pas vraiment eu l’occasion de beaucoup entendre le son de sa voix. Mais c’était une chose qu’il comptait bien changer, car certes cette jeune femme ne semblait pas commode, mais aux yeux du professeur elle était fascinante, son comportement étrange, et son attitude, son aura avait quelque chose de troublant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 17 Juin 2012 - 22:30

Draz GuulDéserter les lieux, finalement l'inconnu avait un bon instinct et sur ce point leur idées convergeaient.

Draz n'avait prêté qu'une vague attention aux paroles de cet homme, passer un peu de temps en sa compagnie comme il le proposait était une idée totalement extravagante à ses yeux : en premier lieu être au côte à côte avec une race inférieure la répugnait profondément, en second lieu elle avait horreurs des bavardages inutiles et s'ennuyait toujours lors des conversations qui ne tournaient pas autour de ses domaines de prédilections : abattre des cibles et railler à propos des gens de la surface.

Elle consentit à sortir de la boutique, mais vu que le vieux ne la laissait pas tranquille (quoique ce mot ne fut approprié que pour qualifier l'apparence de ce dernier, car Draz avait bien plus d'années au compteur) elle daigna tout de même lui adressez ces quelques paroles : " C'est vrai que cet endroit n'est pas fait pour les êtres vulnérables, d'ailleurs je demande ce que fou un hum... un homme tel que vous à lambiner ici à une heure pareille. Pas que je m'intéresserai à vos affaires, loin de là, cependant même les bars ne sont pas recommandables dans le coin, à moins d'avoir en tête des idées suicidaires. "

Draz sourit... un sourire assez inquiétant et loin d'être amical, ses yeux scrutèrent l'humain.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 19 Juin 2012 - 22:16

Le professeur continuait de suivre les gestes de la jeune femme, ses gestes, son regard… Enfin elle lui adressa la parole. Ce n’était pas franchement amical, mais très intéressant. Elle avait tout de la prédatrice, le regard, le comportement, tout montrait en elle une certaine hostilité. James avait déjà observé des jeune femmes sur la défensive, après tout il avait vécu à Londres, et le métro était bondé de ce genre de demoiselle, car constamment harcelé par des hommes d’aucune éducations voire même des pervers. Cependant, l’inconnue qu’il avait face à lui dégageait autre chose, quelque chose de plus animal.

« Des êtres vulnérables… Vous avez une façon assez superficielle de juger les individus mademoiselle. Oserais-je affirmer que vous êtes faible parce que vous êtes une simple femme ? Ce fier aux apparences est bien imprudent. »

James avait du mal à réaliser qu’il tenait ce genre de propos. Il jugeait ses réponses agressives, très excessives de la part d’un homme s’adressant à une parfaite inconnue. Cependant c’était plus fort que lui. Autant il était captivait par cette jeune femme, autant rarement dans sa vie il ne s’était sentit aussi tendu.

« Dois-je vous prouver que je n’ai rien de suicidaire, et qu’au contraire vous êtes l’imprudente de la situation, ou accepterez vous simplement de prendre un café en ma compagnie ? »

Un drôle d’ultimatum, le professeur avait même du mal à réaliser la teneur de ses propos. La tension était si forte qu’elle en était presque palpable. James avait reculé sa jambe droite afin de lui assurer un meilleur appuie et sa deuxième main avait rejoint la première, sur la canne afin de pouvoir dégainer rapidement, en fonction de la réponse de le jeune femme.
Il avait cependant du mal à réaliser, et surtout à comprendre ce qui se passait réellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 25 Juin 2012 - 14:29

Draz Guul" Bien va pour le café "
Elle venait de parler avec un ton monocorde, l'étranger ne l'intéressait point et s'il pensait avoir réussi à amadouer la femme farouche qu'était Draz il se trompait. En effet celle-ci venait d'élaborer un plan simple : conduire l'inconnu à l'éventreur insomniaque, puis discrètement s'éclipser dans le passage vers les profondeurs, ça s'était le plan a, s'il y avait des complications alors il faudrait passer au plan b, c'est-à-dire se débarrasser de lui.

Quoi qu'il en soit, la veille vampire savait qu'en un lieu pareil traînait toutes sortes de créatures mal intentionnées et que si le monsieur cherchait les noises à quelqu'un, il finirait en bifteck, il n'avait pas l'air d'un tempérament nerveux mais Draz savait qu'elle l'avait quelque peu déstabilisé et peu importe les évènements à venir au moins elle serait débarrassée. Certes, il lui avait rapporté sa dague chérie...

" Désolé j'en ai oublié les bonnes manières je le crains, permettez-moi de m'excuser c'est volontiers que je vous offrirai à boire et puisque vous insistez je me permets de vous emmener dans ma taverne préférée. "

C'était gros comme une maison lorsque Draz tenta de paraitre polie, ces piètres talents d'actrice n'étaient pas connus pour faire mouche, de plus un sourire étrange flottait sur ses lèvres. L'inconnu allait-il se prendre au jeu?
Revenir en haut Aller en bas
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 28 Juin 2012 - 17:19

Alors que le professeur se préparait à dégainer sa lame pour affronter la jeune femme, celle ci changea radicalement d’attitude. Certes il n’était pas difficile de sentir que tous cela n’était que mensonge et que chacun de ses mots étaient pur mensonge, mais l’espace d’un instant la tension que James ressentait disparu.
Le changement fut si abrupt que l’espace d’un instant le professeur fut décontenancé. Il mit quelques secondes avant de réaliser ce que venait de lui dire l’inconnue. Elle semblait s’exprimer avec bien plus d’aisance que précédemment, et maintenant énonçait des phrases parfaitement construites, alors que peu de temps avant, James n’avait réussis à lui faire dire que deux trois mots, un peu comme si la langue de Shakespeare lui était totalement étrangère.

L’attitude de la jeune femme souleva un million de questions dans l’esprit du professeur augmentant encore l’intérêt qu’il portait à cette femme.

« Heu… Oui avec grand plaisir, ne connaissant pas le lieu je vous laisse me montrer ou se trouve cette taverne. »

Quelques instants auparavant, il aurait parié n’importe quoi qu’elle était totalement étrangère à la ville, une nouvel venue, perdue et agressive face à l’inconnue. Mais voilà que maintenant elle veniat de lui prouver que non seulement elle maitrisait leurs langues, mais en plus elle connaissait la ville mieux que lui… Tous cela était fascinant et pour rien au monde il ne laisserait partir une personne aussi fascinante… Et dangereuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 1 Juil 2012 - 15:23

Draz GuulUne fois l'homme dans sa poche Draz ne se fit pas prier pour lui offrir son meilleur sourire.
De sa foulée animale la vampire se mit en route, dans la pénombre environnante elle distingua les mille ouvertures possibles. Les ruelles sombres lui offraient un avantage considérable et l'espace d'un instant l'idée de tuer l'inconnu effleura son esprit, elles étaient pratiquement désertes ainsi le pauvre homme n'aurait pas à bénéficier de témoin. Elle n'avait qu'à se ruer sur lui pour mettre pour un terme à ses jours en l'espace de quelques secondes et vendre le cadavre. Sa macabre entreprise la faisait frémir de plaisir. Après tout un humain de moins ou un de plus... d'ailleurs cet homme quelle était son identité ? L'amener si près de son nid était-ce une bonne idée ? ... humm Draz n'avait pas pour habitude de se méfier de ses proies, par le passé cependant elle l'avait quelques fois regretté amèrement.

La lointaine odeur de nourriture la ramena à la réalité, elle n'avait que peu prêté attention à son inconnu cependant elle avait veillé à conserver une cadence lente et pouvait entendre la respiration de ce dernier. Ils se faufilèrent dans des espaces plus ou moins étroits, cependant Draz veilla à arpenter les rues les moins susceptibles de présenter un danger. Petit à petit les chemins devinrent plus larges, quand enfin dans toute sa lugubre splendeur la taverne se dressa devant eux.

[la suite à la taverne donc, je poste ou tu postes ? ]
Revenir en haut Aller en bas
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 11 Juil 2012 - 17:00

[RP avec Triskell]


Les ruelles de Galway étaient vides, le soleil venait de se coucher et le ciel avait été menaçant toute la journée. Le tonnerre avait grondé et les nuages s'étaient amoncelés sans pour autant qu'un orage éclate et dans l'air flottait cette humidité typique aux pluies d'été.

Dans le silence presque pesant résonnait un bruit de talon dont le son était amplifié par le vide alentours. Lady Velvet marchait d'un pas tranquille, sans but précis, ayant décidé ce jour-là de se perdre dans ce dédale de ruelles malgré cet air pesant qui lui procurait un début de migraine. Elle avait vaguement espéré qu'il se mette à pleuvoir mais le temps semblait indécis voire contrariant et c'est avec une moue agacée qu'elle était sortie dès que le soleil avait enfin disparu.

Elle n'avait encore pas pris le temps d'explorer cette partie de la ville mais l'avait aperçu lors de sa petite virée à l'Eventreur Insomniaque. Ayant noté dans un petit coin de sa tête qu'il faudrait qu'elle vienne voir plus près ce qui se cachait par là, elle s'était enfin décidée mais il fallait qu'elle se l'avoue, elle était quelque peu déçue.

L'obscurité ne semblait cacher rien d'autre que des graffitis et des détritus et les humains de Galway semblaient avoir la présence d'esprit d'éviter ce genre d'endroit une fois la nuit tombée. Rien qu'à cette pensée, elle eut l'eau à la bouche. Il faut dire qu'elle s'astreignait à un régime drastique auquel elle n'était guère habituée depuis son arrivée et, si elle n'étais pas spécialement gourmande, elle commençait à ressentir un manque certain.

C'est alors qu'elle entendit un mouvement un peu plus loin, dans l'obscurité. Ses yeux étaient habituée au peu de luminosité de la ruelle mais elle dut les plisser pour essayer d'apercevoir quelque chose. Une silhouette à contrejour de l'un des rares lampadaires qui fonctionnaient encore par ici, voilà tout ce qu'elle arrivait à distinguer. Nullement effrayée, elle s'avança tranquillement et se racla la gorge avant de prendre la parole.


"Bonsoir ? Il y a quelqu'un ?"

Ce n'était pas comme ça qu'elle pourrait potentiellement attraper son dîner par surprise mais après tout, elle était civilisée et pourrait bien tenir quelques heures de plus sans devenir une bête sanguinaire prête à dévorer tout ce qui bouge.


Dernière édition par Lady Velvet le Jeu 12 Juil 2012 - 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 11 Juil 2012 - 22:00

Triskell dourTriskell errait depuis deux longues heures dans les rues de Galway, de Highfield Park et sa rue commerçante à cette petite ruelle qu'il avait préféré prendre au lieu de suivre l'avenue. A croire qu'il recherchait les ennuis, car cette ruelle l'emmenait dans une autre ruelle et ensuite encore dans une autre, une suite interminable de ruelles qui se ressemblaient toutes. Il tournait en rond, il était passé trois fois au même endroit il le reconnaissait grâce à l'affiche tachée de sang représentant un certain Eventreur Insomniaque, peut être était-ce un bouge infâme ou une taverne des plus rustique, en tout cas ce nom ne lui inspirait pas confiance.

Il s'arrêta un instant dans un coin très sombre, le temps d'observer le ciel comme s'il guettait la moindre goutte de pluie, mais bizarrement le ciel était très sombre à Galway, il avait remarqué cela en approchant du parc d'attraction abandonné, comme si un nuage sombre et pesant recouvrait en permanence la ville. Il faut dire qu'il n'avait pas l'habitude de sentir quelque chose d'aussi pesant dans l'air et cela ne le rassurait pas, car sur la route de Galway il n'avait pas pensé à se procurer un parapluie et il avait peur que le temps soit volatil.

Il profita d'une fenêtre pour se regarder et s'arranger un peu, même si cela faisait des heures qu'il n'avait croisé personne, c'était préférable de toujours être sous son meilleur jour. Il devrait sans aucun doute arrêter et accoster la première personne douée de parole qu'il croiserait pour demander où il se trouvait et où il pourrait trouver un lieu pour se détendre, se nourrir et se reposer.

Il continuait d'avancer et de s'enfoncer de plus en plus dans cette obscurité omniprésente, en effet, ce dédale de ruelles était équipé de très peu de sources lumineuses, seul un vieux lampadaire en très mauvais état illuminait au loin, d'ailleurs il pouvait voir une silhouette dans cet éclat lointain, était-ce enfin quelqu'un ? Triskell s'avançait d'un pas indécis vers cette silhouette et miracle, c'était bel et bien une personne perdue dans ces ruelles.

La silhouette s'arrêta, se retourna et demanda s'il y avait quelqu'un, d'un ton grave, mais avec une touche de douceur et un très léger et infime accent. Triskell s'arrêta un instant pour observer cette silhouette, c'était une très belle femme avec une chevelure de couleur platine qui scintillait avec les quelques reflets de lumière du lampadaire. Elle semblait très raffinée et chic, quand elle se retournât, on pouvait entendre le bruit de différent métaux qui s'entrechoquaient, sans doute était-ce dut à toutes les breloques brillante et scintillante qu'elle portait sur elle.

Triskell pénétra dans la lumière permettant ainsi de le distinguer dans son entièreté. C'était un jeune homme très mignon, les cheveux bruns et les yeux noisettes, habillé d'un pull-over bleue marine plutôt sale et déchiré, son pantalon en jeans faisait peine à voir et aurait bien besoin d'un petit coup d'aiguille et de fils et il ne portait même pas de chaussures. Malgré son malaise, il souriait en regardant cette très charmante dame et en se demandant ce que pouvait faire une dame aussi raffinée dans un lieu aussi glauque.

Il prit son courage à deux mains, dix secondes de folies et accompagné de son plus beau sourire dît :


- "Bonsoir, je m'excuse si je vous ai fait peur Madame. Je suis perdu, pourriez-vous m'aider s'il vous plait ?"

Il s'arrêtât sur place et observât le visage de la charmante dame, elle avait quelque chose de familier, cette prestance et ce teint ne lui était pas inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 12 Juil 2012 - 12:18

Il n'avait fallu que quelques secondes à l'impudent, ou l'inconscient, qui se trouvait lui-aussi dans la ruelle pour se faire entendre. Velvet haussa un sourcil, prenant quelques secondes pour l'observer. Il n'avait rien d'un vampire, elle pouvait aisément le devenir en voyant le sang affluer sur son visage à intervalles réguliers et elle ne put s'empêcher de grimacer en remarquant sa tenue particulièrement négligée et dans un état pitoyable.

Relevant brièvement le menton et esquissant la moue hautaine qui lui était habituelle lorsqu'elle était en présence d'étranger, elle le fixa avec attention, sans ciller. Comment pouvait-il croire qu'avec sa tenue dépenaillée il pouvait lui faire peur ?
D'ailleurs, si elle prenait quelques secondes pour y réfléchir, il y avait bien longtemps que personne ne l'avait effrayée. Elle avait trop souvent affronté la mort et avait vu trop d'horreur pour avoir peur du premier clochard venu.

Pourtant la curiosité la poussait à essayer de savoir ce qu'un humain, tout du moins donnait-il l'impression de n'être qu'un simple être humain, pouvait bien faire dans le coin à une heure aussi tardive. Etait-il suicidaire ou réellement perdu ? Et, le cas échéant, aurait-elle trouvé de quoi se sustenter ?


"Vous ne pas avoir besoin de vous excuser. Il n'y a aucun problème je n'ai pas eu peur. Il m'en faut beaucoup plus."

Elle réprima une grimace lorsqu'elle entendit le son de sa voix. Elle avait beau faire des exercices quotidiens, elle n'arriverait jamais à se défaire de son accent slave et il n'était difficile pour personne de deviner ses origines dès ses premières paroles.
Se raclant la gorge et lissant ses gants d'un geste machinal, elle reprit sans détourner son regard de l'homme qui se trouvait devant elle.

"Perdu ? Il être vrai que pour se retrouver ici à cette heure de la journée il faut savoir exactement ce qu'on fait où être totalement perdu. Vous ne pas être de Galway ?"

Elle-même n'était là que depuis quelques mois mais elle avait réussi à se familiariser avec les méandres des rues de Galway. Elle ne s'était que très peu perdue les premières nuits dans les artères principales de la ville et maintenant elle n'avait plus aucune réticence à s'aventurer dans des recoins moins connus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 12 Juil 2012 - 18:11

Triskell dourTriskell jubilait d'enfin rencontrer quelqu'un dans cette ville, car cette utopie n'était pas facile d'accès au premier quidam. Il ne lâchait pas le regard de la dame et avait pu remarquer la légère grimace qui avait traversé son visage, il regardait alors ses pauvres vêtements défraichis et usés par le long et périlleux voyage vers Galway. Il se sentît très mal à l'aise et ne pût s'empêcher de l'afficher sur son visage.

- "J..je suis désolé pour ma tenue peu frivole Madame, j'ai fait un très long voyage pour arriver ici..." Dit-il d'un air confus en tortillant ses doigts.

Relevant la tête qu'il baissait en parlant, il ne pût s'empêcher de remarquer cette confiance en soi qui émanait de cette charmante dame, c'est sûr elle ne se sentait pas en danger. La dernière fois qu'il avait ressentit cela, c'était à Newquay, la jeune fille qui l'avait envoyé ici-même, Elena. Il reprit alors confiance en lui et s'avança encore un peu plus vers la charmante dame qui n'oscillait pas un sourcil et dit alors :

- "L'ironie du sort m'a fait prendre une ruelle minuscule qui m'emmena dans ce dédale, cela va faire une heure entière que je tourne en rond. Je n'ai pas le sens de l'orientation très prononcée en ville voyez-vous !" Dit-il sur un ton ironique et plein d'auto-dérisions avant de lâcher un petit ricanement furtif et de surenchérir sa bêtises par d'autres paroles plus sérieuses :

- "Enfaites, je recherche un endroit où loger et me restaurer le temps de trouver un travail en ville ! Ma tenue dit certainement le contraire, mais j'ai de quoi payer en poches, qui elles ne sont pas trouées" Dit-il avant de s'esclaffer de rire devant sa nouvelle bêtise.

Il semblait fier de son humour de la situation et continuait de fixer la charmante dame en espérant que celle-ci pourrait lui apporter un peu plus d'aide que son sens de l'orientation désuet.


- "Vous semblez mieux connaître les lieux que ma modeste personne Madame, sinon que ferait une dame aussi raffinée dans ces ruelles infâmes, n'ai-je pas raison ?"

Jusqu'à maintenant il semblait donner une certaine impression de confusion et de maladresse dans ses gestes, ses mots et sa prestance, mais on ne pouvait déceler en lui aucune peur quelconque. Mais était-ce de la raison, de la folie ou de la bêtises ? Triskell n'avait pas côtoyé de gens civilisés depuis au moins un an avant son arrivée à Galway, préférant les éviter au cours de son voyage et ne savait pas que ceux-ci pouvaient être aussi dangereux et cacher bien des choses à œil peu attentif.
Revenir en haut Aller en bas
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Sam 14 Juil 2012 - 9:27

Velvet n'avait pas encore décidé si elle était intriguée ou ennuyée par cette rencontre. Tout dépendait encore de la tournure qu'allaient prendre les évènements et pour l'instant, elle se contentait d'être froidement polie, comme elle savait si bien le faire. Croisant les bras, et le fixant sans aucune sympathie, elle se contenta de hocher la tête lorsqu'il évoqua son voyage.

"Je vois. Et d'où vous venir si ce n'est pas indiscret ?"

Après tout, ses origines pourraient être un atout ou tout du moins aiguiller la vampire sur ce qu'elle aurait envie de faire de lui avant la fin de leur rencontre, sait-on jamais.

"Le hasard, ou le sort comme vous dire, est parfois joueur. S'il vous a amené ici c'est peut-être pour une raison bien précise. Et Galway est une petite ville, enfin comparé aux endroits où j'ai pu habiter avant. Vous vous habituerez vite je pense."

Et en pensées, elle ajouta, pour elle-même *ou vous mourrez, cela va sans dire au vu des créatures qui rôdent ici bas la nuit…*

"Et si vous ne pas être habitué à la ville, à quoi vous être habitué ?"

Elle laissa couler quelques secondes de silence lorsqu'il évoqua ses poches pleine d'argent. Quel idiot ! Il était la proie rêvée des détrousseurs qui pouvaient rôder dans ces endroits sombres. Elle ignorait s'il agissait sciemment, se faisant passer pour une proie facile ou s'il était réellement naïf. Si c'était la première option, il était vraiment bon comédien, ce qui ne fit que renforcer la méfiance de Velvet alors qu'elle continuait de l'observer avec attention. Quelque chose la faisait tiquer sans qu'elle n'arrive à mettre le doigt dessus et elle ne prêta aucune attention ou presque au coup de tonnerre qui déchira le ciel avec un bruit assourdissant.

"Je ne vais pas pouvoir être très utile pour ce qui est du logement. Mais il être sûr que vous n'être pas au bon endroit. Sauf si vous vouloir dormir dans une poubelle après qu'un passant mal intentionné vous ait dérobé vos quelques pièces."

A sa remarque, elle claqua de la langue d'un air dédaigneux mais s'abstint de tout commentaire cinglant. Après tout, il semblait honnête et elle n'aurait aucun intérêt à le faire fuir dans l'immédiat.

"Difficile de faire pire que vous pour ce qui être de connaître les lieux vous ne croyez pas ? Si je ne compte pas vous accompagner pour trouver un lieu de restauration, je pourrais vous orienter dans la bonne direction en tout cas. Mais quelqu'un vous avoir envoyé ici ou vous vous êtes perdu tout seul comme un grand ?"

L'absence de peur qui émanait du jeune homme ne choquait pas outre mesure Velvet. Elle mettait ça sur le compte de l'inconscience tout simplement et ne comptait guère s'appesantir dessus. Il était toujours nettement plus agréable d'avoir un interlocuteur qui n'était pas tétanisé par la peur et qui arrivait à aligner trois mots sans se mettre à trembler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Sam 14 Juil 2012 - 16:38

Triskell dourTriskell restait étonné de la froideur de cette charmante dame, cela allait à l'encontre d'une telle beauté et d'un tel raffinement. Il n'avait pas l'habitude de rencontrer des femmes avec autant de caractère, sa mère était très calme, réfléchie et courageuse, mais cela ne voulait pas dire qu'elle avait autant de caractère que cette charmante dame.

Ce petit accent qui paraissait léger au premier abord semblait devenir de plus en plus prononcé au fil de ses mots, comme-ci elle essayait de le cacher, mais comme on dit toujours, chasser le naturel et il revient au galop. D'ailleurs, ce léger accent avait quelques charmes, ce qui allait un peu à l'encontre de cette froideur qui émanait d'elle.

- "Je viens de Newquay, en Angleterre Madame. Enfin du moins c'était ma dernière escale. Veuillez pardonner ma maladresse Madame, mais je n'ai pas pu m'empêcher de déceler un léger accent dans votre timbre de voix, vous n'êtes pas d'ici je suppose ?" Dit-il avec un peu de maladresse, sans penser que cette constatation pouvait gêner cette charmante dame.

Triskell restait un inconditionnel maladroit, ne jaugeant jamais l'impact de ses mots avant de parler, ce qui lui avait apporté bons nombres de soucis personnel. Cette franchise restait pourtant pour lui un atout, il faut dire qu'il était capable de se défendre en cas de conflit non souhaité ou de se cacher tout du moins.


- "Madame, j'avoue que c'est lieu ne sont pas des plus aguichants et sympathiques, mais hélas je me suis bel et bien aventurer par ici sans le vouloir, tout cela pour rechercher un quelconque bouge pour me reposer de mon long voyage... Pour vous cette ville peut vous paraitre petite, mais pour moi c'est immense et très compressé contrairement à l'océan..." Dit-il avant de s'arrêter ce rendant compte qu'il parlait comme l'ondin qui était en lui et non un jeune-homme normal.

Au fur à mesure que cette charmante dame lui parlait, Triskell sentait dans l'air cette lourdeur toujours aussi omniprésente, était-ce l’instinct ou seulement un mauvais pressentiment ? Il faut dire qu'il serait malvenu s'il se transformait dans cette ruelle infâme sous son regard qui étais si persistant, cela prendrait une tournure peu amusante pour Triskell, surtout qu'il n'y avait pas d'endroit pour se cacher vu qu'il tournait dans ces ruelles depuis des heures.

Il scrutait le ciel d'un air plutôt inquiet, se qui restait très perceptible, il détournait le regard autour de lui, cherchant un abri susceptible de le protéger de la pluie. Après avoir retourné son regard vers cette charmante dame qui attendait des réponses, il dit alors :


- "Je sais que cela peut paraître idiot de s'ouvrir ainsi à une inconnue rencontrée dans un tel endroit, mais je ne m'attends pas à ce qu'une dame aussi raffinée que vous puissiez en vouloir à mes poches."
- "Puis je sais me défendre..." Dit-il d'une voix à peine audible avant d'enchainer :

- "Je ne vous demande pas de me prendre par la main pour retrouver mon chemin, mais simplement m'aiguiller dans une direction moins hostiles que ces ruelles infâmes." Dit-il sur un ton ironique.

Triskell continuait à soutenir le regard de cette charmante dame en essayant de cacher cette inquiétude incessante et omniprésente. La rencontre paraissait agréable pour l'instant, mais jusqu'à quand ?
Revenir en haut Aller en bas
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 15 Juil 2012 - 12:55

Une bourrasque s'insinua brusquement dans la ruelle, faisant voleter les détritus qui jonchaient le sol. Velvet réprima un frisson et leva un œil en direction du ciel dont les nuages avaient fini par recouvrir toutes les étoiles, assombrissant encore plus la scène si c'était possible. La pluie n'allait vraiment pas tarder et la vampire n'avait pas la moindre envie de finir complètement trempée, surtout parce qu'elle aurait perdu du temps à parler à un parfait inconnu complètement perdu.

Elle dévisagea l'inconnu de bas en haut, avant de reprendre, toujours sur le même ton.


"Vous venez d'Angleterre alors. Et comment vous avoir atterri dans cette petite ville ? Il s'agissait de votre dernière escale depuis quelle origine ?"

Quand il évoqua son accent, elle laissa échapper un grondement sourd alors qu'elle plissait les yeux, réprimant un accès de colère incontrôlé. Elle n'arrivait décidément pas à se faire à la moindre remarque à ce propos, l'imaginant désobligeante à chaque fois. Quand elle reprit la parole, sa voix s'était faite plus cassante, tranchante comme une lame de rasoir.

"Non. Je ne suis pas de Galway. Je suis russe. Mais ça ne pas avoir d'importance."

Elle secoua la tête, visiblement dépitée en voyant qu'on réussissait à se perdre dans une ville aussi petite. Heureusement pour lui, il ne s'était pas retrouvé à Londres ou à St Petersbourg, et elle se disait qu'il fallait vraiment en vouloir pour se retrouver dans ces ruelles. Décidant qu'elle n'avait plus la moindre envie de perdre son temps avec lui, elle commença à réfléchir à la meilleure façon de se débarrasser de lui rapidement et proprement. Un mot cependant la fit tiquer et elle dressa l'oreille, se réintéressant ce que pouvait bien raconter cet inconnu.

"L'Océan ? Je croyais que vous venir d'Angleterre ? Il n'y a pas d'océan là-bas."

Sa façon de parler aussi était étrange et elle le fixa avec une attention nouvelle, comme pour essayer de comprendre ce qui lui passait par la tête. Qu'il parle de façon claire et intelligible ou qu'il murmure, cela ne faisait que peu de différence pour Velvet et elle répondit aux deux, de la même façon.

"Et bien ravie de voir que je n'ai pas une tête à vous braquer pour 3 malheureuses piécettes. J'espère pour vous que vous savez vous défendre, cet endroit être un vrai coupe gorge d'autant plus que vous n'avez personne pour vous venir en aide si j'ai bien compris."

Impossible pour elle de ne pas déceler l'ironie dans les mots de l'inconnu et elle haussa un sourcil, prête à lui répondre vertement, un index brandi dans sa direction.
Avant même qu'elle puisse dire un mot, elle fut coupée dans son élan par la première goutte rebondissant sur son doigt. Il ne s'agissait pas d'une petite averse et en moins de quelques secondes une pluie assourdissante tombait, trempant Velvet et l'inconnu de la tête aux pieds.

Finalement, elle regrettait vraiment de s'être rendue dans cette ruelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 16 Juil 2012 - 3:57

Triskell dourTriskell écoutait patiemment la charmante dame, dont la froideur était toujours aussi perceptible et il sentait toujours cet air si pesant comme si le ciel sombre et ténébreux, qui couvrait ces deux âmes allaient se déchirer d'une minute à l'autre dans un geyser de larmes infernales. C'est alors que le souffle du vent s'engouffra dans la ruelle déserte, caressant légèrement leurs visages.

Triskell sentait un danger plané dans l'air depuis le début de cette rencontre, il pensait d'abord que cela pourrait peut-être venir de cette intrigante et charmante dame, mais plus les minutes passaient plus il s'inquiétait du temps si pesant.


- "Enfaites, j'ai beaucoup voyagé avant de m'établir quelques semaines en Angleterre, je viens d'un peu partout." Dit-il sur un ton remplis de douleur, comme si cela avait été un voyage forcé.

Pendant que cette charmante dame s'exprimait sur les origines de son léger accent, il ne pût s'empêcher de remarquer qu'elle plissait un peu les yeux en fronçant ses sourcils qui étaient finement épilée affinant son regard, ainsi qu'un léger grondement sourd qui en disait long sur l'agacement occasionné par sa question malvenue.

- "Je vous prie de m'excuser Madame, je n'aurais jamais dû me permettre d'aborder ce sujet personnel, mais je trouve cela très charmant, cela donne envie de boire vos paroles quel-quelles soient !" Dit-il avec une pointe d'humour tout en rougissant légèrement suite à son compliment.

Le temps devenait encore de plus en plus pesant, Triskell pouvait sentir l'humidité stagné au-dessus de leur tête, il le sentait, certes le ciel était trop sombre pour distinguer tout cumunolimbus, mais tout laissait présager que le ciel de Galway allait déverser ses larmes sur ces ruelles infâmes et seule une question lui venait en tête en ce moment, c'était de savoir comment mettre un terme à cette conversation avant de se retrouver en mauvaise posture.

Il écoutait d'une seule oreille la charmante dame lui parler, tout en guettant tout bruit d'une goutte quelconque qui ricocherait sur le sol emplit de détritus. C'est alors qu'il entendit le mot océan, qui venait d'être prononcé avec une pointe d'accent slave qui allait si bien à sa charmante interlocutrice.

- "L'océan... Comment dire ? Disons que pour moi, toute étendue marine est un océan, hahaha ! J'ai beaucoup voyagé da...sur les océans dans mon passé..." Dit-il maladroitement alors qu'il scrutait toujours le ciel guettant une goutte.

Alors que la charmante dame lui répondait, l'humidité stagnante au-dessus de leur tête semblait se disperser, ce qui n'était pas un bon signe, cela signifiait que le ciel allait déverser ses larmes d'ici un instant à l'autre. Alors qu'elle lui parlait ironiquement de ses misérables piécettes qui étaient bien plus nombreuses qu'elle ne le suggérait, il se mit à reculer en arrière, il semblait vouloir s'enfuir discrètement sous les yeux de son interlocutrice.

Alors que la charmante dame terminait sa phrase, comme l'air le laissait présager depuis un moment, des gouttes se mirent à tomber sur le sol. En reculant, Triskell qui était apeuré, ne fît pas attention à une bonbonne désodorisante usagée et laissée sur le sol, il mît son pied dessus et glissa dans un bruit sourd s'étalant sur le sol. Il reculait de plus en plus vers la pénombre dont il était venu au début, il rampait au sol s'enfonçant dans l'ombre sous les yeux de la charmante dame.

La pluie se faisait oppressante et Triskell était entièrement trempé, il rampait toujours en arrière, laissant derrière lui une trainée verdâtre et gluante au sol, jusqu'au moment où il se retrouva dos au mur, ses jambes recouverte par une peau horripilante, de la manière d'un cocon. Il essayait de cacher ses cris d'agonies et de douleurs à cause de sa transformation, sa peau commençait à changer de couleur devenant un peu plus bleutée, ses jambes avaient laissé place à six longs appendices tentaculaires et deux nageoires étaient apparues sur chacune de ses épaules en déchirant un peu plus son pull-over déjà tant ravagé.

La transformation qui n'avait pris que quelques minutes, avait pu être dissimulée un peu dans cette pénombre, contrairement ses cris d'agonie et de douleurs qui auraient pu éveiller n'importe quel cadavre présent dans les méandre de ce coupe-gorge.


- "N'approchez pas ! PARTEZ TOUT DE SUITE !" Criât-il en espérant qu'elle s'enfuirait en courant et hurlant comme toute femme sensée. Seulement, rien ni personne n'était jamais sensé...

Il était recroquevillé sur lui-même de la manière d'un fœtus, trois de ses tentacules gigotant de haut en bas en tambourinant le sol toujours caché dans l'ombre.
Cependant, le bout d'un de ses tentacules verdâtre dépassait légèrement de la pénombre.
Revenir en haut Aller en bas
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 17 Juil 2012 - 19:10

Avant que la pluie ne se mette à tomber, Velvet écoutait avec plus ou moins d'attention, tiquant sur le ton qu'il employait plutôt que sur les mots eux-mêmes. Elle était habituée depuis longtemps à s'attacher à l'attitude et à la façon de parler plutôt qu'aux paroles qui n'étaient la plupart du temps qu'un leurre ou qu'une façon de meubler une conversation.

Et cet inconnu semblait à la fois naïf et expérimenté, ce qui était un mélange étonnant, surtout pour une ville telle que Galway. Elle n'arrivait pas à comprendre pourquoi mais elle savait qu'il y avait forcément une explication logique à tout cela et elle la trouvait quoi qu'il en coûte au nouveau venu. Elle s'était contentée d'agiter une main agacée face aux excuses dont il l'avait abreuvée, le regard toujours aussi froid et lointain.

C'est alors que la pluie se mit à tomber et que, pour une raison aussi obscure qu'incongrue, il se mit à fuir, ou plutôt à tenter de fuir, chutant avec la grâce d'un poulpe sur le sol. L'image n'était pas si mal choisie après tout et c'est les yeux écarquillés qu'elle assista à la transformation du poulpe-garou juste à ses pieds.

Elle aurait été incapable de dire si la transformation lui avait pris 3 secondes ou 3 heures. Tout ce qu'elle savait c'est qu'elle n'avait pu détacher son regard de lui, nullement effrayée, bien au contraire. Il devenait enfin intéressant et, tandis qu'elle le fixait avec attention, elle put sentir ses crocs sortir d'eux-mêmes, comme s'ils étaient ravis à l'idée de tester un met exotique.

Elle ne put cependant retenir son hoquet de surprise une fois la transformation terminée mais se contenta de hausser les épaules face à ses cris.


"Voyez-vous ça… vous être plein de surprises finalement. Je crois que vous me devoir quelques explications. Sinon je vais être obligée de… vous faire taire. Et c'est quelque chose que je savoir bien faire, soyez-en sûr."

Elle était curieuse de savoir d'où il venait et ce qu'il était réellement. Elle avait déjà entendu parler de différents type de transformation mais n'avait pas eu la chance d'en voir de ses propres yeux. Il fallait qu'elle se rappelle des moindres détails pour qu'elle puisse faire son rapport à Hycks dès qu'elle en aurait l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 19 Juil 2012 - 0:30

Triskell dour Triskell était encore sous le choc, il venait de se transformer devant les yeux d'une inconnue, dans une ville qui lui était encore plus inconnue. Il regardait la charmante dame qui s'était rapprochée de lui et qui n'était nullement terrifiée ou même horrifiée, c'était très étrange pour lui, car au cirque, quand il se transformait devant un public chic et raffiné, ceux-ci hurlaient, certains régurgitaient leur caviar ingurgité avant le spectacle et d'autres s'enfuyaient ou s'évanouissaient, mais pas elle...

- "Vou...vous n'avez pas pe..peur de moi ? Vou...vous sem..semblez même ra...ravie..." Dit-il en bégayant, car il restait tétanisé par la peur, la situation prenait une telle tournure pour son premier jour à Galway.

Triskell était toujours étalé au sol dos au mur, ses tentacules s'étaient recroquevillés sur eux-mêmes, comme s'ils essayaient de créer un genre de barrière dégoulinant d'un mucus verdâtre horripilant. Il l'écoutait attentivement, elle semblait vraiment s'intéresser à sa transformation, comme si elle était fascinée par ses appendices qui lui donnaient un air de cul-jatte, quelle femme sensée serait fascinée par de telles choses ?

Il était tellement tétanisé par la peur, qu'il ne fît même pas attention aux petits crocs qui dépassait légèrement de la bouche pulpeuse de son intrigante interlocutrice. Dans les quelques secondes qui suivirent les mots de cette intrigante dame, Triskell s'élançât en avant, il venait de faire un bon de plusieurs mètres au-dessus de cette dame, elle avait pu ainsi l'observer en détails. D'ailleurs, lors de son bond, un amas de mucus verdâtre était tombé au pied de cette intrigante dame, ce qui l'éclaboussa un peu.

Triskell semblait beaucoup plus agile qu'il ne le laissait paraitre dans cet état déplorable, il semblait rapide, mais également capable de s'accrocher à différentes surfaces, défiant toutes lois d'apesanteur, il s'était d'ailleurs accroché au lampadaire en mauvais état, celui-même qui leur fournissait le peu de lumière qu'il y avait dans cette ruelle, le lampadaire penchait encore plus qu'à son habitude avec le poids de Triskell, il faut dire que chaque appendice pouvait peser plus de 30 kg chacun, ce qui en faisait de très bonnes armes semblables à six énormes masses.


- "Vous voulez en savoir plus sur moi alors ! Je suis un Ondin céphalopode, plus simplement un triton avec des appendices d'une pieuvre au lieu d'un poisson. Nous ne sommes pas qu'un mythe." Dît-il calmement, comme s'il ne se sentait pas en danger, il paraissait même beaucoup plus sûre de lui, la peur semblait avoir laissée place à de l'assurance et cela pouvait s'entendre dans l'intonation de ses mots.

- "Et pour votre information Madame, je sais me défendre et sans vouloir vous offenser, vous êtes une femme, seule, dans une ruelle... Certes, vous semblez moins peureuse que toutes celles qui ont pu me voir dans cet état auparavant et bien différente, mais je ne sais pas, la dernière femme qui semblait autant fascinée par mes atouts uniques et bien, elle a terminée par assassiner mon bourreau avant de m'envoyer ici-même, à Galway !"

Il s'approchait alors de l'intrigante dame en allongeant ses appendices accrochés au vieux lampadaire et en accrochant deux de ses autres appendices à une veille corniche, qu'il décrocha accidentellement dans un vieux grincement strident en lâchant un petit "Ouuups..." pleins de maladresses. Il regardait son intrigante interlocutrice qui le fixait toujours avec autant d'insistance et lui demandât alors :

- "Dois-je également me méfier de vous ? Allez-vous aussi être mon bourreau ?" Demandât-il avec une pointe d'ironie dans chacun de ses mots.
Revenir en haut Aller en bas
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Sam 21 Juil 2012 - 17:31

L'effet de surprise commençait à s'estomper à mesure que les secondes passaient et qu'elle examinait la nouvelle physionomie de l'inconnu. Après tout, elle était vampire et cela faisait presque un siècle qu'elle côtoyait le surnaturel à longueur de journée, ce n'était pas aujourd'hui qu'elle allait s'offusquer de quelques tentacules même si, à bien y réfléchir, elle trouvait le tout particulièrement repoussant. Elle aurait préféré mourir que de subir ce genre de transformation. Soit, elle était déjà morte mais elle préférait l'être définitivement que d'être affublée d'appendice de cette nature. C'était totalement dépourvu d'élégance, en tout cas en dehors de l'eau.

Songeant vaguement qu'une fois dans l'eau cet individu pourrait potentiellement se révéler utile et rapide, elle en avait presque oublié qu'il était encore doué de parole et elle sursauta lorsqu'il l'invectiva, visiblement encore paniqué par ce qui venait de lui arriver.


"Peur ? Pourquoi devrais-je avoir peur ? Vous n'êtes certes, pas très joli à voir dans cette posture mais vous n'êtes pas vraiment effrayant."

Elle était sincère, il pouvait le déceler sans la moindre difficulté à son sourire carnassier qui s'était dessiné à mesure qu'elle parlait. Alors qu'elle l'observait, elle se demandait vaguement si le poulpe avait aussi bon goût que l'humain. Elle sursauta tout de même lorsqu'elle le vit bondir sans avoir besoin d'un élan quelconque. Il était tout de même relativement doué dans ses mouvements, malgré l'absence d'eau, c'était amusant. Une vague grimace de dégoût se dessina sur son visage alors qu'elle se penchait pour observer de plus près la masse visqueuse à ses pieds.

"Ca être vraiment dégoûtant vous le savez ? Et vous avoir tâché mes bottines. Ce n'est pas très civilisé. Un Ondin céphalopode alors. Vous être le premier représentant de cette espèce que je rencontre. C'est intéressant. Il va falloir m'en dire plus, je suis très curieuse. Et quoi vous venir faire à Galway ?"

Lorsqu'il se mit à clamer qu'il savait se défendre, elle se mit à éclater de rire, un rire froid, effrayant, à vous en faire frissonner et à vous donner envie de prendre vos jambes à votre cou et d'un bond léger et agile, prit son élan sur la poubelle la plus proche pour rejoindre l'Ondin en prenant appui sur le lampadaire.
Alors qu'elle reprenait son équilibre en un battement de cils, elle le fixa avec un sourire mutin qui dévoila une fois de plus ses canines pointues. A cette distance, Triskell ne pouvait que les voir luire d'une blancheur éclatante dans la nuit mais il n'eut pas le temps de réagir qu'elle avait déjà planté ses crocs dans son cou, les faisant tomber au sol et les ramenant tous les deux à leur point de départ.

Velvet se détacha aussi rapidement qu'elle était grimpée et essuya délicatement sa bouche ensanglantée d'un revers de la main.

"Voilà ce qu'une femme seule dans une ruelle peut faire à un être qui sait se défendre. Vous n'avez pas aussi bon goût qu'un humain, je être… comme on dit déjà ? Ah oui ! Désappointée. Dommage."

Elle le fixait, les bras croisées, nettement moins froide qu'au moment de leur rencontre. Son regard flamboyait et elle souriait largement.

"Je peux être votre bourreau sans problème. Mais ça ne pas être drôle. Alors, qu'allons nous faire maintenant ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 22 Juil 2012 - 0:56

Triskell dourTriskell écoutait chaque mot prononcés par cette étrange dame, pour lui tout lui laissait croire qu'elle ne lui apporterait aucun danger à proprement parlé. Il restait également très étonné qu'elle ne soit pas terrorisée, pour lui cela était plutôt rare de telles réactions face à sa transformation.

Lors de son bond il avait hélas laissé tomber un peu de mucus sur son étrange interlocutrice et ne pût alors s'empêcher s'excuser, malgré sa mauvaise posture avant de lui répondre :


- "Je vous prie de m'excuser pour cette tache que je vous ai causé par inadvertance, cela fait partie de quelques-unes de mes tares Madame..." Dît-il avec franchise et douceur.

- "Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis venu à Galway voyez-vous, selon une connaissance, ici je n'aurais pas besoin de me cacher ou de me défendre !"

Mais c'est alors que son intrigante interlocutrice sautât sur lui, elle venait de lui mordiller le cou, lui laissant amplement le temps d'admirer sa formidable dentition non-humaine. Triskell était étendu au sol comme une pieuvre que l'on venait de déjeter sur le pont d'un navire. Il l'observa un moment tout en l'écoutant argumenter sur un point qu'elle avait touché, elle savait se défendre et ne craignait absolument rien.

*Alors, c'est cela un vampire ?* Pensât-il avant de se relever de la posture de faiblesse qu'il occupait.

Il continuait d'écouter cette dame qui semblait être différente des autres, un peu comme lui d'ailleurs. Il prit un peu de hauteur face à cette interlocutrice au moment où elle parla de son goût, en allongeant ses tentacules, un peu de la façon d'un ressort et dît alors :

- "Vous venez vraiment de me morde ?" Dît-il la main sur son cou gainant sa blessure minime.

- "Certes, je dois vous laisser le bénéfice du doute sur ce point, vous savez vous défendre également... Alors, c'est vrai vous buvez réellement le sang ? Ce n'était pas que des histoires !" Dît-il totalement préoccupé par la petite morsure qu'elle lui avait laissée.

Il réfléchissait à ce qu'il venait de dire, avant de se rappeler comment certains contes pouvait se terminer.

- "Je...je ne va...vais pas me TRANSFORMER ?" S'écriât-il d'un coup, cela n'était peut-être pas des histoires également.

Il continuait de l'observer et l'écouter calmement, guettant chacun de ses mouvements, espérant qu'elle ne lui sauterait pas au cou une nouvelle fois, qui cette fois serait sans aucun doute fatal.Il ne savait pas comment aborder cette situation, il faut dire qu'il avait déjà dût nourrir des lycans affamés en cage depuis des mois, il avait traversé le monde en tant qu'animal de cirque et il avait traversé la mer celtique, ainsi qu'une partie de l'Irlande et ce n'était sans doute pas pour terminer son calvaire en chiche kebab de la mer pour la première créature rencontrée et dans un moment d'égarement de surcroit.

Ses tentacules se raccourcissaient et Triskell descendait de sa posture offensive, il s'approchait alors de cette créature surprenante en la fixant du regard, son air étonné et apeuré c'était volatilisé, comme s'il venait de prendre conscience de l'ampleur de la situation dans laquelle il se trouvait, même si c'était une créature de la nuit et non une simple humaine, elle n'avait pas peur de lui et elle ne l'avait sans doute pas tué, pour l'instant du moins.

- "Je ne peux pas vous dicter vos actes, si vous devez me tuer ou non, mais au vu des découvertes intimes que ne venons de faire tous deux, nous pourrions peut-être commencer par nous présenter ?" Dît-il en lâchant sa blessure infime qu'il pleurait depuis un moment.

- "Je me prénomme Triskell Madame, Triskell Dour. Je vous dirais bien enchanté, malgré cette étrange démonstration de vos talents..."
Revenir en haut Aller en bas
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 23 Juil 2012 - 10:52

L'Ondin semblait plus surpris qu'effrayé par ce que venait faire Velvet et, d'une certaine façon, elle préférait cette situation à une autre. Au moins, elle n'aurait pas à passer des heures à essayer de le calmer et lui expliquer que si elle avait voulu le tuer ce serait déjà fait.

Continuant de lisser sa tenue avec une application presque maladive, elle hocha la tête avec un sourire satisfait sur le visage lorsqu'il lui demanda si elle venait de le mordre.

"Vous être particulièrement perspicace on dirait. Oui, je vous ai mordu mais ce n'est qu'une morsure sans importance, il ne faut pas vous inquiéter."

Elle laissa s'écouler quelques seconde de silence, amusée par les propos de l'Ondin. Il était étonné de voir que les vampires n'étaient pas un mythe et elle trouvait la situation particulièrement ironique. Après tout, au vu de sa nature, l'existence des autres créatures surnaturelles n'aurait pas du le surprendre plus que ça. Il semblait encore plus innocent et naïf qu'elle ne l'avait cru au premier abord et elle se demanda vraiment d'où il pouvait réellement venir pour être aussi peu au fait de leur univers.

Elle éclata de rire lorsqu'il sembla enfin comprendre ce que la morsure pouvait signifier et secoua la tête, sans se départir de sa mine joyeuse. Même si l'idée de voir comment un Ondin pourrait gérer une transformation en vampire pouvait être amusante, elle n'était pas dans l'ordre des priorités, tout du moins, pas dans l'immédiat.


"Et bien vous n'allez pas vous transformer. Pas besoin de vous inquiéter pour cela. Il faudrait que je vous vide de votre sang et vous n'avoir pas assez bon goût et je n'ai pas assez faim pour passer outre et pour que j'ai envie de le faire."

Un silence.

"Sans vouloir offenser vous bien sûr."

L'Ondin semblait s'être calmé aussi rapidement que la panique l'avait gagné. Elle appréciait une fois de plus le calme et le sang-froid dont il essayait de faire preuve malgré les circonstances et c'était peut-être la seule raison pour laquelle elle ne comptait ni l'achever ni le laisser seul perdu au milieu des ruelles de la ville. Après tout, il pourrait être un allié intéressant et peut-être même que, s'il ne souhaitait pas parler de lui-même, Hycks serait intéressé par une étude plus approfondie du sujet, voire une dissection complète.

"Vous avoir raison, je manque à la politesse la plus élémentaire. Vous pouvez m'appeler Lady Velvet. Et je ne compte pas vous tuer, tout du moins tant que vous ne pas me donner de raison de le faire bien sûr."

Elle jeta un bref regard aux alentours, guettant d'autres bruits qui pourraient les déranger dans leur discussion. Il est vrai que le lieu était atypique pour une rencontre voire pour une discussion mais après tout, ils étaient loin d'être des personnes "normales".

"Et bien monsieur Dour. Comment un Ondin fait-il pour arriver dans les rues de Galway ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 23 Juil 2012 - 11:48

Triskell dour Triskell restait calme face à son intrigante interlocutrice, elle faisait tellement preuve de droiture malgré la situation. Il l'écoutait avec attention quand Lady se mit à parler de transformation, il ne connaissait aucunement le moyen d'opérer pour un vampire et il se sentait beaucoup plus rassuré quand elle lui parlait de le vider de son sang pour que la transformation s'opère, il ne fit même pas attention à la remarque sur son goût abominable.

- "Je suis rassuré Madame, je suis un ignare en la matière..." Dit-il avec conviction et en baissant la tête.

Sur les quelques minutes qui venaient de passer, la pluie c'était calmé, l'air récupérant sa lourdeur qui pesait tant depuis le début de ses péripéties dans ce méandre de ruelles infâmes. Pendant ce temps, l'intrigante interlocutrice se présenta, elle se prénommait Lady, Lady Velvet, un nom qui allait très bien avec son raffinement et sa classe naturelle, sans compter que son nom donnait tout son sens à son joli petit accent.

- "Et bien, je suis ravi de faire votre connaissance Dame Velvet ! Certes, les circonstances sont inopportunes, mais je suis tellement ravi de rencontrer quelqu'un de différent, qui n'ait rien à avoir avec ces abominables humains sans cervelle..."

Pour lui, cela restait difficile à croire qu'une telle dame serait enfaîtes une créature sanguinaire impitoyable, puis les légendes ont toujours dit que les vampire étaient morts et cela reste difficile à croire vu l'état physique de Lady Velvet. Elle était certes un peu pâle, mais cela ressortait tellement peu à côté de sa magnifique et chatoyante coiffure de couleur platine, serait-ce vraiment possible qu'elle soit une telle prédatrice d'outre-tombe ?

La pluie venait de s'arrêter de tomber comme elle le laissait pressentir. Triskell allait pouvoir enfin reprendre forme humaine, mais il se demandait comment faire pour accélérer le processus.


- "Ah la pluie c'est enfin arrêté ! Maintenant, il ne me reste plus qu'à trouver un sèche-cheveux pour revoir mes deux guiboles fétiches !" Dit-il en laissant échapper un petit rire furtif.

Lady Velvet semblait toujours autant intriguée par son voyage vers Galway, c'est vrai qu'il était loin de sa Grèce natale.

- "Et bien Dame Velvet, il se fait enlever par un cirque pendant son enfance et s'enfuit de Newquay en traversant la Mer Celtique et une partie de l'Irlande dans l'espoir de trouver un endroit qui serait utopique. Voilà, comment un Ondin termine perdu dans ce coupe-gorge !" Dit-il en éclatant de rire avant de reprendre :

- "Et vous Dame Velvet, sans indiscrétion, pourquoi vous êtes-vous retrouvée dans ce coupe-gorge infâme ?"
Revenir en haut Aller en bas
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 25 Juil 2012 - 18:31

La vampire laissa s'écouler quelques instants de silence, laissant à l'Ondin le temps de reprendre ses esprits. Sa faim ne s'était pas estompée et elle envisageait sérieusement d'user de sa méthode traditionnelle de faire les yeux doux à un esseulé qui serait ravi de tendre son cou et de la laisser y puiser quelques gorgées de ce précieux nectar dont elle salivait à l'avance. Elle aurait très bien pu insister un peu auprès de Triskell mais décidément non, il n'avait vraiment pas suffisamment bon goût pour cela et elle avait encore d'autres alternatives.

Elle haussa un sourcil et retrouva sa mine hautaine avec une rapidité déconcertante à lier avec leur retour des mondanités entre eux.


"Vous pardonner moi si je ne partage pas encore le plaisir de vous rencontrer. Je réserve mon jugement pour plus tard et pour l'instant je pense me contenter de ne pas vous tuer. Nous verrons plus tard pour le reste."

Alors que la pluie s'arrêtait aussi brusquement qu'elle avait commencé, Velvet réprima une grimace. Son tailleur était fichu si elle ne rentrait pas chez elle au plus vite et il lui fallait encore trouver une victime.

"Il n'y pas que les humains qui être sans cervelle. Vous venir à Galway sans connaître les vampires alors que vous être une créature de l'ombre ? Au moins vous être original…"

Elle lui jeta un regard cryptique, le détaillant de bas en haut et détacha sa veste, certes mouillée à l'extérieur mais dont la doublure était encore parfaitement sèche, dévoilant ainsi un chemisier cintré à jabot noir. D'un geste vif, elle jeta le vêtement sur les jambes de Triskell et avec un mince sourire.

"Il serait dommage qu'on vous trouve comme ça dans cette ruelle monsieur enlevé par un cirque itinérant. Surtout après la vie passionnante que vous avoir semblé avoir… J'aimerais d'ailleurs en savoir plus sur vous mais pas ce soir. Vous n'êtes pas en état."

Un léger sourire narquois alors qu'elle le dévisageait une fois de plus en silence. Il est qu'il serait intéressant de discuter avec lui et à défaut de l'étudier si la conversation s'avérait peu concluante. Mais là, il fallait qu'elle se nourrisse, cet avant-goût de sang était trop peu suffisant pour qu'elle s'en contente ce soir.

"Ce que je faisais ici ne vous regarde pas. Mais je pourrais vous le raconter un jour peut-être. Par contre, vous pouvoir aller par là. Il y a une espèce de bar qui, si ma mémoire est bonne, loue des chambres d'hôtel. Vous ne devriez pas traîner ici trop longtemps, il y a des gens moins… civilisés que moi dans les parages."

Tout en parlant elle désigna le coté sud de la ruelle, montrant au loin quelques lumières diffuses. Elle sortit alors une petite carte de visite de sa poche, où l'on pouvait voir le logo de la Steel Corp et un numéro de téléphone.

"Une fois que vous serez installé et que vous en saurez un peu plus sur cette ville, contactez-moi. Je suis sûre que je serais ravie de pouvoir être enchantée de vous rencontrer."

Un bref hochement de tête, un sourire dévoilant une fois de plus ses canines pointues et la voilà partie en direction du coté le plus obscur de la ruelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 26 Juil 2012 - 14:52

Triskell dourTriskell écoutait très attentivement chaque mot de Lady Velvet, son côté sympathique avait laissé place à sa froideur habituelle, mais elle semblait pourtant toujours autant intéressée par son intriguant passé. Il ne pouvait qu'acquiescer face à cette vérité, il étais venu ici sans savoir ce qui l'attendrait et rencontrait à Galway, mais une chose était sûre cela ne pouvait pas être pire que tout ce qu'il avait vécu jusqu'à présent.

- "Je dois vous donner raison sur le fait de ne pas connaitre votre race intrigante et légendaire Dame Velvet, mais cela ne veut pas dire que je suis écervelé pour autant. Sachez que rien ne peut être pire que ce j'ai vécu avant d'arriver à Galway !" Dit-il avec beaucoup de conviction.

Il continuait de la fixer attentivement du regard, il ne pouvait s'empêcher de fixer les petits crocs étincelants et blancs de Lady Velvet, depuis qu'il les avait pus les remarquer et sentir dans son cou. Il sentait également le regard son regard l'épier de haut en bas, que cherchait-elle ? Que voulait-elle ? Tant de questions et si peu de réponses. Qu'allait-il lui arriver encore et qu'allait-il faire à Galway maintenant ?

Triskell pouvait resentir l'envie pressante de vouloir quitter les lieux de Lady Velvet, peut-être avait-elle un besoin urgent de vampire et il plaignait sa future et pauvre victime qui croiserait le chemin de cette charmante et intrigante dame. Elle semblait très bien connaitre les lieux et il ne pouvait s'empêcher d'esquisser un sourire quand elle prononça un bar pas loin, il faut dire que cela faisait des heures qu'il recherchait enfin un endroit où il pourrait se reposer et commencer sa recherche d'un emplois dans ce coin si lointain.

Après lui avoir parlé d'un bar environnant, Lady Velvet lui tendit une carte de visite assez étrange, d'une société qui se nommait Steel Corp, était-elle à la tête d'une grande entreprise locale? Quand il voulu lui demander un peu plus de précision, en relevant les yeux, il la vit qui s'en allait dans l'obscurité, comme si elle l'engloutissait dans la nuit.

- "JE VOUS REMERCIE DAME VELVET ! J'espère que nous nous reverrons..." Criât-il assez fort pour couvrir les bruits de talons que Lady Velvet faisait en s'éloignant.

Triskell s'en allât alors dans la direction du bar qu'elle venait de lui montrer, il était toujours sous sa forme d'ondin, mais il prendrait le temps qu'il faudra pour sécher et retrouver son apparence avant d'entrer en espérant ne plus croiser personne.


[Fin de rp avec Lady Velvet, merci à toi Milie pour le rp d'intégration Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 30 Juil 2012 - 19:50

<<< From

Les ruelles sombres de Rahoon, son chez-elle, son quartier d’adoption. Bien avant d’y ouvrir sa maison close elle avait remarqué ce petit coin d’enfer à Galway qui regorgeait de petits coins mal famés et des personnes mal intentionnées qui allaient avec, c’est donc tout naturellement qu’elle avait choisi d’y installer son entreprise, ce qui avait eu pour effet de drainer en plus des malfrats tous les pervers des horizons, et justement c’était pile ce qu’elle recherchait.

Elle avait entrainé sa future victime dans son sillage, et si elle avait l’air de marcher sans but apparent elle savait en fait exactement ce qu’elle voulait : un parfait petit pigeon. Elle les repérait facilement, au regard pernicieux et en biais qu’ils lui jetaient, et avec le temps et son expérience professionnelle elle avait appris à lire en eux comme dans un livre ouvert.

Au bout d’une dizaine de minutes, elle avait repéré son volatile à plumer : un peu dégarni, la cinquantaine moite et les yeux du type titillé par son démon de midi.
Attends-moi là, fit-elle à la jeune fille alors qu’elle se dirigeait vers cet homme qu’elle avait sélectionné tout exprès pour elle. Que lui racontait-elle, alors qu’elle approchait son visage tout près du sien comme si elle s’apprêtait à lui faire une confidence ? Nul ne le saurait jamais, d’autant plus qu’après quelques minutes de tractations avec l’individu, ce dernier s’engouffra dans une petite ruelle un peu plus en contrebas.

Llylewin revint vers la jeune vampire et la saisit fermement par la manche :
Maintenant écoute-moi attentivement : à partir de maintenant tu suis ce que je te dis à la lettre et sans poser de questions, vu ? Alors maintenant suis-moi…

La jeunette sur ses talons, la vampire se dirigea vers la petite ruelle, sur les traces de l’homme qu’elle avait abordé quelques minutes auparavant.

EDIT
Alors qu'elle se dirigeait vers sa proie, Llylewin entendit dans son dos un bruit de pas: la petite jeunette venait de prendre la poudre d'escampette.
Maintenant que son jouet venait de fuir à toutes jambes, son petit manège n'avait strictement plus aucun intérêt, aussi elle décida de laisser l'homme en plan dans la ruelle, et soupirant de déception, décida de rentrer chez elle.

Quel dommage, pour une fois qu'elle avait trouvé de quoi s'amuser un peu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 28 Jan 2013 - 19:03

<<< From

Un trésor ? Les yeux de la jeune fille se mirent à briller. Certes, il y avait aussi une possibilité pour que cette carte maléfique les mène à un affreux monstre ou quelque chose du genre – Pourquoi l’aurait-on aussi bien planquée sinon ? Mais elle préférait se montrer optimiste et penser qu’ils allaient tomber sur un truc merveilleux, un vrai trésor comme dans les films de pirates !

Motivée comme jamais, Winnifred abandonna sans regrets le vieux coffre et sa bibine infâme pour suivre les indications données par la carte.

Suivie de près par Viggo le vampire et Rudolf le chien, elle longea la Seamus Quirke road pour continuer le long de la rue commerçante, son cœur battant la chamade au fur et à mesure que leurs pas les rapprochaient de la destination fatidique, pour finalement terminer leur course dans une impasse miteuse, la Glenn Dara, où il n’y avait visiblement pas grand-chose hormis les poubelles d’un pub miteux.

La ruelle n’étant pas éclairée, on ne pouvait pas voir la déception qui se lisait sur son visage, alors qu’elle tentait désespérément d’éclairer les lieux, espérant trouver au moins quelques cents d’euros trainant à terre pour sauver la face.

Entre le chien arriéré et la carte débile, on nous aura pas aidés ce soir ! pesta-t-elle en tapant du pied à terre. C’est ce moment que choisit Rudolf le Samoyède pour se mettre à aboyer et grogner de façon insistante en direction d’un tas de vieux cartons.

Quoi, qu’est ce que tu nous as trouvé encore ? Un carton d’emballage historique ? railla-t-elle tout en se dirigeant tout de même vers le monticule de saletés, par acquis de conscience…

Et au fur et à mesure qu’elle se rapprochait, il lui semblait entendre des couinements bizarres, des sortes de petits *Wif wif wif* suspects, elle envoya donc tout naturellement valser la carte afin de déblayer les cartons du dessus, quelle ne fut pas sa surprise de tomber sur…

FIDJIIIII

Enfin, pas seulement Fifji, car la femelle Komondor était entourée de 4 mini boules cotonneuses toutes blanches et un peu poisseuses…
Viggoooooo, viens voir la gueule qu’il a, ton trésor ! Tu veux en adopter un ? Tu pourras l’appeler pirate ! plaisanta-t-elle en tentant d’éclairer les chiots pour voir plus en détail à quoi ils ressemblaient.

N’empêche, elle est space cette carte… D’où elle savait où ma crétine de chienne allait décider d’accoucher ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les ruelles sombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une ruelle sombre
» Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes
» Les ruelles de Konoha
» Course poursuite dans les ruelles
» [Ta-Metru] Ruelles de Ta-Metru
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Rahoon
-