AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les ruelles sombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 31 Jan 2012 - 15:35

Phileas Fogg
C'est lorsqu'il me proposa de venir à son bureau pour y discuter qu'un pressentiment horrible me tança.

Son bureau. Un endroit à LUI.
Un endroit que je ne connaissai pas ; qu'il connaissait par coeur. Je serrai les mâchoires plus fort encore -si c'était possible. Je ne lui faisais pas confiance. Mes yeux se plissèrent, m'arrachant aussitôt une grimace de douleur : le métal de mes yeux était coupant lorsqu'on faisait n'importe quoi avec.

C'est avec cette grimace aux lèvres que j'écoutai à moitié le doc qui me demandait ce que j'en pensai.

Ma première implusion fut de l'envoyer balader.
Implusion que je réfrénai en me rappellant ma Mission. Comment mener cette dernière à bien si je faisai tout de travers ? Si le doc s'en allait, je n'aurai plus qu'à chercher quelqu'un d'autre, ce qui prendrait des jours ; alors que l'impression que cet homme était celui que voulait se muait en certitude ?
C'aurait été idiot.

Je déposai quelques pièces sur la table avant de me lever, et de lui répondre :
« C'est une bonne idée. Passez donc devant. »


[Un peu court, navré]
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope


Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 1 Fév 2012 - 0:19

HRP, aucun soucis ta réponse me convient parfaitement^^



L’inconnu marqua un petit temps avant de répondre à la proposition du doc. Un peu comme s’il hésitait. Le doc ne comprenait pas vraiment, il fallait dire qu’obnubilé par l’étrangeté de l’individu, il n’avait pas réalisé qu’il lui proposait de le suivre alors qu’ils se connaissaient depuis à peine 5 minutes… Il était donc logique que l'inconnu n'ai pas l'entrain espéré par le doc.

Cependant, et pour son plus grand plaisir, il accepta sa proposition et paya sa boisson. Le doc bu son café cul sec, on ne gâche pas, en faisant une légère grimace car celui-ci était encore très chaud et surtout sans sucre. Une fois terminé, il reposa la tasse et chercha un billet dans son portefeuille, qui posa sur la table.

"Allons-y, ce n’est pas trop loin, j’appelle un taxi."

Le doc n’avait toujours pas de véhicule, de toute façon vu son sens de l’orientation, le taxi était la meilleur des solutions, lui au moins ne se trompait pas dans l’adresse…

vers : http://www.hellsgate.fr/t142p15-le-bureau-du-docteur-en-chef-stasi-tabaristan#2367
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Ven 3 Fév 2012 - 23:49

La bête erra quelques temps se déplaçant avec une certaine difficulté. Sa dernière action lui avait demandé pas mal d’effort, et ça n’avait rien arrangé à ses blessures. Il fallait dire que soulever un lit, traverser une vitre n’était pas le meilleur moyen de se préserver alors qu’on lui avait tiré dessus avec des balles en argents.

D’ailleurs il sentait les balles lui bruler les chairs à intérieurs de son corps, et continuait à perdre pas mal de sang. Ce maudit métal empêchait toute régénérations, et petit ) petit il sentait ses forces le quitter.

Aussi le lycan avait plus ou moins consciemment choisit des ruelles sombres, peu fréquenté afin d’éviter la moindre rencontre. Loin des murs de l’établissement et donc loin des rayonnements de la pierre rouges, sérieusement blessé, le loup sentait ses forces le quitter. Il marchait assez maladroitement, prenant appuis sur les murs pour finalement cesser de se tenir debout, continuant d’errer à quatre pattes.

Il respirait bruyamment, et seul sa haine, sa rage le maintenait dans sa forme lycanthropique, ce qui ne durerait pas éternellement, car bientôt le lycan laisserait de nouveau sa place au doc, qui lui beaucoup plus faible ne survivrait pas longtemps sans assistance…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Sam 4 Fév 2012 - 15:03

Kieran venait à peine de rentrer au commissariat pour faire sa déposition qu’on lui ordonnait de faire demi-tour avec un agréable « Tu tombes à point nommé. »
Ca aurait presque pu lui faire plaisir, si ce n’était pas pour lui annoncer qu’un lycan errait dans les rues subjacentes du Quality Street. Ce fut avec un air profondément sceptique qu’il leva le regard vers la voûte étoilée. La lune n’était pas pleine, pourtant. Une transformation en dehors du cycle ? Voilà qui n’était pas commun. Mais qu’est-ce qui l’était encore, dans cette ville, après tout ?

« - Des détails ? Demanda t-il à son collègue en faction.
- Il est blessé. »
L’ombre d’un sourire passa sur son visage, à cette annonce. Il n’aurait aucun mal à remonter la piste, peu importe où ce lycan aurait décidé de se terrer. Il était l’homme de la situation, car même s’il n’avait pas la force d’un lycan à son plein potentiel, il devrait parvenir bien mieux qu’un humain à neutraliser la menace, surtout s’il était déjà amoché.
« - Ca me suffira.
- Sois prudent, Kieran. Et préviens dès que tu as retrouvé sa trace. »
Il lui rendit un regard équivoque, s’arrêtant l’espace d’une seconde. Les prévenir ? Et puis quoi encore ? Il venait d’effectuer une ronde des plus ennuyeuses et on lui donnait enfin l’occasion d’agir, et même de se nourrir, peut-être. C’était sa chasse, il ne partagerait pas avec des humains qui risquaient tout au mieux de l’entraver dans sa mission.
Le policier dut sentir ses réticences, car il rajouta simplement « Ramène-le en cellule. » avant de le laisser filer. Les ordres étaient les ordres, et tant qu’il ne serait pas en danger de mort, il n’avait aucune raison d’y transgresser.

Il déposa sa voiture dans une rue parallèle au Quality Street. Les lieux paraissaient agités, de nombreux regards inquiets filtrants aux fenêtres des appartements, des volets claquants parfois. La maison close en elle-même semblait étrangement calme.
La piste était fraiche, aisée même. Des débris de verre maculaient la chaussée, l’odeur du sang les saturant. C’était une odeur particulière, qu’il n’avait pas eu si souvent l’occasion de sentir, en tout point humaine mais avec une pointe musquée, propre à sa race.
Elle l’entraînait loin de l’agitation, dans des ruelles plus étroites, plus désertes. La bête se cachait, sans aucun doute, bien trop blessée pour se permettre un massacre en bonne et due forme. Kieran s’empara de son pistolet, prenant son temps pour remplacer le chargeur par des balles en argent, tout en remontant la piste. Il se rapprochait dangereusement, mais son pas était tranquille, sûr. Il s’arrêta finalement à un angle en captant une respiration bruyante, non loin. Il évalua la distance en un battement de cils. Une quinzaine de mètres, à peine. L’odeur du sang en devenait presque insoutenable, sa gorge le brûlait, ses canines se dévoilant automatiquement. C’était tentant de céder à ses pulsions…

D’un bond sur le côté, il dévoila sa position. Le pistolet restait dans sa main, sans se pointer sur la bête. Son uniforme était assez explicite et il ne se donna pas la peine de parler. Son regard resta dardé sur le lycan, prêt à entamer les hostilités. Mais il ne profita pas de l’instant de surprise pour prendre l’initiative … Il attendait qu’il commette la première erreur avec une impatience certaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 5 Fév 2012 - 20:52

La bête continuait de se déplacer, au départ, il cherchait quelque chose pour pouvoir regagner de la force, un humain n’importe quoi à se mettre sous la dent, mais avec cette douleur persistante, petit à petit tout devenait confus, et ce n’était à présent qu’un loup dont la haine, la douleur dirigeait chacun de ces gestes.

Et alors qu’il s’arrêtait quelques instants, pour reprendre son souffle, quelqu’un vint à son encontre. Le lycan se retourna et pu dévisager l’importun. Un vampire, à en juger son ressentit… Le lycan grimaça, les vampires était moins intéressant et plus compliquer à dévorer que les humains. De plus celui-ci était armé et à en voir sa tenue, policier.

Policier… il pourrait l’aider… Cette pensée réveilla le doc qui était profondément enfouit dans la bête. L’espace d’une seconde, les pupilles dorées disparurent, les yeux du loup devinrent ceux du doc. Plus de haine dans son regard, juste de la douleur et de la détresse… Ce changement fut rapide, une, deux secondes tout au plus, car l’instant d’après les pupilles redevinrent jaunes.

Les poils de la bête se hérissèrent, et ses muscles se contractèrent. Même faible, l’envie de tuer demeurait les plus fortes, alimentées par cette douleur lancinante. Un lycan reste une simple bête, et sa stratégie d’attaque était unique, aussi comme il l’avait déjà fait précédemment, le loup d’un coup de patte violent, envoya une poubelle sur le vampire. Sauf que cette fois ci il ne se propulsa… En direction du vampire, se servant du container comme un leurre.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 6 Fév 2012 - 13:37

L’ombre d’un sourire passa sur les traits du vampire, dévoilant ses crocs, alors que l’animal étudiait ses possibilités. Il avait vite saisi que de prédateur, il risquait de finir en proie, les apparences étant trompeuses. Le choix offert était limité. Il pouvait courir pour sa survie, mais risquait de se faire rattraper à cause de ses blessures, ou alors il pouvait enclencher les hostilités et gagner du terrain en le forçant à venir au corps à corps. Mais la solution qu’il retint fut tout autre, éveillant son intérêt.
Il entrevit ce regard humain, un instant si bref que le policier crut l’avoir rêvé. L’homme qui se cachait là-dessous, peu importe qui il était, cherchait visiblement à reprendre l’ascendant avec une détermination farouche. Ce spectacle était rare et saisissant, suffisamment pour que Kieran en oublie de tirer à temps, quand il en avait encore l’occasion.

Un juron filtra entre ses crocs, le projectile imposant lui voilait son champ de tir. D’un revers de main agacé, il le projeta sur le côté, mais la bête était déjà sur lui. Le choc fut titanesque. Kieran eut juste le temps de mettre son avant-bras qui tenait le pistolet en bouclier, regrettant de ne pas avoir un autre os à lui donner à ronger. Ils effectuèrent un roulé-boulé sur une courte distance. Le vampire n’eut pas l’occasion de reprendre le dessus, comme il s’en serait douté, la masse imposante de la bête le clouant au sol.
Il avait fait preuve d’imprudence, et si le lycan n’était pas blessé, cela aurait pu sceller d’avance la fin du combat. Il lui était pourtant aisé d’ignorer un leurre, mais deux … Car le regard humain, bien qu’involontaire, l’avait décidément mis en bien mauvaise situation. Mais là où le lycan était force brute, un vampire était plus vicieux.
Il enfonça sa main libre, d’un geste vif et retord, dans la blessure la plus proche, déchirant davantage le cuir du lycan et donnant une nouvelle impulsion au projectile d'argent. Ses crocs, eux, cherchaient implacablement sa gorge désormais à une dizaine de centimètres à peine de son visage …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 7 Fév 2012 - 1:14

La diversion avait marché, et le lycan atteint sa cible sans se faire tirer dessus. La violence du choc, associé au roulé boulé du à l’impact, ne fit qu’accentuer sa douleur, et il laissa échapper un grognement. Malgré tous, la bête était en position de force, et tous vampire qu’il était, il lui suffisait maintenant de lui arracher la tête…
Mais la bête avait sous estimé le vampire, et elle ne le réalisa qu’au moment ou le vampire enfonçait sa main dans une de ses plaies.

Le coup suffit pour une nouvelle fois déstabiliser la bête, et le doc retentât une échappée. La encore les yeux perdirent de leurs éclats dorés et l’espace d’un instant, le combat entre le lycan et le russe prenant le dessus entre celui opposant le lycan et le vampire.

Ainsi la bête distilla ses forces et le vampire put atteindre sa gorge. Et alors qu’il enfonçait ses canines dans le cuir du lycan, le doc, plus fort que lors de sa précédente tentative

« Aidez moi… »

Il l’avait dit dans un souffle, faiblement mais suffisamment bien articulé pour être compréhensible… Cet effort couta au doc sa victoire, et de nouveau il replongea au plus profond de la bête. Le lycan hurla de douleur et d’un mouvement bref arrache son cou des crocs du vampire, laissant un morceau de chair et de cuir entre ses dents. Il commença alors à tenter de donner de grand coup de griffe visant l’arme que le vampire tenait entre ses mains, et l’envoya à quelques mètres de là. Le lycan tentait de contre attaquer efficacement, mais il commençait à être à bout de force et chaque coup de griffes ou morsures devenaient de plus en plus imprécise…
D’un coup il se propulsa en arrière, libérant le vampire, se positionnant au niveau de son arme, essoufflé, n’arrêtant pas de fixer le vampire du regard, tout en cherchant un moyen de fuir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 8 Fév 2012 - 16:04

Ses crocs se plantèrent dans la gorge du lycan avec une extrême facilité. Il affermit sa prise et but de longues gorgées pour le priver de ses forces autant que pour restaurer les siennes. Ce sang lui fit un bien fou et Kieran réalisa à quel point il s’était contrôlé pour ignorer sa faim. Son goût était semblable à n’importe quel sang humain, avec une légère différence qui le rendait plus riche, plus saisissant.
L’hésitation n’altéra pas ses traits sous l’intonation humaine, car il savait devoir s’arrêter quand le lycan n’aurait plus la force de tenir debout, et serait forcé de reprendre forme humaine. Ce fut juste un rappel à son esprit qui commençait à se laisser aller. Il se régalait, mais le plaisir fut de courte durée.

L’animal se recula dans un geste brusque, arrachant sa gorge à ses crocs. Un grondement tout aussi animal lui répondit, alors que le vampire paraissait clairement … Frustré que son repas décide de se faire la malle. Il recracha le morceau qui lui était resté entre les dents avec une indifférence qui ne laissait rien présager de bon. Son expression se tordit l’instant d’après, un cri de douleur lui échappant alors que la bête cherchait à tout pris à lui faire lâcher prise à son arme. Il n’eut pas le temps de lui rendre la monnaie de sa pièce qu’elle s’extirpa de son emprise.

D’un geste rapide, trahissant son entraînement de policier, le vampire se remit sur pied. Son regard se posa sur son arme, hors de portée, puis sur les yeux dorés du lycan pour évaluer ses prochaines actions. Son bras droit saignait abondamment mais il pouvait encore le bouger, même si l’effort lui coûtait. Sale bête, il ne perdait rien pour attendre.
Avec trois balles dans le corps, il s’étonnait que l’animal ait encore de la force à revendre. Quand comptait-il s’avouer vaincu ? S’il n’arrivait pas à prendre l’ascendant au contact, il ne parviendrait pas davantage à le semer, sa masse et surtout ses blessures ne joueraient pas en sa faveur. Il imaginait devoir courir avec de l'eau bénite dans le corps, nul doute que chaque mouvement serait douloureux.

Le regard qu’il rendit au lycan fut celui d’un prédateur qui évaluait ses possibilités. Il était loin du Kieran placide et distant qu’on avait l’habitude de croiser dans les rues. On sentait l’excitation du combat le prendre, l’odeur du sang le rendant presque extatique.
« Tu vas perdre à ce jeu-là, le loup. Je te le certifie. »
Son regard se porta sur les mêmes échappatoires qu’envisageaient le lycan. Il ne prit pas la peine de faire dans la finesse, se jetant en avant à toute allure pour le percuter, cherchant à réduire la distance au maximum avant que la bête ne prenne la fuite. Il ne le laisserait pas aller bien loin … L’odeur de son sang était omniprésente, lui laissant une piste fraiche qui ne lui permettrait aucune cachette, aucun répit.


Dernière édition par Kieran Nealson le Dim 26 Fév 2012 - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 12 Fév 2012 - 1:18

Le lycan observait attentivement chaque mouvement du vampire. Ainsi désarmé, il n’avait pas le choix, il devait, soit bondir sur son arme soit lui bondir dessus. Le loup était près à agir en fonction, quoique le vampire fasse, il avait en tête un moyen de le neutraliser pour fuir. Il était près.

Quand le vampire lui sauta dessus et le lycan esquissa un petit sourire, c’était parfait il savait quoi faire. La bête tenta de se projeter sur le coté, afin d’éviter l’assaut du vampire… Mais il n’en fut rien, le lycan ne bougea pas. Il avait atteint sa limite, et son corps refusait de lui obéir. Il prit le vampire de plein fouet et tomba dans un grognement de douleur. Le lycan était à bout de force, et cette dernière collision fut celle de trop.

Trop faible, la bête commença à disparaître, laissant de nouveau place au russe. Et alors que les deux individus roulaient au sol, sous l’impact du choc on pouvait voir des morceaux de peau et de fourrures sur le sol, et entendre des os se craquer, alors que l’imposante masse noire diminuait de volume, de poids. Les griffes, les dents disparaissait, et la bête disparaissait au profil de l’humain.

Finalement c’est le doc qui gisait sous le vampire, faible, ayant du mal à respirer. Il regarda alors le policier.

« … Aide… moi… »

Le doc était de nouveau là, et la douleur qu’il ressentait était tel qu’il avait du mal à s’exprimer. Les balles en argents irradiaient tous son corps et s’il ne les retirait pas rapidement il allait devenir fou, voir pire, il allait finir par y rester. Pour l’instant le seul espoir qu’il avait résidait en ce policier, le vampire qu’il avait agressé alors qu’il était en lycan.

« T.... tu… dois…. M’aider…. A… les… retirer… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 12 Fév 2012 - 14:04

Le vampire avait accéléré sa course, prêt à changer de direction dès que le lycan se remettrait en mouvement … Mais ce dernier ne bougeait toujours pas. Il s’attendait à un piège, vu le rictus étrange qu’affichait l’homme-loup. Kieran n’arrêta pas sa charge pour autant. Le choc fut encore plus violent que le précédent et un craquement sinistre lui répondit, semblable à des os brisés.
La surprise le saisit un instant, l’empêchant de s’orienter correctement. Mais bien vite, il se saisit de la gorge du lycan de sa main valide, l’enserrant sans y prendre garde, la plaquant contre le sol pour cesser ce mouvement infernal. Il avait pris le dessus et se demandait bien comment face à une telle bête. Les crocs dévoilés, il était prêt à lui faire subir à nouveau son emprise quand une vision l’arrêta subitement. Il croisa ce regard humain pour la troisième fois. Ses muscles étaient tendus, prêt à attaquer. Les secondes s’écoulèrent pendant qu’il restait figé dans cette position, s’attendant à ce que la confrontation reprenne. Rien ne vint.

Avec un mélange étrange de déception et satisfaction, le vampire relâcha sa prise sur son cou, lui rendant l’air qui commençait à lui manquer. C’était une victoire écrasante, mais aisée, même donnée. Il aurait aussi voulu se nourrir davantage mais … Non. Mieux valait ne pas y penser.
Il perdit cette expression de prédateur au profit d’une plus placide, regagnant son sang-froid. Ses crocs restaient pourtant visibles, signe de sa faim, et aviser les plaies de l’humain tenaient de la torture psychique. Il grogna, pour toute réponse, quand l’inconnu le supplia de l’aider en retirant les balles qui l’entravaient. Vu son état, il était condamné à mourir si Kieran ne se décidait pas.

L’attente devait lui paraître insupportable et douloureuse, alors que le vampire s’était figé une seconde fois. Son regard d’argent restait braqué sur le sang qui s’écoulait doucement, comme en transe. Sa conscience lui intimait de se dépêcher avant qu’il ne soit trop tard, mais sa nature de vampire lui inspirait de toutes autres pensées. Il pouvait boire à la source, et chaque goutte qui tombait au sol était un gâchis de trop.
Sa main valide s’avança vers la plaie béante au niveau de ses côtes. Il avait enfoncé ses doigts à cet endroit-là, peu avant, et son travail tenait de la charcuterie. Le lycan avait de la chance que la balle ne se soit pas enfoncée dans un organe, quand il lui avait donné une nouvelle impulsion. L’odeur de chair brûlée qui en émanait le révulsait presque et, d’un mouvement souple et sans finesse, le vampire tira la balle à l’extérieur d’une pression de la main. Il sentit le corps se tordre mais n’en fit pas cas, s’empressant de recueillir dans sa main le liquide carmin qui s’en échappait. Il reproduit le même processus retord pour les deux autres balles avant de se désintéresser du lycan.
Il léchait sa main, buvait le sang prélevé dans celle-ci, avec une application morbide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 15 Fév 2012 - 23:29

Le doc commençait doucement à perdre conscience, petit à petit sa vue se brouillait et la douleur se faisait moins violente plus diffuse ; les sons aussi commençaient à devenir cotonneux… Le doc en était persuadé, il était en train de vivre ses derniers instants. Il allait mourir là, sur le pavé après une énième transformation, sans même savoir ce qu’il avait fait de sa soirée… Sans même savoir qui lui avait donné la mort, qui lui avait logé ses balles en argent dans le corps… Etait-ce le policier ? Il ne le serait sans doute jamais…

Mais alors que le doc fermait les yeux une douleur bien plus vive que celle qui irradiait son corps. Ce fut comme un electrochoc ! Le russe rouvrit les yeux hurlant alors que le vampire lui enlevait chacune des balles qu’il avait en lui. Mais on peut dire que le soulagement que le lycan éprouvait a chacune des balles retirées était bien léger à coté de la douleur éprouvait alors que le vampire enfonçait ses mains pour récupérer les autres projectiles.

Il lui fallut un petit temps avant de pouvoir ne serait-ce que réaliser qu’il était sauvé. Il crachait du sang et n’arrivait pas encore à s’exprimer. Heureusement sa nature de lycan allait lui être d’une grande utilité, et une fois le poison d’argent retiré, doucement son corps commençait à cicatriser.

Il regarda alors son « sauveur », qui semblait être focalisé sur son sang. Il commença alors à comprendre qu’il n’était pas forcément tiré d’affaire... Il était faible et à coté d’un vampire qui semblait avoir une petite fringale… Il allait devoir ruser s’il ne voulait pas finir aussi sec qu’un fruit déshydraté dans cette ruelle. Il était policier, il avait donc une petite chance, mais il devait gagner du temps, le temps qu’il récupère un peu de ses forces…

« Merci… J’en déduis que ce n’est pas toi qui m’a fait ça… »

Il en profitait pour aller à la pèche aux informations…

« J’en déduis que ma dette vis-à-vis d’Andrea viens encore d’augmenter… »

Avec un peu de chance le nom du commissaire lui permettrait d’obtenir un sursit, le vampire qui était policier hésiterait peut être.
Doucement, avec sa main droite il se saisit d’une pierre, certes c’était illusoire. Il ne le tuerait pas, mais s’il s’approchait crocs dehors, menaçant, le russe frapperait de toutes ses forces au niveau de la mâchoire pour lui casser les dents…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 16 Fév 2012 - 16:44

Les hurlements de douleur tout autant que les remerciements ne semblèrent pas effleurer l’esprit du vampire. Il savourait son repas avec un détachement qui en était effrayant, et ne présageait surtout rien de bon. Pourtant, son mouvement s’arrêta subitement à l’évocation d’un nom … Andrea. Sa main retomba lentement et il daigna enfin fixer l’homme qui se tenait devant lui.

Une grimace lui échappa, mauvaise, suivi d’une expression douloureuse à la vue des blessures de sa proie. Ce n’était pourtant rien de semblable à de l’empathie ou du dégoût, non … Le vampire se retenait avec peine de le vider entièrement. Il s’en souvenait, vaguement. Il devait le ramener en cellule. Il devait surtout éviter les bévues s’il voulait conserver son travail. Pas question de le perdre par un manque de contrôle.
Kieran retira rapidement sa veste de policier, la lançant sur l’homme nu pour le recouvrir, bien davantage pour éviter de se focaliser sur le liquide carmin que par pudeur. Il arracha d’un geste vif ce qui restait de sa manche en lambeaux et noua grossièrement le tissu en garrot sur la blessure qui suintait le plus. De préférence, s’il pouvait éviter de continuer à se vider de son sang, ça l’arrangerait … Même si la cicatrisation du lycan était déjà incroyablement rapide.

Son regard se porta au sien, un bref instant.
« Ne me remercie pas. Ou pas encore. Et … Non. Mon chargeur est plein. »

Il se leva, juste le temps de ramasser son arme, avant de revenir aux côtés du demi-cadavre. Il renifla avec une nouvelle grimace avant de ranger le pistolet.
« Je dois t’emmener en cellule. Tu vas te tenir bien tranquille … Ou sinon je finis ce que j’ai commencé. Nous sommes d’accord ? Tes mains. »

Il appuya ses propos d’un mouvement de tête, l’incitant à les tendre en avant. Et, en cet instant, Kieran était d’un naturel peu patient. Il avait senti un mouvement suspect et ça ne lui plaisait pas. D’autant plus s’il devait le porter jusqu’à la voiture … Hors de question que l’animal lui assène un coup bas. Mais après tout … Ca ne risquait pas d’arriver dans son état actuel. Il secoua la tête.
« De quelle dette tu parlais ? » Finit-il par demander, avec une pointe de suspicion. Il aurait peut-être dû contacter ses collègues, informer qu’il avait appréhendé la cible … Mais il n’en fit rien pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 21 Fév 2012 - 22:01

Première information, ce n’est pas le policier qui avait tiré les balles en argent. Mais alors qui ? Que c’était-il passé ? Qui lui avait donc logé ses balles en argent dans le corps, et surtout pourquoi c’était-il transformé ? Il en était certains, ce n’était pas la pleine lune pourtant. La dernière fois qu’il c’était transformé hors pleine lune il avait tué des innocents, alors qu’en était-il cette fois ?

Pas le temps de se concentrer sur le présent, car le policier venait de faire allusion aux cachots, et le doc n’y retournerais pas. La dernière fois il avait faillit y rester, mortellement blessé par celui qui l’y avait enfermé. Et comme il avait eu l’honneur de survivre, il avait été le centre d’un chantage exercé par cet homme, enfin ce vampire, le commissaire général !

L’idée donc de retourner en prison n’enchantait guère le russe, bien au contraire. Il fallait donc trouver un moyen de convaincre le policier que non il ne devait pas aller en prison. Et apparemment énoncer le nom du commissaire général était un bon début.

Il se redressa, s’appuyant contre le mur avec une certaine difficulté.

« Tu ne savais pas ? Ton chef a passé des accords avec certaines personnes… »

Il lui fit un petit sourire. Le but était donc d’en dire assez pour attiser la curiosité du policier, mais pas trop non plus, il était hors de question d’en dire trop, afin de surtout ne pas trahir Jessica.

« Tu es nouveau ? »


Oui le russe bluffait. Soit le policier était effectivement un nouveau et avec un peu de chance craindrait de se faire engueuler par ses supérieurs. Soit il n’était pas nouveau et il serait, aussi avec un peu de chance, sa curiosité l’inciterais à en savoir encore plus, voir même il exigerait une preuve.

« Ton chef, Andrea a passé un accord avec moi. »

Petit à petit les blessures du lycans se refermaient.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 23 Fév 2012 - 11:14

Kieran se retient de pester, son visage se fendant d’une grimace mauvaise. Voilà qu’il se relevait, alors que le policier lui avait simplement intimé de tendre les mains en avant. Son discours le fit tiquer davantage. Lui, nouveau ? Bientôt deux ans qu’il était en Galway. Il n’avait rien à voir avec ces jeunes policiers qui arrivaient, plein d’assurance, pour se pisser dessus à la première créature de la nuit aperçue.
Se croyait-il en sécurité parce que le vampire s’était efforcé de ne pas le réduire en pièces ? Il lui restait peut-être l’once d’une humanité, mais cela ne faisait pas de lui un chien bien dressé à qui une tape sur la tête suffisait.

« On va reprendre depuis le début. Tu. Tends. Tes. Mains. Maintenant ! »


Il s’était rapproché dangereusement, allant pour l’empoigner et lui passer les menottes sans autre cérémonie. Le vampire restait sur ses gardes, avisant les gestes du blessé comme quelqu’un qui attendait juste qu’on lui donne une bonne raison pour finir son travail. Qu’il se débatte, ça n’en serait que plus long et douloureux pour lui, et il en retirerait autant de sang et satisfaction que nécessaire.

Quand il mentionna, pour la deuxième fois, qu’il avait passé un accord avec Andrea … Ses suspicions s’évanouirent. La répétition trahissait un mensonge insistant à ses yeux, ou tout du moins la peur que ça ne suffise pas à l’arrêter. Pensait-il réellement que cela allait le sauver ? Il n’en était pas à sa première arrestation, et en des dizaines d’années, Kieran avait fini par assimiler la majorité des prétextes et mensonges que servaient les criminels comme échappatoire. S’en prendre à la crédibilité du commissaire général avait juste le mérite d’être plus original …

« Arrête de me bassiner. Un accord ? Bien. Vous allez donc en parler entre vous… Dès que tu seras en cellule. On ne se soustrait pas à la Justice. » Conclut-il.

Kieran lui adressa un dernier regard, proche de la bête grondante prête à vous sauter à la gorge. Un regard qui, explicitement, signifiait : « Si tu bouges, tu meurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Sam 25 Fév 2012 - 16:41

Le vampire perdait patience, mais le doc n’avait pas dit son dernier mot. Ses forces revenaient au fur et a mesure et son esprit était maintenant moins embrumé par le douleur. Le vampire ne semblait pas le croire, ce n’était pas si grave car le doc avait la preuve de ses paroles, juste la dans la poche de son pantalon. Maintenant persuadé que le policier ne le viderait pas de son sang, le doc laissa tombé la pierre, le regard brillant le sourire aux lèvres.

« Vu que tu ne me crois pas, je vais te prouver mes dires. »

Il rigolait, sur de lui, persuadé que dans un instant le policier réaliserais qu’il avait tort, et peut être même qu’il lui ferait des excuses…

Le doc se redressa et mis sa main sur… sa fesse droite ! C’est sans doute à ce moment là qu’il réalisa que la preuve dont il parlait, le téléphone que lui avait donné Andréa l’attendait sagement dans le poche de son pantalon, pantalon dont il n’avait strictement aucune idée du lieu.
Le sourire du russe disparut, son regard triomphant également, remplacé par une mine assez unique, un mélange entre la contrariété et l’énervement.

Il resta dans cette position, la main contre sa fesse droite, une petite seconde, temps qui lui paru d’ailleurs une éternité. C’est sans doute le seul moment de sa vie ou le doc voulut se retransformer, afin de partir loin, très loin d’ici.

Stasi baissa les yeux, et avec un ton presque boudeur, il tendit ses deux mains en direction du vampire.

« C’est bon embarque moi… »

Se retrouver en prison, une nouvelle fois face à Andrea n’avait rien de bon, Stasi le savait très bien, mais au lieu d’assumer ses frasques, il reporta sa rancœur envers le policier face à lui, bouc émissaire idéal. Oui il se le promis intérieurement, le doc se vengerait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 26 Fév 2012 - 15:25

Un rire bref s’échappa des lèvres du vampire, rien de plus qu’un souffle retenu entre ses dents. Mais qu’il puisse émettre le moindre rire était un fait assez notable du comique de la situation. L’homme qui lui faisait face était si sûr de lui, de pouvoir le faire chanter. L’espace d’un instant, le vampire aurait presque pu croire qu’il disposait bien de quoi avancer ses dires, car rare était ceux qui possédait des preuves pour appuyer leurs délires.

« On a perdu quelque chose, peut-être ? »

Il agita lentement la tête, dépité, sans plus croire un mot de ce que pouvait avancer le russe. Au son de la pierre qui percute le sol, son regard se fixa subitement sur ses mains, alors qu’il lui tendait désormais, d’un air impuissant.

« Sage décision. » Crut-il bon de signaler. « Tu penses pouvoir marcher ou va-t-il falloir que je te porte ? »

D’un geste de la main, il désigna sa veste de policier qui était retombée sur ses cuisses, à force de mouvement. Il n’attendit même pas qu’il l’enfile de lui-même, la mettant sur ses épaules et passant ses bras dans les manches sans aucun ménagement avant de lui passer les menottes. Le vêtement était un peu petit pour le russe, mais couvrait tout de même le principal … A savoir ses blessures et son entrejambe.
On aurait presque pu le juger bienveillant, en cet instant, comme s’il était soucieux du bien-être du détenu. En vérité, les regards seraient suffisamment braqués sur eux pour qu’il ne lui inflige pas davantage. Et il pourrait enfin respirer, sans la vue permanente du sang, malgré l’odeur entêtant qui persistait à lui en donner la migraine. « Respirer », oui. Il aurait bien vite besoin d’une cigarette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 28 Fév 2012 - 23:10

Le vampire eut au moins le gentillesse de confier un vêtement au russe avant de lui passer les menottes. Pour une fois le doc ne traverserait pas la ville totalement nu. Une première pour Stasi. Bon par contre ce n’était pas le cas des menottes malheureusement.

Les plaies étaient encore douloureuses, mais elles cicatrisaient relativement vite, d’ailleurs bien plus vitre que d’habitude, mais ça le doc trop occupé par l’instant présent, n’analysa pas réellement la situation.

« Bon maintenant que je suis neutralisé, et que nous nous dirigions vers la poste de police, pourras-tu m’éclaircir sur quelques points ? »

Il se redressa à coté du policier, attendant qu’il ouvre la marche, ne serait-ce que pour savoir ou ils allaient.

« Parce que tu vois, ma soirée est un peu confuse, je sais donc pas trop ce que j’ai fais… Je n’ai que des flashs… Est ce que tu pourrais m’aider et me dire ce que j’ai fais, voir même si j’ai fais du… mal à quelqu’un. »

Le fait de se réveiller avec plusieurs balles d’argents dans le corps signifiait qu’il c’était produis pas mal d’évènements durant son « sommeil ». Il était donc quelque peu inquiet de connaître les différentes actions de sa bête, espérant n’avoir pas fait de réelles victimes. Avec un peu de chance le policier était au courant, après tout il l’avait arrêté.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 29 Fév 2012 - 17:11

Le vampire lui adressa une œillade équivoque. Il lui demandait de lui éclaircir la situation ? Mais c’était le monde à l’envers … N’était-ce pas lui, le criminel à interroger ? Il lui rendit un air suspicieux, alors qu’il détaillait sa pensée.
« Quelle aubaine, d’être un lycan … On en oublie tous ses méfaits. » Rétorque t-il, sur un ton acide.

Il s’avança dans les ruelles à un rythme lent que pouvait aisément maintenir le prisonnier. Assez près pour l’attraper s’il tentait de fuir, assez loin pour ne pas se faire agresser idiotement si la bête se montrait soudainement moins docile, Kieran remonta la piste qu’il avait parcourue quelques minutes plus tôt.

« On nous a signalé la présence d’un lycan dans les parages, sans plus de détails. J’ai remonté ta piste depuis le Quality Street, mais il m’est difficile de savoir, sans une enquête plus poussée, s’il s’agissait du point de départ ou d’un simple passage. Heureusement, la nuit était déjà tombée et les moins prévenus se sont faits rares. »

L’allusion était évidente. Une fois la nuit tombée, les humains avaient généralement le bon goût de rentrer bien vite chez eux, ou tout du moins de rester dans des zones fortement surveillées et contrôlées. Stasi put constater de lui-même les traces de sang qu’il avait parfois laissé sur son chemin, mais aucun cadavre ne se révélait à l’horizon. Les lycans n’étant pas connus pour leur finesse, il était peu probable qu’il ait caché ses potentielles victimes, surtout avec les blessures qu’il avait contractées.

Après seulement trois rues, ils arrivèrent à proximité de la voiture garée dans une rue parallèle du Quality Street. Kieran lui fit signe de monter, d’un geste pressant, en lui ouvrant la porte côté passager. L’animal ne faisait plus grande réticence, ce qui lui convenait parfaitement. Rien ne lui certifiait qu’il l’aurait laissé en vie dans le cas contraire, l’appel du sang le tiraillait encore et le mettait au supplice.
Aussi, quand il monta à son tour dans la voiture, il démarra au quart de tours et prit une vitesse excessive pour rejoindre le commissariat en un temps record.

[La suite devant le commissariat]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 22 Mar 2012 - 19:08

Alyster KallesCela faisait des jours que le vampire marchait dans la campagne Irlandaise. Cela faisait des jours qu'il n'avait pas eut droit à un repas décent, juste quelques brebis égarées. Pas un seul Humain à se mettre sous la dent. Et Dieu sait que le sang Humain est meilleur que les autres, en tout point.

Plus d'une fois, Alyster pensait s'être perdu. Mais il n'en était rien. Il avait finis par trouver cette fameuse ville: Galway. La ville ou il n'aurait plus à se cacher. Il aurait put hurler de joie à la vue de la ville à l'horizon. Mais il ne laissa pas un échapper ne serait-ce qu'un soupir de soulagement. Quelque chose d'autre *Faim* lui occupait *Boire* l'esprit *Sang*.

*Je tuerais pour un peu de sang... Haha... hahaha...*

Jamais la créature de la nuit ne s'était sentit aussi mal.
Mais, perdu dans ses pensées, il ne se rendit pas compte qu'il s'était approché de la ville. Il y était. Elle était là. Juste devant lui.

Il pénétra dans une rue sombre. Une odeur nauséabonde vint lui agresser l'odorat. Le vampire continua cependant de s'enfoncer dans le sombre dédalle de ruelle. Quelques lampadaires diffusaient une pale lumière, laissant apparaître la forme des pavés que foulaient les pieds d'Alyster.

Mais une autre odeur parvint à ses narines. *sang* De nouvelles *sang* pensées *Sang* lui vinrent *SANG* en tête *SANG*.
Poussé par une force qu'il pensait l'avoir abandonné, il se mit à courir. La conscience et la raison n'était plus. Ne subsistait plus en lui que son instinct.
Ses pas foulaient le pavé à grandes enjambées, il tournait dans les rues, suivant les ordres de son instinct. Il ne savait pas vraiment ou il allait, mais il savait ce qu'il allait y trouver. *Manger*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 22 Mar 2012 - 19:36

JeanChugo marchait depuis des heures, profitant des ruelles et de leur sombre allure qui se voulait inquiétante. Le temps était doux, un vrai plaisir, ses yeux s'était habitué à la zone. Il sifflait un air tranquillement. Une lueur lui attira l'attention. Il allât chercher le tout dans le trou. Une montre à gousset ! Ensanglanté, mais une montre ! À non, c'était son sang. Tiens, selon le carnet, ça ne lui était pas arrivé depuis longtemps.

Il regarda l'avant bras écorché dans toutes la longueur... le jeune homme penchât doucement la tête, puis récupéra des bandages dans sa trousse de soin et enroula tout l'avant bras dedans. Il retira toutes fois quelque morceau d'écharde et un clou rouillé. Ça gênait pour bander. Le clou tomba par terre avec un tintement reconnaissable des morceaux de métaux rouillé. Chugo reprit sa route, tranquillement.

La montre était fendue, elle semblait avoir un certain temps et surtout ne pas marcher. Peut être du siècle dernier. Mais ça ne changeait pas le fait qu'il allait tenter de la réparer. Il rangeât l'objet dans une autre poche, regardant à nouveau devant lui. Il était dans le quartier des vampires, mais ça ne le dérangeait absolument pas lui. Il y avait bien habité, fus un temps. D'ailleurs, il passa à son ancien appartement. Il y trouva quelque livre. Les feuilletant, il découvrit des plans, écrit de sa main, de chose démonté, avec les dates qui aller avec.

Il repartit, le bâtiment semblait se délabrer de plus en plus. Une porte s'entrouvrit, laissant paraître un jeune visage. Madame Sulivan. Un âge physique de 6 ans, un corps présent sur terre depuis quelque siècle. Une vampire, bien sûr. Un échange de sourire, la porte se referma, Chugo reparti. Les rues. Ce soir, il profitait d'un moment de relâchement sur les expériences qu'on pratiquait sur lui. Autant en profiter pour se balader !

Il allumait une cigarette, se posant contre un mur. Il regarda a droit, à gauche, tire sur la cigarette, doucement. La cigarette changer rien pour lui, selon les médecins, ça lui retirait un peu d'air, sans plus, ça ne l'engourdissait pas ni rien. Ça ne lui apportait pas non plus quelque chose de positif. En fait, il ne savait même pas pourquoi il fumait. Il en profitait, sans plus. Une ombre se dessina, Chugo la suivi du regard. Qu'avait ce type ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 22 Mar 2012 - 20:16

Alyster KallesLa course éffrénée du vampire ne s'était pas arrêtée. Il suivait l'odeur à la trace.
L'odeur se rapprocher.

*Plus vite. Plus proche. Plus rapide. Plus proche. Plus vite. Du sang*

Il n'utilisait plus que son odorat pour se diriger, ses yeux injectés de sang semblaient brûler et l'empêcher de voir correctement.
Il sentit l'origine de l'odeur, là, juste à quelques mètres. Il bondit sur sa cible.
Quelle ne fut pas sa surprise ne se retrouver à quatre pattes sur le sol, une douleure aigü dans la main, qui remontait doucement le long son bras.
Alyster tattona sa main puis se frotta les yeux.

Un clou? Un clou couvert de sang? Etait-ce celà l'origine de cette si douce odeur?
Il retira d'un geste sec le clou maculé de sang.

*Serait-ce suffisant? Y-a-t-il assez de sang dessus pour apaiser ma faim?*

Qu'importe la réponse. La vampire se mit à lécher le sang s'écoulant du clou. Malgré un arrière goût métalique, ce sang lui semblait délicieux, peut être le meilleur jamais bu. Peut être n'était-ce que la faim qui le lui faisait croire celà. Mais peu importait.
Le sang avait autant calmer sa faim qu'il lui avait ouvert l'appétit.

Il avait toujours aussi faim, peut être même plus encore. Mais il reprenait doucement ses esprits.

*Ce n'était pas assez... plus... Plus... PLUS... Il m'en faut plus!*

Son odorat reprit le dessus lorsqu'il sentit, de nouveau, l'odeur de sang... Le même sang. Une cible blessée? Une cible facile... Il se remit aussitôt en chasse. Sa conscience et son instinct se battaient, tambourinaient dans son crâne, provoquant une migraine dans la tête du vampire. Mais il courait encore. Il ne se laisserait pas perturber par de pareil détail. Il avait faim.

La proie ne semblait plus s'éloigner. Le chasseur ne faisait qu'avancer.
L'odeur. L'origine de sa faim. L'origine de son désir. L'origine de sa douleur. Elle était là. Au bout de la rue. Un homme. L'homme. L'humain. LA PROIE.

Alyster ralentit son allure. Il marchait à présent. Il observait l'homme. Quelque chose clochait... Plus il s'approchait, plus cela lui semblait une mauvaise idée. Mais il se retrouva face à lui.

*Quelque chose n'est pas normal... tant pis*

"Bonsoir... Auriez-vous... une cigarette?"

Alors qu'un sourire se dessinait sur son visage son souffle se faisait haletant. Ses phrases étaient comme tranchées. Le vampire remarqua le bras bandé de tissus impregné de sang.

*L'odeur vient bien de cet homme...*

"C'est... une belle blessure... que vous vous êtes fait là..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 27 Mar 2012 - 22:21

JeanLe vampire lui semblait hors de contrôle. Un de plus qui allait à sa folie sanguinaire. Un sourcil se leva, la question qui aller avec.

-Dis voir, garçon, t'as l'air affamé... es-tu sûr de ton coup ? Parce que t'es pas le premier ni le dernier.

Chugo pointa la cigarette en direction d'une palissade derrière laquelle se cacher son ancienne voisine. La jeune enfant regardait les deux. Chugo reprit sa cigarette, tira un instant dessus... puis l'éteint sans autre forme de procès qu'écrasé contre son autre paume de main. L'odeur de chair brûlée se fit sentir, agressant le nez.

-Merci de t'inquiéter pour ce que j'ai, mais c'est vraiment le cadet de mes soucis.

Il s'assit sur un banc, regardant le vampire de haut en bas. Sont allure lui donnait envie de rire. Mais il se retenait.

-je pense que vous aussi vous avez d'autres soucis. Et sachez que vous pourriez en avoir plus en venant me provoquer.

La petite vampire s'était approché de Chugo, prenant doucement le bras à l'opposé et mordant pour commencer à aspirer le sang. La " victime" ne réagit pas, toujours le regard fixé sur le vampire. L'intérêt qu'il portait au nouveau venu était manifeste. Et surtout, un grain de folie apparaissait dans ses yeux, semblant montré qu'il est bien plus capable que ce que sa condition d'homme permet de voir.

-Alors, rentrons les crocs et parlons un peu, nous ne somme pas à l'heure près, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 31 Mai 2012 - 21:26

(Rp avec Draz)


Le professeur flânait ; l’esprit perdu dans de sombres pensées. Impossible de rester dans sa chambre d’hôtel, la discussion qu’il avait eut avec l’adolescente quelques jours plus tôt avait marqué son esprit, et depuis impossible d’arriver à penser à autre chose. Il tournait dans sa chambre d’hôtel comme un lion en cage. Du coup, ce soir, James décida de s’aérer l’esprit, au sens propre comme au figuré d’ailleurs. Pour cela il avait pour objectif de flâner dans la partie la plus vivante de la ville afin de profiter du folklore. Après tout les pubs Irlandais avait bonne réputation et les rues commerçantes seraient sans doute animées. Rien de tel qu’un bon bain de foule pour arrêter de penser à l’existence probable des lycanthropes, ou autres créatures fantastiques.

Il avait quand même pris sa canne, au cas où, et faute de mieux il avait remplis la petite fiole à l’intérieur de curare, une petite quantité qu’il avait pu ramener avec lui de Londres.

Mais voilà son petit plan parfait ne fonctionnait guère, et cela faisait maintenant un certains temps qu’il marchait sans trop savoir ou il allait, prenant des rue au hasard, totalement perdu mais sans l’avoir vraiment réalisé, toujours l’esprit occupé par les révélations de Winnifred.

Et ce qui devait arriver arriva, les yeux rivés sur le sol, l’esprit ailleurs il finit par percuter une personne, de plein fouet !

« Excusez moi, je suis confus… »

Il bredouilla ces quelques mots, se baissant pour récupérer sa canne qu’il avait lâcher sous l’impact du choc.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 31 Mai 2012 - 21:31

Draz Guul
Ce monde était détestable .... si détestable...

Les rues étaient bondées et Draz d'une humeur exécrable. Des siècles d'histoire et les vampires n'avaient toujours pas réussi à prendre le dessus, ils étaient condamnés à se cacher dans l'ombre des hommes, un compromit inégale au sens de Draz. Mais dans un autre sens, se savaient-ils manipulés ? En proie au doute quant à l'existence de créatures paranormales... Les enfants de la nuit comme on aurait pu les nommer... opposés aux humains, humains qu'ils considéraient comme une source durable de nourriture, car la terre en était infestée. Un élevage d'une ampleur faramineuse.

Il en avait de ces odeurs des plus fameuses les une que les autres parfois maladroitement dissimulées sous un horrible parfum.
Cependant, Draz n'avait pas soif. Après tout ne disposait-elle pas d'une fontaine personnelle capable de l'alimenter en permanence ?
Certes, la faim n'était pas de la partie .. mais en ce qui concerne la gourmandise....

Soudain, et malgré ses sens ultras aiguisés, elle ne le sentie pas s'approcher et même lui rentrer dedans, mais que venait-il de lui arriver ?
Le choc n'avait pas pu la renverser, cependant elle en fut déstabilisée.
Un impotent avait osé la percuter...
Elle grommela entre ses dents quelque chose comme : " imbécile... humain...va finir en casse croute..."

Mais la vampire finie par ravaler son ardeur en voyant qu'elle était devenue le centre d'attention de presque toute une rue.
Ses muscles étaient prêts à servir, tendus sous les vêtements sombres qu'elle portait en cette soirée. Les mains tremblantes de colère, Draz mit toute son énergie à se contrôler. Elle ne pouvait se permettre une exécution publique.

De son regard glacé elle jaugea l'homme qui se trouvait face à elle. Puis prit la décision de partir au plus vite, avant que ses yeux à elle ne deviennent rouges sang...
Marchant d'une foulée fugace elle entra dans la première boutique qui s'imposa à elle, une fois à l'abri elle fit mine de chercher quelque chose.

Par terre devant l'homme, gisait un curieux objet... le
Khanjar de Draz.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 31 Mai 2012 - 22:22

La scène fut rapide, et alors que le professeur finissait de ramasser sa canne, la personne qu’il avait percutée était déjà partie. Il mit quelque secondes à analyser la situation, l’observant entrer dans une petite boutique.

Il aperçut alors l’objet que la jeune femme avait perdu. Un poignard assez atypique. Il se baissa pour le ramasser, toujours silencieux.
Plusieurs choses intriguaient le professeur. D’abord la façon dont la jeune femme c’était adressé à lui. Un anglais approximatif et une insulte assez atypique… Humains ? Casse croute ? Elle ne maitrisait vraiment pas la langue de Shakespeare. Et son regard… Glacial, celui d’une meurtrière.
Enfin le couteau qu’il tenait dans sa main ne provenait pas d’Irlande, ni même d’un pays avoisinant cette île. La lame recourbée, le pommeau sans doute en Ivoire sur lequel étaient gravés différents symboles. N’étant pas un fin connaisseur sur les armes, il ne put déterminer avec précision l’origine exacte de ce type de poignard, mais il était certains qu’elle provenait d’Afrique, Algérie peut-être…

Quoiqu’il en soit cette femme avait attisé sa curiosité aussi une fois la poignard et sa canne récupérée, le professeur entra dans la boutique ou il avait vu disparaître l’étrange femme.

« Bonsoir mademoiselle, je sais que j’ai manqué d’égard en vous percutant, mais est-ce une raison pour me menacer de me manger ? »

Il affichait un petit sourire, observant avec attention la jeune femme. Depuis que l’adolescente lui avait parlé de créatures extraordinaires le professeur avait décidé d’être plus méfiant. Aussi il serait la poignée de sa canne, juste au cas ou…

« Au fait, dans ta fuite, je crois que tu as perdu ceci. »

James lui montra le couteau qu’il avait dans sa main. Il espérait que cela suffirait à nouer un contact autre qu’une simple menace de cannibalisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 4 Juin 2012 - 18:59

Draz GuulElle avait réussi à fuir, elle était en sécurité dans cette boutique, sa rage se dissipait lentement à présent. Examinant l'endroit d'un oeil peu attentif, elle remarqua tout de même que certains objets présents sur le comptoir avait des noms tout à fait inadaptés aux articles qu'ils présentaient. Comme cette " Eau de Cologne " dont le contenu verdâtre plus ou moins liquide était des plus repoussants. Ou encore cet " Animal décoratif " qui n'était autre qu'une tête de chien empaillé et aux crocs acérés. Une odeur particulière et plus repoussante que tous les articles de cette boutique réunis donna des hauts le coeur à Draz, une de ces odeurs qu'on n'oublie pas quand on connait ce genre de créatures... l'odeur d'un lycan.

Comme bien souvent, la vampire voulue caresser le pommeau de son arme qu'elle avait maladroitement planqué sous sa veste en cuir. Elle savait que son Kanhjar était assez imposant et très difficile à cacher de ce fait... cependant Draz ne pouvait se résoudre à s'en séparer, sa lame tranchante lui avait apporté bien des victoires par le passé.
Il était un héritage, un souvenir de ses racines profondes, le cadeau que son père lui avait légué lorsqu'elle fut capable de se battre. Ca ne l'empêchait pas d'être une guerrière redoutable même désarmée, elle avait acquis une dextérité effrayante au cours de ses siècles de vie. Aussi lorsque sa main se referma dans le vide alors qu'elle s'apprêtait à saisir son arme fétiche, son expression changea du tout au tout, cédant à la panique.
Sans sa lame, la vampire se sentait cruellement nue. Surtout si un lycan se cachait dans les parages.

Soudain, l'homme qui l'avait percuté apparut sur le seuil, il entra dans la boutique.

« Bonsoir mademoiselle, je sais que j'ai manqué d'égard en vous percutant, mais est-ce une raison pour me menacer de me manger ? »

Qu'est ce qu'il trafiquait ? Voulait-il se frotter à Draz n'avait-elle pas mis en garde cet homme en lui offrant son regarde le plus méprisant. Quelle arrogance lui permettait de sourire ainsi, ne se sentait-il pas en danger face à la vampire ?

« Au fait, dans ta fuite, je crois que tu as perdu ceci. »

Les yeux injectés de sang de l'africaine s'arrêtèrent sur l'arme... Cet homme, est-il un voleur ? Cet incident dans la rue n'était-il qu'une distraction pour lui dérober son bien le plus cher. S'arrêtant à cette conclusion sans plus réfléchir, la vampire voulue lui arracher le Khanjar des mains.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 7 Juin 2012 - 22:17

James se méfiait de cette étrange personne. Malgré tout il la fascinait, son attitude, ce regard, elle semblait si… Différente. N’importe qui n’aurait même pas pris la peine d’aller lui rendre son arme, mais le professeur était vraiment désireux de faire connaissance avec la demoiselle.

Cependant, il ne put s’empêcher de faire un pas en arrière lorsqu’elle s’avança trop près afin de lui prendre l’arme. Non pas qu’il voulait jouer avec elle, mais ce fut comme un reflexe, un peu comme si son instinct de survis avait pris le dessus sur son corps. Il suivait avec une attention particulière le moindre de ses gestes, sa main gauche enserrant le pommeau de sa canne.
Il avait l’impression d’être fasse à un animal sauvage, captivante mais dangereuse. Difficile d’expliquer d’ou venait se ressentit. Du moins pas consciemment. Il fallait dire que c’était la première fois que James se retrouvait fasse à un vampire, lui qui en niait l’existence !

« Hey, doucement, je te l’ai dit je ne suis juste là pour te rendre ton jouet, celui que tu as fais tomber dans la rue. Un merci aurait était de meilleure convenance que cette agressivité à peine caché. »

Le ton du professeur se voulait doux, mais on pouvait ressentir une pointe de reproche, déformation professionnel sans aucun doute.

En signe de « paix », James qui s’était éloigné de quelques pas lui lança son poignard, un lancé volontairement lobé, lui permettant de se positionner afin de réagir au cas ou la jeune femme décide de se montrer une nouvelle fois agressive, car maintenant elle pourrait se servir de son « jouet ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les ruelles sombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une ruelle sombre
» Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes
» Les ruelles de Konoha
» Course poursuite dans les ruelles
» [Ta-Metru] Ruelles de Ta-Metru
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Rahoon
-